AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Let's play (Ori et Zyra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Let's play (Ori et Zyra)  Dim 26 Avr - 19:14

C'est curieux... Vraiment curieux... Alors qu'il observe l'île qui se rapproche de plus en plus depuis son perchoir, Miraak ne ressent rien de très intéressant, si ce n'est qu'une étrange curiosité. Whiskey Peak est exactement comme on la lui avait décrite pendant le voyage : une île de taille moyenne, ornée d'énormes cactus, mais ce qui attire le plus son attention n'est autre que les diverses formes du côté Ouest : d'après les livres qu'il a lus, il s'agit d'une montagne russe et d'une grande roue. Ses yeux accrochent également d'autres formes plus petites, ce qui normalement, arracherait un sourire aux enfants, mais qui, pour lui, n'est qu'une source de légère curiosité... En particulier sur les raisons pour lesquelles ce genre de truc est si amusant. Cela dit, il n'est pas assez idiot pour poser à nouveau la question à haute voix vue la tête de ceux qui l'ont entendu pour la première fois. Du coup, il se contente d'observer, assis sur le beaupré alors que la destination se rapproche de plus en plus, notant vaguement le vent qui fait battre les pans de son long manteau autours de lui et ses cheveux battant sa nuque. Cela fait environ deux semaines qu'il a Quitté Alambra. Deux semaines qu'il a rencontré Saren... Et à peine une semaine qu'il a quitté ce dernier au Cap des Jumeaux. Cette idée lui arrache un léger sourire : l'homme-poisson était loin d'être la personne la plus agréable au monde. Râleur, agressif, menaçant et pas du tout patient, mais il n'a jamais levé la main sur lui et même "veillé" sur lui... En quelques sortes, se contentant juste de lui recommander de faire attention aux humains, chose qui le pousse d'ailleurs à cacher son aile plus que jamais. D'accord, pour les Alams, c'était une marque de sa "divinité" et donc, lui a valu un respect aussi salutaire qu'étouffant, mais les hommes plus civilisés... Cette idée le fait frissonner : son ancien compagnon ne mâchait jamais ses mots et s'il y a bien une chose qu'il a pu apprendre, c'est que plus on a l'air "exotique", plus on attire l'attention... Et rarement la bonne. Apprendre ce qu'est l'esclavage est le fait que le gouvernement le tolère tout en faisant semblant de l'interdire n'était vraiment pas une bonne surprise. Contrairement à ce que Saren devait vraiment vouloir, Mir ne déteste pas les humains, mais une chose est sure : il va vraiment falloir qu'il soit prudent avec eux... Au moins jusqu'à ce qu'il soit sur de leurs intentions, raison pour laquelle le manteau ne le quitte désormais plus, peu importe la température. Sans compter que s'il a chaud, utiliser sa forme électrique tout en restant caché derrière sa tenue est facile et est un excellent entraînement au contrôle.

**** Heureusement que les humains ne sont pas tous comme ça... Ceux que j'ai... Croisés sont assez différents des Alams, mais... La plupart sont quand même proches. Toujours cette... Cette obsession...****

Jusque là, presque tous les humains qu'il a croisé avaient en effet un défaut très semblable... Quoi qu'apparemment, à part les Alams, peu de mortels ne l'ont pas : cette obsession de richesse... Cette incroyable avarice. Ce désir d'avoir d'avoir toujours plus. Le capitaine de ce navire l'a laissé monté sans trop de protestations, certainement à cause de la demande de l'un des membres de son équipage, mais il parfaitement pu voir et entendre les différents cris de rage de l'homme concernant le fait de "laisser un gosse voyager gratuitement". Sur Alam, les richesses n'avaient que très peu d'intérêt : après tout, à quoi ça sert d'avoir de l'or s'il n'y a rien pour le dépenser ? Les cannibales de l'île chassaient leur nourriture, créaient leurs propres tenues et forgeaient leurs propres armes. Dans une telle société, pas besoin de richesse vu qu'au final, tous les biens sont communs. Mais les humains... Parfois, il se pose la question depuis qu'il a quitté l'île : Quel type de société est le meilleur ? Il n'y avait que très peu de conflits chez les Alams en grande partie parce que la nature ne faisait aucun cadeau : un peuple désuni dans ce genre de lieu ne survit jamais très longtemps. Les humains "civilisés" par contre sont si incroyablement doués pour s'entretuer que ça n'en est même pas drôle ! Et rien que d'écouter les histoires de Saren, puis des quelques gens de passage au cap lui a donné froid dans le dos. Le gouvernement qui se cache derrière les mensonges et la marine, les pirates qui veulent pour certain vivre avec leurs propres règles, d'autres juste faire le plus de dégâts possibles... Et les rebelles qui veulent juste créer une anarchie totale, quoi que d'après ce qu'il a entendu dire, il y a désormais deux camps dissidents ! Et au milieu de ça, les civils... Qui doivent subir les caprices des trois autres groupes. Comment est ce qu'il est censé étudier ça ? Ce monde a l'air au bord de la guerre mondiale ! Il ne sait pas ce qu'il a pu faire pour que son père ne décide de le bannir dans cet enfer, mais ça a du être horrible ! Cette idée en tête, il se relève lentement, tournant le dos l'île qui est de toutes manières beaucoup plus proche, puis commence à marcher sur le mât... Exercice apparemment assez dangereux à en juger par les regards des quelques marins qui l'ont vu, et inspire profondément lorsque ses pieds nus percutent le parquet chauffé par le soleil du navire, se dépêchant de remettre ses sandales, puis de se diriger vers la cale afin de reprendre son sac, ignorant comme il le peut la légère impression de restriction qu'il ressent dans les couloirs. Après si longtemps passé en plein air, il a en effet pas mal de problèmes à s'habituer aux espaces étroits, mais ce n'est pas non plus trop... Inquiétant. Il remonte ensuite rapidement sur le pont ce qui lui permet de voir que le navire a entretemps accosté sur le quai, lui permettant pour la première fois de "goûter" à l'air de l'île.

****C'est... Différent d'Alambra... Très différent...****

En effet, alors que sur Alambra, le climat était chaud, mais très humide, l'air de Whiskey Peak est certes chaud, mais aussi très sec, ressemblant presque à l'idée qu'il se fait d'un désert. Enfin, c'est encore vivable, mais son manteau semble brutalement devenir plus lourd qu'il ne l'a jamais été, chose qu'il corrige en l'ouvrant, aplatissant autant que possible son aile sur son dos, quoi que vu le vent, c'est une précaution pas vraiment utile, le vêtement flottant tellement autours de lui que seul un contact trahirait la présence du membre. Il n'y a que très peu de sable en revanche... Mais la première chose qui attire son regard, c'est l'étrange cactus géant qu'il remarque à l'extrémité du quai. Quelque chose ne va pas avec les épines... Cela dit, il se contente de hausser les épaules, adressant un signe d'adieu aux membres de l'équipage avant de s'enfoncer dans la foule, bénissant et maudissant sa petite taille... Parce que oui, être petit est utile pour se cacher... Mais en même temps, la prudence est nécessaire à chaque instants sous peine de finir par terre... Chose qui finit par se produire lorsqu'en essayant de quitter la grande rue pour se rendre dans une taverne qu'il vient de repérer, un brusque choc le projette brutalement sur le sol, sans pour autant vraiment lui faire mal... Mais assez fort pour lui arracher un grognement, quoi qu'heureusement, les livres et vêtements dans son sac empêchent son aile de frapper directement.

"Aie..."

Plusieurs bruits retentissent presque en même temps autours de lui, ce qui, le faisant sursauter active également sa forme électrique... Et pas une seconde trop tard lorsqu'une grosse pièce métallique tombe directement sur son tibia ou plutôt, traverse se tibia, percutant le sol en dessous avant que le membre ne se reforme dans une étincelle. Cette vue le fait grimacer, mais il se reprend rapidement, annulant sa forme élémentaire en espérant que personne n'a rien remarqué, il lève immédiatement les yeux pour voir qui il a percuté, juste à temps pour voir qu'il s'agit d'une jeune femme rousse aux yeux bruns tirant légèrement sur le rouge, légèrement plus grande que lui, habillée d'une cotte de maille ce qui explique l'impression d'avoir percuté un mur de fer. Alors qu'il se relève lentement, massant son front pour essayer de faire passer le tintement qu'il ressent à cause du choc, il murmure timidement, essayant de ne pas énerver l'inconnue plus qu'elle ne l'est peut être déjà :

"Euh... Dé... D-désolé, je... Je vous avait pas... V-vue."

Puis, voyant les divers morceaux de ferraille par terre, il grimace un peu plus avant de se pencher, essayant de les ramasser... Bien qu'il ne parvienne qu'à en lever trois à cause de sa petite taille, ce qui le fait grimacer un peu plus, sur et certain que Saren aurait pu lever tout sans broncher. cependant, son regard est attiré par le morceau qui aurait pu lui faire mal à la jambe et il se rend compte que ce dernier grésille un peu ce qui le pousse à reposer l'un des objets pour vite prendre celui là, absorbant rapidement l'électricité courant dessus, tendant ensuite ce qu'il a ramassé à l'inconnue en espérant qu'elle n'a rien remarqué.

"T-tenez..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Jeu 30 Avr - 2:41


Voila une journée qui commence comme les autres sur Whiskey Peak. Maryn est partie travailler au parc d’attraction de l’ile alors que Zyra construit des machines bizarres et joue encore avec du feu, comme à son habitude. Le problème avec les machines c’est qu’il faut souvent acheter des pièces et le problème avec le feu de son lance flammes c’est qu’il faut remplir le carburant pour pouvoir jouer avec. C’est donc une matinée shopping qui attend l’inventrice. Sur sa liste, on trouve des pièces mécaniques, beaucoup de pièces mécaniques. Il n’y a que ca en fait.

Zyra quitte donc son domicile et se dirige vers le centre de la ville, la ou se trouvent tous les magasins et commerces de l’ile, en dehors du parc. Elle se rend en premier chez son vendeur de pièces et de rouages mécaniques et en ressort à peu près deux heures plus tard, les bras chargés de pièces métalliques pour ses machines.

- Bon c’est bientôt onze heures, j’ai encore le temps d’aller faire le plein de carburant avant de rentrer déjeuner.

Zyra se dirige vers le bar ou elle à ses habitudes et qui est tout proche. Il est situé juste à coté d’une autre taverne qui a brulé récemment. Une histoire invraisemblable de culotte et de lave incluant des marines et des pirates. Surement des récits d’ivrognes qui avaient un peu forcé sur la bouteille.

Le problème pour accéder à cet établissement c’est que Zyra doit traverser la rue la plus fréquentée de toute l’ile et qui, à cause de l’arrivée de plusieurs bateaux, est encore plus bondée que la normale. Ca semble simple en fait, et ça l’est pour toute personne de taille normale mais Zyra, du haut de son 1m50 est plus petite que la moyenne et se fait régulièrement renversée par des marins pressés d’aller dépenser leur solde dans le bar le plus proche ou autrement.

- Quand faut y aller, faut y aller. C’est pour la bonne cause et je dirais même indispensable.

En effet pour recharger son lance flammes, Zyra utilise de l’alcool fort qu’on trouve dans le bar ou elle veut aller. L’inventrice tente sa chance et commence la traversée de cette rue.

Et évidemment ce qui devait arriver arriva, peu avant la porte du bar, Zyra se fait renverser et elle laisse tomber tout son matériel récemment acheté au sol. Elle se retourne, regarde en l’air, par habitude, pour parler face a face avec la personne qui l’a bousculée.

- Vous pouvez pas faire attention, c’est pas parce que je suis petite qu’il faut que...

Elle se rend compte qu’en fait il n’y a personne devant elle. Elle baisse les yeux pour voir ou sont tombées ses pièces et voit en réalité un enfant en train de se relever et qui dit d’une voix timide.

- Euh... Dé... D-désolé, je... Je vous avais pas... V-vue.

- Et bien mon petit, regarde ou tu va quand tu marches. J’ai plus qu’à tout ramasser maintenant.

Zyra commence à ramasser ses pièces et le jeune garçon fait de même, d’une façon relativement étrange car il échappe une pièce pour en prendre une qu’elle était sur le point de ramasser. Au moins il est gentil et l’aide à ramasser les pièces au sol.

- T-tenez...

*Plutôt étrange le gamin, j’ai du lui faire peur*.

- Ca te dirais un verre au bar, je t’invite.

Sans même attendre sa réponse elle pousse la porte de la taverne et hurle sa commande à travers la salle.

- Tavernier ! Une chopine de rhum pour moi, un lait fraise pour le petit et du carburant pour le lance-flammes !

- Ca roule Zyra !

Elle emmène ensuite le petit inconnu et sa caisse de matériel vers une table proche de l’entrée alors que le tavernier apporte les boissons. Elle prends une première gorgée et demande à l’enfant

- Aller dit moi tout. Tu a l’air perdu, comme si tu venais juste d’arriver. Où sont tes parents ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Lun 4 Mai - 15:54

Apparemment, l'inconnue ne lui en veut pas vraiment, bien qu'elle commence tout d'abord par lui crier dessus en regardant un certain point au dessus de lui... Ce qui lui arrache une forte impression de chaleur dans les joues lorsqu'il comprend qu'elle s'attendait à quelqu'un de plus grand. Une fois qu'elle se rend compte qu'elle faisait erreur cependant, elle lui parle beaucoup plus gentiment, lui conseillant juste de regarder où il va la prochaine fois, avant de finalement lui sourire lorsqu'il l'aide à ramasser les objets tombés par sa faute... Même s'il se sent rougir très légèrement lorsqu'elle hausse un sourcil en le voyant lâcher l'un des objets pour prendre celui qui était toujours électrifié ce qui lui apprend qu'elle ne s'était apparemment pas rendue compte du danger. Danger ? Peut être pas... Après tout, la tension libérée par son "Noli ne Tanjere" est minimale... Au pire du pire, une personne normale ne ressentirait qu'un léger choc électrique à peine semblablement à la piqure d'une guêpe, mais vue la quantité de métal que la jeune femme porte sur elle, on n'est jamais trop prudent... Cette idée en tête, il finit de l'aider à ramasser les objets autours d'eux, puis se prépare à poursuivre sa route, mais s'arrête d'un coup lorsqu'elle l'invite au bar, ce qui lui arrache un léger sursaut. Est ce que...

