AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La bonne, la brute et le truand (PV Hayley, Siméon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Exclue
avatarExclue
Oriana


Messages : 46
Fonction : Vigie
Localisation : Grand Line
MessageSujet: La bonne, la brute et le truand (PV Hayley, Siméon)  Lun 13 Avr - 0:14

Réveil matin 15h, Oriana se réveille comme une fleur après avoir passé une nuit épouvantable sur le plancher d’un navire marchand. Sa bandoulière lui ayant servi d’oreiller, elle avait pour seule couverture un vieux drap trouvée non loin, la jeune fille avait mal au crâne. La veille elle s’était essayée à l’alcool et n’avait pas très bien résistée à ses effets. « Hier soir c’était la dernière… » Se dit-elle en se tenant la tête. La jeune femme avait passé la nuit dans la calle, elle était, pour ainsi dire, pas censée être à bord. Alors qu’elle se remettait doucement, un marin qui était descendu la surprit.

« Que faites-vous là ?! Je vais appeler le capitaine ! »

« Oh non s’il vous plait ! Laissez-moi vous expliquer. Je m’appelle Trysha, j’ai de la famille qui est malade et je n’ai pas assez d’argent pour me payer le voyage. Je sais qu’on a déjà dû vous le faire cent fois et tout ça mais lorsque j’ai été honnête avec les équipages des autres navires sur lesquels j’ai essayé de monter on m’a envoyé au diable. Je ne savais plus quoi faire, je… je… » Elle fit une pause exprès et fit semblant de perdre sa respiration.

« Heu calmez-vous madame, je ne voulais pas vous brusquer. Je… » Répondit-il gêner.

« Je suis tellement confuse, je peux vous donner toutes mes maigres économies si vous le souhaitez, mais pitié ne me jeter pas par-dessus bord ! »

« Non non ! Je suis désolé. Garder votre argent. Restez ici, je ne vous ai jamais vu. Mais évitez de le refaire d’accord ? Je vous apporte de quoi manger bougez pas. »

« Oh Merci monsieur ! Oui je ne le ferais plus, l’urgence de la situation m’y a contrainte. »

*Et voilà comment se débarrasser d’un chieur. En plus il a même gobé mon faux nom. Trysha, qui s’appellerait comme ça en plus ? Ahah !*

L’homme revint avec un morceau de pain et reparti l’air confus. Oriana le remercia, même si elle l’avait pris pour un imbécile et s’en amusait, la jeune femme avait tout de même de la sympathie pour ce genre de personne. Un peu plus tard elle sentit que le navire perdait de l’allure avant qu’il ne s’arrête complètement. Elle était enfin arrivée à destination. L’île, située sur les débuts de Grand Line, s’appelait Langlethaire. Il s’agissait d’un des derniers endroits au monde où l’on parle encore couramment langlet, ancienne langue pratiqué par les adeptes du marinisme. Bien qu’Oriana eu une éducation et une formation religieuse, l’apprentissage de cette langue ne lui avait pas été enseigné. Aujourd’hui elle en avait besoin pour traduire le livre qu’elle avait trouvée avec Ichi Jatro, au prix de nombreux efforts, dans une ancienne crypte du Royaume d’Alabasta. Cependant les gens d’ici étaient très croyants et elle ne pouvait pas demander à n’importe qui.

Retrouver l’ambiance de sa jeunesse ne lui fit pas très plaisirs, dès qu’elle mit le pied à terre elle fut frappée de voir une ressemblance avec San Faldo, lui évoquant de mauvais souvenir. Elle devrait donc faire preuve de patiente et de self contrôle. Le risque de faire une crise n’était pas à exclure. Oriana pris son courage à deux mains et partit se promener un peu partout pour essayer de s’approprier la géographie des lieux. Alors qu’elle marchait, elle ne put s’empêcher de remarquer que les gens la dévisageaient, l’ambiance se faisait très pesante. La ville était très grande et spacieuse cela dit et il était facile de se soustraire aux regards des habitants. Ce qu’elle fit en allant sur une plage pour grignoter un morceau en attendant de savoir quoi faire.

