AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La fin d'une traque solitaire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Décurion
avatarDécurion
Lazare


Messages : 57
Fonction : Capitaine
MessageSujet: La fin d'une traque solitaire ?  Mer 29 Avr - 20:08

La sortie de l'île avait été problématique. Mon sang avait coulé et mon corps avait mis un certain temps à se remettre de ces combats difficiles et sanglants qu'il avait dû traverser. Mais ce n'était que le début, d'un combat long et surtout, difficile. Cette rencontre avant le commandant Shirow m'avait fait comprendre que, même si j'avais une fois, réussi à quitter les bras puissants de la mort, il n'y aurait pas de deuxième fois et je suis sûr qu'elle viendra me chercher en personne, pour laver l'affront qui lui a été fait lors de ma résurrection. Voyageant comme un passager clandestin, après quelques jours de voyages, j'ai réussi à me retrouver sur l'île des chasseurs de primes, Whyskey Peak.

Cette île était tenu par des chasseurs de prime, mais c'est aussi un croisement, une porte. L'une des premières îles sur l'une des voies navigable relativement simple de Grand Line. Pour la suite... Je ne pourrais pas continuer de voyager seul, sans ressource ni navire. Surtout que, après avoir lu le journal, ma tête avait été mise à pris, pas grand chose, le meurtre du commandant n'avait sûrement pas dû être porté à mon actif et seulement fait sur les bases de ce qu'avait pu rapporter Shirow. Une suivante plus importante ne devrait pas tarder je pense et à partir de ce moment là, il faudrait vraiment que je me méfie. Surtout ici... Avec déjà dix millions sur ma tête, une somme des plus rondelettes, je n'étais pas à l'abri !

Je ne me suis donc pas installé dans le parc, mais dans une des petites villes à côté, faisant attention au moindre des mes mouvements. Je me suis trouvé un petit coin pour dormir, sans devoir payer une auberge. La rue était encore l'endroit où j'étais le plus en sécurité ! J'avais trouvé un entrepôt de foin abandonné et c'est là que je passais une partie des mes nuits. J'aurais pu aller dans les bras, voir les filles et vivre comme je l'aurais fait normalement, en poussant mon corps à bout, jour après jour, pour trouver la petite mort... Mais j'avais aussi une mission à accomplir et tout le monde pouvait être mon ennemi sur cette île !

Il me fallait trouver quelque chose à faire pour rencontrer éventuellement d'autre révolutionnaire sur l'île... C'est là que je me suis souvenu d'un vieux truc que j'ai appris en servant dans la marine. Une enquête contre un groupe cartel, il marquait leur lieu de rendez-vous de petit symboles gravés, qui en les suivant menait à un endroit précis. Pas le temps d'élaborer un code précis, surtout que personne aurait l'occasion d'en décoder le sens... Il me fallait donc trouver quelque chose de simple. Un petit Kraken ferait l'affaire. C'est ainsi que je me suis mis à graver des petits kraken a des endroit clefs de la ville. Qui pourrait passer pour un tag comme un autre ou un sympathisant de Dampier. J'espère juste que d'autre penseront comme moi. Et des gens de mon côté, pas de ceux qui voudraient récupérer l'argent sur ma tête.

Après avoir fait quelques détour, je suis retourné à l’endroit qui me servait de maison et j'ai laissé passer quelques jours. Avant de retourner à l'endroit auquel mené les petits signes. Rien de bien folichon, une arrière cours à l'opposé de là où j'avais élu domicile dans le quartier des entrepôts. Je me suis planqué au petit matin et j'ai fais le guet. Un type c'est pointé, sur le qui vive, un soldat, qui avait de la bouteille et sûrement de l'expérience derrière lui, à en juger par sa façon de bouger et de chercher la petite bête. Il n'a pas mis longtemps avant de me retrouver mais ne semblait pas hostile. Je ne me suis donc pas fais prié et je suis allé vers lui. C'était un homme qui semblait être plus près de la quarantaine que d'autre chose. Il devait faire près d'un mètre quatre vingt, les cheveux et la barbe noirs, la peau mate. Un tatouage sur le bras droit et un log pose au poignet. Je lui ai tendu l'avant bras qu'il a saisit à la manière des soldats. J'avais de la chance, je venais de trouver mon premier camarade depuis longtemps, mais serait-il le seul ?

