AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Mar 23 Juin - 2:09

Terreur... Une terreur absolue qu'il n'avait jamais ressentie avant. Ou en tous cas, il n'en a pas le souvenir. Peu lui importe en tous cas : ses yeux ne voient qu'une chose : le bar... Et tous les cadavres par terre. Cela fait bien cinq minutes qu'il reste planté là à observer ce massacre, son corps refusant de lui obéir, même alors qu'il essaye de bouger, essayant de voir s'il peut au moins sauver quelqu'un, mais il sait parfaitement qu'il ne peut rien faire... Le gaz s'est dissipé, mais il laisse ses victimes derrière lui : vingt personnes... Mortes instantanément à en juger par la surprise qu'il peut encore voir dans leurs yeux. Est ce que c'est de sa faute ? Surement... Et cette idée manque de le faire vomir : c'est par qu'il a provoqué cet homme... S'il s'était juste contenté de finir son verre, puis de partir en trouvant une excuse... Mais presque immédiatement, il oublie cette idée : même ainsi, l'homme aurait certainement fait la même chose... Il pouvait voir la folie dans les yeux étrangement écarquillés et il se rappelle parfaitement du malaise qu'il a ressentit lorsque l'homme... Siméon a posé les yeux sur lui la première fois. Qu'est ce que ce fou avait en tête ? Avec un peu de chance, il ne le saura jamais, mais de ce que Saren et Maryn lui ont expliqué... Ce genre de malade n'abandonne jamais. Sa gorge se compresse brutalement et il manque de tomber, sa main droite se cramponnant sur la chambranle de la porte d'entré. Ce bar, là où il a croisé Zyra pour la première fois et là où apparemment, elle avait ses habitudes... Moins d'une heure plus tôt alors qu'on est toujours en matiné, c'était un endroit bruyant, accueillant et plein de vie... Mais maintenant, tout est silencieux... Froid...

"Mort..."

C'est le mot... Et d'un coup, son coeur se met à battre beaucoup plus vite, la terreur augmentant à tel point qu'il manque de s'effondrer,comme si l'air lui-même pesait d'un coup une tonne. Il ne peut pas rester là. Il essaye de respirer, mais l'effort ne faut que lui couper le souffle, sa tête commençant à tourner. Son pouvoir ne s'active même pas, faute de colère ou de volonté et même s'il fait toujours plus de trente degrés, il a l'impression que chaque centimètres carrés... Chaque cellule de son corps est gelée sur place. Ça en est trop. Peu importe si ses affaires sont encore dans sa chambre : il ne peut pas aller les chercher... Pas en traversant ce massacre ! Il n'a même pas le temps de s'en rendre compte que ses jambes bougent toutes seules, le vent se mettant à fouetter son visage, faisant voler ses cheveux et son manteau derrière lui tandis qu'il se met à courir, sentant à peine ses yeux qui piquent désagréablement, libérant quelques goûtes tandis que sa gorge se compresse encore plus. Ce monstre est encore là, quelque part et il est peut être déjà à sa recherche. Il ne doit pas rester là et il n'y a qu'un seul endroit où il sera à l'abri, juste un... Oriana est actuellement occupée, mais Zyra et Maryn sont encore là ! Une seule et unique chose tourne désormais dans sa tête : aller immédiatement voir les deux femmes, se cacher ! C'est à peine cinq minutes après avoir quitté le bar qu'il voit la silhouette rassurante de la petite maison avec la grande cheminée métallique sur le toit apparaître, située vers l'extérieur de la ville. S'il était dans son état normal, il n'oserait certainement s'approcher de peur de déranger les deux jeunes femmes, mais là... C'est à peine s'il rend compte qu'il pleure, les tremblements de son corps devenant presque des convulsions : peu importe sa fierté ou sa timidité : il faut qu'il se cache, et vite ! Du coup, il parvient juste devant la porte d'entré qu'il commence à marteler du poing, au lieu de taper doucement qu'il il le ferait normalement, criant pratiquement entre deux sanglots :

"Z-Zyra Nee-chan ! S'il... S'il vous plait ! Ou... Ouvrez !"

Il n'a pas longtemps à attendre, la porte s'ouvrant devant lui et il a à peine le temps de repérer clairement la côte de maille et les vêtements rougeâtres qu'il se jette pratiquement tête baissée dans les bras de la jeune femme, la projetant au sol tandis qu'il se pelotonne contre elle, sentant la forte chaleur émanant de la côte de maille ce qui, en tant normal, lui indiquerait la présence proche de son pire ennemi, à savoir le feu, mais qui dans ce cas précis ne le fait pas broncher : il est sauvé : personne ne peut le trouver maintenant... Et surtout pas ce monstre !

"S-sil vous p-plait... N-ne me... Ne me r-renvoyez p-pas là-bas... S'il vous plait..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Mer 24 Juin - 3:29


Une journée normale attend l’inventrice aujourd’hui. Depuis qu’elle a proposé à sa copine d’enfance et à l’enfant-ange de créer un équipage entre-eux pour aller visiter le monde, Zyra travaille d’arrache-pied pour terminer son bateau, et pour ça, en ce moment, sa forge travaille beaucoup. Son feu tourne à plein régime et les vêtements et la cote de maille de l’inventrice sont extrêmement chaud, à deux doigts de bruler, mais bon, elle à l’habitude pour ça donc il n’y a pas de soucis à se faire. Tout se passait bien dans le meilleur des mondes jusqu'à ce que la jeune femme entende quelqu’un frapper à sa porte. Enfin frapper, il faudrait mieux dire marteler la porte, à deux doigts de la défoncer.

Zyra pose donc son morceau de métal chauffé à blanc à coté de sa forge et part en direction de la porte, la jeune femme étant encore toute chaude de par la chaleur de son atelier. Les coups contre la porte continuent de pleuvoir.

- Z-Zyra Nee-chan ! S'il... S'il vous plait ! Ou... Ouvrez !

* Que vient faire le petit ange, ça ne fait que 2 jours qu’on s’est quittés. S’il revient de cette manière, c’est qu’il a des ennuis.*

La jeune femme arrive devant la porte de son atelier et ouvre cette dernière. L’enfant se jette littéralement sur l’inventrice, au point de la déséquilibrer et de la faire tomber en arrière. Miraak semble apeuré, voire même terrifié, au point qu’il ignore le feu de la forge toute proche et qu’il n’a pas peur de la chaleur que dégage Zyra à cause de son travail.

- S-sil vous p-plait... N-ne me... Ne me r-renvoyez p-pas là-bas... S'il vous plait...

- Mais où te renvoyer où petit ange ? Je ne sais pas d’où tu vient mais si t’a besoin, reste ici, tu ne risque rien dans cette maison.

L’inventrice pousse ensuite l’ange sur le coté et se relève pour aller fermer la porte, afin d’être plus au calme. Elle prend ensuite l’ange terrifié par les épaules et le dirige vers la table, au niveau de la chaise où il s’était déjà assis tantôt.

- Assieds-toi Miraak, je reviens.

La jeune femme s’en va dans la cuisine et y revient avec 2 colas, un pour l’ange et un pour elle. Elle tend la boisson à l’ange et boit une gorgée de la sienne.

- Aller racontes moi ce qui te fait peur et pourquoi tu es revenu ici. Et dit moi aussi où il ne faut pas te renvoyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Mer 24 Juin - 14:04

Apparemment, Zyra est surprise, quoi qu'elle le repousse gentiment le temps de fermer la porte, puis le prend par les épaules pour le guider vers la salle à manger tout en lui demandant ce qui ne va pas, précisant qu'il ne risque rien dans la maison, chose qui lui permet au moins de respirer plus facilement. Alors qu'elle lui permet de s'assoir, puis disparaît dans la cuisine, certainement pour chercher quelque chose à boire, il essaye de calmer les tremblements de son corps, quoi que le souvenir des cadavres aux regards complètement vides... Et le regard fou du prêtre rend la tâche beaucoup plus compliquée. Zyra revient quelques secondes plus tard, deux grands verres de coca dans les mains et en pose un devant lui, prenant ensuite une gorgée du sien en s'asseyant en face de lui avant de demander ce qui ne va pas, si bien qu'il essaye de se calmer, ses deux mains se fermant autours du verre, serrant ce dernier pour essayer de calmer ses tremblements. Ce n'est pas la première fois qu'il voit la mort : une trentaine de tigres, trois ours et... Un homme sont morts de ses mains après tout, ou plutôt de ses rayons sur Alambra, un autre homme étant gravement mutilé, puis achevé sous ses yeux. Mais ça... C'était ignoble ! Vingt personnes... Vingt personnes qui n'avaient absolument rien fait et étaient juste là pour passer un peu de bon temps à boire, discuter ou juste, se détendre... Tuées comme ça... C'était... Complètement gratuit ! Tuer pour se défendre est une chose, mais tuer pour s'amuser ou juste, par une basse vengeance qui en plus, n'était même pas tournée vers les victimes !

"Ce... Il y a... A-avait c-cet h-homme"

Le souvenir lui arrache un tremblement plus fort que les autres : certes, l'homme était loin d'être beau, mais ce n'est pas sa laideur qui lui revient en tête. Juste... Ce regard complètement fou et calculateur ainsi que cette impression de froid... Comme si suivre cette personne allait... Enfin, on aurait dit le genre de personnes que Saren ET Maryn lui ont recommandés d'éviter comme la peste. Instinctivement, il sait que l'inconnu avait de mauvaises intentions et ce qu'il a fait quand il est sortit du bar l'a prouvé ! Cela dit, il préfère commencer par le commencement et boit une gorgée de coca, essayant de calmer ses nerfs, quoi que pour le moment, ça ne fonctionne pas très bien.