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t331-fiche-techniques-d-oriana

Messages : 340
Fonction : Médecin
Localisation : Whyskey Peak
MessageSujet: Re: La bonne, la brute et le truand (PV Hayley, Siméon)  Jeu 16 Avr - 11:12

Réveil matin 6h, Hayley se réveille comme une marine /PAN/... Le plagiat c'est illégal. Bref, l'infirmière reçut sa médaille la veille et devint seconde d'un navire dirigé par Ichi. Comment peut-on rêver mieux ? Direction Whiskey Peak, mais pas tout de suite. Hayley avait une dernière affaire à régler avant de s'aventurer au fin fond de GrandLine. Elle se fit donc déposer sur une île très particulière : Langlethaire. Longtemps son père et sa mère lui conta l'histoire de cette île. C'était d'ailleurs ici que naquit son arrière, arrière, arrière, arrière, arrière grand-père prêtre mariniste. Son ancêtre parlait Langlet qui se transmettait de génération et génération. Sa mère elle-même étudiait cette langue étant donné qu'elle était professeure dans une école mariniste à Loguetown. La blanchette également apprit cette langue mais n'avait que quelques bases peu suffisantes pour lire correctement quoi que ce soit, surtout que ça commençait à dater tout ça. En réalité, la blanchette espérait y croiser son paternel, ce marchand qui l'ignorait comme tout le reste de sa famille. Elle savait qu'il s'y rendait au moins une fois par an afin de rendre visite à de la famille proche, il y emmenait parfois sa femme, la mère de Hayley. Et quand bien même elle ne le croiserait pas, elle déposera une lettre dans l'une des maisons des Schwartz.

Le soleil se levait à peine, la sergente prit un petit café dans un bar et regardait un peu tout le monde. Elle fit un petit tour dans un petit marché. Son père y vendrait peut-être quelque chose mais sans succès. Il n'était pas là, peut-être ne sera-t-il jamais là. Pourtant, elle avait sur elle cette fameuse lettre qu'elle déposera le soir avant de partir. Elle se donnait ainsi une chance de peut-être l'entrevoir. Les heures passèrent et Hayley n'avait toujours aucune trace. Il était midi, elle mangea puis fit un tour dans la ville et finit plus tard, vers 15h, sur la plage. L'infirmière regardait la mer, les gens qui se baladaient. C'était tellement pas fun tout ça, on dirait presque une dépressive qui se rappelle le bon temps avec sa famille, ses amis. Maudit fruit, maudit caractère ! Pourquoi elle ne pouvait pas être une personne comme les autres ? Oh et puis ça servait à rien de rester comme ça sans rien faire.

La jeune femme finit par se relever, se dépoussiera la veste. Elle ne ressemblait pas à une marine aujourd'hui. Elle avait juste une veste bleue marine qui remplaçait l'uniforme. Hayley marchait à présent sur le sable mais des gosses se décidèrent à l'emmerder.

- Toucher la Zéaaaaaaaaaante !
- Qu...Quoi ?!

Oui, une sale petite crotte d'au moins 1m10 le bras levé venait de lui toucher la jambe et se mit à courir avec tous ses potes lorsqu'elle se retourna. Ils avaient tous eu peur cette bande d'abrutis. L'un d'eux perdit un petit porte-monnaie. La blanchette le ramassa et voulu le rendre au gamin mais ces débiles continuaient de fuir. Ils devaient avoir quoi, 6 ans ? Elle était donc le géant méchant et eux les petites victimes. Hayley souffla, ça l'emmerdait tout ça. Elle finit par accélérer le pas mais les gosses courait toujours plus vite et bingo ! L'un d'entre eux se retourna vers elle sans même voir qu'il y avait devant une lieu une jeune femme. C'est ainsi que ce petit truc trébucha sur cette femme aux cheveux rosés. Il la regarda et se mit à gueuler comme une fillette. Hayley quant à elle arriva rapidement et l'attrapa par le col pour le soulever très haut. Ce con gueulait tellement fort et tellement aigu qu'elle fermait les yeux et avait mal aux oreilles.

- PUTAIN ! Tu vas arrêter de gueuler sale gosse ! T'as fait tomber ton porte-monnaie !
- AAAAAAAAAAAAAAAAH
- OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOH

Oui Hayley cria plus fort que lui et ça le calma un bon coup. Elle lui mit son porte-monnaie dans une poche et le balança sur le sable. Il finit par rejoindre ses amis en courant dans une direction totalement aléatoire. Espérons pour eux qu'ils ne tombent pas sur un mangeur d'enfants totalement fou. Si c'était le cas, ils risqueraient de faire demi-tour et de bousculer à nouveau les deux marnistes. La blanchette se calma et regarda cette femme en train de manger sur le sol. Ce repas a du être envahit de sable et ça c'est pas cool. L'infirmière la regarda, elle se sentait désolée. Surtout si cette fille était là comme elle, pour avoir un peu la paix et réfléchir.

- Excusez-moi, c'est de ma faute pour votre repas. Je peux vous rembourser si vous voulez. Ces sales gosses fourmillent un peu partout.