**** Saren m'a dit de faire attention... Même si je ne montre pas mon aile ou mes pouvoirs... Quelque chose sur... Euh, ne jamais accepté quoi que ce soit à manger ou boire d'un inconnu, surtout si c'est quelqu'un de... Plus âgé.****

Pendant un bref instant, il observe la jeune femme en la suivant dans le bar, essayant de découvrir ses intentions, mais ne repère rien... Aucune agressivité... Aucun regard insistant... Même son instinct gagné suite à sa vie sur Alambra ne bronche pas. Cependant, lorsque l'inconnue s'approche du bar et demande du rhum pour elle, un lait-fraise pour lui (ce qui ne manque pas de provoquer une étrange... Excitation dans la mesure où il se rappelle vaguement de cette boisson au ciel), mais surtout... Du carburant pour un lance-flammes, il s'immobilise, complètement pétrifié. Un... Lance-flammes ? La cicatrice sur son bras picote désagréablement à cette idée, un étrange ronronnement lui arrivant aux oreilles et il est forcé de remuer rapidement la tête pour se reprendre, ses yeux dardant d'un coup à chaque coin du bar avant qu'il ne respire plus calmement en se rendant compte qu'il n'y a aucune flamme... Ou lance-flammes dans les environs, ce qui ne l'empêche pas de trembler légèrement. Une autre profonde inspiration soigne rapidement ça, même si pendant un moment, il ne peut pas s'empêcher de se demander ce qu'il s'est passé.

****Ce... C'était quoi ça ? Je... J'aime vraiment pas le feu mais...****

Presque immédiatement, il chasse cette pensé de son esprit  lorsqu'il se rend compte que la commande de l'inconnue est arrivée et il suit cette dernière jusqu'à une table juste à côté de l'entré, s'asseyant sagement en face d'elle avant de finalement commencer à siroter le lait-fraise après avoir remercié le barman. Un sourire apparaît rapidement sur son visage lorsque les premières goûtes sucrées touchent sa gorge : C'est... Comme dans ses souvenirs. Peu à peu, les dernières bribes de peur restantes disparaissent et il se contente de sourire gentiment à l'inconnue, avant que finalement, cette dernière ne lui demande ce qu'il fait là, précisant qu'il a l'air perdu et lui demandant où sont ses parents, ce qui le fait légèrement grimace : où sont ses parents ? En voilà une bonne question... Au ciel ? Après tout, c'est de là qu'il vient... Mais il y a quelque chose... Comme un froid glacial envahissant sa poitrine à chaque fois qu'il y pense, un peu comme si... Quelque chose n'allait pas. Il ne sait toujours pas ce qu'il a fait pour que son père le bannisse après tout. Cette idée en tête, il boit une gorgée supplémentaire avant de murmurer :

"Je... Je ne sais pas... J-je les cherche justement. ça f-fait quatre ans que... Que je ne les ai pas v-vus."

Quatre ans... Incroyable de savoir comment le temps passe... Et pourtant,on ne peut pas dire qu'il s'est amusé sur Alambra. D'accord, ce n'était pas complètement horrible, mais c'était loin d'être parfait également. Devoir jouer un rôle qu'il haïssait, toujours devoir faire attention à ce qu'il disait... A ce qu'il faisait... Juste pour éviter de briser la sécurité très relative qu'il avait... Les visages de Zemblu et Nambu apparaissent un bref instant dans ses souvenirs, le faisant grimacer : il n'en a tué qu'un... Nambu ayant été achevé par un autre membre de la tribu, mais les deux visages continuent parfois de le narguer, surtout le regard d'horreur et de surprise que l'homme possédait lorsque le rayon traversait sa poitrine. Il chasse immédiatement ce souvenir, espérant cependant de toutes ses forces qu'il n'aura plus jamais à faire ça, même s'il se doute que tôt ou tard, surtout dans ce monde... Ses mains seront à nouveau souillées. Mais peu importe... IL prend alors une autre gorgée avant de demander timidement :

"Vous... Vous vous appelez c-comment ? Moi c'est M-miraak."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Mer 6 Mai - 4:05


4 ans qu’il n’a pas vu ses parents, peut-être qu’ils sont morts, comme ceux de Zyra, ou peut être qu’ils l’ont abandonné. Il ne veut surement pas en parler, il ne faut pas insister pour le moment. Zyra ne s’est même pas encore présentée à Miraak, c’est encore une inconnue pour lui. En plus quand elle à mentionné son lance-flammes, il lui a semblé que l’enfant ait eu comme une frayeur à ce moment là, coïncidence ?

- Je ne me suis même pas présentée, tu as du me prendre pour quelqu’un d’étrange qui offre des cadeaux aux enfants. Ne t’inquiètes pas, je ne suis pas comme ça. Je m’appelle Zyra Encendys, je suis inventrice et j’habite à la sortie de la ville.

Voila maintenant les présentations sont faites, on peut reprendre un peu de rhum, ca donne soif de parler, même pour un narrateur. Zyra reprend elle aussi une gorgée de boisson avant de continuer son discours.

- Moi aussi je n’ai pas vu mes parents depuis longtemps. 7 ans pour tout te dire. Ils sont morts dans l’explosion de l’atelier ou ils travaillaient et préparaient des feux d’artifices. J’ai été ensuite recueillie par un ami de mes parents, j’avais 12 ans. Et j’ai l’impression que t’a le même âge que j’avais à cette époque.

Aaaaahhhhh que de souvenirs, l’instant émotion dans toute sa splendeur. Mais le patron du bar vient gâcher toute l’émotion que Zyra vient de mettre en posant un tonneau de 10 litres de carburant à lance-flammes. Et oui elle ne plaisantait pas en demandant le carburant, c’est juste un alcool fort et Zyra a ses habitudes au bar et le patron sait ce qu’il faut apporter quand elle demande le carburant. Mais même si c’est un alcool, je vous déconseille de le boire, parce que faut l’avouer, c’est plutôt une boisson d’homme.

- Voila de quoi te recharger Zyra

- Merci patron

Le carburant pour remettre le feu dans la jeune femme, enfin ! Zyra sans son feu, c’est comme un chaton pas mignon, ca ne sert à rien et ca n’a aucun intérêt. Zyra retire un bout du tuyau qui est au début de son bras bionique, sur son épaule et le connecte au tonneau d’alcool. Elle le retourne afin de le vider pour qu’il remplisse son petit réservoir intégré. Une fois le plein effectué, La jeune femme sort son ’’Briquet’’ et allume une flamme pour voir si ca fonctionne bien et c’est le cas.

- Aaaaahhhhh ça me manquait ça. Flammes, flammes, délicieuses flammes.

Elle s’arrête lorsqu’elle remarque que Miraak est complètement figé sur place suite à cet accès de folie pyromane. A croire qu’il n’aime réellement pas le feu, c’est si beau pourtant. Zyra lui met la main sur l’epaule.

- Ca va Miraak ? T’es toujours avec nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Jeu 7 Mai - 18:24

A l'évidence, l'inventrice, ou plutôt Zyra a vu son trouble dans la mesure où elle ne tarde pas à se présenter. Une... Inventrice... ça, c'est intéressant. Très intéressant dans la mesure où mise à part sur son île, il n'a jamais vu personne inventer ou en tous cas, tenter d'inventer quoi que ce soit. Les souvenirs d'Aetheria sont assez... Étranges dans la mesure où il ne se rappelle pas vraiment de ce à quoi ressemblaient les habitants, mise à part les yeux rouges et les immenses ailes de ses parents. Cela dit, il se souvient vaguement d'étranges coquillages ayant diverses fonctions et capacités, chose qui d'ailleurs lui arrache un léger sourire lorsqu'il se rappelle de l'un d'eux : un tout petit coquillage dont la fonction était, si ses souvenirs sont bons, d'illuminer complètement une zone avec une force incroyable, surtout pour quelque chose d'aussi petit ! Un Flash... Flash quoi déjà ? Pendant un bref instant, il ne peut pas s'empêcher de froncer les sourcils : il sait parfaitement que le noms de ces objets n'est pas "coquillage", mais quelque chose d'autre. Mais il n'arrive pas à se souvenir de ce que c'est ! Cette idée en tête, il se contente de soupirer, retournant à la conversation juste à temps pour entendre Zyra lui indiquer qu'elle même n'a plus vu ses parents depuis environ sept ans, précisant qu'elle n'avait que douze ans quand ils sont morts, apparemment dans une explosion ce qui indique qu'ils étaient inventeurs comme elle. Mais ce qui attire le plus son attention vient du fait que contrairement à beaucoup, elle reconnait immédiatement son âge, mais aussi son genre... Chose que seul Saren a réussit à faire jusque là. Cette idée le fait légèrement rougir, vu sa petite taille, le prendre pour un enfant de neuf ou dix ans grand maximum arrive très fréquemment. Les Alams le considéraient plus comme "sans âge" et "sans genre" vu son statut de "divinité". Quant à Saren, le fait qu'il ne daignait l'appeler que "petit être" indiquait que soit l'homme-raie se moquait complètement de son âge réel, ou soit l'appeler ainsi que pour souligner le fait que l'ange ne lui arrivait qu'en haut de la cuisse, idée assez vexante d'ailleurs. Quant au genre... Ben, un homme-poisson a peut être un meilleur odorat et vu qu'il s'est présenté sous un prénom clairement masculin, Zyra n'a pas besoin d'en savoir plus pour se rendre compte qu'il est un garçon. Parce que en tous cas, l'équipage du navire qu'il a pris l'a appelé "jeune fille" ou "petite" si fréquemment que ça n'en était même pas drôle... Très rapidement, le reste de la phrase lui revient en tête et il soupire très légèrement, prenant une brève gorgée de lait-fraise avant de murmurer :

"Les m-miens mont... Punis. Je me... Rappelle plus ce que j'ai fait mais... Je me s-souviens de la colère dans leurs yeux quand mon père m'a... Chassé."

Mieux éviter de dire que son père l'a littéralement jeté dans le vide, afin d'éviter de donner trop de détails. Le légèrement frottement du manteau contre les plumes de son aile le ramène rapidement à la réalité et il se contente de reprendre une gorgée, juste à temps pour hausser un sourcil en voyant le barman porter un énorme tonneau comme si de rien n'était, le posant à côté de la table en indiquant qu'il s'agit du carburant... Et Mir reste complètement pétrifié en se rendant compte, pour la première fois de la présence d'un tuyau sur l'un des bras de la jeune femme. Tuyau qui est vite retiré et plongé dans le tonneau, avant qu'une fois ce dernier vide, Zyra ne remette le tuyau à sa place, créant ensuite une flamme directement dans sa main. Il ignore complètement ce qu'elle dit, toute son attention étant uniquement tournée vers cette unique flamme, sentant presque la chaleur lacérer son visage mais surtout... Son bras gauche. La cicatrice brûle d'un coup avec violence et un bref instant, il revoit juste l'intense brasier derrière ses parents dont les yeux rouges le toisent, le projetant dans le vide. Un contact sur son épaule droite le ramène à la réalité et il cligne des yeux, sentant toujours la douleur et désormais un froid glacial envahir chaque parcelle de son corps, puis un grésillement venant de sa main gauche. Apparemment, Zyra vient de lui poser une question, mais toujours pétrifié par la vision du feu, il reste incapable de répondre pendant un instant, son corps continuant de trembler tandis qu'une forte tension l'envahit, cherchant à sortir. Le souvenir du métal couvrant une bonne partie du corps de la jeune femme parvient cependant à le calmer légèrement et il inspire, essayant de se reprendre, ne parvenant qu'à bafouiller encore plus que d'habitude :

"L-le F-feu... ç-ça... F-fait mal... N-ne... Le m-montrez p-plus s'il... S-sil vous plait..."

Il sent d'un coup un grésillement plus fort que les autres et a juste le temps d'arracher son épaule de la main de Zyra avant que son bras tout entier ne disparaisse un bref instant dans un éclair violet, continuant à étinceler, puis retrouvant sa forme normale dès qu'il ferme les yeux, essayant de garder son corps son contrôle. L'absence de la flamme aidant, il parvient à reprendre contrôle de son corps, inspirant profondément pour faire taire la tension qui continue à grogner en lui, espérant que les conversations qu'il entend toujours autour de lui ont empêché les gens de voir ses capacités, avant de murmurer, n'osant pas croiser le regard de Zyra après ça :

"Dé... D-désolé pour ça... C'est... Difficile à c-contrôler et... J'avais p-peur de... De vous f-faire mal..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Sam 9 Mai - 3:12


Le feu ca fait mal ? Pas selon Zyra. Le feu c’est le bien, le feu c’est le bonheur, le feu c’est l’amour, le feu c’est la passion, le feu c’est le feu, que dire de plus. L’inventrice ne peut pas s’en passer, c’est sa passion. Que de bonheur la parcourt quand elle voit des flammes ou quand elle sent toute la chaleur que peut dégager un brasier. Et la, il fallait qu’elle tombe sur un gamin qui ne supporte pas la vue du feu.

*On dit que les opposés s’attirent mais aussi qui se ressemble s’assemble. Il n’aime pas le feu, ce qui fait qu’il est opposé à moi. Mais, ça fait longtemps qu’il n’a pas vu ses parents, comme moi. Je suis sure, même s’il ne le sait pas forcement consciemment, qu’il a besoin de quelqu’un à qui il peut faire confiance.*

Zyra réfléchit à ce qu’elle pourrait faire pour aider cet enfant. Elle sait qu’elle peut faire quelque chose et il lui rappelle elle-même quand elle avait 12 ans et qu’elle à trouvé cette aide. Elle aimerait tellement pouvoir faire quelque chose pour lui mais il va falloir qu’elle refrène ses envies pyromanes pour éviter de l’effrayer.

Subitement elle ressent une légère sensation de décharge électrique, relativement faible malgré toute la ferraille et le métal, qu’elle a sur elle. L’enfant retire presque au même moment la main de Zyra qui est placée sur son épaule.

