AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lieutenant
Ichi JatroLieutenant
Ichi Jatro


Messages : 194
Fonction : Médecin
Localisation : Whiskey Peak
[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] Empty
MessageSujet: [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina]  [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] EmptyMer 29 Avr - 21:44


Une mer d'huile accompagnait notre voyage aujourd'hui. Grand Line était un monde rempli de contradictions. Nous avions passé la nuit à lutter contre un froid fulgurant qui avait gelé l'océan et frigorifié l'équipage. La coque du navire avait grandement souffert, mais heureusement, nous approchions de notre destination. Un inhabituel appel de détresse nous était parvenu alors que nous étions en patrouille. Un navire de la Marine avait jeté l'ancre, et son Den Den Mushi de secours émettait un message ne boucle. Un étrange virus avait contaminé une partie de l'équipage. C'est donc sans la moindre hésitation que nous nous étions précipité vers la source du signal, sans guère plus d'informations, ni aucune réponse en retour lors de nos tentatives de contact.

Arrivés sur place, le navire était effectivement à l'arrêt. Et l'activité à bord semblait inexistante, en tout cas, vu depuis notre navire. Mais le mieux, était d'aller directement voir ce qu'il s'y passait. J'appréhendais quelque peu ce qui nous attendait. Le message reçu tournait peut être en boucle depuis longtemps, et si c'était le cas, il me paraissait évident qu'il n'y aurait aucun survivant. Ou ils auraient pu se faire attaquer, un navire arrêté sur Grand Line est une proie facile pour des personnes mal intentionnées. Dans tous les cas, il fallait en avoir le cœur net.

Mon supérieur désigna donc une escouade de cinq matelots dont j'en pris le commandement. Pas vraiment des hommes aguerris au combat, mais après tout, il s'agissait d'un navire de la Marine, donc les risques étaient minimes. J'embarquais avec moi tout mon matériel médical, et équipais les hommes qui m'accompagnaient de masques pour les protéger des risques virales et contagieux. Les briefant rapidement sur les dangers d'une telle opération, nous posions le pied sur le pont après quelques minutes.

Le navire était encore vivant il y a peu de temps. Des signes de vie étaient clairement visibles dès le premier regard. Mais étrangement, il n'y avait aucun homme sur le pont, même pas une vigie pour surveiller l'horizon. Une chose étrange de plus pour un navire qui vogue sur Grand Line. J'ordonnais alors à ceux qui m'accompagnaient d'aller jeter un coup d’œil aux alentours. J'ouvris une porte qui, par toute logique, devait mener aux cabines. Et à ma grande surprise, je tombais nez à nez avec un garçon bien vivant, qui s'apprêtait à ouvrir la porte de son côté.

« Bonjour matelot ! Je suis le sergent Jatro. Est-ce que tout va bien ici ? »

_______________________________
"Chaque Homme dans sa vie s'avance vers sa Lumière" Victor Hugo

[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] 1431287695-test-recad1
F15BF7DF-3518-4DF0-BE95-E398FF7267FE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t167-ichi-jatro-fiche-technique

Messages : 24
Fonction : Navigatrice
Localisation : GrandLine
[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina]  [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] EmptyJeu 30 Avr - 15:11

Les symptômes étaient apparus très rapidement. Il ne fallut qu'une nuit pour que la quasi-totalité de l'équipage entier soit contaminée. Bizarrement, je pus constater que les seuls à ne pas être infectés par l'épidémie furent ceux qui se rendaient souvent dans la cale du navire pour s'occuper des ''prisonniers''.
Tout avait commencé par un petit matelot qui se plaignait de migraine, rien de bien alarmant. S'en était suivit des vomissements, provoquant une déshydratation rapidement et de terribles irritations de la gorge. Lorsque le soldat n'eut plus de quoi vomir et que la folie lui dévorait l'âme, il commença à cracher du sang abondamment, ce qui causa sa perte.
Nous avions essayé de contacter un autre vaisseau de la marine, celui le plus proche de notre position, mais je craignais que le temps que les renforts arrivent, la plupart des contaminés décèdent rapidement.