"Je... J-je suis allé vivre au... Au bar où vous m'avez amené la d-dernière fois. Et je... J'étais en train de boire mon lait-fraise quand ce... C-cet homme s'est approché. Il m'a dit qu'il était p-prêtre et m'a proposé un bonbon mais... J-j'ai sentit... Q-quelque chose... Son regard était c-complètement f-fou et... J'ai juste finit mon v-verre a-avant de refuser et de s-sortir. C'est a-après que..."

Aucun cri... Aucun mouvement. Juste ce gaz qui s'est d'un coup mis à sortir du bar, tuant instantanément tous les occupants avant que l'homme ne sorte, partant vers la mer. Même s'il espère que ce monstre est déjà partit, le simple fait qu'il ignore complètement ce qu'il voulait réellement et s'il aurait renoncé si facilement est effrayant. Du coup, il boit une seconde gorgée, poursuivant :

"Q-quand j-je me suis retourné, un gaz v-violet sortait du bar, cet h-homme est sortit et... T-tout le monde était... Tout le monde était mort ! Il les a tous t-tués, juste comme ça !"

Quelques larmes échappent d'un coup à ses yeux à ce souvenir, mais il les essuie rapidement, juste pour que d'autres prennent la place. Tuer est un acte qu'il déteste au plus haut point : ça lui fait toujours mal, peu importe ce qu'il tue. Les Alams évitaient en règle générale de s'entretuer et il se rappelle vaguement avoir lu que du moment qu'on n'y prenait pas plaisir, on restait humain, mais ça... En plus, ce monstre avait l'air... De complètement s'en moquer ! Il venait de détruire plus d'une vingtaine de vies et peut être de détruire plusieurs familles, mais il n'en avait absolument rien à faire ! Quel genre de... Démon est ce que c'était ? Il boit une autre gorgée, calmant ses tremblements avant de reprendre :

"Je... C-c'était à m-moi qu'il... Qu'il en voulait. Je l'ai v-vu quand il me parlait, mais... Quand je s-suis p-partit, il a massacré tout le monde... Et p-peut être qu'il... Qu'il me cherche e-encore ? Je... Je ne veux p-pas retourner là-bas ! Je c-crois que j'ai dit q-quelque chose qui ne fallait p-pas en p-partant mais... Je s-sais qu'il complotait q-quelque chose dès qu'il m'a v-vu..."

Il n'y a pas beaucoup de choses que l'homme aurait pu vouloir lui faire, mais tout ce qui lui vient en tête est mal, si bien qu'il tremble encore plus. Vu la folie qui émanait du regard du prêtre, nul doute qu'il ne s'en serait pas sortit vivant... Quoi que, ça dépendait de beaucoup de choses. Dans la terreur, il a complètement oublié ses propres pouvoirs, mais en même temps... A en juger par le massacre, l'homme utilisait les poisons qu'une manière ou d'une autre. Est ce que ses pouvoirs l'auraient protégés de ça ? Il n'en a aucune idée et c'est bien ça le problème. Du coup, il inspire profondément, essayant de se reprendre avant de murmurer timidement, essayant d'oublier la peur qui lui noue toujours l'estomac :

"Est... Est-ce que je p-peux r-rester ici s'il vous p-plaît ? Je... Je ne p-peut pas me montrer, p-pas tant qu'il... Qu'il sera là... Et le b-bar... Je peut pas... Je p-peux pas retourner là-b-bas non plus. T-tous ses m-morts... P-pour r-rien..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Sam 27 Juin - 2:26


L’ange est complètement apeuré. On pourrait croire qu’il a vu les fantômes de son passé mais en fait il a juste fait une mauvaise rencontre dans le bar ou Zyra et l’enfant se sont rencontrés. Le petit être raconte toute l’histoire à l’inventrice et elle remarque qu’il voudrait surement oublier tout ce qui vient de se passer dans la dernière heure.

L’homme qu’il a du rencontré est surement un pirate de passage qui n’est pas encore allé s’amuser au parc d’attraction local pour se faire attraper par les chasseurs de primes de l’île. Il n’empêche que cet homme à tué le patron et ceux qui travaillaient dans ce bar et qui en plus était des connaissances de l’inventrice.

Après que l’ange ait raconté sa rencontre avec cet individu, il demande quelque chose de particulier à la jeune femme. Quelque chose qui va droit au cœur de l’inventrice et qui prouve que l’enfant considère Zyra et Maryn comme plus que des amies. En effet, l’enfant demande à rester chez les jeunes femmes pour y séjourner car il ne veut pas retourner au bar pour se loger et risquer de revoir l’homme qui l’a abordé.

- Bien sur que tu peux rester ici, il n’y a pas de problème pour ça. Je ne vais pas risquer de te renvoyer à l’hôtel pour que tu retombes en face de cet homme horrible. Emporte ton verre, je vais te montrer ta chambre.

La jeune femme invite l’ange à la suivre. Le groupe monte l’escalier situé à coté de la porte d’entrée et accède à l’étage ou sont situé les chambres. Ils se dirigent ensuite jusqu’au fond du couloir et entre dans la dernière pièce de droite qui est ni plus, ni moins que la chambre d’amis.

- Entre, je vais te faire visiter.

La jeune femme entre suivie de l’ange. Elle commence à faire visiter la pièce à l’enfant.

- Alors au centre, t’as le grand lit, à droite t’as les commodités et à gauche t’as le placard pour tes affaires. Enfin si t’a pris tes affaires avec toi en partant du bar.

Zyra approche ensuite Miraak de la fenêtre et lui désigne le bateau qui est dehors.

- Et si jamais tu me cherches, je travaille sur ce bateau. C’est le bateau dont j’avais parlé quand Ori était avec nous il y a quelques jours. Peut-être notre futur bateau. Tu y es toujours invité, évidemment.

L’inventrice regarde ensuite Miraak dans les yeux, comme pour lui démontrer sa sincérité, avant de le prendre et de le câliner, tout en lui parlant d’une voix rassurante

- Dans cette chambre, personne ne peux te voir depuis la rue, tu es en sécurité ici. Je parlerais à Maryn pour qu’elle vienne te voir une fois qu’elle sera rentrée, je sais que tu l’aime beaucoup aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Sam 27 Juin - 22:59

Pendant un bref instant, Mir ne peut pas s'empêcher de craindre que Zyra ne refuse, quoi que cette crainte est rapidement stoppée lorsqu'elle se lève, lui indiquant gentiment qu'il peut rester, puis de prendre son verre et de la suivre pour qu'elle lui montre sa chambre. Elle le mène alors dans un couloir, s'arrêtant finalement devant la porte située le plus loin de la salle à manger, sur la droite, l'invitant ensuite à entrer, ce qu'il fait après une brève hésitation. La première chose qui lui vient en tête lorsqu'il entre, c'est que la chambre aux murs blancs est déjà plus grande que la case qu'il a occupé pendant tout son temps sur Alambra, mais fait la même taille que la suite qu'il occupait encore récemment au bar... Chose qui le fait frisonner une fois de plus. Le lit au centre attire immédiatement son attention et lorsque Zyra l'appelle le "Grand lit", il ne peut pas s'empêcher de sentir une légère sensation de chaleur dans les joues laquelle disparaît très vite lorsque le souvenir des cadavres revient, si bien qu'il se dépêche de boire une gorgée, se détendant légèrement quand le liquide ambré rafraîchit fortement sa gorge. C'est sur que pour des gens comme eux... Ce genre de lit est grand. C'est un simple lit deux place sans vraiment de traits particuliers, mais il se doute que s'il venait à se coucher dessus, son corps occuperait à peine un quart de la place maximale, idée qui en temps normal, l'aurait fait fortement rougir. Au moins... Il ne risque pas de se réveiller par terre cette fois... Un froids glacial envahit d'un coup chaque parcelle de son corps, une nouvelle peur venant lui vriller l'estomac quand il pense à la nuit qui l'attend : s'il arrive à fermer l'oeil... Ce sera déjà un prodige, mais s'il parvient à passer la nuit sans rêver de ce démon et... De ce qu'il a fait, ce sera plus qu'un miracle ! Cependant, la voix de Zyra l'arrache à ses pensés lorsqu'elle lui montre le placard, lui précisant qu'il pourra y ranger ses affaires... Avant de lui demander s'il a pensé à les prendre au bar, ce qui lui glace le sang : Non... Il n'y a pas pensé...

"Je... J-j'étais trop... P-pressé de lui échapper pour... P-pour les prendre. Elles s-sont restées dans mac-chambre et... Après a-avoir v-vu ce qu'il a f-fait... Je p-pouvais pas... T-tous ces c-corps..."

