AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Quête Flashback] Oasis, bien plus que des fruits. [Pv : Kentaro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 87
Fonction : Cuisinier de l'Extrême.
Localisation : Grand Line - Alambra.
MessageSujet: [Quête Flashback] Oasis, bien plus que des fruits. [Pv : Kentaro]  Mer 15 Avr - 18:16

Citation :
Une bande de pirate martyrise un village et demande un tribu journalier à ses habitants. Votre mission est de les arrêter vivants. La particularité du village est que tous ses habitants ne mangent que des fruits.

Bien avant de rejoindre l'unité spéciale que représentait les Judge and Jury, Arkein opérait en élément solitaire sur Grand Line. Rares étaient les personnes avec qui il acceptait de travailler et encore plus rares étaient les personnes souhaitant travailler avec lui. Le désastre de son ancien équipage, décimé à l'entrée de la Route de Tous les Périls encore frais, sa réputation était au plus bas au sein de la Marine. Et comme il ne faisait rien pour racheter sa faute ou se faire bien voir, les choses n'allaient pas en s'arrangeant. Jugé par ses pairs comme étant dangereux pour autrui et totalement insensible à la vie de ses compagnons, ceux-là même étaient loin d'imaginer à quel point la perte de ses hommes était douloureuse pour l'ancien Capitaine Bulldozer. Comme un énorme gouffre lui dévorant les entrailles, un peu plus chaque jour, inlassablement, profondément encré en lui. Psychologiquement non plus, il n'était pas indemne. Le cauchemar de cette journée funeste où il avait assisté à la mort de ses fidèles amis, sa famille.

La survie d'une faible partie d'entre eux ne représentait aujourd'hui encore qu'un maigre réconfort, un faible soulagement. Il n'avait de cesse de se rejeter la faute dessus, se maudissant d'avoir été assez stupide pour croire qu'ils étaient prêts à se jeter à l'assaut de cette mer sauvage, qu'ils pourraient renverser l'équilibre des forces en la faveur du Gouvernement Mondial. Aussi régulièrement que possible, entre deux missions, il revenait se recueillir sur la tombe de chacun d'entre eux. Passant plusieurs heures à s'excuser pour son incompétence, ses erreurs, et jurant qu'il vengerait leurs morts. En 1598, l'ordre de mission tombe, il était déplacé sur une île abritant un village nécessitant l'intervention des forces de l'ordre. Tropical Island, de par sa particularité, ne détenait qu'une dizaine de petits villages sans trop d'intérêts. Un lieu idéal pour des vacances paisibles, mais terriblement ennuyeux pour les passionné de sensations fortes. Le seul élément notable à noter étant le régime alimentaire à base de fruits des natifs de l'île.

Le sixième village de Tropical Island, dénommé Oasis, était situé sur le sud-ouest du vaste morceau de terre, un peu à l'écart des autres. C'est la raison pour laquelle une bande de forbans avait jeté son dévolu dessus, profitant de l'éloignement d'Oasis pour en faire une conquête facile. Civils lambda ne s'étant jamais battu de leur vie, les pauvres villageois n'eurent d'autre choix que de s'écraser devant la brutalisé des envahisseurs, en espérant êtres épargnés. Certains ne le furent pas pour l'exemple, montrant ce qui leur arriverait s'ils ne versaient pas une somme d'argent régulière aux désormais maîtres des lieux. Parmi les victimes, l'ancien chef du village, Goyave le Brave et ses deux conseillers, Jude Citron et Alan Anas. La situation dure désormais depuis plusieurs mois, et ce n'est seulement que maintenant que la Marine était alertée et décidée d'envoyer le Sergent Halton résoudre le problème. Lui, et un autre Sergent de ce qu'on lui avait signalé, un certain Yohoshi Kentaro, qu'il retrouverait sur place, à l'unique port de fortune de Tropical.