_______________________________

322D9775-6EAB-4A25-B51A-D2E21416789E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t214-hayley-schwartz

Messages : 31
Fonction : Capitaine Cuisto
Localisation : Grand Line
MessageSujet: Re: La bonne, la brute et le truand (PV Hayley, Siméon)  Lun 20 Avr - 16:27

Siméon regardait les deux jeunes filles sur la plage. Non pas qu'elles avaient un intérêt particulier mais elles venaient quand même faire fuir tout ce beau troupeau d'enfant. Hô qu'il, n'avait un tas de petite boule creuse, rouges et blanches... il aurait pu les jeter sur les gamins et tous les capturer. Le Chat Cosmique en aurait été heureux. Le pirate aurait pu ensuite passer toute une semaine à effectuer des sacrifices nécessaires. S'en était tellement appétissant, pour plusieurs raisons, que de la bave ne manqua pas de déborder de la bouche du bossu. Les gens l'entourant qui le regardaient déjà d'un œil dégoutté se mirent à s'éloigner doucement mais sûrement.

-Stupides femelles.

À cause d'elles, il devrait probablement aller exécuter une bonne centaine de mouton. Un homme de foi comme lui avait un temps précieux. Un archevêque d'autant plus. Il le ferait tout de même car le Divin Félin passait avant tout mais il y avait de quoi rager. À cause des deux reproductrices humaines, il devrait donner un simple ragoût au créateur du monde au lieu d'une cuisine fine et délicate. Vexé, l'Inseguiente se détourna de la plage. Jetant un coup d’œil au ciel, d'une manière bien difficile vu ses difformités, il constata que le soleil disparaissait rapidement. Il fallait préciser qu'aujourd’hui avait été un miracle, il avait fait beau deux heures d'affilée !

Le pirate et sa petite prime avait pour la première fois mis les pieds ici, deux jours auparavant. Il avait entendu parler de plus en plus souvent de cette étrange religion : le Marinisme. Il savait que ce n'était qu'une secte se fourvoyant quant à la vérité du monde... mais une secte intéressante. De par son éducation ultra-religieuse, il avait toujours connu un intérêt pour celles des autres. D'abord pour mieux connaître ses ennemis et les faiblesses qu'ils recelaient. Il était bien plus simple de propager la foi du Chat Cosmique une fois montré aux infidèles qu'ils adoraient de faux dieux.

-Païens.

Des païens qui avaient attiré son attention cependant. Pas tous ne le réussissaient mais cette histoire de Dieu de la mer ou dans les nuages avaient des aspects poétiques que Simon appréciait. Il avait donc négocié son chemin jusqu'à Langlethaire : le pays où il pleut tout le temps. Un sous-titre qui s'était vite révélé réalité. Alors qu'il faisait un temps à faire cuire un œuf sur le pont du navire, un étrange bruit avait commencé à émerger en fond sonore à mesure qu'ils s'approchaient de la terre ferme. Le bossu avait d'abord cru à une illusion optique. Une sorte de défense contre les ennemis du royaume peut-être? Mais non. Le rideau...d'eau semblait être une simple manifestions météorologique du coin. Un autre trésor que le Divin Félin avait mis sur son chemin pour lui de le découvrir. C'était donc avec un grand sourire que le pirate passa du petit quai de bois à la boue de l'île. Il avait même étendu le bras pour voir la différence entre Langlethaire et la mer. À la limite précise de la fin du pays, la pluie s’arrêtait net et faisait place au soleil éclatant. Comme ça.

À nouveau, le monstre regarda le ciel. Pour réaliser cet exploit il devait se pencher légèrement de côté, à la limite de tomber. Seulement là pouvait-il regarder le territoire de son créateur. Un effort logique pour le religieux qu'il était. Tout le monde devrait avoir autant de difficulté pour oser regarder vers Shéhérazade, la grande nuit ou le Chat Cosmique. Simple respect dut aux choses supérieures de l'existence. La pluie ne manqua pas de tomber quelques instants plus tard. Dru. Froide. La même pluie que Siméon avait connue depuis deux jours. Tous les gens dans la rue se contentèrent d'ouvrir leur parapluie, habitué à tout ceci. Le bossu lui... devait arpenter sans se plaindre. Son pelage était mouillé, voilà tout.