Il recommence à trembler et se dépêche de boire une autre gorgée, essayant d'arracher son esprit au souvenir. Cependant, avant qu'il n'ait le temps d'y penser d'avantage, la main de Zyra se pose d'un coup gentiment sur son épaule et elle le guide vers la fenêtre située juste en face de la porte, lui montrant ce qu'il reconnaît comme étant un petit chantier naval. Avant même que la jeune femme ne se remette à lui parler, il se rappelle d'un coup de la proposition de cette dernière, à peine deux jours plus tôt : elle est en train de construire un navire... Et leur a proposé à lui et Zyra de prendre le large avec elle. Bien sur, à ce moment là, il avait préféré ne pas s'avancer et juste y réfléchir, mais maintenant... Après tout, ça fait deux jours qu'il se creuse la tête, essayant de trouver quel camp rejoindre pour quitter rapidement l'île... Alors qu'il a au final la situation sous les yeux. Cette idée gagne en intensité lorsque la rousse lui indique qu'il peut toujours la rejoindre s'il le veut, puis le prend gentiment dans ses bras, ce qui déclenche un brusque battement de cœur un peu plus rapide que les autres, ses joues brûlant fortement bien qu'il parvienne à garder ses pouvoirs sous contrôle au prix de rudes difficultés. C'est... Étrange... Alors, c'est ça un câlin ? Les Alams n'étaient pas démonstratifs... Et le peu de contacts avec eux étaient généralement faits pour tuer ou blesser ou encore, dans le cas de Kawawate, restreindre et entraîner. Quant à Saren, l'homme-poisson ne l'a pas touché une seule fois, ni pour le frapper, ni pour le rassurer, se contentant de lui parler. C'est légèrement gênant, mais en même temps, c'est rassurant et peu à peu, ses tremblements s'arrêtent, sa peur commençant à refluer alors qu'il finit par se détendre, se laissant aller dans le câlin. C'est alors que Zyra finit sa phrase, lui indiquant que personne ne peut le voir depuis la rue, ce qui veut dire qu'il est en sécurité, puis elle lui précise qu'elle indiquera à Maryn de venir le voir quand elle sera présente, lui précisant qu'elle "sait qu'il l'aime beaucoup", ce qui le fait légèrement rougir comme le lui indique le retour de la sensation de chaleur dans ses joues : est ce que c'est si évident ? Il se contente d'acquiescer légèrement contre le torse de Zyra, malgré le contact légèrement rêche de la cotte de mailles, murmurant timidement :

"Elle... Elle me rappelle j-juste... Quelqu'un. Je s-sais pas qui mais... C'est... Familier..."

Très familier en effet... Mais il n'a pas vraiment le temps d'y réfléchir : maintenant que la peur a disparue, la chute d'adrénaline est là... Ainsi que la fatigue suite à tellement d'émotions et Miraak se sent d'un coup complètement épuisé, si bien que son corps commence à devenir plus lourd. Il essaye alors de s'éloigner de Zyra, mais se rend vite compte qu'il est tellement sonné qu'il a à peine assez de force pour tenir debout, chose qui ne tarde pas à disparaître également.

"Je... J-je s-suis..."

Le verre vide finit par lui échapper des mains et avant même qu'il ne puisse terminer sa phrase, le décors qui tournait déjà beaucoup devient d'un coup complètement noir, son corps devenant complètement lourd dans les bras de la jeune femme, terminant son évanouissement.


_______________________________
Miraak is Back
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Dim 28 Juin - 1:15


Le jeune ange répond au câlin de l’inventrice, surement que ca fait longtemps qu’il n’en a pas eu. Et peut-être même que ca fait longtemps qu’il n’a pas eu d’affection de la part de quelqu’un de proche si bien qu’il lâche le verre qui tombe au sol, sans se fracasser, et tombe d’évanouissement dans les bras de sa copine Zyra. La jeune femme, ne voulant pas le laisser au sol, le porte jusqu’au lit. Elle relève ensuite la couverture avant de poser l’ange sur le matelas.

*Il sera bien mieux ici pour se reposer, les dernières heures ont du être épuisantes pour lui*

La jeune femme entreprend ensuite de déshabiller l’ange pour que ce soit plus confortable pour lui, et aussi, on ne dort pas avec ses vêtements. Zyra commence par retirer les sandales de l’ange avant de les laisser au pied du lit. Elle continue en retirant la ceinture ainsi que le pantalon de l’enfant avant d’aller les poser sur une chaise non loin de là. Elle allonge ensuite l’angelot sur le ventre et lui retire délicatement sa veste qui n’est ni plus ni moins qu’une veste de kimono. Zyra fait bien attention à ne pas endommager l’aile de l’enfant en retirant sa veste. Une fois retirée, l’inventrice pose le vêtement sur la chaise, avec le reste des affaires de Miraak.

L’inventrice se retourne et regarde en direction de l’ange. Son aile magnifique est en plein dans la ligne de mire de la jeune femme. Elle s’approche de l’enfant et commence à toucher, étudier et analyser la position des muscles et des os qui composent la base de l’aile afin de pouvoir, un jour, en créer une cyborg pour pouvoir compenser le handicap que possède l’ange par rapport à ses congénères. Après quelques minutes d’analyse, la jeune femme recouvre l’ange avec la couverture de son lit, afin qu’il ne prenne pas froid, même si au niveau inférieur se trouve une forge tournant à plein régime. Après s’être occupée de l’enfant, la jeune femme retourne travailler à la construction de son bateau.

Environ une demi-heure plus tard, à l’heure du diner, Maryn rentre de son service matinal et retrouve Zyra, toujours affairée à son bateau. L’inventrice ne remarque pas l’arrivée de son amie jusqu’à ce que cette dernière l’appelle pour le repas.

- ZYRA !!! Eteins ton lance-flammes et vient manger !!!

- Ah tient, salut Maryn.

L’inventrice et la femme-poisson s’assoient à table et commencent le repas.

- Au fait, j’ai une nouvelle pour toi, on a un invité à l’étage.

- Ah bon ? Qui c’est ? Je le connais ?

- Bien sur que tu le connais, il s’agit de Miraak, le petit ange qui est venu il y a deux jours. Il a frappé à la porte il y a une heure et il avait l’air totalement apeuré. Il m’a dit qu’il a fait une mauvaise rencontre avec un prêtre fou et a préféré s’enfuir. En plus, il semblerait que l’homme ait tué tout le monde au bar.

- Il a bien fait de venir ici alors, on ne lui fera pas de mal nous, il est en sécurité ici.

- Je sais bien. Je l’ai installé à l’étage, dans la chambre de droite, celle qui donne sur le bateau et non sur la rue. Par contre il m’a dit qu’il avait oublié ses affaires en partant du bar, et vu l’état de terreur dans lequel il est actuellement, il est pas prêt à aller les chercher.

- Pas de soucis, je ne travaille ni cet après-midi ni ce soir, je vais rester avec lui pour le surveiller. Ca le rassurera surement de me voir à ses cotés et il pourra me parler s’il en éprouve le besoin.

- Pas de soucis, j’irais récupérer ses affaires pendant ce temps là, vu que tu seras ici pour le surveiller. Pour le moment il est évanoui dans le lit, surement à cause de la poussée importante d’adrénaline qu’il a subit en venant ici, ça a du l’épuiser.

Les deux femmes finissent ensuite leur repas. Une fois celui-ci terminé, Zyra se lève, prends ses armes et les range sur elle avant de sortir de la maison, laissant la femme poisson à la maison pour surveiller l’ange.

- Je reviens vite, ne t’inquiètes pas pour moi. Je prends juste ses affaires et je rentre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Dim 28 Juin - 23:36

Miraak ne peut pas s'en empêcher, il tremble fortement, essayant de se relever tout en esquivant les frappes de cette... Chose... Une créature dont il ne parvient même pas à clairement voir la forme, semblant composée presque entièrement de gaz... Ou d'ombre. Une griffe marque le sol à quelques centimètres de sa tête, le sable se vitrifiant presque instantanément comme brûlé par un acide. Il parvient de justesse d'esquiver une frappe venant ensuite directement vers sa tête, mais n'a pas le temps de bouger qu'une autre frappe se dirige d'un coup vers lui... Avant que les alentours n'explosent d'un coup en des millions d'éclats de verre, le laissant dans le noir complet, un éclat de rire aigu arrivant à ses oreilles avant qu'une douleur sourde n'apparaisse dans son épaule gauche, lui arrachant un grognement... Grognement qui se change en cri de terreur lorsqu'une aile métallique couverte de sang apparaît comme pour le narguer, le visage de Siméon déformant le métal dans un sourire menaçant. C'est la toute dernière chose qu'il voit alors que l'environnement et l'aile ne disparaissent dans une forte lumière et l'instant d'après, il se retrouve allongé sur le dos, son aile aux plumes blanches ébouriffées complètement détendue sur le matelas à côté de lui et son corps presque entièrement immobilisé par plusieurs couvertures qui se sont entortillées autour de lui, tandis que ses yeux fixent un plafond blanc complètement inconnu...

****Que...****

"Miraak ? tu es réveillé ?"

Une voix familière... Mais son esprit est encore complètement embrumé, ses yeux ne lui montrant que le plafond complètement blanc... Avant qu'un regard n'apparaisse à l'extrême gauche de son champ de vision. Un visage bleu aux traits fins marqués de quelques arêtes semblant typiquement marines... Marine ? Maryn ! Les souvenirs lui reviennent d'un coup et il tente de se relever d'un bond, mais son corps, encore lourd suite à son évanouissement proteste violemment face à la tentative, lui donnant un épouvantable mal de tête ce qui le fait grogner, la main de la femme-poisson se posant immédiatement sur sa poitrine à travers les couvertures pour le repousser contre le matelas, les yeux bleu-verts se posant dans les siens d'un air sévère.

"Du calme, Miraak. Respires lentement. Tu te rappelles ? Tu es en sécurité ici : cet homme ne te trouvera pas."

Alors que son cerveau finit de se remettre en marche, Mir se rappelle enfin de tout et ferme d'un coup les yeux, essayant de se recentrer. Le bar... Tous ces morts... Cette peur dévorante, sa fuite et... Zyra. Zyra qui lui a ouvert, l'a rassuré, puis lui a montré sa chambre et... Il sent d'un coup ses joues brûler énormément lorsqu'il se rappelle de ce qui s'est produit après : Zyra l'a pris dans ses bras après lui avoir montré le navire en construction et il a finit par perdre connaissance contre elle ! Alors que les couvertures se détendent autours de son corps, il sent d'un coup un autre détail qui augmente encore plus la gêne et la sensation de brûlure, son regard accrochant ses vêtements pliés sur une chaise à côté du lit. Pendant un bref instant, il sent de nouveau un fort vertige envahir son champ de vision en comprenant que l'une des deux femmes, certainement Zyra l'a DÉSHABILLÉ, mais la main de Maryn qui se pose d'un coup sur ses cheveux le ramène à la réalité et il reste pétrifié un bref instant, jusqu'à ce que le contact dans ses mèches blondes ne commencent à le calmer peu un peu : il n'a rien à craindre... Et la tension qui commençait à envahir son corps reflue d'un coup alors qu'il s'efforce de respirer lentement, sa crainte disparaissant tandis que la voix de Maryn ne reprenne, toujours aussi douce :

"Ça va mieux ?"