Cet homme, ainsi qu'un courageux tropicalien, le même qui avait envoyé son fils chercher du renfort en dehors de leur terre natale. D'après le profil descriptif qu'il avait reçu en même temps que l'ordre de mission, il s'agissait de Osfan Lapoire. Un homme dans la trentaine, à la pigmentation de peau identique à celle du mastodonte, le mètre quatre-vingt-dix et le corps musclé. Ses informations à l'esprit, lorsque le barbu à la masse posa ses larges pieds dans le sable mouillé de la plage, il scruta immédiatement les alentours à la recherche de l'individu. Pas une trace de son passage, pas un signe de vie aux alentours. A croire qu'on s'était simplement foutu de sa trogne concernant Osfan Lapoire. A cette idée plus que déplaisante, le faciès du colosse poilu se fendit dans une grimace agacée. A son retour à la base, il ne se priverait pas d'exprimer son amour pour les blagues foireuses à son encore au premier clampin qui lui passerait sous la paluche. En attendant, il lui fallait attendre l'arrivée de la seconde mouette.

Dans un bâillement significatif de l'ennui que cela représentait à ses yeux, il posa son énorme fessier dans le sable, croisa les jambes, appuya sa tête sur la paume de sa main droite, le coude du bras sur sa cuisse, et patienta. Des secondes. Des minutes. Des heures ? Il n'avait pas la notion du temps, et l'autre n'était pas encore arrivé qu'une chose intrigante le sorti de son attente. Sur sa gauche, sortant de la forêt, s'avançait une chose à la silhouette étrange... Lentement, très lentement, ce qui s'apparentait à un animal s'avançait vers lui. Horriblement lentement, à tel point qu'il ne tarda pas à se rendre compte qu'il s'agissait d'une tortue. Et cette tortue, elle trimbalait quelque chose sur sa carapace. Chose qu'il découvrit finalement au bout d'une quinzaine de minutes d'attente, puisque par pur élan de flemme, il n'avait pas daigné aller à sa rencontre pour l'intercepter en route. Ce qui s'offrit à ses yeux le surprit dans un premier temps, avant de figer son visage dans une expression de colère.

Un grognement trembla au fond de sa gorge tandis qu'il s'empara de l'animal, pour la délester de son colis. Sur le dos de la tortue reposait une tête au préalable séparée de son corps d'origine, les traits figés dans une expression de terreur. Encore sanguinolente, le sang frai prouvant que cela avait été opéré il n'y a pas longtemps, il avait immédiatement compris à qui elle appartenait. Osfan Lapoire venait de perdre la tête et ses bourreaux l'envoyait en message d'avertissement aux marines. Se jurant intérieurement de punir cet acte abominable, il reprit sur lui d'attendre son semblable qui ne devrait plus tarder...

_______________________________

#243261


Dernière édition par Arkein Halton le Jeu 30 Avr - 10:32, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t128-arkein-halton

Messages : 138
Fonction : Bouclier félin
Localisation : Little Garden
MessageSujet: Re: [Quête Flashback] Oasis, bien plus que des fruits. [Pv : Kentaro]  Dim 19 Avr - 19:16

Et c'est reparti pour un saut dans les tréfonds de ma mémoire démesurée. Retrouvons nous en l'an 1598 pour la mission dite « des BiFrui ».

A cette date là, le sergent le plus bestial des mers naviguait sur les eaux sombres de Grand Line, laissant son bateau s'échouer sur des îles inconnues, essuyant les tempêtes et les changements de climat incessants de la route de tous les périls. Disons qu'à cette époque, même moi n'avais pas le courage de me moquer de lui, tant le destin se foutait de lui. Il avait été incapable de trouver un log-pose où que ce soit te ne naviguais dans des directions précises que lorsque la marine l'envoyait en mission et daignait lui faire parvenir un Eternal Pose. Le problème c'est qu'il s'agissait toujours d'îles étranges et de missions dangereuses. On avait presque l'impression que le Gouvernement cherchait à se débarrasser de lui par tous les moyens. Ce qui était totalement faux, mais ça je suis le seul à le savoir. Enfin, moi et l'autre couillon qui rédige puisque c'est lui qui décide apparemment. Faut que je pense à monter un Syndicat un jour moi, ça fait trois mois que j'ai pas eu un seul jour de repos. Enfin bref.