- Dé... D-désolé pour ça... C'est... Difficile à c-contrôler et... J'avais p-peur de... De vous f-faire mal...

- Tu ne m’as pas fait mal petit. Juste une légère sensation d’avoir reçu un coup d’électricité statique dans tout le corps en même temps. C’est toi qui à fait ça ?

De plus en plus étrange le gamin, on dirait qu’il fabrique de l’électricité voire même qu’il est l’électricité. Que lui cache encore cet enfant si mystérieux. Elle veut le découvrir, elle veut savoir ce qu’il cache et en même temps elle veut découvrir pourquoi il le cache au monde. Cet enfant est tellement étrange et ça attire en elle une grande curiosité. Elle veut l’aider, pour pouvoir mieux le connaitre.

- Tu sais où déjeuner Miraak ? Je t’invite manger à la maison si tu le souhaites. Maryn est surement rentrée et à dû préparer le repas. Tu verras, elle est gentille. Elle m’a accueillie et élevée après que mes parents ont disparus dans l’explosion.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Dim 10 Mai - 15:54

Apparemment, ses décharges incontrôlées ne sont pas aussi dangereuses qu'il le craignait dans la mesure où Zyra indique qu'elle a juste sentit une décharge semblable à de l'électricité statique parcourant tout son corps en même temps, ce qui le rassure légèrement : au moins, il ne risque pas de blesser réellement quelqu'un... Même si ça devient urgent qu'il parvienne à vraiment contrôler son pouvoir. Un rapide regard dans les alentours lui apprend que son pouvoir n'a apparemment pas du tout attiré l'attention, les gens étant beaucoup trop occupés à parler et à boire pour faire attention à la porte... Ou est ce juste que sur Grandline, un tel pouvoir est si répandu que les gens n'y font même plus attention ? Peu importe. Une question retentit à côté de lui et il se rend compte que Zyra lui a proposé de se joindre à elle pour déjeuner, chose qu'il commence par songer à refuser... Juste à temps pour qu'un grondement sourd venant de son estomac ne le rappelle à l'ordre, sans compter qu'il ne repère toujours aucune envie ou sensation malsaine venant de Zyra...Quoi qu'il peut voir une légère curiosité et... Autre chose dans le regard presque rouge de la jeune femme. Puis... Maryn ? Un étrange prénom. Il connait "Marine", qui était d'ailleurs, ironiquement, le nom d'une jeune femme appartenant à la marine qui était venue avec un groupe sur Alambra... Et n'en est jamais ressortie, seul le chef du groupe parvenant à s'enfuir. Mais cette version là lui fait presque penser à...

****Saren ? Pourquoi est ce que je penses à lui d'un coup ? Est ce qu'il serait possible que cette Maryn soit...****

Sans vraiment savoir pourquoi, Miraak sent d'un coup son coeur chauffer légèrement : Saren était assez impressionnant et semblait savoir beaucoup de choses sur le monde. Mais les trois quarts des choses en question étaient surtout tournées vers la haine des humains. Sans compter que même si l'homme-raie n'a jamais levé la main sur lui, il n'a jamais osé lui poser la moindre question de peur de le contrarier. Hors, contrarier une créature capable de contrôler l'eau d'une certaine manière... Et donc, de lui faire vraiment mal n'est pas du tout une bonne idée. Hors, d'après ce que Zyra lui indique, Maryn est beaucoup plus gentille, patiente... Et n'est pas du tout une esclave ce qui veut dire que si elle est bien, comme il s'y attend, une... Euh, une femme-poisson, elle pourra peut être l'aider à comprendre ce monde beaucoup plus facilement que Saren. Cela dit, ce n'est peut être pas le moment de s'emballer : aussi bien le nom a juste une sonorité un peu spéciale et il s'agit bel et bien d'une humaine. Du coup, il se contente de sourire timidement avant de murmurer :

"Si... S-si ça ne vous... D-dérange p-pas."

Son estomac gronde à nouveau, suivit pas une crampe assez forte, mais il se contente de frotter l'arrière de son crâne tout en terminant son verre de lait-fraise, grimaçant légèrement lorsqu'il se rend compte que la boisson a été légèrement... Électrifiée... Avec tout ce que ça implique, à savoir un lait-fraise chaud et légèrement pétillant. En bref...

****C'est vraiment infect maintenant... Faut vraiment que j'apprenne à contrôler ce pouvoir correctement...****

Cette idée lui arrache un soupir, mais il se reprend vite, se contentant d'attendre que Zyra ait terminé son rhum, bien que ses yeux reviennent régulièrement vers le bras de la jeune femme, se demandant comment elle a bien pu faire pour devenir comme ça... Et pourquoi... Non, pas pourquoi : inventer des choses est dangereux après tout... Sans compter qu'elle était peut être dans l'atelier de ses parents lors de l'explosion. Il peut comprendre pourquoi elle aurait créé et greffé un bras mécanique : avoir un seul bras pourrait être être particulièrement gênant, surtout si elle avait le désir de devenir inventrice, mais... De là à greffer à lance-flammes ! L'expression d'amusement qu'elle avait lorsque la flamme sortait de sa main lui revient d'un coup en mémoire et il ne peut pas s'empêcher de se demander comment elle peut s'amuser avec une telle... Horreur. Il ne se rappelle pas vraiment de sa propre rencontre avec le feu ou même des raisons pour lesquelles il le craint, mais le peu de souvenirs qu'il lui reste, sans compter la douleur qu'il ressent au bras à chaque fois qu'il voit une flamme indique clairement que le feu ne peut que faire mal aux gens ! D'un autre côté... Grandline n'a pas l'air d'être l'endroit le plus pacifique au monde... Saren a laissé échapper une fois quelque chose concernant les femmes et les enfants, murmurant juste que "certains avaient des goûts assez... Horribles", mais n'a pas parlé d'avantage, lui disant juste qu'il "comprendrait lorsqu'il serait plus grand" et se contentant de lui conseiller de se méfier des adultes et surtout, des humains en général d'ici là. Peut être que la jeune femme a greffé cette arme par précaution ? Même dans ce cas, ce n'est pas quelque chose qu'il apprécie, la seule idée de ce qu'on pourrait ressentir en étant brûlé vif le faisant trembler. Mieux ne vaut pas poser la question, si bien qu'il se contente de demander autre chose :

"Est ce que... Il faut que je f-fasse attention à q-quelque chose ici ? La... L-la personne qui m'a envoyé sur... C-cette île m'a dit de me méfier sur... Sur Grandline mais... P-pas de quoi..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Lun 11 Mai - 3:23


Il vient déjeuner à la maison, Zyra est contente, elle pourra continuer à percer les secrets et les mystères qui entourent le jeune garçon. Elle espère que Maryn arrivera à insuffler plus de confiance au petit. Zyra à quelques problèmes pyromaniques qui effraie un peu l’enfant. Mais il est vrai qu’elle à prit Miraak en affection. Il lui rappelle elle à ses 12 ans. Elle a perdu ses parents et quelqu’un l’a recueillie. Maintenant, c’est à son tour de pouvoir aider quelqu’un et pourquoi pas le recueillir un jour si il veut, car l’enfant à déjà l’air de bien se débrouiller si ca fait 4 ans qu’il est seul. Il semble aussi fasciné par le bras cyborg de Zyra et ne peut s’empêcher de le fixer. Peut être elle pourra lui en parler plus en détails plus tard. Pour le moment elle continue sa choppe de rhum pendant que le petit lui demande

- Est ce que... Il faut que je f-fasse attention à q-quelque chose ici ? La... L-la personne qui m'a envoyé sur... C-cette île m'a dit de me méfier sur... Sur Grandline mais... P-pas de quoi..."

- Ici il n’y a pas grand-chose de dangereux tant que tu n’es pas sur une affiche. Mais comme tu es un enfant, fait quand même attention aux pirates. J’en ai déjà vu qui ont des pratiques, comment dire… Répugnantes. Mais ca reste très rare quand même.

Zyra prend une dernière gorgée de rhum pour terminer sa choppe et va voir le patron derrière son bar pour régler sa note. Une fois revenue à la table, elle se saisit de sa caisse de matériels mécaniques et invita le jeune garçon à la suivre.

- Aller viens ! Un bon repas nous attend à la maison. Et tu vas aussi pouvoir rencontrer l’une des personnes qui m’a aidée lorsque j’en avais le plus besoin.

Zyra et l’enfant partent donc en direction de la côte nord, vers la sortie de la ville. La maison de Zyra est repérable de loin avec sa grande cheminée métallique. Il faut dire aussi que cette cheminée est indispensable à l’inventrice pour exercer son métier. Un feu y brule continuellement dans l’âtre situé en bas de la cheminée. Il faudra espérer qu’il ne fasse pas peur à l’enfant, vu comment il à réagit face à la flamme du briquet de Zyra, c’est pas gagné. Peut être que s’il se rend bien compte que ce n’est qu’un feu de cheminée ca passera mais ce n’est pas sur.

Les deux compagnons arrivent enfin à la maison, la bonne odeur du repas commence à venir caresser leurs narines. Ils arrivent devant la porte. Zyra met la caisse de pièces mécaniques sur sa main bionique, tel un plateau. Elle utilise ensuite l’autre main pour tourner la poignée afin d’ouvrir la porte. Elle invite enfin Miraak à entrer et prévient Maryn de l’arrivée d’un hôte supplémentaire pour le déjeuner.

- Salut Maryn, j’ai ramené du monde pour déjeuner.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Ven 15 Mai - 0:07

Apparemment, aussi longtemps qu'il n'est pas sur une affiche... Et il ne lui faut pas longtemps pour comprendre que Zyra parle d'un avis de recherche, il n'a pas grand chose à craindre sur cette île... Bien que la manière dont la jeune femme lui indique que vu qu'il est un enfant, il a intérêt à se méfier des pirates lui arrache un frisson : ça rejoint en quelques sortes les avertissements de Saren. Des pratiques répugnantes... Sa curiosité s'éveille à grands cris, mais il se dépêche de la refouler : si l'homme-raie a préféré garder le silence à ce sujet, l'inventrice qui a l'air beaucoup plus calme ne risque pas de répondre non plus. Du coup, il se contente d'acquiescer de la tête, laissant ensuite Zyra payer sa note au comptoir, puis revenir pour prendre la caisse de matériel. Il hésite pendant un bref instant à aider, mais il se rappelle d'un coup que vue sa petite taille, il ne risque pas de pouvoir prendre grand chose, sans compter qu'il sent toujours un peu de tension émaner de lui ce qui pourrait être dangereux s'il essayait de saisir un objet métallique. Du coup, il se contente de suivre Zyra quand cette dernière le lui demande, sa curiosité grondant en lui : Est ce que cette Maryn est humaine ? Est ce qu'elle est comme lui ? Est ce qu'ils s'entendront bien ? Alors qu'il suit l'inventrice dans la rue, il commence à observer un peu partout, notant toujours les étranges cactus... Dont la taille démesurée, déjà pas du tout naturelle semble presque cacher quelque chose. Peu importe cela dit : lui et Zyra semblent arrivés à destination : une petite maison avec une énorme cheminée ce qui fait un bon point de repère. Mais ce qui attire le plus l'attention de Miraak n'est autre que l'odeur qui flotte d'un coup dans les airs. Il ne reconnaît pas mais... Son ventre grogne d'un seul coup tandis qu'il sent une légère crampe apparaître. Il a mangé plusieurs choses depuis des années. Ours, Oeuf géants, tigres... Ce souvenir d'ailleurs lui provoque un léger frisson tellement le goût, surtout pour un animal aussi féroce, était ignoble. Mais quelque chose dans cette odeur le fait presque saliver, si bien qu'il se dépêche de secouer la tête pour se reprendre... Chose qu'il regrette immédiatement lorsqu'il repère une flamme... Une grande flamme à à peine cinq mètres de lui, ce qui le fait sursauter, manquant de percuter à nouveau Zyra. Cependant, le reste du décor lui parvient et il inspire profondément, se rendant compte que la flamme est contenue... Elle brûle dans l'âtre ce qui fait qu'il n'y a que peu de chances qu'elle se propage. Cette idée le fait soupirer de soulagement, même si sans même s'en rendre compte, il se rapproche craintivement de l'inventrice.

****Du calme... Je... Je ne risque rien...****

Il avale difficilement sa salive, entendant vaguement la maîtresse des lieux appeler la fameuse Maryn, raison pour laquelle il est surpris lorsqu'il entend des bruits des pas se diriger dans sa direction, ce qui le fait lever les yeux... Juste à temps pour croiser le regard d'une grande femme-poisson à la peau bleue foncée. Moins grande et solide que Saren, elle semble plus gracieuse, mesurant probablement un mètre quatre vingt. Outre la peau bleue, elle garde également quelques attributs de sa race, dont des petites nageoires ou plutôt, des espèces de "crêtes" sur les avant bras ainsi que des branchies sur la gorge, choses peu visibles derrière l'armure de Chitine naturelle de Saren, mais clairement visible chez elle. D'une certaine manière... Elle lui rappelle vaguement quelque chose, mais il n'arrive pas à savoir quoi. Les yeux bleus tout comme son corps le toisent à présent avec surprise, mais il ne décèle aucune agressivité, juste... Une étrange chaleur... Et presque immédiatement, il comprend pourquoi contrairement à Saren, elle a pris sur elle d'aider une humaine : il n'y a aucune haine. Le regard de l'homme-raie ne montrait que de la haine, et peut être de l'amusement... Mais il haïssait ce regard là... Et pour cause : cet amusement ne s'est montré que pour saluer une mort... Dans les deux cas : un tigre... Puis Zemblu.

"Euh... b-bonjour..."

A peine ces deux mots prononcés, il sent une forte gêne mêlée à une brusque chaleur dans ses joues devant cette stupidité. Il sent aussi son aile se tendre légèrement, déformant légèrement son manteau, mais il s'en moque complètement, trop occupé à tapoter les pointes de ses index l'une contre l'autre avant que la voix calme de Maryn ne s'élève, le troublant légèrement par rapport à celle beaucoup plus féroce et cruelle de Saren :

"Bienvenue à la maison, Zyra. Et qui est ton jeune ami ?"