"Euh... O-oui... M-merci..."

"Il n'y a pas de quoi. Zyra m'a raconté ce qui s'est passé. Et elle a parfaitement raison : tu n'as rien à craindre ici."

Cette idée lui arrache un léger sourire et il acquiesce légèrement, fermant les yeux tandis que cette étrange sensation revient. Toujours cette familiarité... Comme si Maryn avait quelque chose qu'il a connu autrefois, mais a perdu et n'a plus revue depuis. C'est étrange... C'est un peu comme ce qu'il ressent lorsqu'il regarde le ciel : cette impression de chaleur mêlée de regret... Mais peu importe, la main sur ses cheveux disparaît, puis son ventre grogne fortement, faisant un bruit ressemblant de près comme de loin au grognement d'assaut de l'un des tigres qu'il a autrefois massacrés sur Alambra, arrachant un léger rire à Maryn, laquelle se lève de sa chaise et se dirige vers la porte, l'ouvrant avant de lui dire gentiment :

"Je suppose que tu peux te lever et t'habiller seul ? Zyra et moi avons déjà mangé et vu que j'ignorais que tu étais là, je n'ai rien préparé. Mais je vais essayer de te cuisiner quelque chose rapidement

Mir se contente d'acquiescer sans rien dire, la femme-poisson quittant ensuite la pièce, puis il inspire profondément, parvenant cette fois sans problème à arracher son corps au lit, puis à se lever avant de marcher, notant vaguement la chaleur du parquet lorsque ses pieds se posent dessus, ce qui lui rappelle la proximité de la forge juste en dessous, lui arrachant un léger frisson, la cicatrice désormais clairement visible à son bras picotant désagréablement. Cela dit, un léger courant d'air sur son torse le ramène à la réalité et il se dépêche d'empoigner son Hakama, enfilant immédiatement ce dernier et le serrant à ses hanches avec les deux fines cordelettes prévues à cet effet, agrippant ensuite son Haori ce qui lui rappelle la principale difficulté : faire passer son aile dans le trou prévu à cet effet dans le dos, chose qu'il parvient rapidement à faire grâce à l'habitude. Enfin, il ferme comme d'habitude le vêtement sur son ventre, agrippant ensuite l'Obi blanc qu'il se dépêche de nouer à la taille, fermant complètement son haut et serrant complètement son Hakama contre lui, ramenant enfin l'aile autour de son bras droit un bref instant, puis la repliant enfin dans le dos pour s'assurer qu'elle est bien passée dans le trou. Sa main gauche part ensuite vers le manteau, mais il se souvient de là où il est et laisse dont le vêtement sur la chaise, enfilant enfin ses sandales, bien qu'il pense un bref instant à rester pieds-nus par habitude... Avant qu'une fois de plus, il se souvienne qu'il n'est plus sur Alambra et que peut être, Ce serait irrespectueux pour Maryn et Zyra de déambuler sans ses sandales chez elles, Du coup, une fois habillé, il sort de sa chambre, se dirigeant vers la salle à manger en s'attendant à y trouver Zyra vu qu'il n'entend aucun bruit venant du chantier, mais à sa grande surprise, il n'y a que Maryn, cette dernière sortant de la cuisine avec une assiette pleine de sandwiches et un grand verre de coca ce qui lui arrache un sourire, bien que l'absence de la rousse ne le trouble légèrement.

"Euh... Z-Zyra n'est pas là ?"

"Elle va bientôt revenir. Elle avait juste quelque chose à faire en ville"

Est ce que c'est son imagination ou est ce que Maryn le regarde avec une légère... Peine lorsqu'elle prononce ces mots ? Il n'a pas vraiment le temps de réellement s'en rendre compte, la femme-poisson lui montrant l'assiette qu'elle vient de poser sur la table et il se dépêche de s'assoir pour manger, bien qu'il sente une légère crainte l'envahir. Zyra est grande... Et vu l'arsenal qu'elle trimbale sur elle, elle peut largement se défendre, mais... Sans vraiment savoir pourquoi, il ne peut pas s'empêcher de craindre qu'il ne lui arrive quelque chose. Un bruit de porte qui s'ouvre attire d'un coup son attention et il relève la tête entre deux bouchés, souriant à la jeune rousse, mais sent d'un coup son sourire disparaître et son sang se geler dans ses veines lorsqu'il voit ce qu'elle porte : un sac à dos noir... SON sac à dos... Et il comprend immédiatement où elle était, si bien qu'il baisse la tête, se rappelant d'un coup que la jeune femme connaissait le patron et peut être plusieurs des clients...

"Z... Z-zyra ? Je... J-je suis désolé... V-vraiment..."

Une main bleuté se pose d'un coup sur son épaule gauche, la voix de Maryn lui disant sévèrement que ce n'était pas de sa faute et que ce n'était pas comme si cet homme aurait épargné ces gens, même s'il l'avait suivit, mais il ne peut pas s'empêcher de trembler légèrement, observant l'inventrice tout en parvenant de justesse à retenir ses larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Lun 29 Juin - 2:37


Après avoir laissé le petit ange aux mains de Maryn, Zyra part en direction de la ville et plus précisément du bar ou ils se sont rencontrés et où Miraak a dit qu’il logeait. En approchant de l’établissement, elle s’aperçoit qu’il y a un attroupement assez important devant l’hôtel. En plus des badauds et des curieux, il y a aussi la marine et quelques membres de la milice locale qui sont présents et qui empêchent les gens de rentrer.

Fort heureusement pour la jeune femme, l’homme qui monte la garde n’est autre qu’un des officiers qui est en charge de surveiller l’ile. Heureusement car l’inventrice connait cet homme parce qu’elle est déjà allée chez certains marines pour faire la maintenance de quelques-unes de leur machines il y a peu de temps.

- Bonjour colonel Quaritch. Vous allez bien depuis la dernière fois ?

- Salut Zyra ! Je vais bien, merci. Qu’est-ce que tu viens faire ici ?

- Et bien, je suis venue ce matin pour faire de la maintenance dans une des chambres à l’étage mais j’ai oublié quelques affaires. Tu pourrais me faire entrer pour que je puisse les récupérer ?

- Seulement si tu me dis si tu n’aurais pas remarqué quelqu’un d’étrange ce matin au bar en venant y travailler.

- Laisse moi réflechir quelques instants… Non j’ai rien qui me revient là.

- Bon d’accord, suis moi.

Le colonel et l’inventrice entrent donc dans l’établissement, encore remplis des cadavres du patron et des clients. Une odeur étrange flotte dans l’air, un mélange entre le cadavre et le souffre. Il reste quelques cadavres au sol, ceux qui ont été retirés ont été remplacés par leur contour à la craie au sol.

*Je ne pensais pas que c’était autant une boucherie que ça, Miraak avais sous-décrit l’horreur du lieu.*

En montant l’escalier, Zyra voit le cadavre du patron qui est étendu derrière le bar, une bouteille de rhum encore à la main et qui s’est vidée sur le sol.

- Le patron de l’auberge était un ami, je venais souvent boire un coup ici, même avec des pirates des fois.

- Je le sais bien, je suis déjà venu boire ici aussi hors service. Bon alors c’est dans quelle chambre que tu travaillais ?

- Je ne sais plus, mais elle n’était pas vide, je profitais de l’absence du locataire pour réparer l’eau chaude.

- Faisons les dans l’ordre alors.

Le colonel ouvre la porte de la première chambre, l’inventrice passe la tête dans l’encadrement et voit des affaires sur le lit. Elle entre dans la pièce et en regardant dans le tas d’affaires, elle y trouve une petite culotte rose en dentelle.

*Non, c’est pas le slip de Miraak ça, je l’aurais vu tout à l’heure.*

La jeune femme sort de la chambre et se dirige vers la suivante. Le colonel la suit et ouvre la seconde porte. L’inventrice entre et voit un sac à dos noir posé sur une chaise. Elle se dirige vers le sac, l’ouvre et en sort un vêtement. Ce vêtement est une veste de kimono noire avec un trou dans le dos, sur la droite.

- C’est bon c’est bien mon sac, merci de m’avoir ouvert colonel.

- T’en est sure ?

- oui, regardes !

L’inventrice déplie la veste, l’enfile et se présente devant l’officier.

- Tu vois, elle me va comme un gant.

Heureusement que l’ange et l’inventrice font la même taille, ca n’aurais pas été possible sinon. Le colonel acquiesce et dit à Zyra de le suivre vers la sortie. L’inventrice retire donc la veste de l’ange, la remet dans le sac avant de refermer ce dernier et de le mettre sur son dos. Le duo se dirige ensuite vers la sortie de l’établissement.

- Je te remercie de ton aide colonel.

- Pas de soucis Zyra.

- Au fait, ca me revient maintenant, j’ai le souvenir d’un homme étrange qui était au bar, il ressemblait à un prêtre et semblait obnubilé par les enfants qui passaient dehors. Je sais pas si ça peut t’aider, mais c’est tout ce dont je me souviens.

- Merci de ton aide Zyra. Ca nous aidera surement beaucoup.