La dernière mission étrange en date se déroulerait sur l'étrange île de Tropical Island et plus précisément au village d'Oasis. Et cette fois en arrivant sur cette île, la tête de notre fantasque fanfaron était bien différente de toutes les autres fois. Il était, comment dire ? Vert. Il tirait une tête approchant l'expression d'un zombie en rut et sa pigmentation était passée de rosée-brune à verte. Oui. Cette mission était bien la pire que l'on pouvait lui proposer. On l'envoyait enquêter sur une île dont les habitants ne se nourrissaient que de fruits. Pour un prédateur dominant comme lui, c'était une nouvelle catastrophique. C'est donc la mort dans l'âme qu'il se dirigea en direction d'Oasis. La première chose qu'il remarqua fut l'enseigne d'un restaurant : « Le Mûre d'Oasis ». Mais cette enseigne était spéciale. Un sanglier était dessiné dessus. Notre grandiloquent Gargantua se précipita alors en direction de ce bar, animé d'une lueur d'espoir. Quand il rentra il eut la surprise de rencontrer une foule assez conséquente d'habitants, tous bien plus petits que lui, avec des coiffures rappelant les feuilles de certains fruits. L'espoir s'échappant peu à peu de son corps, Yohoshi posa le bras sur le bar, laissant simplement échapper le mot « Viande ? » d'un air interrogateur. Le patron ainsi que toute l'auberge fut secoué d'un rire commun. Il n'y avait rien à manger ici.

C'est donc le visage toujours aussi vert que notre protagoniste pervers sortit du bar, une énorme banane à la main, mordant dedans régulièrement, avec un dégout affiché. Il fallait tout de même qu'il retrouve le sergent qu'on lui avait assigné pour cette mission. Immédiatement, le Smilodon pensa que son futur partenaire devait se trouver sur la plage, arrivé peu après lui. C'est donc avec une gracieuse heure de retard qu'il se pointa au rendez-vous, sa banane à moitié mangée et son estomac toujours aussi vide. Ce qu'il vit sur le sable le glaça d'effroi. Il vit un homme, plus grand encore que lui-même, qui tenait à bout de bars devant ses yeux une tête coupée. C'est donc avec un certain tremblement dans la voix face à cette horreur et une détermination justicière fraîchement retrouvée qu'il s'avança vers l'inconnu meurtrier. Arrivé à quelques mètres derrière lui, il se mit en tête de le menacer avec la première arme qu'il put trouver à savoir...une banane. Sérieux ? T'es en train de tenir en joue un inconnu criminel avec une banane ? Non sérieux, monsieur l'auteur, c'est une blague ? Mais vous vous rendez pas compte ! Je suis la risée de tous les narrateurs du monde moi avec vos idioties !! Pendant les réunions de la Société tout le monde se fout de ma gueule avec ce personnage complètement abruti. Bon, soites, il pointa son opposant avec une banane °°sanglots°°.

– Ecoutez moi Monsieur ! Je suis le sergent Kentarô de la Marine. Je vous demande de poser doucement ce crâne à terre, sous peine d'être abattu sans aucune autre sentence ! Tout ce que vous direz à compter de ce moment pourra être et sera utilisé contre vous lors d'un procès équitable. Allez pur produit d'assassinat, pose moi cette tête sur le sable, m'oblige pas à te descendre Jack !

Pourquoi Jack ? Tu t'es cru dans un film américain mon pauvre... Pfff. Si avec ça l'autre mastodonte ne fait pas dans son froc alors là je ne sais pas ce que tu vas pouvoir faire hein !

_______________________________

Les gens aiment voir souffrir leurs héros.
David Bowie

________________________________________________
Tout le monde veut devenir un cat:
 



9CCC2321-AF8F-4969-B6BD-4024800EB2D5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t406-yohoshi-sabertooth-kentaro

Messages : 87
Fonction : Cuisinier de l'Extrême.
Localisation : Grand Line - Alambra.
MessageSujet: Re: [Quête Flashback] Oasis, bien plus que des fruits. [Pv : Kentaro]  Mer 22 Avr - 15:51

Rarement, le Sergent Halton avait connu une mission qui démarrait aussi fort. Alors qu'il patientait sur la plage le temps que son coéquipier le rejoigne, ses yeux ne décrochaient pas de la tête coupée qu'il tenait dans sa main. Une tête innocente, d'un pauvre civil qui n'en pouvait plus que sa famille et ses proches soient constamment harcelés par les criminels. Un homme courageux, qui payait le prix pour savoir ceux qu'il souhaitait protéger en lieu sûr. Même en sachant pertinemment que ce n'était pas de sa faute, Arkein se maudissait d'être arrivé trop tard. Le regard noir, ses épais sourcils se rejoignant en un seul plus épais encore qu'ils ne l'étaient séparément, mâchoires serrées, le corps tremblant sous la colère. Il voulait exploser, hurler un bon coup, démolir quelque chose de ses poings, briser des os, déverser sa rage, mais se contenait. Avec toute la difficulté du monde certes, mais il se contrôlait. Jusqu'à ce qu'il retrouve les auteurs de ce meurtre, il garderait son sang-froid.