Deux minutes plus tard, il aurait bien volontiers échangé cette pluie contre son état actuel. Des brûlures sur les mains et le visage, il avait aussi le nez en sang. L'air lui-même était chaud au point d’abîmer les poumons. À quatre pattes, il tentait de se relever mais ses jambes étaient chancelantes. Un simple son strident était audible, tout le reste était étouffé. Autour de lui, un mini-enfer sur terre. Les pavés de la rue étaient éparpillé un peu partout, blessant tous les gens présents dans les divers pubs. L'un de ceux-ci, le "On mange pas de cuisse de grenouille par chez nous" n'existait plus. Il était désormais un tas de décombres fumants et carbonisé. La bombe artisanale ayant explosé sous une table près de l'entrée avait soufflé tout le mur faisant face à la rue et bien entendu les clients comme les tables en terrasse. Les pavés s'envolant continuant l’œuvre destructrice. Siméon avait entendu parler de menace d'attentat. Il pensait simplement jamais en être victime, simple étranger qu'il était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exclue
avatarExclue
Oriana


Messages : 46
Fonction : Vigie
Localisation : Grand Line
MessageSujet: Re: La bonne, la brute et le truand (PV Hayley, Siméon)  Dim 17 Mai - 14:25

Bon, le repas tranquille semblait gâcher. Des enfants qui jouaient avaient renversé Oriana qui se tenait assise sur le sable. Une grande femme semblait les poursuivre et en pris un par le col. Une façon brutale de rembarrer un gosse mais néanmoins efficace. Il n’est pas bon qu’un enfant puisse faire ce qu’il veut dans un monde régit par des règles. L’enfant poussait des cris très agaçant, elle eut bien raison de l’envoyer boulé, bien qu’elle se mise à crier plus fort pour montrer qui était le patron, enfin la patronne. L’enfant repartis en criant avec ses amis, c’était d’un ridicule. Apparemment elle n’était pas un de ses parents. Quoi qu’il en soit le sandwich était maintenant par terre et il ne lui restait que quelques gâteaux. La jeune femme lui adressa la parole sur un ton désolé pour lui dire qu’elle était prête à rembourser son repas.

« Oh ne vous inquiétez pas, il n’était pas très bon d’ailleurs. Vous m’avez peut être fait éviter une indigestion haha ! » Elle chercha dans son sac et sortit ses gâteaux qu’elle avait achetés avant son voyage en mer. « Tenez, vous en voulez ? Asseyez-vous si vous le souhaitez. »

Oriana voulait se changer les idées, elle savait qu’un silence lui referais penser directement encore à de récents évènements qui ne lui était pas très agréables. Cependant le temps commençait à se gâter, comme le voulait la légende de l’île. Oriana se leva pour aller se mettre à l’abri quelque pars.

« Je viens seulement d’arriver, j’ai pas penser à prendre un parapluie. Vous non plus d’ailleurs vous ne semblez pas être d’ici, ne le prenez pas mal mais vos habits ne sont pas trop à la mode ici. Les gens sont assez vieillots. Au fait je m’appelle Oriana, enchantée. »

La jeune fille glissait quelques sourires pour paraitre agréable, bien qu’elle ne connaisse pas du tout la femme qui se trouvait à côté d’elle, elle ne voulait pas vraiment rester seule sur cette île finalement. L’ambiance de l’île était agressive pour elle, trop de mauvais souvenirs l’assaillaient. Mais le pire était certainement les meilleurs souvenirs, si elle sombrait dans la nostalgie cela allait peut-être être le plus douloureux.
La pluie commença à tomber sur l’île, le ciel c’était assombri à un tel point qu’il semblait déjà faire nuit. Les lumières de la ville s’allumèrent alors, c’était un jour comme un autre pour les habitants qui ne semblaient pas plus que ça choquer par ce temps du diable. Oriana marchait dans la ville quand un bruit d’explosion se fit entendre à l’autre bout. Une fumée noire s’échappait au-dessus des toits, indiquant le lieu. Il fallait aller voir ce qu’il se passait.




HRP : désolé j'ai pas d'inspi :/ (si ça va pas dîtes moi)

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t331-fiche-techniques-d-oriana

Messages : 340
Fonction : Médecin
Localisation : Whyskey Peak
MessageSujet: Re: La bonne, la brute et le truand (PV Hayley, Siméon)  Dim 31 Mai - 18:22