L’inventrice s’éloigne ensuite du bar, en se retournant de temps en temps pour vérifier que personne ne la suit. Elle continue ainsi jusqu’à sa maison et y entre. L’ange est debout, habillé, assis à table devant une grande assiette de sandwiches avec Maryn à ses cotés, tentant de le rassurer. Il relève la tête et semble heureux de voir que l’inventrice a réussi à retrouver ses affaires mais soudainement son visage devient plus grave.

- Z... Z-zyra ? Je... J-je suis désolé... V-vraiment...

- Ne t’excuse pas petit ange, ce n’est pas ta faute. Par contre j’ai croisé le colonel des marines de l’ile, j’ai trouvé une excuse pour entrer dans les chambres et je lui ai donné une description de l’homme que tu as rencontré, d’après ce que tu m’a dit de lui.

L’inventrice pose le sac à dos de l’ange au bas de l’escalier avant de retourner vers la table.

- Je te laisse mettre tes affaires dans ta chambre. Je vais retourner à la construction du bateau. Je te le ferais visiter si tu veux. Ca te permettrais d’oublier tout ce qui c’est passé ce matin. Ca te viderais la tête.

- Bonne idée Zyra, en plus tu devrais bientôt l’avoir terminé maintenant.

- D’ici une dizaine de jours Maryn. Il faudra d’ailleurs qu’on passe à l’épicerie la semaine prochaine pour faire les provisions pour le navire.

- Et ne t’inquiètes pas Miraak, on n’oubliera pas de prendre de quoi faire des lait-fraise, Zyra m’a dit que tu aimais ça.

Sur ces quelques mots, l’inventrice retourne s’affairer à la construction du bateau pour qu’il soit opérationnel pour la semaine qui vient, étant donné qu’il à proposé de créer un équipage avec sa copine Maryn, sa meilleure amie Oriana et le petit ange mignon s’appelant Miraak.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Mer 1 Juil - 2:38

Apparemment, Zyra approuve ce que vient de dire Maryn, lui précisant à son tour que ce n'est pas sa faute, et lui indiquant qu'elle a donné le signalement du prêtre au colonel de la marine dirigeant les forces de l'île ce qui le fait respirer un peu plus facilement : après tout, vu qu'il est désormais recherché... Le malade n'aura certainement pas le temps de s'occuper de lui ou même des autres enfants. Ensuite, Zyra pose son sac à côté de lui, lui indiquant qu'elle va le laisser ranger ses affaires, tandis qu'elle va continuer la construction du navire, mais elle lui précise que s'il veut, elle peut le lui faire visiter pour lui faire oublier ce matin, chose qui lui arrache un léger sourire et il acquiesce légèrement, même s'il sent toujours un léger froid dans sa poitrine... Et l'étrange impression d'avoir esquivé un énorme boulet de canon ou quelque chose de tout aussi dangereux de justesse. Il empoigne alors son sac, parvenant à le lever sans trop de difficultés et commence à s'éloigner avant que Maryn ne l'interpelle, lui indiquant qu'elles vont acheter du lait-fraise vu qu'elles savent qu'il aime ça, chose qui le fait sourire un peu plus tandis qu'il répond doucement :

"M-merci... P-pour tout..."

Puis il quitte la salle à manger, reprenant le couloir avant d'ouvrir la porte de sa chambre, s'asseyant ensuite sur son lit, ses pieds touchant le sol ce qui lui apprend qu'il est au moins assez grand pour ça... Chose qui lui provoque une légère sensation de chaleur dans les joues. Certes... Être petit a ses avantages, surtout en combat : on est plus rapide, plus agile et en général plus dur à attraper. Ça lui permet au moins d'éviter les coups que son pouvoir ne pourrait pas contenir, mais par moments... C'est assez vexant aussi. Zyra se prétend petite, mais il lui arrive tout juste à la poitrine. Son crâne arrive à peine au nombril de Maryn. Quant à Oriana... Tout ça pour dire que d'accord, il a comme excuse d'être encore jeune, mais c'est quand même assez contrariant. Cela dit, il chasse très vite cette pensé de son esprit, se concentrant sur autre chose... Le fiasco de ce matin par exemple... Et pour le coup, il ne peut pas s'empêcher de se demander si les Moires : Atropos, Clotho et Lachésis existent réellement... Parce que là, il est presque sur qu'elles se tordent actuellement de rire en le voyant, quoi qu'au moins, la première des trois doit avoir mal à la main, vu le nombre de fils qu'elle a du couper en même temps... Piètre consolation...

****C'est... C'est dans ces cas là que je me demande si le destin existe ou pas... Si c'est le cas... Son sens de l'humour doit être aussi grand que cruel... Je... J'ai fait confiance à Zyra à la minute précise où je l'ai vue... Au point d'ignorer tous les conseils de Saren et de lui montrer ce que j'étais...****

C'est en fait ça qui est blessant et lui gèle le coeur d'un coup. Il a fait confiance à Zyra et Maryn. il leur a montré son plus grand secret, se mettant immédiatement à leur merci si par malheur il s'était trompé à leur sujet... Tout ça pour ensuite, alors qu'elles lui proposait de leur faire confiance pour quelque chose de moins gros, être trop lâche pour accepter. Entre sa peur de les déranger, sa propre stupide fierté et naturellement, sa timidité et ses quelques doutes, il a préféré ignorer une main tendue vers lui et aller vivre seul... Provoquant peut être involontairement la mort de vingt personnes juste parce qu'il a été assez idiot pour sortir quelque chose qu'il ne fallait pas à un homme qui avait clairement perdu l'esprit... Et aller littéralement se jeter dans les bras de celles dont il a refusé l'offre deux jours plus tôt. Donc oui... S'il y a un dieu qui contrôle le destin... Son sens de l'humour doit être aussi cruel qu'il est déplorable. C'est malheureusement trop tard pour les regrets, ce qui ne l'empêche pas d'en avoir, bien qu'il se contente d'ouvrir son sac, déversant pêle-mêle son contenu sur le lit et fixant un moment le bazar qu'il vient de mettre tout en continuant ses réflexions, commençant ensuite mécaniquement à plier les vêtements et à les ranger un par un dans l'armoire, processus prenant vingt minutes. C'est étrange... Avant, il était terrifié... Triste ou en colère, mais là, il sent complètement vide... Zyra et Maryn ont beau dire que ce n'était pas sa faute, s'il avait accepté leur proposition, il n'aurait jamais croisé ce monstre. Il n'aurait jamais eu à lui parler et peut être... Peut être qu'il y aurait eu vingt morts de moins aujourd'hui. Cependant, alors qu'il plie le dernier Haori noir pour le ranger, son pouce droit frappe quelque chose... Quelque chose de rugueux. Du... Cuir ? Rangeant le vêtement avec les autres dans l'armoire, il regarde sur le lit et reste un instant pétrifié, reconnaissant l'objet : un bracelet... Un peu semblable à une montre. Une montre dont le cadrant a été remplacé par une sorte de dôme contenant une seule et unique flèche rouge. Un Log Pose...

****Je... J'avais complètement oublié que Saren me l'avait rendu au Cap des Jumeaux...****

Comme tout ce qu'il possède actuellement, le Log Pose appartenait autrefois à quelqu'un d'autre... Un équipage de pirates apparemment, accostant Alambra et étant invité pour "dîner". Les Alams avaient par la suite pillé le vaisseau comme à leur habitude, cherchant des armes et de la nourriture pour eux... Et quelques offrandes pour lui. Il s'en rappelle car c'était le jour de son neuvième anniversaire et la pêche avait été plutôt bonne... Kawawate l'avait enfermé dans sa case avec divers jeux, oeufs, poissons et livres afin que les invités ne tentent pas quelque chose envers lui, ne le libérant qu'une fois les réjouissances terminées et cinq guerriers s'étaient ensuite approchés de lui, déposant à ses pieds divers livres de bord, vêtements et naturellement... Le petit bracelet qu'il tient désormais à la main. Tout e qu'il possède est tâché de sang d'une manière ou d'une autre. Pas littéralement bien sur : les Alams ne lui donnaient JAMAIS quoi que ce soit de marqué par le sang d'autrui, mais pour le reste... Ces objets ne sont arrivés sur Alambra que suite à la mort de leurs anciens propriétaires. L'amertume qu'il ressent à cette pensé manque de le faire vomir, les souvenirs des moments les plus difficiles passés sur l'île des sauvages lui revenant en tête. Toutes ces fois où il s'était mis à croire qu'il ne vivait que par la mort des autres, juste à temps pour que quelqu'un, les trois quarts du temps Kawawate en personne ne le prenne par la peau du cou au moindre signe de faiblesse et ne le traîne jusqu'à l'aire d'entraînement la plus proche pour "exorciser" les démons qui "osaient" parler à l'ange de la foudre pour le "corrompre de leurs mensonges". Parfois, il ne peut pas s'empêcher de se dire que le chef de la tribu savait qu'il n'avait rien de divin et ne le gardait en vie que par pitié, bien qu'il se traite généralement d'imbécile, sachant que l'homme était plus borné qu'un troupeau de mules et suivait toujours les traditions à la lettre. Cela dit, peu importe... Alors qu'il range ses livres et quelques jouets gardés en souvenir sur une étagère à part, son regard revient presque rêveusement sur l'innocent bracelet à présent posé sur la table de chevet, se rappelant ce que l'objet a fait pour lui. C'est cet objet qui l'a rapproché de Saren... L'homme-raie avait besoin d'un moyen sur de quitter l'île et de naviguer... Et Mir possédait l'objet en question. Le Diable des mers l'a autorisé à le suivre au départ pour profiter de l'objet, mais l'a ensuite gardé à ses côtés jusqu'au Cap des Jumeaux, lui donnant conseils de survie et explications sur le monde, sans jamais lever la main sur lui ou effectuer en général le moindre mouvement menaçant dans sa direction malgré ses manières parfois agressives. Cet objet lui a offert un voyage... Un "ami", même si ce mot est un peu fort pour sa relation avec Saren... Et maintenant, il trône là, sur la table de chevet, comme pour attendre. Attendre qu'il le saisisse. Attendre qu'il le donne à la prochaine personne qui en aura besoin... Attendre de réaliser ne serai-ce que le premier pas d'un autre rêve...