Le Commandant Rikart lui avait souvent répété, durant le temps où il servait sous ses ordres, qu'il devait apprendre à contrôler ses émotions, et plus particulièrement sa colère, afin de ne pas causer de tort aux gens innocents. Si son corps est une arme, elle ne doit servir à démolir que les gens malhonnêtes, détruire les structures illégales, et faire tomber les projets malveillants. Aujourd'hui, tout cela semblait avoir été rassemblé sur une même île. L'apparition d'un individu à la chevelure d'or le tira de ses pensées, et le fit immédiatement regretter que ce soit le cas lorsqu'il posa ses yeux sur ce qu'il utilisait comme une arme. Le temps d'écouter ses mots et ce fut non sans afficher sa déception qu'il se fit à l'idée que l'énergumène était censé être son partenaire. Sergent Kentarô. Ou l'homme qui menaçait de mort un mastodonte plus imposant que lui avec une foutue banane. Si l'ancien champion aurait été d'humeur à rire, nul doute qu'il se serait plié en deux tellement la situation était ridicule.

A la place, il se contenta de grogner un coup, avant de propulser la tête tranchée vers le blondinet.

Joli balafre. C'est à elle que tu dois cette mentalité défaillante ? T'es en train de menacer un Sergent de la Marine, de l'insulter, et d'imaginer pouvoir lui régler son compte avec ton fruit minable ? Hm. J'espère pour toi que tu n'étais pas en train de te goinfrer de banane quand ce pauvre type a perdu sa tête.

Le regard qu'il lui adressa, et le ton menaçant qu'il ajoutait volontairement dans ses mots devaient suffire à faire cesser la plaisanterie sur le coup. Il profita que son homologue percute la situation et la boulette qui était sienne pour le détailler un instant. Si le basané pouvait se vanter d'être l'un des plus grands humains que le monde abritait, ce Kentaro dépassait largement le double mètre de hauteur. Et sa musculature forgée dans de l'acier trempé le faisait probablement rivaliser avec la masse du barbu. A la différence que pour ce dernier, sa masse graisseuse avait tendance à plus transparaître que ses muscles. Resserrant sa prise sur sa masse d'acier, le Bulldozer hésita un instant à frapper de son arme l’intéressé. Véritablement capable de tuer un homme elle, cela lui permettrait de jauger de la prétendue robustesse du gaillard. Arkein était de ceux préférant savoir avec qui ils s'apprêtaient à risquer sa vie en mission. Histoire de ne pas avoir la mauvaise surprise de le voir crever dès le début des hostilités.

Je suis le Sergent Arkein Halton. Et je suppose que ceci est l’œuvre de la bande de pirate martyrisant les habitants de cette île. Elle est venue vers moi à dos de tortue, un petit malin l'ayant placé ici dans le but de nous dissuader de mener à bien notre mission. Malheureusement, cela a eu tout l'effet contraire sur moi.

Ils espéraient l'effrayer, ils n'avaient fait que le mettre furax et accroître sa détermination de tous les faire passer de vie à trépas. Son gros bras droit se dressa à l'horizontale et de son index, il désigna à son partenaire la limite tracée par les arbres.

La tortue venait de là-bas. Notre première piste, allons voir ce que nous pouvons découvrir. Garde ta banane à portée de main, au cas ou on tomberait dans un piège. Boudah-dah-dah-dah.

L'art de la raillerie condescendante par Arkein Halton. Sans même se retourner pour s'assurer qu'il le suivait, le Sergent Bouddha se dirigea d'un pas nonchalant vers l'emplacement désigné. Ils s'enfoncèrent finalement de quelques pas dans la forêt, découvrant rapidement le petit coin emménagé pour l'occasion. Une sorte de poste de guet, offrant une vue dégagée sur l'unique port de Tropical et un repli rapide vers Oasis. Tout juste assez large pour y accueillir deux personnes, Arkein savait que les traces seraient encore fraîches, puisqu'il leur avait fallu attendre la venue des marines pour lâcher la tortue. Malheureusement, ils semblaient bien avoir couvert leurs traces. Il ne restait plus que les cendres d'un feu de bois, des trognons de pommes et autres restes de fruits, ainsi qu'une espèce de statuette en bois. Une sorte de totem, représentant vaguement un humain, bras levés, jambes écartées. Détail qui avait son importance, lui aussi avait été dépossédé de sa tête...