Dans un premier temps, Miraak se prépare à répondre lui-même à la question, mais le peu de souvenirs des leçons de ses parents lui reviennent en tête. Certes, la politesse sur Alambra était pas vraiment la valeur la plus sure : vu que les trois quarts des Alams juraient comme des barbares à la première occasion. Quant à Saren, il ne faisait pas non plus attention à son langage près de lui. Mais en tous cas, il est presque sur que répondre à la place d'une personne chez qu'il il se trouve n'est pas une bonne idée. Du coup, il sourit timidement à Maryn, attendant que Zyra ne réponde à cette dernière... Même s'il a d'un coup l'étrange impression de sentir le regard de l'inventrice lui vriller le dos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Ven 15 Mai - 2:38


L’enfant est toujours aussi timide, il ira surement mieux quand il connaitra plus en détail les deux amies. Il est timide mais quelque chose bouge dans son dos, comme s’il était content d’avoir trouvé quelqu’un qui l’aide même s’il est gêné d’être ici parce qu’il a peur de déranger.

*c’est étrange, il y a quelque chose qui bouge dans son dos.*.

Manque de chance pour lui, Zyra à remarqué ça, elle est très observatrice et ce qu’elle a vu l’intrigue. Qu’est-ce que ça peut bien être ? Va-t-il vouloir leur montrer ça connaissant sa timidité ? Peut-être qu’il va falloir lui demander pour qu’il révèle cette étrangeté. Mais pour le moment il s’agit de le présenter à la femme-poisson.

- Il s’appelle Miraak et il doit surement être un nouveau venu sur l’ile. Je l’ai rencontré devant le bar en face du magasin de pièces mécaniques. Il m’a dit qu’il n’a pas vu ses parents depuis qu’ils l’ont chassé il y a 4 ans. Ah j’oubliais, il déteste le feu et il à l’air de produire de l’électricité statique quand il y a une flamme.

Zyra se retourne vers l’enfant pour s’adresser à lui, sans le toucher, pour ne pas se refaire toucher par le frisson d’électricité statique, comme elle à eu dans le bar. Avec tout le métal qu’elle a sur elle, grâce à sa cote de maille et à son bras cyborg, il ne faudrait pas que son attirail de paratonnerre fasse augmenter la puissance de cette sensation à force de la subir.

- D’ailleurs ma petite cheminée n’a pas l’air de trop te déranger, enfin si c’est bien notre présence qui fait s’agiter quelque chose dans ton dos.

Il faut espérer que la jeune femme n’ait pas posé la question trop brusquement à l’enfant, pour ne pas l’effrayer. Elle aimerait tellement faire comme Maryn quand elle l’a recueillie. Elle veut aider le jeune garçon, même si la cohabitation avec les flammes de l’inventrice semble difficile, elle sent qu’il réussira à passer sa peur au fil du temps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Dim 17 Mai - 18:54

Alors que Zyra le présente à Maryn, Mir ne peut pas s'empêcher de se sentir gêné, surtout lorsqu'elle précise qu'il n'aime pas le feu et semble produire de l'électricité statique dès qu'il est confronté. Bon, ce n'est pas un mensonge, mais ce n'est pas la complète réalité non plus : Il a eu un bon moment pour s'y faire : il EST la foudre... Une force naturelle primitive et normalement presque impossible à domestiquer. Encore à ce jour, il ne peut pas s'empêcher de se demander comment des fruits capables d'offrir à ceux qui les mangent de tels pouvoirs peuvent exister. Un bref instant, il laisse son bras gauche disparaître, vérifiant cependant que ce dernier reste caché, puis essaie de bouger les doigts, chose qu'il parvient à faire... Même alors que son bras est désormais un simple éclair violet. Au début, ce constat était effrayant... L'horrible impression d'être un monstre... Un rejet de la nature. Mais à présent, il peut voir le réel pouvoir. Son fruit lui permet de faire des choses qu'aucun autre enfant ne peut faire. Sans lui, il aurait certainement été tué la nuit même où son père l'a envoyé pour la première fois sur Alambra. Son utilité principale est certes de tuer. Mais il peut aussi faire tellement d'autres choses. Sa curiosité se réveille à nouveau et il ne peut d'un coup pas s'empêcher de se demander ce qu'il n'a pas encore découvert. Cela dit, la voix de Zyra lui arrive d'un coup aux oreilles et il sursaute, libérant involontairement une légère décharge qui ne dépasse heureusement pas la limite de son manteau, même si un fort grésillement retentit dans la maison. La jeune femme vient en effet de lui demander ce qui bouge sous son manteau et il reste un instant pétrifié, observant les deux femmes tandis que les conseils de Saren lui reviennent en tête.

****Est ce que... Je peux leur faire confiance ?****

La présence de Maryn le rassure légèrement : la femme-poisson n'est pas une esclave... Au contraire : rien qu'à leur manière de discuter, elle et Zyra s'entendent très bien. Il n'y a aucun esclavagisme, aucune haine... Juste... Un lien... Un lien qu'il n'arrive pas à reconnaître, mais qui ne manque pas de lui arracher un léger sourire alors que presque inconsciemment, sa main gauche part déjà lentement vers le col de son manteau... Ou plutôt de la grande cape enroulée autours de son corps. Est ce qu'il peut leur faire confiance ? C'est dangereux, oui... Mais il y a Maryn... Et Zyra n'a montré aucune agressivité. Chez les Alams, son secret n'en était pas un et était une marque d'un rôle qu'il haïssait. Son coeur se contracte un peu dans sa poitrine tandis que son index droit défait l'attache métallique maintenant sa cape fermée, une seule phrase lui arrivant aux lèvres, ou plutôt... Une question :

"Est-ce que... Est-ce q-que vous... P-pouvez garder un s-secret ?"

Apparemment, sa question a surpris Maryn, même si cette dernière fait rapidement un signe de tête, puis regarde en direction de Zyra, son regard semblant presque lui ordonner de faire pareil. Sa main droite tremble, quelques éclairs venant nimber la gauche, fort heureusement toujours cachée par la cape. Saren lui a dit de faire attention. D'éviter de montrer sa vraie nature aux humains, mais... Maryn n'est pas techniquement humaine... Et elle s'entend très bien avec une humaine dont elle a pris soin pendant des années. Il avale difficilement sa salive, baissant ensuite les yeux pour essayer de se calmer avant de lentement défaire les eux autres attaches de son manteau, fermant les yeux pour se calmer, du moins jusqu'à ce qu'une main parcourue d'étranges protubérantes et légèrement froide ne se pose sur la sienne, le forçant à les rouvrir, juste à temps pour croiser le regard de Maryn qui lui murmure gentiment :

"Si c'est si effrayant pour toi, tu peux garder ton secret."

Un bref instant, Mir pense à accepter et remettre les attaches de son manteau à sa place, mais il se contente d'inspirer profondément, reprenant rapidement son calme, répondant gentiment :

"L'un... L'un des vôtres m'a dit de... D'éviter de montrer ce... Ce que j'étais aux humains. IL m'a j-juste dit que... Qu'ils étaient méchants avec... Avec ceux qui étaient différents."

A en juger par le regard d'un coup beaucoup plus dur de Maryn, elle a clairement compris où il voulait en venir, mais il se contente de soupirer, décrochant la dernière attache avant de regarder timidement Zyra, murmurant d'une petite voix :

"Je... J-je suis Miraak Dark... Darklight... Possesseur du... Du fruit d-de la f-foudre et..."

Inspirant profondément, il laisse finalement sa cape tomber sur le sol, libérant le secret caché en dessous : une aile blanche recouverte de plumes qui se dresse d'un coup au dessus de son épaule dans un léger souffle d'air, avant de se replier autours de son bras droit tandis qu'il sourit, finissant sa phrase :

"Et ange... C'était mon... Mon Aile qui bougeait sous mon m-manteau"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Lun 18 Mai - 2:01


Un ange !!!!! Un ange !!!!! Zyra s’attendait à tout sauf à ça. L’enfant qu’elle à rencontré est en fait un ange. Et il a le fruit de la foudre en prime. Comme quoi son intuition était bonne. L’enfant lui cachait bien quelque chose et c’est quelque chose d’énorme. Voir un ange est extrêmement rare si on n’est pas sur une ile céleste. Zyra n’en avait jamais vu, Maryn non plus. Les deux amies sont subjuguées par cet enfant. Elles n’arrivent pas à se rendre compte de la personne qui se trouve devant eux. Un ange c’est déjà pas commun ici alors un ange qui n’a qu’une aile, il finirait dans une cage ou les gens paieraient pour le voir et lui lancer des cacahuètes. Il a raison de cacher cela aux monde, les gens ne sont pas prêts pour ça. Déjà qu’ils regardent Maryn d’un œil bizarre.

- L’homme-poisson qui t’a dit ça à eu raison de le faire et je te conseille de faire la même chose pour le moment. Tant que les hommes prendront ceux qui sont différents comme du bétail, gardes la cachée.

Tant qu’il y aura des esclaves étranges, ou tant que cette asymétrie au niveau de l’aile ne sera pas réglée. Zyra, après le choc initial, imagine ce qu’elle pourrait faire pour aider cet enfant et se souvient de son enfance pour ça. Elle n’avait qu’un bras et Maxwell lui en à construit un. Miraak n’a qu’une aile et même si elle ne pense pas réussir à cyborgiser une aile pour l’enfant, elle essaiera quand même car une fois avec deux ailes, il pourra s’afficher en public comme quelqu’un de ’’normal’’.

- Mais tu n’a qu’une seule aile ? Je n’ai peut-être jamais vu d’ange mais je sais quand même qu’il faut deux ailes pour voler. Tu est né comme ça ou tu l’a perdue ?

Zyra commence déjà à réfléchir à des plans pour fabriquer une aile à Miraak. Sera-t-il d’accord ? Se laissera-t-il manipuler par l’inventrice, lui qui est très timide ? Et surtout résistera-t-elle à son pouvoir de foudre ? Pouvoir de foudre qui fait d’ailleurs un peu peur à Zyra, étant donné qu’elle est constituée de métal sur son bras droit, qu’elle porte en permanence une côte de mailles et des bottes à bout métallique. La jeune femme est un vrai paratonnerre ambulant et elle ne veut pas se faire électrocuter accidentellement, déjà qu’elle à subit de l’électricité statique lorsqu’elle à montré sa flamme. Elle sait qu’elle conduit l’électricité depuis ce moment. Pour le moment elle doit demander à Maryn si ça pourrait fonctionner.

- Tu penses que s’il avait deux ailes il pourrait se promener en public sans se cacher ?

- Pourquoi pas. Je sens que tu as une idée derrière la tête.

- Une petite, faut que j’y réfléchisse encore.

Zyra se tourne et s’adresse à Miraak

- Il me faudra ton accord par contre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Mar 19 Mai - 12:56

La première chose que dit Maryn en voyant son aile est claire : Saren avait parfaitement raison de lui conseiller de se cacher. S'il sait parfaitement que le "démon des profondeurs" comme ce dernier se surnommait n'a pas fait ça que pour le protéger, savoir au moins que la haine des humains n'était pas la seule chose à parler ce jour là le rassure légèrement, même s'il s'efforce de ne pas le montrer. Du coup, il sourit timidement à Maryn, laissant son aile battre doucement derrière lui. Cependant, Zyra semble toujours presque subjuguée par la vue , avant qu'elle ne se reprenne, lui demandant juste s'il n'a qu'une seule aile avant de lui indiquer qu'elle pensait qu'il en fallait deux pour voler, puis de lui demander s'il n'en a toujours eu qu'une ou si il a perdu l'autre à un moment ce qui lui arrache une grimace : il n'a que peu de souvenirs d'avant son bannissement, mais il se rappelle clairement des moqueries des autres enfants et des étranges regards des adultes... Sans compter les souvenirs de mains glissant sur son épaule, cherchant à trouver un quelconque vestige de l'aile manquante. Ce souvenir lui arrache un fort frisson et il baisse la tête avant de murmurer :

"Je... Je s-suis né comme ça... Les adultes et... Autres enfants m'ont... T-toujours indiqué ce... Ce qu'ils en pensaient."

Presque immédiatement, il regrette d'avoir ouvert la bouche, mais il se contente de soupirer , reprenant son manteau tout en contemplant l'idée de le remettre, mais de nouveau, il est interrompu lorsque Zyra demande à Maryn s'il serait possible qu'il puisse se promener en public avec deux ailes, ce qui lui fait hausser un sourcil, surtout lorsque la femme-poisson lui demande si elle a quelque chose en tête. Zyra indique qu'elle a bien une idée, avant de se tourner vers lui en lui disant qu'elle a besoin de son accord, chose qui le fait légèrement sursauter : son accord ? Pourquoi ? Presque immédiatement, son cerveau se met en route, lui rappelant qu'il est dans la maison d'une inventrice...Inventrice ayant déjà un bras mécanique et le regardant certes actuellement dans les yeux, mais ayant fixé son épaule vierge avec insistance quelques minutes plus tôt. Son propre regard fixe d'abord le bras mécanique parfaitement fonctionnel, avec cependant un léger frisson lorsqu'il accroche involontairement le tuyau dessus, puis il ferme les yeux un instant pour se rassurer avant de murmurer :

"Vous... V-vous croyez pouvoir... M'en cré... Créer une autre ? Comme votre... V-votre bras ?"

Son aile se replie légèrement, les plumes frôlant sa main droite ce qui le fait légèrement sourire. D'un côté, il peut apprendre à voler, même avec une seule aile : son fruit est céleste d'une certaine manière, ce qui lui permettrait de quitter le sol, avec ou sans seconde aile. Mais d'un autre côté... Voler par ce moyen indiquerait que son corps ne subirait aucune prise... Il ne sentira pas le vent, quoi qu'il arrive... Et les éclairs feront fuir tous les animaux, en particulier les oiseaux. Hors, l'une des raisons pour lesquelles il aimerait tellement apprendre à voler est précisément pour ça : voler avec les oiseaux, sentir le vent le porter au loin. Cette idée le fait sourire et il regarde timidement Zyra avant de prononcer, essayant de parler plus fort :

"Je... J-je veux b-bien... Mais faut que...Que j'apprenne à... Me contrôler complètement a... Avant. Mes p-pouvoirs m'échappent t-toujours de temps en temps et... Je v-veux pas... Vous faire mal sans le v-vouloir."