Par mesure de sécurité, et à cause des comportements violents des malades qui hallucinaient, les quelques matelots résistants à la maladie et moi, avions décidés d'enfermer les malades dans les dortoirs, attachés à leur lit. Tout ce qui nous restait à faire, c'était patienté et éviter que la situation s'empire le temps que de l'aide nous arrive. C'est le moment d'agir ! Il n'y avait plus personne sur le pont, plus des trois-quarts de l'équipage étaient dans l'incapacité de bouger ... Devais-je en profiter pour libérer les esclaves qui croupissaient dans les cales ?

M'approchant de la table où reposaient les clés des cellules, je signalais mon intention, à un vieil homme, aux cheveux grisant et aux yeux fatigués, aux chevets de ses camarades malades, en disant que j'allais vérifier si la marchandise n'avait subi aucun dommage. Le fait de prononcer des mots faisant passer des Hommes pour du bétail me donnait envie de saccager les lieux.
J'avais les clés en main. C'était la première fois que j'arrivais à mettre la main dessus. La plupart du temps, elles étaient accrochées à la taille du capitaine qui ne s'en séparait jamais. Seulement cette fois-ci, la maladie l'obligeait à rester enchaîné à un lit et nous avions pris la précaution de retirer tous objets potentiellement dangereux des mains des victimes.

La main posée sur la poignée de la porte menant sur le pont, je m'attrapais à la pousser pour sortir et me diriger vers le plus bas étage du navire, accessible seulement par la trappe au milieu du pont qui avait récemment été équipée d'un verrou, que seuls ceux chargés de s'occuper des esclaves en avaient un double. J'en avais un. Seulement, je n'eus pas besoin de pousser la porte, celle-ci s'ouvrit seule. Une silhouette commença à se dessiner et par prudence je, cachais les clés dans la veste traditionnelle des marines que je portais et enfouis le bas de mon visage dans mon écharpe rouge.

« Bonjour matelot ! Je suis le sergent Jatro. Est-ce que tout va bien ici ? » me dit l'inconnu qui me faisait face.

La tête baissée dans mon écharpe, je jetais un regard méfiant sur cet homme. Pourquoi me méfiais-je de lui ainsi ? Il n'était pas plus grand que moi, nous faisions relativement la même taille, et sa corpulence n'avait rien d'impressionnant. Ses cheveux blancs et raides le vieillissaient terriblement, je lui aurais donné quarante ans si je n'avais pas pris soin de m'attarder sur son visage plus jeune. C'était son sourire qui me mettait mal à l'aise ... Un sourire tellement présent sur son visage, avec une aiguille déposée au coin de ses lèvres, que je ne pouvais faire autrement que me méfier de lui.

J'apercevais, courant sur le pont, quelques hommes équipées de masques qui fouillaient les lieux. Passant à côté du sergent et le bousculant légèrement pour m'avancer sur le pont, je regardais autour de moi. Leur navire était stationné à bâbord du nôtre, quelques mètres plus loin et était relié à nous grâce à une passerelle en bois. Je me retournais vers le sergent, toujours emmitouflée dans mon long tissu rouge et aggrava ma voix pour ne laisser aucune trace de féminité.

« On ne peut pas dire que tout va bien ... Les trois-quarts de l'équipage sont contaminés et nous avons déjà perdu une dizaine des nôtres. Dites-moi, pourquoi ne portez-vous pas un masque comme les autres ? »
HRP:
 

_______________________________
[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] 581166erinasign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t616-fiche-technique-de-erina-t
Lieutenant
Ichi JatroLieutenant
Ichi Jatro


Messages : 194
Fonction : Médecin
Localisation : Whiskey Peak
[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina]  [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] EmptyVen 1 Mai - 22:09

La porte s'ouvrit sur un jeune matelot. A ma vue, il camoufla son visage sous une écharpe rouge, me dévisageant quelques instants avant de me bousculer pour sortir. Sous mon regard surpris, le matelot s'arrêta sur le pont, observant notre navire puis les hommes qui m'accompagnaient. Il était à peu près de la même taille que moi, mais sa silhouette était fine, sa démarche légère. J'étais surpris de voir ce genre de physique dans la Marine, mais il y avait des exceptions physiques, et j'en étais la preuve. Il n'était pas toujours nécessaire de manier un hache géante ou porter un épaisse barbe pour être efficace. Le jeune homme se retourna vers moi.