Hm.

Sans réfléchir à la possibilité qu'elle avait été placée ici pour une raison évidente, le mastodonte se pencha pour s'emparer du totem en bois. A peine le tenait-il entre ses doigts épais qu'il compris son erreur, son poids étant anormalement disproportionné à ce qu'il aurait du être. Aussi eut-il tout juste le temps d’enclencher la transformation en forme hybride de son fruit qu'il fut soufflé par une puissante déflagration. Sans aucun avertissement pour son équipier qu'il n'avait pas eu le temps d'avertir, la zone fut prise dans l'explosion de la statue piégée.

_______________________________

#243261


Dernière édition par Arkein Halton le Jeu 30 Avr - 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t128-arkein-halton

Messages : 138
Fonction : Bouclier félin
Localisation : Little Garden
MessageSujet: Re: [Quête Flashback] Oasis, bien plus que des fruits. [Pv : Kentaro]  Mar 28 Avr - 19:58

C'est pas comme si je t'avais prévenu que t'allais avoir l'air con... Et en plus t'es tombé sur un demi-géant qui n'a pas sa langue dans sa poche.

Les choses avaient pris une tournure bien différente depuis quelques minutes. Alors que les deux compères s'aventurait désormais en rebroussant le chemin fait par la tortue, notre bestial sergent se mit à réfléchir. Il se rendait compte qu'il avait agit comme un demeuré. Comment avait-il pu, face à un homme tenant une tête découpée entre ses doigts, menacer ce dernier avec un fruit ? Comment lui, sergent de la Marine, en charge de la sécurité des populations, avait-il pu agir avec tant de légèreté face à tant de violence ? A ce moment précis et malgré tous ses états de service très bons, il se sentait terriblement pathétique et indigne de son insigne. Il n'avait auparavant jamais rencontré l'horreur. Il avait été soufflé par la première explosion à Marinford et n'avait rien vu de la bataille sanglante qui en avait résulté. Mais cette fois les choses étaient différentes. Il avait vu de ses propres yeux le regard vide de toute vie de ce crâne. Un humain avait regardé par ces yeux, avait respiré par ces narines. Et désormais ses mouvements ne dépendait plus que de ceux du sergent Kentarô.

C'est donc avec ce crâne dépossédé de vie qu'il se déplaçait à travers la forêt. Il n'avait plus décroché un mot depuis les remontrances du géant. Les traits de son visage s'étaient refermés et il marchait lentement derrière son collègue. Il n'eut qu'à peine le temps de réagir lorsqu'il vit les mains énormes de cet homme à la peau sombre se refermer sur le totem. Sur un totem. Sans tête. Au milieu d'une forêt. C'était bien la peine de se moquer de mon personnage si c'est pour faire les mêmes conneries ! Résultat, une explosion gigantesque souffla complètement le corps du gargantuesque smilodon et de son compère encore plus massif. Ce dernier avait eut le temps de se transformer, surement sous l'influence d'un fruit, en une espèce de divinité dorée, ce qui lui permit d'éviter les dégâts. Notre sauvage et superbe salvateur n'eut pas le temps de quoi que ce soit et, étouffant un cri à l'intention de son compère, fut projeté non loin de là, faisant s'écrouler l'arbre dans lequel il avait atterri. Ainsi, il était non seulement totalement ridicule mais était en plus totalement aveugle. Et il valait mieux pour lui. C'est donc avec une légère moquerie dans la voix qu'il s'adressa à son nouvel ami.

– Alors père-la-morale ? Pour ton info, cette balafre n'est pas responsable de ma « mentalité défaillante » comme tu dis. Ceci dis, j'ai au moins la possibilité d'expliquer mes défaillance. En revanche toi, pour expliquer le concentré d'idiotie qui loge dans ta boite crânienne, t'as une excuse ? Non parce qu'excuse moi mais soulever un objet louche planté au milieu de nulle part, faut vraiment être abr...