****Ironique que ce soit... Un objet tâché de sang qui m'ait donné une chance... J'en ai... j'en ai donné une à Zyra et Maryn... Je devrais aussi en... Donner une à Oriana quand je la verrai... après tout, elle cache quelque chose mais... Si je lui fait pas confiance... Pourquoi elle le ferait pour moi ?****

Zyra a été amie avec la rosée après tout... Et le lien a l'air d'être encore là, avec le temps. Lui qui a toujours rêvé d'avoir un vrai ami, mais n'a pas pu à cause de son pouvoir... L'idée de trahir un ami lui est insupportable. Donc, si Zyra fait confiance à Oriana... C'est qu'il peut faire de même ? C'est décidé... Cette pensé résonne avec force dans son esprit alors que son aile vient chatouiller sa main droite. Quand il verra de nouveau Oriana, il lui montrera qui il est vraiment, comme il l'a fait pour Zyra et Maryn. Comme ça, la rosée saura qu'elle peut avoir confiance en lui aussi... Cette idée en tête, il saisit le bracelet dans sa main droite, le fixant un instant tout en se demandant quoi en faire. Le fixer à son poignet est une idée, mais... Il ne sait toujours pas si le Log Pose est sensible à ses pouvoirs ou non. Il tourne alors la tête vers la fenêtre, l'ouvrant au bout d'une courte hésitation et regarde en contrebas. le sol n'est pas très loin... Trois mètres tout au plus... Il bondit alors, absorbant le choc avec sa main gauche et en fléchissant les jambes, puis commence à se déplacer lentement vers l'énorme ouvrage... Ou en tous cas, énorme pour lui, s'arrêtant juste derrière Zyra avant de murmurer timidement, ses deux index commençant à s'entrechoquer, une légère chaleur envahissant ses joues:

"Euh... Z-Zyra ? J'ai... J'ai quelque chose pour... P-pour vous..."

Puis alors que la rousse le regarde, il tend légèrement la main droite, l'ouvrant pour montrer le log pose avant de continuer :

"Je... J'ai p-pris ça en... En quittant Alambra. Il m'a permis de... De croiser quelqu'un qui m'a appris b-beaucoup de c-choses et... Et d'arriver ici. De vous rencontrer. Il m'a... Il m'a porté c-chance et m'a permis de... D-de me rapprocher de mes r-rêves alors... j-je voulais vous le... Vous le d-donner..."


_______________________________
Miraak is Back
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Mer 1 Juil - 23:55


Zyra retourne travailler sur son bateau, laissant l’ange et la sirène ensemble. Pendant que l’enfant part ranger ses affaires dans sa chambre, Maryn s’occupe de la maison et l’inventrice s’affaire à son chantier naval. Cette dernière est au sol en train de préparer les vitres qui serviront de garde-corps pour le bateau. Elle est en train de poser les fixations qui serviront à tenir les vitres entre-elles.

Pendant qu’elle s’affaire à cette tâche, L’ange saute de la fenêtre de sa chambre et atterrit au niveau du sol, juste à coté de la maison. Il se dirige ensuite vers le bateau et l’inventrice. S’arrêtant derrière elle en prenant son regard le plus mignon et craquant, essayant de capter son attention. L’inventrice se retourne et l’ange lui tend un objet que Zyra reconnait comme étant un log pose.

- Je... J'ai p-pris ça en... En quittant Alambra. Il m'a permis de... De croiser quelqu'un qui m'a appris b-beaucoup de c-choses et... Et d'arriver ici. De vous rencontrer. Il m'a... Il m'a porté c-chance et m'a permis de... D-de me rapprocher de mes r-rêves alors... j-je voulais vous le... Vous le d-donner...

L’inventrice glisse son tournevis sur son oreille, comme un écrivain y glisserait un crayon avant de répondre à l’ange en lui tenant la main qui contient le log pose.

- C’est très gentil de vouloir m’offrir ton log pose petit ange mais je ne peux pas accepter. Tu es très mignon et sensible mais je ne veux pas te gêner en refusant. Si je l’accepte, je vais avoir l’impression de t’obliger à venir avec nous, même si j’aimerais beaucoup que tu viennes.

L’ange rougit quand la jeune femme le complimente mais semble un peu déçu par la réponse qu’elle à formulé.

- Par contre, je vais te montrer le poste de pilotage ou sera posé le log pose de l’équipage. Si tu veux y poser le tient, et ainsi faire parti de l’équipage, je ne t’en empêcherais pas.

Cette phrase semble remonter le moral du petit être pendant que l’inventrice referme la main de Miraak sur le log pose.

- Suis-moi Mir’. D’abord on passe à mon bureau et après on ira au poste de pilotage. Et en même temps je te ferais visiter.

L’inventrice indique à l’enfant de la suivre et grimpe sur le bateau via l’escalier qui amène sur le pont du navire, juste devant la cuisine/salle à manger.

- Te voilà officiellement sur le pont principal de l’Inferno. A gauche on a la cuisine et à droite, sur ce même niveau on a les chambres. Je te montrerais plus tard celle que tu auras si tu viens avec nous.

Zyra se dirige ensuite vers l’escalier menant au premier étage du navire, suivie de l’ange qui semble avoir des étoiles dans les yeux.

- A cet étage, on trouve diverses cabines qui peuvent servir de bureaux. C’est d’ailleurs ici qu’il y a le mien.

La jeune femme ouvre la porte qui mène à son bureau et y entre chercher un objet étrange ressemblant à un cube d’environ 10cm de coté. Elle se dirige ensuite vers le poste de pilotage situé à l’étage suivant et où se trouve la barre du navire ainsi que le socle pour poser le futur log pose de l’équipage.

- Et voila la cabine de pilotage Mir’. Si tu décides de venir, c’est ici que tu seras, à la navigation, étant donné que c’est toi qui possède le log pose. Je vais te laisser essayer les instruments mais avant de partir je vais à mon tour te donner un cadeau.

Zyra montre alors à l’ange le cube qu’elle est allée chercher dans son bureau.

- Tient Miraak, c’est une de mes inventions qui est très populaire. J’appelle ça le kioube. C’est un petit jouet casse-tête, le principe c’est de faire en sorte que tous les cotés aient une seule couleur. Amuses-toi bien avec.


Le Kioube

Pendant que l’ange regarde le poste de pilotage, la jeune femme s’en va installer quelques garde-corps au même étage, juste a côté de la cabine de conduite, au cas où le petit ange ait des questions à poser à l’inventrice.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Dim 5 Juil - 1:29

Alors que la jeune femme le regarde tout en plaçant son tournevis à son oreille, Mir ne peut pas s'empêcher de se sentir légèrement mal à l'aise, à tel point que si sa main droite n'était pas toujours tendue vers Zyra pour qu'elle prenne le Log Pose, il serait certainement déjà en train de tapoter les pointes de ses index l'une contre l'autre. Cependant il est surpris, et légèrement déçu lorsqu'elle commence à parler, lui indiquant qu'elle ne peut pas accepter son Log Pose, quoi qu'il sente ensuite une très forte sensation de chaleur dans ses joues lorsqu'elle lui indique qu'il est "sensible et mignon", son coeur commençant à battre fortement et ses joues prenant presque à coup sur une forte teinte aubergine à en juger par la chaleur... Sans compter les petite étincelles qu'il sent d'un coup sortir de ses joues. Cependant, il oublie vite sa déception lorsqu'elle lui indique qu'elle ne veut pas avoir l'impression de le forcer à partir avec elle, ce qui lui rappelle d'un coup la proposition qu'elle lui a faite... A lui et Oriana deux jours plus tôt. A ce moment là, il n'avait pas répondu, préférant juste y réfléchir, mais maintenant... Après tout, qu'est ce qu'il a qui l'attend sur Whiskey Peak ? Zyra, Maryn et Oriana sont les seules personnes qu'il connaît réellement et elles vont bientôt partir. Le bar où il logeait est devenu une vraie nécropole dans laquelle il n'a vraiment pas envie de remettre les pieds. Et s'il y a bien une chose qu'il a comprise après sa rencontre avec ce monstre, c'est qu'il ne pourra pas survivre très longtemps seul sur cette île, même avec ses pouvoirs... Vivre parmi les Alams était plutôt simple : pratiquement toute la tribu le protégeait. Mais maintenant qu'il est seul... Alors que Zyra lui demande de la suivre, il hausse un sourcil, sentant une forte curiosité l'envahir lorsqu'elle lui indique qu'elle a un cadeau pour lui, chose qui le surprend légèrement, si bien qu'il se contente de la suivre, oubliant complètement ce qu'il s'apprêtait à dire : sa décision est prise... Elle était même prise depuis un moment déjà. En fait, il y pensait déjà le jour où Zyra a fait sa proposition, mais sa timidité et ses doutes l'ont empêchés de répondre. Peu importe cela dit. Au bout de quelques instants d'escalade dans un escalier, tous deux arrivent à ce que Zyra appelle le pont principal, lui montrant une porte à gauche menant à la cuisine et une autre à droite, menant quant à elle aux chambres, lui précisant qu'elle lui montrera la sienne si il choisit de les suivre, chose qui le fait légèrement sourire, une seule pensé lui venant en tête :