« On ne peut pas dire que tout va bien ... Les trois-quarts de l'équipage sont contaminés et nous avons déjà perdu une dizaine des nôtres. Dites-moi, pourquoi ne portez-vous pas un masque comme les autres ? »

C'était donc confirmé, un mal rongeait le navire et son équipage. Il était donc grand temps d'en apprendre plus. Je fis signe à deux de mes hommes d'aller inspecter les cabines d'où venait le matelot, pendant que je m'occupais d'en savoir plus auprès de celui qui semblait être le seul non infecté. J'invitais alors le jeune homme à venir s'asseoir, histoire qu'il reprenne ses esprits.

« Vous me semblez très paniqué. Vous pouvez vous calmer, on va gérer la situation maintenant. Je vais avoir besoin de savoir certaines choses. D'abord, y-a-t'il d'autres personnes non infectées ? Et depuis quand vous avez remarqué les premiers symptômes ? »

Un de mes hommes nous rejoignit sur le pont. Il venait des cabines. D'après ce qu'il me racontait, des hommes, mêmes gradés étaient attachés sur des lits. Leur état n'inspirait rien de bon, ils semblaient avoir tous perdu l'esprit, emportés par la fièvre.

« Matelot, je vais vraiment avoir besoin du maximum d'informations pour sauver tout le monde. Vous allez me suivre et me montrer le responsable de ce navire, et où tous les malades ont été rassemblés. »

Me tournant vers mes hommes.

« Fouillez chaque recoin de ce navire et ramenez sur le pont tout être humain que vous trouvez. Soyez prudent avec ceux malades, leurs esprits ont l'air perturbés ! »

J'avançais droit vers les cabines, afin de comprendre par moi même de quoi il en retournait. Faisait signe au matelot, je comptais bien lui soutirer le maximum de renseignements.

« Passez devant moi, je vous suis. »

Son comportement me paraissait bizarre depuis le début, mais cela pouvait être compréhensible. Il faisait face à une situation difficile. Je devais le mettre à l'aise, qu'il me dise la vérité sur ce qu'il se passe ici.

« Vous pouvez me faire confiance, ok ? Je suis là pour tenter de comprendre, et sauver tous ceux qui pourront l'être. »

_______________________________
"Chaque Homme dans sa vie s'avance vers sa Lumière" Victor Hugo

[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] 1431287695-test-recad1
F15BF7DF-3518-4DF0-BE95-E398FF7267FE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t167-ichi-jatro-fiche-technique

Messages : 24
Fonction : Navigatrice
Localisation : GrandLine
[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina]  [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] EmptyLun 4 Mai - 16:48

Le sergent ne semblait pas disposé à répondre à mes questions alors que lui me submergeait avec les siennes. Il avait envoyé ses hommes à l'intérieur de la cabine d'où je sortais et commençait à me questionner. J'essayais de répondre à ses questions du mieux que je pouvais, mais tout restait flou. Notre dialogue fut une succession de questions-réponses sans interruption. Je lui confiais que les premiers symptômes avaient été remarqués il y a deux jours et que nous étions seulement quatre à ne pas être infectés pour le moment.
Après lui avoir fait part du peu d'informations que j'avais, sans jamais évoquer un quelconque lien entre les survivants et les esclaves enfermés dans la cale du navire, il m'invita à lui présenter notre capitaine ainsi que le groupe d'infectés. D'un signe de la main et toujours avec un calme inquiétant, le sergent Jatro me demanda d'ouvrir la marche.

Pourquoi les renforts étaient-ils arrivés aussi rapidement ... Cela m'embêtait plus qu'autre chose. Le sergent ne semblait plus vouloir me lâcher et j'allais devoir trouver un moyen de lui fausser compagnie et de faire diversion pour libérer les prisonniers et créer un renversement.
Alors que l'équipage sombrait dans la maladie, mon esprit lui était submergé par un torrent d'interrogations. Est-ce que ce nouvel équipage de marine était au courant du trafic ? Devais-je les prévenir ? Était-il pour ou contre cette pratique ? Pouvais-je lui faire confiance afin de libérer les otages ou devais-je me méfier et me taire, de peur que mon identité soit révélée ?

Les bras croisés contre mon ventre, je pouvais sentir la forme des clés sous ma veste et ne savais plus quoi faire. Le sergent me regardait, attendant que je l'accompagne. Mon regard transperçait le sien comme une lame. Je n'avais pas encore conscience que mes yeux pouvaient trahir mes pensées, lorsque je me rendis compte de l'expression de mon visage, je l'effaçais d'un battement de cils, redressant légèrement la tête et fixait le sol en passant devant le sergent.