L'entraînement risque d'être rude : même avec des années parmi les Alams, il a encore beaucoup de mal à contrôler ses pouvoirs... Et les orages les mettent complètement hors de contrôle. Il n'a cependant pas le temps d'y penser d'avantage : une crampe assez forte se fait sentir dans son estomac, suivie de près par un fort grondement qui retentit dans toute la maison. Presque immédiatement, il sent ses joues brûler d'un fort rougissement et se frotte nerveusement le crâne avant de bafouiller :

"Euh... Dé... D-désolé p-pour ç-ça."

Apparemment, Maryn s'en moque, plus occupée par son rire qu'autre chose, surtout quand un deuxième grognement retentit. La main bleue se pose de nouveau sur lui, cette fois-ci sur ses cheveux, câlinant légèrement ces derniers ce qui le fait rougir d'avantage, la voix de la femme-poisson retentissant ensuite gentiment, avec toujours un léger rire :

"Ce n'est rien, Miraak. N'oublies pas que je vis avec Zyra depuis des années. Elle était exactement comme ça au même âge : toujours affamée !"

Cette déclaration le surprend tellement qu'il en reste troublé un moment, tournant immédiatement son regard vers Zyra. Est ce que c'est son imagination ou est ce qu'elle a rougit un peu ? Peut être que ce sont ses cheveux qui font illusion ? Il n'a cependant pas le temps d'y penser plus que la main bleue se ferme gentiment autours de la sienne, l'attirant ensuite vers une chaise, se retirant ensuite dès qu'il est assis avant que la voix ne retentisse de nouveau :

"Je vais chercher le repas. J'aurais dit que j’espère que vous avez faim, mais à en juger par le bruit que fait l'estomac de l'un d'entre vous, je pense que je n'ai pas de soucis à me faire."

Cette déclaration provoque à nouveau une brusque sensation de chaleur dans ses joues et il ne peut pas s'empêcher de regarder timidement Zyra, sans oser dire quoi que ce soit, bien qu'une pensé lui arrive en tête :

****Elles... Elles se sont données le mot pour... P-pour me faire rougir le p-plus possible ou quoi ?****

Cela dit... Même avec cette pensé en tête, il ne peut pas s'empêcher de sourire... C'est étrange, mais pour le coup, il ne peut pas s'empêcher d'avoir l'impression d'être presque normal. Avec peut être une nouvelle aile bientôt, Aucune attente au dessus de ses moyens, contrairement à Alambra et... De nouvelles amies ? Pendant un bref instant, il oublie sa quête : Après tout... Il a encore des tas de choses à voir. Alors que les pas de Maryn reviennent, il ferme les yeux un petit moment, essayant de comprendre ce que c'est que cette étrange sensation, comme un vieux souvenir perdu qui revient lentement.

_______________________________
Miraak is Back
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Jeu 21 Mai - 2:28


Après toutes ces révélations et réflexions, le déjeuner va enfin pouvoir débuter. Heureusement, parce que Miraak commence à avoir faim, ca s’entend à peine. Zyra n’est pas contre le repas aussi, toutes ses promenades matinales lui on creusé l’estomac. Pendant que Maryn offre une chaise au nouveau venu, zyra s’assoit sur la sienne, prête à savourer ce que son amie a préparé.

- Je vais chercher le repas. J'aurais dit que j’espère que vous avez faim, mais à en juger par le bruit que fait l'estomac de l'un d'entre vous, je pense que je n'ai pas de soucis à me faire.

Sur ces mots, Maryn s’en va vers la cuisine pour aller chercher l’entrée. Elle revient avec un plat de carottes râpées accompagnées de quarts d’œufs à la coque et d’un peu de bacon fumé. Maryn pose le plat et s’adresse ensuite à Miraak.

- j’avais prévu que pour deux vu que je ne savais pas que tu allais venir. De toute façon le plus important c’est la suite, et la, il y aura ce qu’il faut, ne t’inquiètes pas pour ça.

Maryn sert donc 3 assiettes, un peu moins remplies que d’habitude et commence à manger.

- J’aime pas les carottes.

- Tu finis ton assiette sinon tu sors de table !

Et bien évidement Zyra termine ses carottes, non sans grommeler un peu. Maryn sait être convaincante. Une fois les carottes terminée, la femme-poisson va chercher la suite qui est un énorme plat de lasagnes.

- J’ai bien fait de finir mes carottes.

Maryn sert de bonnes grosses parts de lasagnes dans les assiettes de chacun des convives, parce que c’est bon les lasagnes, surtout celles de la femme-poisson. Après s’être resservit au moins 3 fois chacun, le plat est finalement vide.

- J’espère que vous avez gardé de la place pour le dessert, c’est une petite mousse au chocolat.

Maryn s’en va vers la cuisine et revient avec un grand saladier de mousse au chocolat aux pépites de chocolat. Que de chocolat, Zyra adore ça, et à voir la tête de Miraak, il n’a pas l’air de vouloir en refuser.

- Il faut que je me dépêche de finir, je travaille cet après-midi.

- Attends avant de partir, on t’accompagne.

Zyra se tourne et s’adresse à l’ange

- Enfin si tu le veux Miraak. Ca te permettrais de visiter la ville avec une guide et peut-être faire un tour au parc d’attractions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Mar 26 Mai - 23:49

A en juger par la tête que fait Zyra, elle doit être aussi affamée que lui... Bien que quelque chose se passe d'un coup, donnant à Miraak une légère envie de rire qu'il cache de justesse derrière sa manche droite : Alors que Maryn revient avec un petit plateau contenant des carottes râpées,du bacon et quatre quarts d'oeufs. La première chose qui lui vient en tête est de refuser lorsqu'il se rend compte qu'il n'y a peut être pas assez pour trois, mais la femme-poisson semble presque lire dans ses pensés, coupant son refus avant même qu'il ne commence à franchir ses lèvres. Mais ce qui manque de le faire rire n'est autre que la remarque de Zyra : cette dernière indique en effet qu'elle n'apprécie pas les carottes, juste pour que Maryn ne réponde calmement un "mange ou sors de table", chose qui le fait à nouveau penser à une mère sermonnant un enfant de six ans. Lui-même ne bronche pas : certes, il n'a jamais mangé de carotte avant, donc, il n'a pas vraiment de raison de dire qu'il n'aime ou n'aime pas, mais... La première bouchée lui apprend immédiatement qu'il ne se trompait pas : c'est en effet trois fois mieux que tout ce qu’il a pu manger pendant quatre ans sur Alambra ! Cette idée en tête, il essaye de se rappeler des manières qu'il a autrefois apprises avec ses parents, s'efforçant de manger lentement et non pas comme un ogre, comme il l'a appris avec les Alams, ce qui ne l'empêche pas de rougir légèrement lorsqu'une bouchée un peu trop grosse lui laisse quelques carottes pendant au coin de ses lèvres. La plat est rapidement finit, permettant à Maryn d'aller en chercher un autre... Et Mir peut d'un seul coup sentir son coeur battre à grande vitesse, ses yeux s'écarquillant d'un seul coup : des... Lasagnes ? Sa salive semble devenir un peu trop présente dans bouche, l'obligeant à l'avaler en vitesse : quatre ans... Quatre ans depuis que ce plat... SON plat préféré n'a plus franchit ses lèvres ! Alors qu'une généreuse portion atterrit dans son assiette, il est presque forcé de se concentrer au maximum pour ne pas laisser d'éclairs sortir un peu partout de son corps ou encore, de se jeter littéralement sur l'assiette tous crocs dehors dans la plus pure tradition sauvage. Une remarque de Zyra lui arrive d'un coup aux oreilles et il ne peut pas s'empêcher de rire doucement en l'entendant dire qu'elle a bien fait de ne pas quitter la table. Du coup, il la regarder un bref instant avant de murmurer gentiment :

"C'est... C-c'est votre p-plat p-préféré à v-vous aussi alors ?"

Puis, une fois sa phrase terminée, il amène rapidement une bouchée vers sa bouche, le goût si familier, mais pourtant si distant illuminant presque ses papilles au premier contact. C'est... Merveilleux. Si l'entré n'avait pas vraiment de goût particulier : juste... Ben, le goût de carottes, oeufs et bacon, ce plat là a un goût sublime qui lui a particulièrement manqué. Cela dit, il continue à se contenir, se rappelant qu'il n'a plus besoin de se cacher à présent et donc, mange toujours comme un ange et pas comme un sauvage, même si les plumes de son aile se "froissent" légèrement à chaque bouchée ce qui le fait rougir fortement lorsqu'il sent sur lui le regard amusé de Maryn, laquelle lui demande gentiment :

"Oh ? C'est bon à ce point, petit ange ?"

Pour toute réponse, Mir avale rapidement, acquiesçant d'un simple signe de la tête, les crampes à son estomac disparaissant peu à peu à chaque bouché. Cependant, pendant quelques instants, il ne peut pas s'empêcher de se demander ce qu'il va faire : voyager est une idée amusante... Et surtout nécessaire pour sa "mission". Mais comment ? Devenir un pirate semble être la possibilité la plus facile, surtout sur cette île, mais... Devenir un criminel... Son plan est d'apprendre le plus de choses possible sur ce monde, puis de retrouver ses parents. Hors, attirer l'attention de la marine n'est pas vraiment la manière la plus simple d'y arriver, loin s'en faut. Mais en même temps... Peu importe de quel côté il se tourne : le problème est le même... S'il devient pirate, il aura éventuellement la marine et peut être même le gouvernement entier sur le dos en fonction de l'équipage dont il fera partie. Même s'il en joint un qui n'est pas tourné vers l'anarchie ou la destruction, contrairement à Saren, il est presque sur que tout ou tard, ça tournera mal. Joindre la marine est hors de question : d'abord, ça lui prendrait trop de temps et ensuite, il ne sait pas pourquoi mais... Quelque chose lui dit que ce camp est au final aussi pourri que celui qu'il est censé affronter au final. Après tout... Saren lui a dit que l'esclavage était censé être interdit, mais que la marine protégeait le plus gros groupe d'esclavagistes au monde. Il n'a pas retenu le nom, quelque chose en rapport avec un dragon, mais... L'homme-raie lui a clairement indiqué que si un jour il voyait un être vêtu d'un scaphandre et entouré de nombreuses personnes, il devait fuir ou disparaître dans la foule ou les ténèbres immédiatement. Ne surtout pas chercher la confrontation et encore moins à attaquer l'individu d'une manière ou d'une autre, lui précisant juste que "l'homme lui-même serait un cloporte facile à écraser... Mais que ses protecteurs seraient très certainement ceux qui le détruiraient ensuite... Et encore, seulement s'il parvenait à s'approcher. Enfin, il reste les rebelles... Mais leur objectif entre en totale opposition avec le sien. Il veut voir le monde actuel, pouvoir le comprendre et éventuellement, arriver à se fondre dedans. Mais les rebelles eux détruisent. Il reste donc ce qu'il est actuellement : civil... Mais ça limite énormément ses déplacements... Et le met pour ainsi dire entre les trois autres groupes. Alors qu'il prend une bouchée supplémentaire, finissant son assiette, il ferme les yeux, essayant de se concentrer sur ses options, mais très rapidement, il se rend compte qu'il n'en aucune ce qui lui arrache un léger soupir : peu importe ce qu'il va faire au final. Civil, marine, pirate ou rébellion... Les trois ont beaucoup de défauts. Mais d'un autre côté, les civils sont généralement laissés en paix par la marine et les rebelles... Sauf quand ces derniers veulent vraiment quelque chose. Les seuls réels dangers sont les pirates.

****Saren est un pirate... Et la dernière chose que j'aimerai, c'est un jour le croiser en ennemi. Je ne veux pas devenir pirate : ça... ça m'apporterait trop de problèmes pour ce que ça vaudrait. Quant à entrer dans la marine... Leur hypocrisie me déplait. Les rebelles sont impossibles : si je les joignait, je serais généralement coincé à un seul endroit, sans compter leur petite "guerre interne"... Civil est... Le seul choix en fait... Mais il me faudrait un moyen de voyager...****

Cette pensé en tête, Mir rouvre les yeux, décidant de poser une question... Laquelle est immédiatement oubliée lorsqu'il voit le dessert apparaître devant ses yeux : une mousse au chocolat... Avec des pépites de chocolat. Là encore, ses papilles s'agitent brutalement : il a eu du chocolat sur Alambra. C'était rare, mais ça arrivait des fois, lorsqu'un équipage, marin, pirate ou de commerce arrivait. Parfois, la cargaison recelait de petites surprises que les Alams n'hésitaient pas à lui donner s'il les regardaient. Mais c'est la première fois qu'il a l'occasion de goûter un dessert fait avec du chocolat autre qu'un barre ou plaque. Et il n'est pas déçu lorsqu'il le porte à sa bouche ! Cela dit, il se contente de remercier Maryn avec un grand sourire, voyant d'ailleurs du coin de l'oeil que Zyra a l'air toute aussi emballée que lui, ce qui le fait sourire encore plus. Le reste du repas se finit dans le silence, aussi bien à l'extérieur que dans sa tête, plus concentré sur ce qu'il mange que sur la suite des évènements, mais finalement, une fois la table débarrassée, Maryn indique qu'elle travaille l'après-midi et doit donc partir, juste à temps pour que Zyra indique son attention de l'accompagner... et ne se tourne ensuite vers lui en lui proposant de les suivre afin de voir le parc d'attraction ce qui lui fait hausser un sourcil, les interrogations qu'il avait à la vue des montagnes russes et manèges environnants lui revenant en tête :

"Euh... Je... Je n'ai j-jamais..."

Jamais ? Jamais en effet. De nouveau, il ne peut pas s'empêcher de se demander en quoi ce genre d'endroits est si amusant. L'équipage du navire disait fréquemment que ce genre d'endroits était très amusant, aussi bien pour les enfants que les adultes, mais ne se sont jamais vraiment étendus sur le sujet. Là, il a l'occasion de voir par lui-même... Alors autant en profiter, même s'il ne peut pas s'empêcher de ressentir une légère appréhension.