****Je... Je sais déjà ce que je vais faire. J'aurai du prendre cette décision depuis longtemps, Zyra-nee...****

D'un seul coup, il s'immobilise, se rendant compte de ce qu'il vient juste de penser : Zyra-Nee ? Depuis quand est ce qu'il considère Zyra comme une grande soeur ? Le souvenir de sa crise de panique alors qu'il martelait la porte plus tôt dans la journée lui revient et il ne peut pas s'empêcher de grimacer légèrement, sentant une légère chaleur lui revenir dans les joues. Il a appelée la jeuen femme comme ça un peu plus tôt, certainement parce qu'il avait confiance en elle et qu'à ce moment précis, tout ce qu'il voulait était rejoindre cette personne qui lui avait donné ce sentiment de sécurité. Mais là... Est ce que c'est parce que c'est la première personne à l'avoir pris dans ses bras depuis des années ? Le fait qu'elle l'a accueilli chez elle est est allé chercher ses affaires, risquant de voir les cadavres de ses amis ? Ses index commencent à s'entrechoquer alors qu'il essaye de comprendre, sentant ses émotions devenir complètement folles. Sa vie sur Alambra lui a apprise une chose : faire confiance aux gens est dangereux. Entre les Alams qui pouvaient se retourner contre lui à tous moments, les animaux sauvages qui l'évitaient un moment, puis l'attaquaient ensuite ou le danger de certains étrangers... Sans compter ce matin avec Siméon. Mais dans le cas de Zyra, Oriana et Maryn, il VEUT leur faire confiance... Et ce seulement au bout de deux jours, allant même jusqu'à ce ruer chez elles lorsqu'il était en danger, chose qu'il n'aurait jamais osé faire avant ! Cependant, il revient à la réalité lorsque la voix de Zyra retentit et il relève les yeux, juste à temps pouvoir voir qu'ils sont désormais au premier étage, dans un couloir parsemé de plusieurs portes la jeune femme indiquant qu'il s'agit de cabines pouvant devenir des bureaux, le sien étant d'ailleurs la première porte à droite. Alors qu'il entre derrière elle et jette un coup d'oeil rapide, il voit qu'il s'agit d'une pièce assez petite, quoi que plus grande qu'un débarras, avec un bureau situé contre un mur et quelques étagères, Zyra agrippant d'ailleurs quelque chose... Une chose assez étroite, mais colorée, bien qu'il n'ait pas le temps d'en voir plus, tous deux ressortant immédiatement et se rendant à l'étage supérieur... Lui permettant de voir qu'il s'agit de la cabine de pilotage : L'énorme barre en métal étant un signe particulièrement révélateur. Cependant, il reste un instant choqué lorsque la rousse lui indique que s'il choisit de venir, c'est là qu'il serait vu que c'est lui utilisera le Log Pose, chose qui le trouble légèrement... A plus forte raison que lorsqu'il regarde la barre, il se rend compte que les rayons situés le plus haut arrivent à peine à son nez ce qui veut dire que les chances qu'il voit plus loin que le bout du navire sont assez basses... Il n'a pas le temps d'en parler cependant : Zyra lui tend l'objet qu'elle a pris dans un bureau : il s'agit d'un petit cube de dix centimètres de côté, composés de plusieurs petits carrés de couleur. D'après elle, il s(agit du jouet qu'elle a créé récemment, appelé le Kioube. Le but étant que chaque côté soit composé de carrés de la même couleur. Il prend l'objet dans ses mains, notant son poids plutôt léger, puis relève les yeux vers la jeune femme avant de murmurer timidement, même s'il ne peut pas empêcher un petit sourire d'apparaître sur ses lèvres tandis que son coeur se réchauffe légèrement :

"M-merci... Merci b-beaucoup..."

Alors que Zyra lui sourit, puis part de la cabine, quelques bruits lui apprenant qu'elle fabrique ou installe quelque chose juste à côté, il observe l'objet dans sa main, souriant toujours légèrement avant de le ranger dans sa poche, puis de poser son Log Pose à côté de la barre avant de s'approcher de cette dernière et de la prendre en main... Ce qui le fait immédiatement grimacer lorsqu'il se rend compte qu'effectivement, même en se hissant sur la pointe des pieds, il ne voit même pas le pont avant du bateau. Le poids de la barre n'est, chose étrange, pas vraiment gênant... Il parvient à la tourner sans difficulté ce qui lui fait hausser un sourcil avant que la réponse ne lui arrive tristement : bien entendu... Il n'est pas humain après tout... Et même pour un ange, sa force physique est plus grande : vivre dans une jungle hostile pendant quatre ans avec une tribu cannibale, devoir parfois aider à déplacer les corps de divers animaux, sans compter les heures passées à faire du "Free Running" dans les arbres afin de rejoindre diverses ruines rapidement... De plus, à force de désintégrer et réintégrer son corps constamment, il faut bien que cela ait eu un effet... Après, il n'est pas surhumain non plus physiquement, loin s'en faut : il n'a en fait quasiment pas de muscle et tout ce qui est au dessus de cinquante kilogrammes lui demande de sérieux efforts à bouger sans coup de pouce électrique. Mais la barre n'est pas très lourde. Cette idée en tête, il la lâche avant de s'approcher de quelques autres instrument de navigation, comme un sextant et un compas, bénissant le fait qu'il a appris à s'en servir grâce aux innombrables livres fournis par les Alams. En fait, le seul problème qu'il risque de croiser actuellement n'est autre que sa petite taille, si bien qu'il soupire, sortant de la cabine pour rejoindre Zyra avant de murmurer timidement :

"Euh... Zyra ? Y'a un... Problème avec la b-barre. Je... Je suis trop petit pour... P-pour v-voir correctement au... Au dessus."

Cette phrase le fait rougir de honte à en juger par la forte chaleur qu'il ressent dans les joues. Mais c'est quand même un sérieux problème... Si bien qu'il continue :

"Même en me mettant sur la p-pointe des pieds, je vois pas au... Au delà du p-pont avant."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Lun 6 Juil - 2:08


Pendant que l’ange prend possession du poste de pilotage, la jeune femme s’affaire à l’installation des éléments anti-chutes sur le pont supérieur, en restant au même niveau que l’ange, au cas où il aurait des questions.

Le voila justement qu’il s’approche discrètement de l’inventrice avant de murmurer timidement.

- Euh... Zyra ? Y'a un... Problème avec la b-barre. Je... Je suis trop petit pour... P-pour v-voir correctement au... Au dessus.

La phrase fait légèrement rougir l’ange qui n’en est que plus mignon que d’ordinaire. La jeune femme retourne dans la cabine de pilotage pour aller vérifier sa barre.

- Même en me mettant sur la p-pointe des pieds, je vois pas au... Au delà du p-pont avant.

Zyra prend le petit ange par les épaules et le place devant la barre qui, en effet, ne lui arrive qu’au niveau du nez. L’inventrice se met ensuite à la hauteur de l’ange et essaie de regarder le pont principal du bateau, chose qu’elle n’arrive pas à faire. Elle attrape l’ange par les côtes et le soulève légèrement, comme pour le mettre sur la pointe des pieds et se met à la même hauteur. Elle essaye à nouveau de voir le pont principal, chose qu’elle n’arrive toujours pas à faire. La jeune femme se relève, même s’il n’y avait pas beaucoup de différence de taille entre l’enfant et la grande enfant.

- En effet, je vois quel est le problème.

Etant relevée, l’inventrice regarde en direction de l’avant du bateau et arrive à le voir normalement. Elle se remet au niveau de l’ange, re-vérifie si le pont est visible. N’étant pas le cas, elle se relève et mesure approximativement, à l’aide de ses doigts, la différence de taille entre l’ange et elle-même.

- Un problème d’environ 15 centimètres.

L’inventrice se retourne pour faire dos à l’ange et attrape une de ses allumettes dans sa poche et l’allume. Elle fixe ensuite la flamme en réfléchissant et en oubliant toutes personnes et tout ce qui se passe autour d’elle. Une fois l’allumette finie, la flamme éteinte et la réflexion terminée, Zyra expose ses conclusions au petit ange.

- J’ai trouvé 2 solutions à ce problème. La première c’est que tu manges de la soupe pour prendre les 15 cm qu’il te manque dans les 10 prochains jours mais ça m’a l’air assez difficile à réaliser. La seconde c’est que je te trouve et t’installe un marchepied qui compensera la différence de taille entre nous deux. Ca m’a déjà l’air plus réalisable. Je vais voir si j’en ai pas un qui traine dans le coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Enfant perdu
avatarEnfant perdu
Miraak Darklight


Messages : 58
MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Mar 7 Juil - 15:43