Heureusement pour la blanchette, la jeune demoiselle qu'elle avait en face d'elle n'était pas une hystérique comme elle. Elle semblait même plutôt agréable et semblait très bien prendre la situation. Cette personne se mit même à rigoler ce qui surpris légèrement Hayley qui ne savait que dire. Elle n'était pas très habituée aux gens trop sympathiques. C'est adorable, d'autant plus que son interlocutrice passa à la suite de son repas proposant ainsi à l'infirmière de s'asseoir en dégustant de bons gâteaux. D'un geste de main accompagné d'un sourire légèrement forcé, la Sergente refusa. Elle n'avait certainement pas faim pour le moment. Hayley s'attarda un instant sur le ciel qui devint plus sombre, la pluie allait certainement tombée. Elle se concentra à nouveau et très rapidement sur la jeune donzelle qui se présenta. Elle se nommait Oriana, c'est plutôt joli comme prénom. La blanchette lui tendit alors sa main gantée pour la saluer. N'oublions pas que Hayley est une femme très élégante et donc, toutes ses attitudes paraissent parfois étranges. Habituellement, elle aurait dévoilé son grade. Mais ici, ce n'était pas nécessaire puisque c'était une journée de repos en civile.

Enchantée, moi c'est Hayley Schwartz. Et en effet, je suis arrivée ce matin très tôt. Je ne pensais pas qu'il y aurait un temps aussi capricieux je dois bien l'avouer ahahahah.

Enfin la jeune femme se mettait à rigoler. Elle devait certainement passer pour une dingo à passer de l'hystérique, l'élégante puis celle qui rigole presque pour rien. Au moins, ce rire était sincère et annonçait qu'elle allait se comporter très sympathiquement avec Oriana. La pluie commença ensuite à tomber et les deux femmes cherchèrent un abris. Elles se dirigèrent ensembles vers la ville et Hayley se rappelait de sa lettre, scannait les environs dans l'espoir d'y croisait son père. C'est ainsi qu'elle était plus ou moins absente et très peu bavarde. Finalement, une explosion retentit dégageant ainsi une épaisse fumée noire. En bonne Sergente, la blanchette s'y dirigea immédiatement. C'était également le gars de son interlocutrice qui allait certainement devenir sa camarade. Il était très simple de retrouver le lieu de l'explosion. Accélérant le pas, la jeune femme arriva juste en face d'un bâtiment. La pluie devint de plus en plus forte mais elle ne permettait pas d'éteindre rapidement l'incendie qui détruisait l'immeuble.

Des gens fourmillaient autours du bâtiment, admirant le spectacle. Ce bâtiment était en réalité la bibliothèque où se trouvait des archives. Beaucoup d'archives sur le marinisme et sur la ville en général. Beaucoup de documents importants qu'on ne souhaiterait pas perdre. Qui aurait pu faire ça ? Aucune idée, aucun suspect à l'horizon. Pourtant, la blanchette en cherchait un. Il y avait un homme tellement laid que tout le monde pourrait l'accuser mais vu son physique, il n'aurait pas pu s'échapper aussi facilement du bâtiment. La Sergent le laissa partir en paix, de toute manière, elle le trouvait bien trop immonde. C'est ainsi qu'il s'enfonça dans les ténèbres, seul au monde. Oui, c'est une connasse. Certaines personnes pleuraient autours d'elle, la pluie rendait la scène toujours plus dramatique. Il y avait donc encore des gens à l'intérieur ?

- Bon, eh bien je crois qu'il va falloir agir. Laissez moi passer, je suis la Sergente Schwartz. Désolé de te fausser compagnie Oriana. Si tu en es capable viens, sinon, tant pis. Mais je sens que seule, le travail sera difficile.


Hayley attendit quelques secondes la réponse d'Oriana avant de partir à l'aventure. Elle se contentait seulement d'exercer son métier. Sauver des gens et rétablir une justice. Sa propre vision de la justice du moins. Sans perdre de temps, l'infirmière entra dans le bâtiment en flamme. C'est un peu cliché tout ça mais bon. Ce n'est pas non plus un enfer, la pluie allait faire une grande partie du travail. En attendant, il ne fallait pas risquer des morts ou des blessés tout banalement. Elle prit un mouchoir qu'elle mit devant son nez afin de ne pas trop respirer la fumée et s'aventura de plus en plus loin. L'épaisse fumée n'aidait pas, on n'y voyait à peine le bout de son nez.

_______________________________

322D9775-6EAB-4A25-B51A-D2E21416789E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t214-hayley-schwartz
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La bonne, la brute et le truand (PV Hayley, Siméon)  

Revenir en haut Aller en bas
 

La bonne, la brute et le truand (PV Hayley, Siméon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [18+] La bonne, la brute et le truand
» [Île croissant de lune] le Bon la Brute et le Truand
» Les chevaux, la brute et le truand [PV : Eidren]
» Le mauvais, la brute et le truand ; Ulrich de Sola.
» La Brute et le Truand ( sans le Bon)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece New Order :: Zone RP :: Grand Line :: Autres Iles-