"Il... Il n’y aura p-pas de f-feu, hein ?"

Presque immédiatement, une forte sensation de chaleur envahie ses joues et ses index recommencent à s'entrechoquer, une très légère douleur fantôme à son bras gauche le faisant grimacer, sa main droite quittant d'ailleurs le contact de l'autre pour aller se poser sur son avant-bras, à l'endroit où trône la cicatrice laissée par son dernier contact avec une flamme. Il ne se souvient peut être pas de comment, quand et pourquoi... Mais il se souvient que le feu lui a fait mal, à un moment où à un autre. Cela dit, il se contente d'inspirer profondément, retirant sa main avant de reprendre son manteau, plaçant à nouveau ce dernier autour de lui tout en aplatissant son aile contre son dos avant de répondre à la question de Zyra :

"Je... J'ai jamais été à un parc d'attraction, alors... Au... Autant que j'aille v-voir. J-je vous s-suit.

_______________________________
Miraak is Back
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Jeu 28 Mai - 4:00


L’ange à l’air tout excité après la demande de Zyra. Pourtant il ne répond pas directement à la question de l’inventrice et se contente de demander s’il n’y aura pas de feu.

- Ne t’inquietes pas pour ça Miraak, je n’ai pas prévu d’allumer de feu.

L’enfant accepte finalement d’accompagner les deux jeunes femmes. Zyra met son manteau, Maryn aussi, et le groupe s’en va en direction du parc. Les rues sont un peu moins remplies que ce matin, étant donné que c’est toujours l’heure de la pause déjeuner. La compagnie peut se promener dans les rues sans se faire renverser par le premier marin bourré qui passe par là. Peu avant l’entrée du parc, Maryn prévient l’ange et l’inventrice de son départ imminent.

- Je vais devoir vous laisser, je doit entrer par la porte de service pour accéder au parc. Je vous souhaite une bonne après-midi parmi les attractions.

- Bon après-midi à toi aussi.

Zyra s’adresse ensuite à l’ange

- On va la laisser ici, nous on va en direction de la grosse porte au bout de la rue.

Les deux compagnons continuent donc à se diriger vers cette fameuse grosse porte. Soudainement, le regard de Zyra est attiré par une masse de cheveux roses, ce qui est plutôt rare sur cette île. Cette couleur rappelle à l’inventrice une personne qu’elle à bien connue à San Faldo, sa copine Oriana.

*Si ça se trouve c’est vraiment elle… Quoique j’ai vu sur les affiches qu’une des personnes recherchées avait aussi les cheveux comme Ori. Mais là ce n’est pas la même coupe que sur la photo. Ca vaut le coup d’essayer. Pourtant j’avais laissé Ori à San Faldo dans le temple d’Econa, je me demande pourquoi elle serait ici…*

L’inventrice change légèrement de direction pour se diriger vers la personne aux cheveux roses, toujours accompagné de Miraak. Tout en continuant de s’approcher de cette personne, Zyra remarque que c’est en fait une jeune femme, plus grande d’environ une tête par rapport à la rouquine et plutôt assez fluette. Cette vision conforte Zyra dans son idée que c’est sa copine Oriana. Elle voudrait aborder la jeune femme mais à peur de la réaction de cette dernière si ce n’est pas son ancienne copine. L’inventrice met donc au point un plan assez loufoque qui consiste à prononcer le nom d’Oriana assez fort au niveau de l’inconnue pour qu’elle puisse l’entendre voire réagir si c’est elle. Zyra s’arrête, se tourne vers Miraak et le prévient de sa tentative d’approche.

- Tu vois la jeune femme aux cheveux roses, je croit que c’est une vieille amie à moi mais je ne suis pas sure, on va s’approcher d’elle et je vais prononcer son nom assez fort pour qu’elle l’entende.

L’ange acquiesce et se contente de suivre l’inventrice. En arrivant au niveau de la jeune femme, Zyra ralentit le pas et commence à parler assez fort à Miraak.

- J’ai connu une fille très sympathique quand j’étais plus jeune, elle s’appelait Oriana. Ses parents faisaient partie du temple d’Econa. J’ai fait quelques bêtises avec elle, comme allumer un feu d’artifice qui a provoqué un léger incendie, mais heureusement sans gravité.

Tout en espérant que la jeune femme ait bien entendu les noms d’Oriana et d’Econa, Zyra s’éloigne doucement d’elle tout en guettant une réaction éventuelle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Exclue
avatarExclue
Oriana


Messages : 46
Fonction : Vigie
Localisation : Grand Line
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Sam 30 Mai - 16:34

Cela faisait maintenant quelques jours qu’Oriana, ex-prêtresse de son état, était arrivée sur Whiskey Peak. D’ailleurs cela était assez éprouvant car ils n’étaient pas du genre rigolo avec les étrangers. Et encore moins avec ceux à l’allure délabrée. Mais les chasseurs de primes ont vite laissés la jeune fille entrer sur l’île, n’ayant aucune affiche ni rien qui n’aurait de valeur s’ils l’arrêtaient. C’était d’ailleurs ce qui faisait la spécificité de l’île, les chasseurs de primes. Bien sûr ils n’avaient pas tous cette vocation mais n’importe quel pirate ayant une prime sur sa tête était une cible de choix. Le chef de la ville avait bien compris que sur le long terme capturer des criminels n’étaient pas rentable, avait décidé de miser sur le tourisme pour remplir les caisses de la ville avec le parc d’attraction. Du moins en apparence, c’était le discours pour les simples d’esprits. Oh bien sûr il devait y avoir du vrai là-dedans, mais cela ne reflétait pas toute la vérité.

Oriana était venu ici afin de se reposer, elle ne voulait pas attirer l’attention sur elle ni créer des problèmes. Elle s’était donc installée dans un hôtel convenable, ni trop luxueux ni trop délabré. Le confort minimum était au rendez-vous. Elle n’avait pas encore eu l’occasion de visiter le fameux parc d’attraction et l’ennuie était bien là. Il fallait quelque chose pour la tirer de sa torpeur. Depuis qu’elle était arrivée elle ne faisait que se balader et dormir. Aucune rencontre, sauf au bar ou elle ne faisait que repousser les avances de types tous aussi lourd et bourrés les uns que les autres. Bien sûr cela se passait bien, ils n’étaient pas méchant dans le coin. Par contre la jeune fille était toujours sur le qui-vive, elle avait bien compris qu’ici les gens étaient particulièrement rusé, et du moment qu’elle payait et ne causait pas de problème tout irait bien pour elle.

Avant de sortir Oriana pris une douche. L’air de dehors était chaud mais avec un peu de vent, rappelant les débuts de printemps. Elle prit bien une demi-heure sous une eau tiède, se lavant aussi les cheveux. La jeune fille avait toujours été coquette, même si cela était plus une perte de temps dans la vie qu’elle avait décidée de mener aujourd’hui. Après s’être recoiffée, maquillée et habillée, la jeune femme était maintenant prête à sortir. Il était encore l’heure de manger pour certain mais elle n’avait pas très faim. Elle sortit de son hôtel en n’oubliant pas de payer pour la nuit puis se dirigea vers le parc d’attraction. Ce n’est qu’au bout de quelques pas qu’elle entendu son nom prononcé par quelqu’un. Elle ne faisait pas attention du coup elle ne put comprendre la phrase mais son nom avait bien été enregistré. Dans le doute elle se retourna pour apercevoir une femme faisant une tête de moins ainsi qu’un enfant à l’allure fluette. La chevelure de la fille était rouge et sa tête lui semblait familière. Un flot de sentiments positifs envahirent Oriana qui lâchât un timidement :


« Zyr… Zyra ??? »

Pas de doute il s’agissait bien de son amie d’enfance, se retrouver maintenant et après toute ces années étaient totalement inattendu. Elles avaient beaucoup à se raconter. L’émotion en tout cas était bien là, peut-être même qu’une larme allait perler sur le visage de la miss.

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t331-fiche-techniques-d-oriana
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Mar 2 Juin - 21:21

Après une promesse de Zyra de ne pas allumer de feu, le groupe sort finalement de la maison, Mir grimaçant légèrement sous sa capuche lorsqu'une brusque de chaleur apportée par le vent lui cingle la figure, chose qui passe rapidement lorsqu'il détourne la tête. De nouveau les cactus géants attirent inexplicablement son attention, lui arrachant un étrange frisson, mais il se contente de l'ignorer, poursuivant sa route, jusqu'à ce que finalement, Maryn ne se retourne, leur indiquant qu'elle doit entrer par la porte de service pour rejoindre son poste et leur souhaitant un bon après-midi parmi les attractions ce qui lui arrache un petit sourire tandis qu'il répond :

"Euh... O-okay.. Bonne après-midi à... Vous aussi."

Puis la femme-poisson disparaît, le laissant seul avec Zyra, laquelle le dirige vers une grosse porte située de l'autre côté de la rue, mais bien avant qu'il n'y arrivent, la jeune femme s'arrête, fixant d'un coup un point à sa gauche tandis que lui-même manque de la percuter pour la deuxième fois, s'arrêtant juste à temps pour éviter l'accident. Il hausse alors un sourcil, essayant de voir ce qui l'a tellement surprise, mais sa petite taille aidant, il ne voit pas grand chose, la foule, certes légèrement moins grande, mais toujours aussi compactes ne lui permettant pas de repérer quoi que ce soit. Il regarde alors sa camarade, se préparant à lui demander ce qui l'a surprise, mais n'en a pas le temps : Zyra le regarde et lui demande s'il peut voir une fille aux cheveux roses, ce qui lui arrache un autre haussement de sourcil et il regarde à nouveau, parvenant cette fois à détecter effectivement une chevelure rosâtre... Pas vraiment rose vif ou rose bonbon, mais un rose léger... Presque comme une sorte de roux clair allant effectivement sur le rose. Cependant, il perd rapidement l'inconnue de vue et observe de nouveau Zyra, cette dernière lui indiquant que cette femme est peut être une amie à elle et met au point un plan assez... Original, quoi que complètement loufoque : s'approcher d'elle et discuter avec lui tout en prononçant fort le prénom de son ancienne amie afin de voir si c'est bien elle. Bien qu'il se contente d'acquiescer poliment de la tête, il ne peut pas s'empêcher de se poser une simple question :

****Pourquoi ne pas tout simplement s'approcher d'elle et lui demander si c'est bien elle ?****

Presque immédiatement, il regrette cette pensé tandis que ses joues chauffent légèrement : d'un autre côté, si l'inconnue n'est PAS celle que sa camarade cherche... ça serait assez gênant ! Du coup, il suit sagement Zyra, se renfrognant légèrement dans sa capuche en sentant quelques regards se poser sur lui. Apparemment, son manteau couvrant la totalité de son corps attire l'attention, mais il préfère de loin ça à ce que quelqu'un voit ce qu'il cache en dessous... Si Saren, mais aussi Maryn et Zyra lui ont dit de ne JAMAIS montrer sa vraie nature, c'est pour une bonne raison. Sans même s'en rendre compte, il prend la main de Zyra afin de calmer le frisson qu'il ressent en sentant les différents regards, mais est finalement réveillé lorsque cette dernière met son plan à exécution, donnant le nom de la personne qu'ils sont censés "chercher" : Oriana. Et apparemment, il n'en fallait pas plus, la femme aux cheveux roses se retournant. Et là, Mir reste un instant choqué : Cette femme est de taille moyenne, devant avoir tout au plus dix-neuf ans. Mais ce qui attire le plus son attention n'est autre que les longs cheveux rosés en queue de cheval, laquelle tombe d'ailleurs sur l'une des épaules et les yeux verts émeraudes fixant sa camarade d'un air choqué. Elle est plutôt jolie, même si sa tenue est assez... Curieuse, mais ce qui le surprend le plus, c'est qu'elle ait réagit si rapidement. D'après Zyra, les deux ne se sont apparemment pas vues depuis des années, mais pourtant, Oriana l'a reconnue instantanément. Les deux devaient vraiment être... Proches pour laisser un tel souvenir. Nettement plus que lui-même ne l'a jamais été avec les Alams ou même Saren. Ce qui n'était pas difficile cela dit.

"Euh..."

Sans vraiment savoir pourquoi, la situation le fait légèrement hésiter. C'est alors qu'il se rend compte qu'il tient encore la main gauche de Zyra et il se dépêche de la lâcher, comme brûlé par le contact tandis que son coeur accélère brutalement., la température de ses joues augmente énormément et il ne peut pas s'empêcher de bénir le fait que sa capuche cache son visage. Cela dit, son attention revient immédiatement vers Oriana, puis Zyra et il demande timidement :

"Est ce que vous... V-vous voulez que... Q-que j-je vous laisse s-seules ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Jeu 4 Juin - 3:29


- Zyr… Zyra ???

Immédiatement après le son de cette voix, l’inventrice jubile intérieurement. La personne aux cheveux roses était bien sa copine qu’elle n’avait pas vu depuis 7 ans, Que fait-elle ici, si loin de San Faldo. Pourquoi est-elle partie ? Que de questions se bousculent dans la tête de la jeune femme. Mais pour le moment, elle se contente de se retourner pour regarder Oriana de face.

- Mais que fais-tu ici ?

Elle sent juste après la main de l’ange quitter la sienne, elle n’avait même pas remarqué qu’il lui avait prit la main, sans doute à cause de l’excitation. La main libérée de l’emprise de Miraak sonne comme une autorisation dans le cerveau de la jeune femme pour aller enlacer sa copine. Zyra se jette donc sur la femme aux cheveux rose et l’enlace pour indiquer le bonheur et la joie qu’elle ressent en la revoyant. Depuis le temps, elles doivent en avoir des choses à se raconter. C’est à la limite du sanglot que l’inventrice s’adresse à son amie.

- Je suis tellement contente de te revoir !

Une petite voix timide et qui semble lointaine pose une question aux filles.

- Est-ce que vous... V-vous voulez que... Q-que j-je vous laisse s-seules ?

- Mais non Miraak, reste avec nous ! Je vais te présenter.