Je revenais dans la pièce que je venais à peine de quitter, de nouveau entourée par les contaminés. Le vieil homme, Jack, était toujours à la même place, bien que maintenant son attention était absorbé par la présence du sergent Jatro. Jack avait un regard assez inquiet affiché sur le visage, on pouvait voir une goutte de sueur luire sur son front et il ravala immédiatement sa salive lorsque l'on passa devant lui pour se diriger dans la cabine privée du capitaine. Je remarquais que les trois autres survivants de l'épidémie avaient eut la même réaction. Ils avaient tous un truc à cacher ... et je savais de quoi il s'agissait.

Nous arrivions à la chambre de notre supérieur. Avant de perdre la tête, le capitaine avait demandé à être mis dans sa chambre, seul. Nous l'avions aussi attaché à son lit, les poignets et les chevilles liés avec des tissus blancs. Son état avait empiré depuis la dernière fois où je l'avais vu. Ses yeux étaient maintenant gorgés de sang, tout comme sa chemise blanche avait tourné au rouge vif.
Adossé contre la porte grande ouverte, Jarto était un peu plus avancé que moi dans la pièce. Je présentais d'un signe de la main mon ''supérieur'' au médecin.

« Voici le capitaine. » dis-je froidement, sans aucune trace de compassion. « Je vais vous laisser faire votre travail, moi, je retrouve faire le mien. » terminais-je en me décollant de la porte.

Tout le monde était réuni dans les cabines, donc plus personne sur le pont. Si j'arrivais à me libérer un instant de la présence des ''renforts'', et en inventant un mensonge digne d'un prix Nobel, j'arriverais peut-être à faire fuir le second navire et pourrait ainsi m'occuper des esclaves toujours enfermés dans la cale.

_______________________________
[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] 581166erinasign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t616-fiche-technique-de-erina-t
Lieutenant
Ichi JatroLieutenant
Ichi Jatro


Messages : 194
Fonction : Médecin
Localisation : Whiskey Peak
[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina]  [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] EmptyMar 5 Mai - 23:18


Le jeune matelot me laissait un drôle de sentiment. Il était tendu, le regard parfois perçant puis en une seconde, il devenait fuyant. Se dérobant au mien, puis cherchant sans succès à se fixer sur autre chose. J'avais de plus en plus la sensation qu'il me cachait quelque chose. Mais j'essayais de me résonner en me disant qu'il avait vécu une situation terrible ces derniers jours. Sur le chemin qui nous menait vers le haut gradé du navire, je croisais les trois autres matelots d'un signe de tête. Leurs visages étaient également empreints de fatigue et de stress. Sur le moment, je me fis juste la réflexion qu'ils devaient être dans le même état d'esprit que mon jeune guide.

Arrivant à la cabine du capitaine, je ne pus que constater les ravages de cette maladie. L'homme était allongé sur son lit, lié à celui-ci par des liens improvisés. La pièce était mouchetée de sang, mais l'état de l'homme était bien plus choquant. Son torse, recouvert du liquide que je connais si bien. Et ses yeux injectés lui donnaient l'aspect d'un fou.

« Je vais vous laisser faire votre travail, moi, je retrouve faire le mien. »

« Bien... euh … attendez, je vais avoir besoin de vous examiner après, histoire de comprendre pour vous quatre n'avez pas été contaminés. Retrouvez mes hommes sur le pont après avoir rassemblé les trois autres, et attendez moi là bas. »

J'attendais quelque secondes que le matelot quitte la pièce, refermant la porte derrière lui. Il fallait maintenant que je jette un œil au corps mourant du gradé. Son visage était tuméfié, comme rongé de l'intérieur. Le sang qui injectait ses yeux, finissait par couler comme des larmes sur ses tempes. Ses pupilles dilatées frémissaient inlassablement, tentant de me fixer sans y parvenir. J'ouvris sa bouche, laissant échapper un filet de bave. Ses gencives étaient rouges, mais tellement rouges qu'elles paraissaient elles aussi ensanglantées. Mais l'homme fut tout à coup pris de convulsions violentes. Agitant la mâchoire, il en fallu de peu pour qu'il ne me sectionne pas les doigts. Son corps se débattait en tout sens, et ses liens allaient se rompre. Le plaquant de toutes mes forces sur son lit, il me fallait du renfort vu le gabarit de du gradé.