_______________________________
503F276E-46EF-4D48-A510-5A82E3456899
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t277-projet-lazare-configuratio
Décurion
avatarDécurion
Jessie Jaymss


Messages : 8
Fonction : Canonnière.
Localisation : Grand Line -
MessageSujet: Re: La fin d'une traque solitaire ?  Dim 3 Mai - 21:12

Grand Line, une mer impitoyable, imprévisible et sauvage. Nul ne pouvait se vanter de l'avoir totalement dompté, même après en avoir traversé la première moitié. Elle ne faisait de cadeaux à personne, et finissait toujours pas vous faire regretter de vous être cru plus ingénieux qu'elle. Combien de navigateurs de talent se sont écroulé face aux changements météorologiques incessants ? Combien de navires furent coulés pour s'être aventuré dans une zone de non-retour ? Un nombre incalculable, inimaginable. Et pourtant, l'humanité ne se décourage pas. Elle continue de déferler par vagues successives, des rêves pleins la tête, des ambitions aussi grosses que la route de tous les périls est vaste. Et s'il n'y avait que les humains... Toutes races confondues, toutes souhaitent la même chose, parcourir les deux parties de Grand Line et en ressortir encore en vie. Un exploit dont seuls quelques rares grands de ce monde sont parvenu à accomplir. C'est l'esprit envahit de ses pensées que Jessie Jaymss débarque sur la première île de la première voie, Whiskey Peak.

Elle est mignonne cette île avec ses gros cactus ! Et ce parc d'attraction... ce que j'ai envie d'essayer toutes les attractions !

Comment expliquer à ce magnifique bout de femme toute innocente que cette île pouvait être également son lieu de mort ? Que sa tête, mise à prix pour neuf millions de berrys, lui collait définitivement une cible dans le dos que les chasseurs de primes se feraient une joie de viser. D'autant que ces derniers étaient présents en masse sur ce morceau de terre. C'était même à leur initiative, pour tromper les criminels débarquant sur l'île Cactus, que ce gigantesque parc d'attraction avait vu le jour. L'informer de la situation lui briserait le cœur, de plus avec sa psychologie particulière, qui sait si ce ne serait pas suffisant pour la pousser au suicide ? Définitivement pas, René Omvoiplu n'eut pas le courage de la faire redescendre de son petit nuage. Ainsi s'aventura-t-elle innocemment jusqu'aux premières habitations, commerces nocturnes et auberges, dans l'espoir de s'amuser un peu. Car c'est ce pourquoi elle vivait désormais, s'éclater et assouvir le gente masculine, faisant d'elle la prochaine Reine de ce monde.

Ooooh, regarde René ! Ils ont collé un portrait de moi sur le mur ! Ils m'aiment ! C'est tout choupinet, merci les chéris !

Le Révolutionnaire se frappa le front de la paume de sa main, décidément dépassé par la naïveté, ou la stupidité sans borne, de la blonde.

Oh, regarde René ! C'est un kraken ! Je savais pas que Dampier avait une maison ici, tu crois qu'on peut la visiter ? Hein, tu crois ?!

Cette fois, l’intéressé sembla se décomposer sous l'effet de la surprise, son visage se figeant dans une expression d'incompréhension. Tout comme sa partenaire révolutionnaire, il reconnaîtrait entre milles le symbole de la faction de l'homme qu'il servait. Ce qu'il ne comprenait pas, c'était pourquoi avoir gravé ce symbole à cet endroit, et dans quel intérêt ? Pourquoi chercher à se faire remarquer sur une île grouillant de fous assoiffés de sang et affamés de pognons, cherchant la moindre cible à descendre pour se remplir les poches ? Contrairement à la Crazy Gun, il doutait fortement que Dampier lui-même ait eu l'idée saugrenue d'installer une propriété ici. Quelqu'un cherchait peut-être à attirer leur attention, à eux, et pas aux autres. Un camarade de la cause ? Entraînant la demoiselle par le bras, ils continuèrent leur chemin, sans attirer l'attention sur eux, guettant le moindre signe identique à celui de tout à l'heure. Bingo, encore un. Un autre fut retrouvé quelques minutes après le second, puis encore un autre, et un autre...

Girly-ly-ly-ly-ly ! C'est marrant ce jeu, on dirait une chasse aux trésors ! Tu crois qu'on va tomber sur le fameux ONE PIECE ? Ce serait énorme René ! Enfin... pas pour toi ! Girly-ly-ly-ly !