Le grand blond s'arrêta brusquement de parler car il venait de dégager les feuilles qui lui bouchaient la vue et contemplait à présent la scène. Il dut retenir un vomissement qui provenait du fond de ses tripes. Ce qu'il avait devant les yeux dépassait de loin l'entendement humain. Pour vous préparer à cette scène, essayez d'imaginer la chose la plus effrayante que vous ayez vu de votre vie. Combinez la à la chose la plus atroce que vous ayez vu. Alors vous pourrez vous approcher du sentiment qui avait pris place dans le cœur de Yohoshi. Cette bombe, contenue dans la statuette, n'était pas là pour éliminer les deux sergents. Elle avait le même exact but que la tortue et la tête tranchée. Intimider les mouettes. Pour cela, la statuette avait été remplie non seulement d'explosif léger, mais également de sang et d'organes humains, ainsi que de membres. C'était tout cela que nous avions devant les yeux. Et devant cette scène, même mon humour de narrateur légendaire avait disparu. Et tous ces morceaux avaient un provenance certaine. Osfan Lapoire ne reposerait jamais en paix. Et, au milieu de tout ça, trônant comme un symbole, la tête découpée du courageux villageois que notre protagoniste avait lâchée dans sa chute. Il est difficile d'imaginer à quel point cette scène était horrible. Surtout que les deux sergents avait, en plus, l'odeur qui accompagnait le tout.

C'est en sentant un frisson de dégoût lui parcourir l'échine que le sergent se releva, les vêtements couverts de sang. Il enleva sa chemise et la retourna pour s'essuyer le visage et le torse. Le regard qui était le sien avait encore changé. De naïf, il était déjà passé à déterminé. Cette fois, il s'était transformé en un regard de pure haine. Il tendit alors son bras au mastodonte hybride qui était resté bloqué plus longtemps et le releva comme s'il s'était agit d'un fêtu de paille. Ne le regardant que très rapidement au plus profond des yeux, il lui laissa juste le temps de comprendre son état d'esprit, sans même parler. Ce n'est qu'alors qu'il commença à s'enfoncer à nouveau dans la forêt, suivant le seul chemin possible. Il prit soin de ramasser la tête découpée avant de partir. Il se contenta d'une petite phrase, qu'il murmura presque, la mâchoire serrée.

– Oasis will Be Fruit.

C'était la devise de la ville, qu'il avait put lire en entrant dans celle-ci avant de venir. Un symbole de lutte pour la liberté.

_______________________________

Les gens aiment voir souffrir leurs héros.
David Bowie

________________________________________________
Tout le monde veut devenir un cat:
 



9CCC2321-AF8F-4969-B6BD-4024800EB2D5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t406-yohoshi-sabertooth-kentaro

Messages : 87
Fonction : Cuisinier de l'Extrême.
Localisation : Grand Line - Alambra.
MessageSujet: Re: [Quête Flashback] Oasis, bien plus que des fruits. [Pv : Kentaro]  Dim 3 Mai - 16:19

La déflagration l'engloutit comme une horde de loups sauvages, et la protection du Halton bien qu'efficace, ne fut pas enclenchée suffisamment tôt pour le prémunir de tous les dommages. Aussi se retrouva-t-il, malgré son imposant gabarit, repoussé en arrière, s'écrasant lourdement au sol, le corps meurtri par endroits par les flammes. Ses oreilles violemment agressées par un bruit strident lui vrillant les tympans, l'image floutée et instable, il resta dans cette position un moment, encaissant le coup. Fort heureusement pour les deux soldats, la bombe artisanale n'avait pas été construite dans l'intention de leur ôter la vie. Au contraire, si l'effet second était d'en profiter pour les affaiblir, les blesser physiquement, c'est psychologiquement que le plus gros coup était porté. Dans le même esprit que la tête posée sur le dos de la tortue, le fameux totem piégé était en réalité rempli des restes du défunt Osfan Lapoire. Des organes, morceaux de sa chair et autres éléments répugnants destiné à choquer les deux représentants de la justice.

Abr... ? Tu as aussi la possibilité d'expliquer tes échecs en élocution ? Comment aurais-je pu deviner qu'ils iraient placer des explosifs dans ce truc ? Je ne suis pas voyant...