« Oyyy ! J'ai besoin d'un coup de main ici ! »

Deux de mes hommes arrivèrent pour m'aider à maintenir l'homme. Au bout de plusieurs secondes de lutte, il était désormais bien harnaché, et la seringue de calmant planté dans son bras, avait apaisé ses ardeurs. C'était clairement la première fois que je voyais une chose de la sorte. Comment un virus avait pu ravager un équipage entier en seulement deux jours ? Il fallait que j'en sache plus. Je comptais bien poser quelques questions supplémentaires au matelot, au risque qu'il me trouve insistant, la vie de ces hommes en dépendait. Débarquant sur le pont, je cherchais du regard le jeune matelot, mais à première vue, aucun signe de lui.

_______________________________
"Chaque Homme dans sa vie s'avance vers sa Lumière" Victor Hugo

[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] 1431287695-test-recad1
F15BF7DF-3518-4DF0-BE95-E398FF7267FE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t167-ichi-jatro-fiche-technique

Messages : 24
Fonction : Navigatrice
Localisation : GrandLine
[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina]  [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] EmptyJeu 7 Mai - 10:26

Après que le médecin m'eut demandé de rassembler les trois autres non-infectés sur le pont, pour nous examiner, je refermais la porte derrière moi avec délicatesse, et rejoignais les autres malades ainsi que les membres de l'équipe de secours qui essayait tant bien que mal de soulager les convalescents. Je m'approchais de l'un de ces hommes masqués et lui tapotais sur l'épaule pour attirer son attention. Il se retournait vers moi, le visage caché par son masque filtreur d'air, et je lui fis part des ordres du sergent Jarto, qu'il ne m'avait jamais donné.

« Le virus est extrêmement volatile et contagieux. Pour des raisons de sécurité, le Sergent Jarto demande à ce que votre navire s'éloigne de ce navire d'une cinquantaine de mètres. Transmettez le message à votre commandant, et rapidement ! » lui dis-je avec sérieux.

L'homme fit un hochement de tête, posa son matériel médical sur la petite table basse et s'empressa d'aller prévenir le second navire.

Je me dirigeais à mon tour sur le pont. Bien sûr, ce n'était pas pour attendre le sergent, afin qu'il puisse m'étudier comme un rat de laboratoire. Cherchant dans la poche intérieure de ma veste, je me saisis des clés de la cale et me dirigeais vers celle-ci. J'insérais l'objet métallique dans la serrure, le faisais pivoter et soulevais la trappe avant de m'y glisser furtivement. En équilibre sur l'échelle en bois, tout en soutenant la porte en bois pour ne pas qu'elle me tombe sur la tête, je regardais la passerelle, qui liait les deux navires, être retirée. Mon mensonge était bien arrivé à destination et le navire n'allait pas tarder à s'éloigner de nous.

La chance me souriait. J'allais pouvoir libérer les esclaves sans avoir à mener une bataille contre la marine. Il n'y avait plus que les quelques membres, dont le sergent Jatro, qui pouvait nous poser problème, mais le nombre de prisonniers était bien supérieur.

Mon pied-droit chercha une barre à tâtons et lorsqu'il l'eut trouvé, tout mon poids se déposa sur celle-ci, seulement le bois était pourri et fragile, il ne soutenu pas mon poids et se brisa. Je chutais de l'échelle, tombais sur les fesses au sol dans une pénombre presque absolue, et la trappe se referma dans un grand claquement bruyant, manquant cruellement de discrétion.
L'odeur dans la cale était toujours aussi nauséabonde. J'avais beau y venir régulièrement pour nourrir les esclaves, leur donnant du pain vieux de huit jours et de l'eau tiède, il était impossible de s'habituer à cette odeur. Le parquet, semblable à une éponge, crachait de l'eau sous mon poids qui imbibait mes vêtements.

Je n'avais pas de temps à perdre. De nouveau sur mes pieds, je me rendis compte que j'avais égaré les clés lors de ma chute. Sans elle, je ne pouvais pas ouvrir les cellules. Je me remis à genoux et palpai le sol mouillé et moisi. Je les retrouvais rapidement et soufflai de soulagement, seulement, au même moment, la trappe s'ouvra, laissant passer un rayon de lumière. Je m'aplatis contre un mur, au pied de l'échelle, dans une ombre, et arrêtai même de respirer de peur de me faire entendre. Quelqu'un referma la trappe et commença à descendre.