Jessie, ou l'art de placer des menaces sans vraiment le vouloir. Elle et son partenaire arrivèrent en fin de matinée à l'endroit où menait le dernier des symboles. Un endroit pas franchement attirant, peut-être même suspect, profitable à une embuscade, ce qui fit accélérer les battements de cœur du pauvre René, tandis que la Jaymss fouillait déjà les lieux à la recherche de la grosse pièce, le One Piece...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Décurion
avatarDécurion
Lazare


Messages : 57
Fonction : Capitaine
MessageSujet: Re: La fin d'une traque solitaire ?  Sam 23 Mai - 13:43

Nous avions pu échanger quelques mots, l'homme qui venait d'arriver était le soldat Dominique « Dom » Santiago, un soldat de longue date servant sa majesté. Vétérans de nombreuses batailles et de nombreux combats, nous avions beaucoup en commun et malgré quelques différences, le courant semblait bien passer entre nous deux. Je ne savais pas grand chose de plus du passé de cet homme, nous n'avions eu le temps que de présenter nos grades respectif. Il était donc provisoirement sous mes ordres, pouvant me venter d'être un décurion de l'armée de sa majesté, capable de prendre en charge un petit groupe de combattant, un rôle semblable à lui d'un sergent dans la marine, ce que j'étais avant...

J'ai entendu du bruit et une voix de femme, qui n'était pas venu seule quelques minutes après l'arrivé de Dom, et ce, à quelques mètres de nous. Mes marques ont sûrement mené quelqu'un d'autre à moi. D'un commun accord et d'un simple signe de tête, Santiago et moi avons conclu la même chose, qu'une approche plus discrète serait plus simple et moins risqué que de se présenter directement au petit duo. Nous nous sommes donc retournés vers mon poste d'observation. Et nous avons bien fait, quelques instants après seulement, des coups de feu se sont fait entendre et un groupe de chasseur de prime demandé à une certaine Jessie Jaymes de se rendre sinon il la tuerait. Santiago m'a confirmé qu'il s'agissait bien d'une des nôtres. L'avis de recherche que ces gens brandissaient était également, une excellente preuve !

Il n'y avait pas vraiment d’échappatoire à l'intérieur de cette arrière cours. C'est pour ça que je l'ai choisi. Je ne me serais pas montrer avant d'être sûr qu'il ne s'agisse pas d'un piège et de là, j'avais une vue assez dégagé sur l'ensemble. Mais ces hommes avaient réussi à déjouer notre vigilance à Dom et moi. Il était arrivé par la rue, comme les deux révolutionnaires et surtout, par les égouts, chose que je n'avais pas du tout envisagé. Santiago a donc dégainer son arme, un imposant fusil mitrailleur armée d'une baïonnette-tronçonneuse. Une arme qui devait être aussi dévastatrice à distance qu'au corps à corps et capable de percer nombre d'armure ou de protection. Du bon matériel de combat mais qui devait nécessité une force assez importante pour pouvoir le manœuvre pleinement.

Toujours est-il que le tire de couverture, de plus en hauteur, qu'il pouvait me fournir était terriblement efficace et nous avons brisé l'encerclement que les chasseurs de primes avaient mis en place. J'avais crocheté le genou d'un de ces pseudo-soldats que j'avais réussi à approcher discrètement. Dom avait juste après ça, planté une rafale de balle dans les deux mecs à côté de celui là. Et la jeune fille avait donc profité de la discrétion pour sortir son arme et tiré dans le tas. C'était la débande total de la part des chasseurs de prime. Ils ont bien trouvés le moyen de riposté, mais il était trop désorganisé pour pouvoir reprendre le dessus. Nombre d'entre eux avaient fuis. Cependant, certains étaient resté et semblait m'avoir également reconnu. Il est était donc fort probable que des renforts fassent leur entré en scène. Ce qui était d'avance, très gênant !

Le mec qui accompagné la jeune fille a alors lancé une grenade aveuglante. Le filtre de mes yeux m'avait protégé des effets du flash de lumière. Mais c'était le signe pour nous, de tirer notre révérence ! Courant ventre à terre sans demander mon reste, j'ai escaladé sans problème le bâtiment pour rejoindre Dom' à notre poste d'observation. Et nous avons donc décidé tout les deux de prendre la fuite. La course poursuite à travers le quartier des entrepôts était alors lancé...


_______________________________
503F276E-46EF-4D48-A510-5A82E3456899
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t277-projet-lazare-configuratio
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La fin d'une traque solitaire ?  

Revenir en haut Aller en bas
 

La fin d'une traque solitaire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» Rêverie solitaire
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» Charte du Brigandage et de la Traque au Poitou
» Givre Absolu [Solitaire]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece New Order :: Zone RP :: Grand Line :: Voie n°1 :: Whyskey Peak-