L’inventrice se désenlace de sa copine et attrape Miraak par une épaule. Elle s’adresse ensuite à son amie.

- Je te présente Miraak Darklight. C’est un enfant perdu qui m’a ’’rencontré’’ ce matin. Et je l’aime bien le petit, son histoire est presque la même que la mienne. Mais pour ça, il faudra qu’il te l’explique de lui-même. Allons à la maison, ça sera mieux.

Zyra lâche tout le monde et les invite d’un signe de la main à la suivre pour rentrer à la maison ou ils pourront discuter tranquillement sans subir le brouhaha de la rue.

- En plus j’ai trouvé une vieille bouteille de rhum de 50 ans d’âge il y a peu de temps et je me suis juré de l’ouvrir pour une grande occasion. Et là s’en est indéniablement une. Aller suivez moi, c’est pas loin d’ici.

Juste avant de partir, L’inventrice pose une question à son amie d’enfance.

- Mais comment t’es arrivée ici ? Depuis combien de temps ? Et pourquoi t’es venue à Whiskey Peak ?

J’avais dit une question ! Pas 3 ! Une seule, voila maintenant qu’elle ne m’écoute plus. Zyra, tu es dissidente ! Il faut dire aussi qu’elles étaient très amies alors les questions se bousculent dans la tête de la jeune femme. Il ne faut pas lui en vouloir. Pour le moment, l’inventrice est juste impatiente et très heureuse à l’idée d’enfin pouvoir converser à nouveau avec son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Exclue
avatarExclue
Oriana


Messages : 46
Fonction : Vigie
Localisation : Grand Line
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Sam 6 Juin - 10:22

La tristement appelé « Sorcière Noire » éprouva, pour la première fois depuis longtemps, un exquis mélange d’énergie positive mêlé à de la nostalgie. Elle ne put en croire ses yeux, c’était Zyra qui se tenait devant elle, une grande amie d’enfance avec qui elle faisait plein de bêtise. Toujours à n’en faire qu’à sa tête, Oriana s’était toujours retrouvé malgré dans des situations cocasses lui valant mille et une réprimandes.

*Tu ne deviendras jamais prêtresse avec un comportement pareil, jeune fille * ; *Tu devrais faire attention à tes fréquentations, elle a une mauvaise influence sur toi* ; * Vas nous chercher du pain !*

Autant de phrases qu’elle entendait et qui lui revenait en mémoire. Bon la dernière n’avait pas trop de rapport mais elle s’en rappelait aussi. Pourtant cette période de sa vie était aussi l’une des plus heureuses. Jamais elle ne s’était sentit aussi vivante qu’en faisant les quatre cent coups avec Zyra. Et puis soudain elle était partit. L’accident de chez ses parents puis son départ. Tout cela était si brusque. Mais voilà, après toutes ces années, après tout ce qu’il s’était passé, les deux amies s’étaient enfin retrouvées.

Zyra se mit à la questionner rapidement, la hâte et la surprise faisait qu’elle posait beaucoup d’interrogations en très peu de temps. Oriana se savait plus par quoi commencer. Mais la jeune fille aux cheveux rose en avait aussi. Entre temps, elle remarqua qu’un petit garçon était là avec Zyra. Il semblait gêner par la situation, ne sachant plus où se mettre. Il se manifesta discrètement pour dire qu’il allait partir, croyant être de trop probablement. Zyra le rassura et le présenta comme s’ils étaient amis. Pourtant d’après ce qu’elle venait de dire ils venaient tout juste de se rencontrer. C’était bien elle ça, rencontrer des gens et se montrer très amicale avec eux, comme s’ils étaient proche depuis longtemps. C’était l’une des particularités de Zyra qui plaisait à Oriana, ce côté très chaleureux chez elle qui faisait qu’on avait envie de passer beaucoup de temps avec.
Toutefois Oriana était gênée elle aussi, la surprise et le choc faisait qu’elle ne savait plus trop comment se comporter et elle redevint instinctivement la fille qu’elle était quand elle avait connu Zyra. Très gentille et très douce. Oriana regarda le jeune garçon et lui sortit un de ses sourires charmeur dont elle avait le secret. La tête légèrement penché sur le côté, sa queue de cheval sur son épaule gauche qui bougeait au gré du vent accompagnée d’un visage bienveillant.

Zyra proposa ensuite à toute la clique d’aller chez elle pour déguster le contenu d’un de ses bouteilles. Oriana accepta et pendant qu’ils marchaient Zyra en profita pour reposer des questions à son amie, mais cette fois-ci elle pourrait y répondre :

« - Mais comment t’es arrivée ici ? Depuis combien de temps ? Et pourquoi t’es venue à Whiskey Peak ? »

« -Je suis là depuis quelques jours, et ce que je suis venu faire ici... C’est compliqué. Je… » Elle marqua une courte hésitation suite à une réflexion. La jeune fille était malheureusement toujours traumatisée par ce qui lui était arrivée et elle ne voulait pas en parler. « Pour faire cours j’ai eu quelque problèmes ces dernières années et je suis partie chercher des réponses à mes interrogations. »

Elle allait probablement se confier mais il fallait lui laisser le temps de s’y préparer psychologiquement. En attendant elle exprima une forme de gêne en se tenant le bras droit en le serrant assez fort, la tête baissée.

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t331-fiche-techniques-d-oriana
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Mar 9 Juin - 11:28

Bien qu'il rougisse fortement en sentant la main de Zyra sur son épaule, Mir évite le plus possible de montrer son trouble, se contentant de sourire timidement. Apparemment, son trouble est visible, même sous sa capuche dans la mesure où il voit rapidement Oriana lui sourire gentiment ce qui le fait sourire à son tour. Cependant, très vite, quelque chose change : alors que Zyra enchaîne les questions, la rosette semble... Troublée un bref instant. Alors qu'elle indique qu'elle est là depuis quelques jours, la jeune femme semble un bref instant se... Renfermer sur elle-même... Comme si elle se souvenait de quelque chose de déplaisant. Et à cet instant précis, Mir ne peut pas s'empêcher de sentir un froid glacial lui vriller le coeur : qu'est ce qui a bien pu se passer ? Il ne connait pas vraiment cette Oriana, mais quelque chose lui dit que quoi qu'elle ait vécu, ce n'était certainement pas la meilleure chose possible ! Cela dit, la jeune femme n'a pas l'air d'avoir envie d'en parler et ce ne sont pas ses affaires, si bien qu'il se contente de les suivre sagement, même s'il espère avoir le droit de boire autre chose que le contenu des fameuses "bouteilles" : il est un peu jeune pour l'alcool... Et il y a un moment que sa curiosité à ce niveau a été brisée : une nuit entière passée à vomir (et foudroyer Zemblu et Nambu pour la seconde fois par simple "colère" pour des regards trop insistants), puis un mal de crâne ravageur le lendemain avec en plus les ricanements moqueurs de Kawawate en arrière plan, le tout avec seulement un fond de vin ont généralement cet effet. Sans compter les zones "blanches" de ses souvenirs après coup. En même temps, quel genre d'imbécile permet à un enfant de neuf ans de boire de l'alcool ?! Heureusement que le chef des Alams n'a pas d'enfants, tiens ! Ce souvenir provoque une forte chaleur dans sa poitrine et ses joues et, se doutant que son visage est devenu complètement écarlate, il se dépêche de baisser la tête. D'accord, il garde peu de souvenirs de sa première (et s'il a son mot à dire, dernière) cuite, mais le peu lui restant manquent de le faire mourir de honte : deux idiots foudroyés au point de garder des cicatrices pour le reste de leur vie, trois cases détruites, Kawawate forcé d'intervenir pour le maîtriser (et forcé d'utiliser cet étrange pouvoir pour pouvoir le toucher malgré sa forme élémentaire), sans compter les arbres abattus, et les quelques chansons qu'il a chantées pendant le carnage... Chansons dont il ne se souvient même plus de l'origine ! Inutile de dire qu'il se souvient clairement du "serment" qu'il a fait le lendemain une fois remis de ce que les sauvages appelaient "Gueule de bois" : ne plus jamais toucher UNE SEULE goûte d'alcool.  

****J'ai déjà assez de mal à... A contrôler mes pouvoirs. Pas besoin en plus d'être malade une seconde fois !****

Cette idée en tête, il continue à suivre les deux jeunes femmes, parvenant finalement à nouveau à la maison de Zyra et Maryn, ne prêtant cette fois-ci aucune attention au feu dans la cheminée. Reprenant la même place à la table que pendant le repas, il se met à réfléchir, se demandant d'un coup quoi faire : il n'a toujours pas d'endroit où vivre sur cette île... Cela dit, il y a l'air d'avoir beaucoup d'auberges, donc, trouver un endroit où habiter en attendant de pouvoir repartir ne devrait pas être trop difficile. Il n'a cependant pas le temps d'y penser d'avantage que Zyra revient avec une bouteille, ce qui lui arrache une légère grimace et, repoussant sa capuche pour montrer son visage, il demande timidement :

"Euh... Vous... Vous n'auriez pas d-du... Du l-lait fraise s'il vous plait ? Je... Je crois pas que... B-boire de l'alcool soit... Une b-bonne idée pour m-moi..."

Vraiment , mais alors VRAIMENT pas une bonne idée en effet. Les souvenirs reviennent à nouveau, lui faisant baisser la tête, ses index recommençant à s'entrechoquer, un fort rougissement revenant lui brûler les joues. Cela dit, il se contente de soupirer, relevant légèrement la tête et regarde Oriana, sa curiosité revenant à grands cris, même s'il l'écrase rapidement, se rappelant que ce ne sont absolument pas ses affaires. Du coup, il s'efforce de réprimer son rougissement, souriant timidement à la jeune rosée avant de demander timidement :

"Wa... W-water-seven ? C'est... C-cest comment là-bas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Sam 13 Juin - 4:38


Tout le monde suit Zyra pour aller à sa maison, il est vrai que c’est plus pratique pour parler tranquillement quand on est autour d’une table avec un petit remontant à la main.

- Faudra que tu me racontes ce qui c’est passé depuis que je suis partie à Water Seven. Moi, j’ai gagné un nouveau bras là-bas, suite à l’explosion de l’atelier. J’ai continué de pratiquer la mécanique et de faire mes inventions sur cette île. Puis je suis partie pour Whiskey Peak avec Maryn, une femme poisson qui m’a recueillie à Water Seven.

L’inventrice continue de parler à son amie aux cheveux roses pendant le trajet si bien qu’elle ne remarque pas immédiatement qu’elle est arrivée devant sa porte d’entrée. Zyra invite le petit groupe à rentrer et à s’installer autour de la table avant d’aller chercher sa ’’bouteille des grandes occasions’’ ainsi qu’une bouteille de cola pour l’ange. Zyra apparait dans la pièce ou sont ses amis quand Miraak fait une demande.

- Euh... Vous... Vous n'auriez pas d-du... Du l-lait fraise s'il vous plait ? Je... Je crois pas que... B-boire de l'alcool soit... Une b-bonne idée pour m-moi...

- Je suis désolé Miraak, je n’en ai pas, j’ai du cola par contre, j’espère que ça t’ira quand même.

L’inventrice pose la bouteille de cola devant l’ange avant de déboucher l’autre bouteille et de remplir deux verres, avant que Miraak ne pose une autre question.

- Wa... W-water-seven ? C'est... C-cest comment là-bas ?

- C’est magnifique. C’est une ile entièrement occupée par une immense ville où sont les meilleurs charpentiers que j’ai pu voir. Malheureusement une brusque montée des eaux appelée ’’Aqua Laguna’’ frappe la ville chaque année et détruit une bonne partie des maisons. Tu y passera peut-être un jour.

L’inventrice prend une gorgée de ’’petit remontant’’ avant de se retourner vers son amie.

- Aller racontes moi ce qui t’es arrivée depuis mon départ de San Faldo. Tu sais que tu peux tout me dire à moi, et le garçon qui boit son cola avec nous ne dira rien non plus, je peux te le garantir et même te le jurer sur mon briquet.

Si ça ce n’est pas une preuve de son silence, jurer sur son briquet, l’inventrice ne peux rien faire d’autre pour prouver sa bonne foi. Où alors il faudrait que le petit ange lui montre qui il est. Ca pourrait souder l’amitié entre eux 4, enfin eux 3 vu qu’Oriana n’a pas encore rencontré Maryn pour le moment. Et peut-être qu’un jour ils pourront partir dans le bateau qu’a construit Zyra en tant qu’équipage. Elle qui veut visiter le monde pour inventer et pour trouver de nouveaux matériaux pour ses machines. Si ça se trouve, elle a trouvé tous ses amis pour le faire. Il faudra juste qu’elle leur demande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Exclue
avatarExclue
Oriana


Messages : 46
Fonction : Vigie
Localisation : Grand Line
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Jeu 2 Juil - 14:00

Oriana esquissa un sourire, non pas qu’elle était ravie de la situation ou de l’intérêt de Zyra pour son passé, mais la jeune femme était gênée. Elle n’avait aucune envie de raconter les récents événements de sa vie, et encore moins devant deux inconnus comme le petit garçon et la sirène. Mais son amie lui avait confié spontanément qu’elle avait perdu son bras et qu’elle l’avait remplacée. Le jeune garçon n’allait peut être pas comprendre ses choix, sa vie et son vécu, mais Oriana se fit la réflexion qu’elle pouvait, juste une fois, dire ce qu’elle ressentait à une personne de confiance. Connaître enfin le soulagement de se confier et de s’exposer aux jugements des autres pour ses choix.

« Je te préviens Zyra, je risque de plomber l’ambiance… » Dit-elle comme pour un avertissement. Mais voyant que son amie affichait toujours la même envie de connaître son histoire, la jeune femme prit sa respiration comme pour aller chercher au plus profond d’elle-même pour faire ressortir ses souvenirs enfouis.