Il faisait directement référence à un certain jeu populaire dans un coin reculé de Grand Line, sur l'île de Thiercelieux. Un jeu de rôle où certains habitants incarnaient des bêtes sauvages, des loups-garou, et se confrontaient nuits et jours aux innocents villageois, le tout étant agrémenté de chamans, sorcières, voyantes et autres rôles particuliers. L'idée étant que chacune des factions tentent de survivre à l'autre, en désignant régulièrement des coupables à éliminer. Quoi qu'il en soit, ils n'étaient pas sur l'île de Thiercelieux, et encore moins en pleine partie de ce jeu étrange. Ici, c'était la réalité, et les choses allaient de mal en pire. Outre la faible tension s'installant entre Yohoshi et Arkein, ils faisaient face à une bande de forbans aux méthodes particulièrement gores. L'horreur de la situation, couplée à cette rage grondant au fond de lui, prenant toujours plus d'ampleur, le clouèrent au sol, même une fois récupéré des effets de l'explosion. Ce fut finalement son frère d'arme qui vient l'aider à se remettre sur ses jambes.

L'échange de regards qui s'ensuivit fit comprendre au Bulldozer que son partenaire l'avait aussi mauvaise que lui. D'une certaine façon, cet état d'esprit imposa au respect du blondinet par le barbu à la masse d'acier, qui commençait à voir en lui un véritable semblable. Pas seulement un qui s'amuse au petit soldat, au gentil justicier, qui voit le monde en rose bonbon et qui côtoie les bisounours. Il espérait finalement que malgré cette entrée en scène totalement foireuse et ridicule, il n'était pas l'idiot qu'il pensait qu'il soit. Il le suivit donc à travers la forêt, en direction du village où devait probablement s'être retranché les auteurs de l'attentat et du crime. Le pas pressé, ils y arrivèrent au bout d'une quinzaine de minutes menée dans un silence de plomb, l'un et l'autre emporté dans un élan de vengeance et de rage, ne disait mot. Lorsqu'ils débouchèrent de l'autre côté de la forêt, c'est pour tomber nez à nez avec un paysage désolant. L'occasion de ramasser une nouvelle claque inattendue.

A l'entrée du village, de chaque côté, deux épais piquets de bois avaient été érigé, afin d'y accueillir chacun un prisonnier. Du moins, ce qu'il en restait. Une odeur macabre flottant sinistrement dans les environs, et les dépouilles calcinées et croupissant attachées aux poteaux, offraient un sinistre tableau à quiconque avait le malheur de vouloir pénétrer dans Oasis. Deux villageois, certainement, auparavant brûlé et ensuite accroché ici, à ces piquets, servant d'avertissement et d'exemple contre ceux osant se soulever contre la bande de criminels dictant sa loi en ces lieux. Cette fois, c'était trop. Où qu'ils aillent, défilaient les dépouilles d'innocents, tous morts car ils arrivaient trop tard. Un puissant cri rageur s'échappa de la gorge du mastodonte, proche du rugissement, qui s'avançait déjà pour fracasser le premier piquet de sa masse, le brisant en deux. Il fit de même avec le second, ne pouvant retenir quelques larmes, avant de se jeter dans la rue principale traversant le village.

Celui-ci paraissait désertique, vidé de sa population, séparé de son âme, ce qui faisait son identité. Chaque maison était barricadée, volets et fenêtres rabattu, portes fermées à double tours. Chaque angle pouvait abriter un potentiel tireur, qui n'attendait que l'opportunité pour loger une balle dans le crâne des Sergents. Bien plus loin, sur la place fortifiée de telle manière que chacune des rues débouchant sur celle-ci soit condamnée, se trouvait l’hôtel de ville. Transformé en un véritable bastion, le Capitaine de l'équipage pirates s'y était retranché, lui et une bonne poignée de ses hommes. Leur nombre exact étant inconnu, tout comme l'emplacement de chacun, Arkein comme Yohoshi risquait sa vie au moindre mètre engloutit. Le colosse à la forte pilosité brune n'ayant aucune arme à feu sur lui, il se tourna vers son camarade, et déclara non sans afficher un sourire amusé...

Hm, ça va péter sec bientôt. Ta banane-arme-à-feu, t'en as un deuxième exemplaire sur toi ? Boudah-dah-dah-dah.

_______________________________

#243261
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t128-arkein-halton
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Quête Flashback] Oasis, bien plus que des fruits. [Pv : Kentaro]  

Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête Flashback] Oasis, bien plus que des fruits. [Pv : Kentaro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Réfléchie bien !
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »
» [Réservé]Du mal pour faire du bien [Rang D]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece New Order :: Zone RP :: Grand Line :: Autres Iles-