Je n'allais pas avoir le choix ... Si cette personne continuait de descendre, au moment même où ses pieds toucheraient le sol, je savais que je devrais l'assommer avant qu'elle puisse me voir ou prévenir quelqu'un. J'avais déjà la jambe armée, la pointe du pied-droit à peine posée sur le sol tandis que tout mon poids était sur mon autre jambe. Je me préparais à viser la tête.

_______________________________
[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] 581166erinasign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t616-fiche-technique-de-erina-t
Lieutenant
Ichi JatroLieutenant
Ichi Jatro


Messages : 194
Fonction : Médecin
Localisation : Whiskey Peak
[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina]  [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] EmptyVen 15 Mai - 13:02


Le pont était vide, aucune trace de mes hommes ou du jeune matelot. Un silence morbide régnait désormais sur le navire. Où étaient ils donc tous passés ? Je restais là quelques secondes à scruter les alentours du regard, mais pas âme qui vive. C'est alors que je réalisais que notre navire avait pris le large, et s'était stationné à une bonne cinquantaine de mètres. Je n'avais donné aucun ordre du genre, mais cela venait peut être du capitaine. Il avait sûrement pris des précautions vis à vis de l'épidémie. J'allais donc devoir continuer sans compter sur leur aide pour le moment.

Je m’apprêtais à aller chercher mes deux hommes restés dans les cabines lorsque j'entendis un bruit étrange dans la cale. Peut être que mes hommes ou le jeune matelot y étaient descendus. Sans attendre, j'ouvris donc la trappe qui y menait. Un verrou devait la fermer, car une serrure y avait été installée. Étonnant car c'est bien la première fois que je voyais une cale verrouillée sur un navire de la Marine. Mais je ne connaissais pas l'affectation de cet équipage, et transportaient peut être un colis qui justifiait cette serrure.

Ouvrant donc la trappe, je fus immédiatement surpris par l'odeur nauséabonde qui s'en échappa. Une nausée me saisie les tripes, et je retins un haut le cœur. Une odeur de putréfaction, d'excréments et d'humidité. Qu'est ce qui pouvait bien dégager une telle puanteur ? Bloquant la trappe pour m'assurer de ne pas rester enfermé, je commençais à descendre par l'échelle. L'obscurité régnait et c'est avec prudence que je jaugeais chaque barreau pour éviter une chute. Mais à mi-hauteur, plusieurs lattes de bois étaient cassées. Du regard, je tentais de visualiser la hauteur jusqu'au sol.

Le temps que mes yeux s'habituent à l'obscurité, je réalisais que je n'étais pas seul là dessous. Des respirations faibles se faisaient échos. Je sautais alors les deux mètres qui me séparaient du fond, atterrissant sur le bois de la cale humide. Mais je n'eus pas le temps de jeter un œil aux alentours, qu'un violent coup vint me frapper au visage, me faisant basculer en arrière, et heurtant le mur derrière moi.

« Du calme ! Je suis le sergent Jatro ! »

Me frottant le visage, endolori par le coup que je venais de prendre, je cherchais du regard mon agresseur. Et c'est le matelot qui venait de me frapper. Je plaçais alors me mains devant moi, pour lui montrer que je ne comptais rien lui faire.

« Écoute moi, on va dire que tu as eu peur ok ? Je ne suis pas là pour faire du mal à qui que ce soit. Tu vas me dire pourquoi tu t'es caché ici. »

_______________________________
"Chaque Homme dans sa vie s'avance vers sa Lumière" Victor Hugo

[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] 1431287695-test-recad1
F15BF7DF-3518-4DF0-BE95-E398FF7267FE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t167-ichi-jatro-fiche-technique
Contenu sponsorisé


[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina]  [FB] Une affaire sanitaire [PV Erina] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] Une affaire sanitaire [PV Erina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô
» ALBA: Aide en matiere energetique et sanitaire
» Rebondissement dans l'affaire du meurtre Jean Dominique
» Resolution du Senat suite a l'affaire Socabank-Fortune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece New Order :: Zone RP :: Grand Line :: Les Eaux-