Alors que Zyra le prend gentiment par les épaules et le guide vers la barre, Mir ne peut pas s'empêcher de frisonner légèrement. Même s'il aime déjà beaucoup Zyra et lui fait beaucoup plus confiance qu'à n'importe qui d'autre... Les contacts physiques directs sont toujours aussi... Étranges pour lui. Après quatre ans pendant lesquels les contacts directs étaient généralement de mauvaises nouvelles, un contact fait ni pour blesser, ni pour tuer est vraiment troublant, bien qu'il ne sente pas vraiment de peur... Juste... Une légère appréhension. Mais ce qui le rend plus effrayé, c'est l'idée que ses pouvoirs lui échappent... Peu importe le fait qu'il se soit entraîné pendant des années et que ses chocs électriques n'échappent involontairement à son corps que quand il a peur ou est vraiment en colère. Même si Zyra a également prouvé deux jours plus tôt que ses décharges accidentelles n'avaient pas beaucoup de puissance, il ne peut pas s'empêcher d'avoir légèrement peur, si bien qu'il ferme les yeux, inspirant profondément tandis qu'il sent une très légère tension qui commençait à envahir son corps refluer d'un coup. Finalement, Zyra le place devant la barre, puis regarde le pont derrière lui... Avant de se baisser légèrement pour se mettre à sa hauteur, lui arrachant un fort frisson lorsqu'il sent le souffle chaud de la jeune femme se mettre sur sa nuque... Exactement comme le faisaient parfois certains animaux sur Alambra juste avant de tenter de l'attaquer. Il ne le sent qu'une fraction de seconde cependant, la rousse plaçant ensuite sa tête au dessus de son épaule et regardant en contrebas, puis s'élevant légèrement. C'est alors qu'il comprend ce qu'elle faisait et sourit très légèrement, en dépit de la forte sensation de chaleur qui envahit ses joues

****Oh... Je vois. Elle essaye de voir combien de... De centimètres d'écart il y a pour que je puisse voir au dessus.****

La suite lui donne raison lorsque la jeune femme, au bout de quelques instants, indique qu'elle voit d'où vient le problème, indiquant qu'il s'agit d'un "problème de quinze centimètres" ce qui ne manque pas de provoquer une légère sensation de chaleur dans les joues tandis que ses index recommencent à s'entrechoquer. Cependant, il est surpris lorsque Zyra lui tourne d'un coup le dos, un léger craquement retentissant juste après. Un... Craquement ? Un minuscule filet de fumée s'élève un bref moment devant la jeune femme et il recule d'un pas, se demandant ce qu'il se passe tandis que son coeur se met à battre un peu plus vite que la normale. Pas de... Fumée sans... Il avale d'un coup sa salive, se concentrant sur l'idée qu'il n'y a PAS de feu dans ses environs directes, ce qui fonctionne légèrement, même s'il continue à frisonner jusqu'à ce que la fumée ne disparaisse. Zyra se retourne alors vers lui et indique qu'elle a trouvé deux solutions : la première lui arrache un léger rire : qu'il mange assez de soupe pour atteindre la taille dont il a besoin en dix jours ? Si manger suffisait à grandir, ça se saurait. Il ignore si c'est à cause de son pouvoir ou juste de sa vie parmi les Alams, mais il a toujours grandit au ralenti. C'est pour cette raison que même alors qu'il a douze ans, il a à peine la taille d'un enfant de neuf ou dix ans, idée qui lui déplait légèrement, même s'il ne peut rien y faire. Du coup, il se contente de sourire timidement lorsque la jeune femme lui indique que la deuxième solution, beaucoup plus facile serait tout simplement de lui trouver ou créer un marchepied pour compenser les centimètres restants, chose qui le fait acquiescer, tandis qu'il murmure doucement :

"Je... Je pense que la deuxième s-solution s-serait plus... Intéressante, non ? J'ai t-toujours... G-grandit lentement. En, en f-fait... J'ai pratiquement pas changé d-depuis deux ans."

A cette pensé, il baisse la tête légèrement tout en recommençant à tapoter nerveusement les pointes de ses index. C'est la triste vérité en fait. Peut être que c'est à cause du fait que les Alams n'avaient pas tous les jours de quoi manger, même après son intervention et sa capture d'un énorme poulet Kot Kot donnant des oeufs pour toute la tribu, mais depuis son arrivée sur Alambra, sa croissance s'est pratiquement mise à stagner. Il a peut être du prendre dix centimètres depuis quatre ans, idée assez gênante, si bien qu'il se contente de soupirer, avant de finalement s'étirer, regardant la barre avec un petit sourire, puis Zyra.

"J'ai d-déjà p-pris ma décision, v-vous savez ? Je... Je v-veux venir avec v-vous. Je veux v-voir le monde, apprendre t-tout ce qu'il a à me m-montrer et... Devenir f-fort. Si je d-dois voyager... Je p-préfère le faire avec quelqu'un que... Que je c-connais et... Que j'apprécie... Enfin..."

De nouveau, une forte chaleur envahit ses joues lorsqu'il se rend compte que pendant un bref instant, il a envisagé de dire "que j'aime". Pas dans le sens Amour, mais juste... Des amies ? Ou plus ? De nouveau, ses émotions commencent à s'agiter et il baisse la tête avant de soupirer, essayant de calmer les quelques étincelles qui commencent déjà à sortir de ses joues. Sa peur de Siméon lui revient légèrement, mais elle se change en forte colère qui augmente encore plus l'intensité des éclairs émanant de lui. Ce monstre... L'idée de le revoir un jour et pire, qu'il fasse du mal à Zyra, Maryn et Oriana est presque comme une blessure physique qui augmente d'avantage sa fureur... Laquelle disparaît quelques secondes plus tard lorsqu'il se rend compte qu'il n'est pas assez fort... Pas pour le moment... Son regard se fige d'un coup vers le plafond, comme pour essayer de voir le ciel au delà et une idée lui vient. Et si...

****Ça pourrait être une idée... Peut être, quand il y a aura un orage... C'est mon élément après tout et... Il me fait perdre le contrôle quand il est là. Alors si j'essayais de... Je pourrais peut être...****

Cette idée le fait sourire : si ça fonctionne, il deviendra fort. Après tout, la foudre naturelle lui a montré sa puissance un grand nombre de fois. Alors s'il parvenait à la domestiquer... Ou à accomplir son idée, il deviendra fort... Largement assez pour détruire ce monstre à leur prochaine rencontre, l'empêcher de faire du mal à quiconque et surtout pas aux trois jeunes femmes ! Là encore, ce souvenir lui glace le sang et il se met à trembler légèrement, bien qu'il a désormais un plan : au prochain orage... Il mettra son idée à exécution. Mais pour le moment, il ne sent pas très bien : le souvenir de la mort de Zemblu, le bras mutilé de Nambu et les cadavres laissés par Siméon lui reviennent en tête et il se dépêche d'inspirer profondément avant de murmurer :

"Je... Je ne me s-sens pas t-très bien. Je vais... Je v-vais aller me reposer un peu. A... A t-toute à l'heure..."

Puis, à peine sa phrase terminée, il quitte immédiatement la pièce, sautant par dessus les gardes-corps que Zyra vient d'installer pour rejoindre le sol avant de courir vers la maison, se contentant d'utiliser un grand saut pour retourner dans sa chambre sans avoir à traverser le reste de la demeure, refermant ensuite la fenêtre derrière lui avant de se jeter sur le lit, ramenant ses genoux contre sa poitrine et s'enroulant dans son aile avant de fermer les yeux, essayant de se calmer. Bientôt, cette peur disparaîtra. Il deviendra fort... Et il détruira ce maniaque si jamais ce dernier tente quoi que ce soit envers les trois femmes. C'est la dernière idée qui lui vient en tête avant qu'il ne finisse par s'endormir... Commençant un sommeil assez agité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inventrice pyromane
avatarInventrice pyromane
Zyra Encendys


Messages : 61
Fonction : Inventrice et charpentière
Localisation : Little Graden
MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  Mer 8 Juil - 16:21


Avant que Zyra puisse partir chercher un marchepied pour faire dépasser le regard de l’enfant par-dessus de la barre du navire, il lui a répondu qu’il n’a pratiquement pas grandit pendant les 2 précédentes années. C’est vrai que dans ce cas là, la première solution proposée par la jeune femme est encore plus compliquée à réaliser. L’enfant jette un coup d’œil à la barre puis regarde sa nouvelle amie, avec son regard tout mignon de chaton.

- J'ai d-déjà p-pris ma décision, v-vous savez ? Je... Je v-veux venir avec v-vous. Je veux v-voir le monde, apprendre t-tout ce qu'il a à me m-montrer et... Devenir f-fort. Si je d-dois voyager... Je p-préfère le faire avec quelqu'un que... Que je c-connais et... Que j'apprécie... Enfin...

L’inventrice est aux anges à la suite de cette nouvelle. Elle avait remarqué le log pose de Miraak qui est placé à coté de la barre mais elle n’était pas sure qu’il allait venir, jusqu'à maintenant. La jeune femme est tellement heureuse qu’elle était prête à prendre l’ange dans ses bras pour un gros câlin mais elle remarque que quelques éclairs et arcs électriques émanent de ses joues. Etant constituée en partie de métal, à cause de son bras et de sa tenue vestimentaire, Zyra se retient finalement à ce débordement d’affection, pour éviter une électrocution non-méritée.

- Je... Je ne me s-sens pas t-très bien. Je vais... Je v-vais aller me reposer un peu. A... A t-toute à l'heure...

La phrase à peine terminée, il quitte le poste de pilotage et retourne dans sa chambre en passant par la fenêtre, en sautant comme un petit lapin.

- A quoi ca sert que j’installe des escaliers si personne les utilise ?

L’inventrice étant à nouveau seule, elle retourne à la construction de son bateau. La mise à l’eau est dans une dizaine de jours et il reste encore tellement de choses à faire. Peut être que l’ange lui donnera un coup de main quand il ira mieux, enfin du moins, elle l’espère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t637-la-fiche-technique-de-la-g
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)  

Revenir en haut Aller en bas
 

FB : Enfer et paradis (Zyra Incendys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enfer ou Paradis...? [PV HyunWoo]
» Enfer et Paradis [Makkuro]
» Terrae: Portail de l'Enfer ou du Paradis?
» BANSHEE ▲ « On ira tous au paradis foutre l’enfer. »
» DEREK (+) Tu es mon paradis, mais je suis peut-être ton enfer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece New Order :: Zone RP :: Grand Line :: Voie n°1 :: Whyskey Peak-