« Zyra le sait déjà, mais depuis notre enfance je voue un culte très important au Marinisme, une religion qui ne vous est surement pas inconnu. Depuis ton dépars j’étais promis à devenir une… prêtresse. J’avais les cours, j’avais mes amis au sein du groupe et surtout ma famille… »

Une larme perla et le ton de sa voix vacillait à mesure que ses souvenirs lui revenaient. Oriana avait complètement enlevé son image de femme forte et sûre d’elle pour laisser place à son vrai fort intérieur. Elle reprit de sa voix fébrile et tremblotante :

« Mais voilà, il y a quelques années j’ai rencontré un garçon. Il était beau, intéressant et gentil, je crois que je suis de suite tombée amoureuse de lui et réciproquement. Je sais c’est bête »
Dit-elle avec un sourire gêné. « Je ne pensais pas que cela allait m’arrivée, que j’allais devoir lutter contre mes sentiments, que cela serait si difficile… C’est toujours quand  on est sûr de son avenir que l’on se prend un gifle par la réalité. La réalité qui était que j’avais fait mes vœux. » Se tournant vers Zyra. « Oui on en avait parlé de ça étant petite et je sais qu’on en riait à l’époque. Mais j’ai toujours pris cela très au sérieux, même si je ne savais pas ce que cela allait me coûter… »

Oriana prit une pause encore une fois, comme pour laisser le temps aux autres d’imaginer aisément la suite des évènements. Elle bue une gorgée du breuvage contenu dans son verre avant de reprendre.

« Enfin voilà, je lui ai dit que nous deux ça ne pourrait jamais aller plus loin et ça lui a brisée le cœur. Enfin c’est ce que je croyais. Il m’a invité à dîner entre amis avant son départ, pour ne pas qu’on se quitte en mauvais terme et… »

Impossible d’aller plus loin, Oriana éclata en sanglot refroidissant totalement l’ambiance de la pièce malgré la présence flamboyante de Zyra. Mais elle continua de raconter entre sa respiration forte et bruyante et ses pleurs.

« Il m’a trahit ! Il m’a fait manger un fruit démoniaque ! C’était le diable ! »

Peut-être que Zyra se rappelait de comment était considéré ceux qui en mangeait dans sa religion. Mais il était aisé de comprendre que pour elle, cela n’était annonciateur de chose bienveillante… Oriana se jetta dans les bras de son amie pour chercher du réconfort, elle laissait enfin s’exprimer ses émotions après plus de deux ans. Elle ne pouvait plus s’arrêter.

« Ils m’ont tous rejeté Zyra ! Ils m’ont tous rejeté !! Mes parents, mes amis, tout le monde ! »

Oriana s’assit sur une chaise, pris un mouchoir et commença à essuyer ses larmes. C’était peut-être la seule fois qu’elle se confierait à propos de ça à quelqu’un. En l’état, elle était comme une petite fille très émotive, elle ne lâchait plus la main de Zyra.

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t331-fiche-techniques-d-oriana
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Jeu 2 Juil - 23:04

Une ville occupant une île entière ? C'est intéressant... En fait, ça a l'air d'être tout le contraire d'Alambra. Alors qu'il boit sa première gorgée de coca après avoir remercié Zyra d'un sourire, il note que le liquide ambré est plutôt sympathique... Sucré et piquant Et bien qu'il n'aime pas ça autant que le lait-fraise, c'est quand même une boisson qui lui plait bien. Cela dit, il préfère ne rien dire : d'accord, Alambra était une île perdue, mais déjà que les gens du navire qui l'a amené le regardaient de travers à chaque fois qu'il posait une question sur une boisson ou un plat auquel ils avaient fréquemment accès. Du coup, il boit lentement, observant les alentours, bien qu'il s'arrête d'un coup lorsque après une courte interrogation par Zyra, Oriana se décide à parler, précisant cependant qu'elle va "plomber l'ambiance" ce qui lui fait froncer légèrement les sourcils tandis que son coeur semble brusquement ralentir... Un peu comme le font les vagues de l'océan quelques instants avant le début de la tempête. Il ne sait pas pourquoi, mais quelque chose... Comme un instinct... Une petite voix lui dit qu'il ne va PAS aimer ce qu'il va entendre et qu'il ferait peut être mieux de finir son verre, le poser et... Se préparer. Peut être que c'est juste la tristesse qu'il voit dans le regard de la rosée, mais il est sur que quelque chose a du se produire.

****Je devrai peut être... Ce ne sont pas mes affaires après tout.****

Alors que cette pensé résonne avec force dans son esprit, il amorce un mouvement pour se lever, essayant de trouver une excuse pour quitter la pièce, mais Oriana s'est remise à parler. Et ce qui l'entend lui déplaît énormément, quoi qu'il parvient à ne pas le montrer : une religion ? Il n'y en avait pas sur Alambra, mais il en a entendu parler, Kawawate indiquant juste que beaucoup de conflits avaient autrefois éclatés au nom de diverses divinités, raison pour laquelle les Alams le vénéraient lui et les forces de la nature en général. Pour eux, il était le seul "Dieu" à s'être manifesté parmi les mortels, raison pour laquelle il a du endurer cette stupide vénération. Après, le "Marinisme" n'est pas une religion qu'il connait, mais à en juger par ce que dit Oriana, c'est l'une de ces religions qui interdit aux prêtres et prêtresse d'aimer... Chose qu'il trouve particulièrement stupide pour le coup. Même les Alams, en dépit de leurs difficultés et de leur style de vie pour le moins violent connaissaient l'amour. De fait, deux personnes amoureuses étaient littéralement poussées à se montrer leurs émotions le plus vite possible pour n'avoir aucun regret par la suite. Il a d'ailleurs perdu le compte des "unions" qu'il a du bénir par ses éclairs, chose qui d'ailleurs lui fait froid dans le dos : certes, il ignore toujours comment les grandes personnes se prouvent leur amour ensuite ou d'où viennent les bébés, quoi qu'il se rappelle vaguement d'étranges cris venant parfois des cases des nouveaux couples, mais n'a jamais osé poser la question. Cependant, le récit de la rosée le tire de ses souvenirs et d'un coup, un bruit aigu d'électricité statique envahit la pièce lorsqu'elle prononce les raisons de sa tristesse : un amour bafoué... Et un imbécile qui choisit de ruiner l'existence entière d'une jeune femme juste par stupide vengeance ?! Les deux auraient pu rester amis ! Ou même continuer à se voir, à la rigueur ! Mais franchement, détruire la vie entière d'une personne juste par une stupide vengeance ?! Et c'est quoi cette histoire de jeter quelqu'un à la rue à cause d'un fruit du démon ?! Certes, il a haït ses pouvoirs pendant des années, mais maudire une personne pour ça ? Il se dépêche de fermer les yeux en sentant un fort picotement les envahir, parfaitement conscient qu'ils ont été remplacés par deux sphères d'éclairs, comme toujours lorsqu'il est en colère. C'est si... Stupide !

"D-donc... Cet homme... Se m-moquant complètement de votre propre t-tristesse a décidé de passer la s-sienne s-sur vous en... Trahissant votre confiance, en détruisant complètement votre v-vie et en v-vous faisant c-chasser de chez vous... Et en plus, Comme ça a... été f-fait pour moi, en vous... F-forçant à avaler un fruit du démon ?"

Son coeur bat d'un coup à très grande vitesse tandis qu'une forte chaleur envahit chaque centimètre carré de son corps. Il n'a que très peu de souvenirs de son père, mais ce souvenir là en est un qui n'a jamais entière disparu : pour essayer de le débarrasser de sa timidité, son propre père a volé un fruit du diable à un quelconque pirate sur Grandline, puis le lui a fait avaler... Le changeant en monstre, incapable de contrôler son propre don et l'exposant à encore plus de regards et surtout... Ces expériences. Ce souvenir le terrifie et il se lève lentement, essayant de garder le contrôle, chose qu'il parvient à faire au prix de rudes efforts avant de s'approcher d'Oriana, rouvrant lentement les yeux après qu'ils aient repris leur forme d'origine, murmurant froidement :

"C-comme c'est ironique... M-mon père m'a f-fait ça aussi quand... Quand j'avais quatre ans. Je m'en... S-souvient pas complètement mais... Je me rappelle que ma timidité ne lui plaisait pas et... Qu'il a voulu me donner quelque chose. Quelque chose qui me r-rendrait f-fort. Assez pour que j'ai plus à avoir peur et... Devienne plus s-sur de moi. A cause de ça... J'ai jamais pu m'approcher des autres enfants... Jouer avec eux ou juste leur p-parler : Mes pouvoirs étaient hors de contrôle et... M-mon corps ne m'appartenait p-plus. J'ai mis des années avant de... De pouvoir contrôler assez mes éclairs p-pour ne pas qu'ils sortent toutes les secondes."

C'est surtout ça qui le met en colère. C'est pire qu'une trahison ! Abuser comme ça de la confiance de quelqu'un... Pour lui donner un pouvoir que cette personne n'a jamais désiré ! Dans son cas, ça partait d'une bonne intention, mais il a depuis appris ce fameux proverbe concernant l'enfer les bonnes intentions. Par contre, pour Oriana... C'était encore plus ignoble et surtout, totalement gratuit ! Ce pouvoir lui a été offert non pas pour l'aider, mais juste pour lui faire le plus de mal possible ! Ce monstre croyait vraiment que ça changerait quelque chose ? Il ne peut pas s'empêcher de se dire que l'homme pensait peut être qu'après avoir été chassée de sa religion, la jeune femme n'aurait comme autre choix que de revenir à ses côtés, mais... Après une telle trahison...

****Il devait être fou, c'est impossible autrement ! Comment est ce qu'il aurait pu croire qu'elle... Enfin... Je s-sais rien sur l'amour, mais je sais qu'il doit y avoir une grande confiance pour qu'il puisse exister. Et cet homme a trahi la confiance d'Oriana ! Est ce qu'il pensait vraiment à la faire revenir à ses côtés ? Ou est ce que c'était juste une stupide vengeance ?****

Peu importe la raison au final : seul le résultat compte. Et bien qu'il a envie de se joindre au câlin entre les deux femmes afin de rassurer la rosée, sa timidité et surtout, le fait qu'il ne la connaisse pas font qu'il n'ose pas s'approcher, ne sachant pas comment elle réagirait s'il la touchait, si bien qu'il soupire, s'éloignant légèrement tout en contractant légèrement son poing. Cette discussion lui rappelle ce que son père lui a fait et pour le coup, il ne peut pas s'empêcher de se demander pourquoi il veut tellement le revoir. La réponse lui arrive amèrement : qu'est ce qu'il a d'autre ? Alambra est peut être une demeure, mais il en a assez de la vénération des sauvages. Et surtout, le ciel lui manque. La vision des nuages défilant sous ses pieds, le vent caressant son visage et le soleil qui disparait sous l'océan blanc chaque soir... Tous ces petits instants lui manquent... De plus, il veut comprendre : pourquoi ses parents l'ont chassé ? Pourquoi après l'avoir maudit comme ça, son père l'a lancé dans le vide sans le moindre avertissement ?

"Je s-suis désolé. Je... J'aurais pas du me mettre en colère. P-pardon, c'est juste que... ça me rappelle des... Des souvenirs..."

_______________________________
Miraak is Back
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  Sam 4 Juil - 1:59


Oriana raconte ce qui lui est arrivée sur San faldo et pourquoi elle en est partie et pendant que Zyra cherche à la réconforter, Miraak raconte ce qu’il se souvient de son enfance sur les îles celestes. La jeune femme pensait avoir eu beaucoup de malchance à cause de la mort de ses parents et de la perte de son bras. Maintenant, elle se rend compte que d’autres personnes ont eu beaucoup moins de chance qu’elle. Après la distribution de mouchoirs, le réconfortement et la reprise des esprits, Zyra brise le silence qui s’était installé pendant ce temps.

- Maintenant, nous nous connaissons bien mieux entre nous, il manque juste Maryn qui est au travail mais il n’y a rien a craindre d’elle, elle ne caftera pas, tu pourras lui raconter aussi Ori. Miraak aussi ne dira rien, tu peux lui faire confiance. Et inversement aussi Miraak, tu peux tout dire à Ori.

Ne sachant pas si le petit ange allait révéler son secret à sa meilleure amie Oriana, l’inventrice préfère lui laisser le choix de le dire à la rosée ou non, même si elle espère qu’il le fera, pour souder le groupe. Pourquoi groupe ? Et bine parce que l’inventrice à une idée derrière la tête. En effet, elle est en train de mélanger dans son cerveau quelques mots qui lui trottent dans la tête.

*Oriana. Retrouvailles. Miraak. Rencontre. Groupe. Bateau. Equipage. Equipage. EQUIPAGE.*

Les mots se mettent en place dans le cerveau de la fille du feu et commencent à avoir un sens pour elle.

- J’ai une proposition à vous faire, le genre de proposition que je ne ferai à personne d’autre qu’à ceux que j’aime et apprécie le plus.

L’inventrice désigne la fenêtre qui est derrière elle.

- Je suis actuellement en train de construire un bateau pour pouvoir monter un équipage pour voyager et visiter les iles qui composent. J’aimerai beaucoup que vous soyez avec moi dans cet équipage, si jamais vous avez envie de voyager. Pensez bien que je ne vous oblige pas à venir, mais j’aimerai beaucoup avoir mes amis avec moi pour cette grande aventure, c’est pour cela que je vous le propose.

La jeune femme laisse un petit silence s’installer pour laisser le temps à son amie d’enfance et à son nouvel ami d’avaler la proposition qu’elle vient de faire.

- Je ne vous demande pas de répondre immédiatement. La mise à l’eau du bateau aura lieu dans 2 semaines. Je vous y invite bien évidemment. Vous pourrez me donner votre réponse à ce moment là.

Zyra met ensuite sa main en avant, bras tendu, paume vers le sol, à la manière d’un serment entre mousquetaires ou juste entre grand amis, mais à la manière des enfants.

- Tendez la main si vous acceptez de revenir ici pour la mise à l’eau, ou même avant si vous voulez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Let's play (Ori et Zyra)  

Revenir en haut Aller en bas
 

Let's play (Ori et Zyra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» 05. The games we play
» Guide pour étoffer votre rôle-play
» Nano. Role Play !
» Faites nous partager vos play-list Deezer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece New Order :: Zone RP :: Grand Line :: Voie n°1 :: Whyskey Peak-