AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Disco Inferno [PV J&J]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sergent
avatarSergent
Ben Grant


Messages : 84
Fonction : Navigateur
MessageSujet: Disco Inferno [PV J&J]  Ven 3 Avr - 22:54

Grand Line. Enfin ! Grande Line en plus. Parce qu'il y avait Grand Line... et il y avait Grand Line. Alors oui, Ben était sur la route de tous les périls depuis quelques jours, semaines tout au plus mais tout de même. Là il était sur la voie 2.

-LA VOIE 2

C'était là que les emmerdes commençaient, les vrais, les singes volants, les lions sans cœur et les cités d’émeraude. Haaa, il n'y avait pas de meilleur lieu que la maison. Les marines avaient une tendance à être envoyé aux quatre coins du globe. Bien confortés dans leurs bases, ils sortaient et y revenaient mais non. Pas aujourd’hui. Plus jamais ! Non, les Judge & Jury, le nom haut en couleur de l’équipage de bras cassés que menait le sergent Wesson ne serait pas le genre à aller se réfugier derrière des hauts blancs. Déjà parce que ça attirait les sauvageons mais surtout parce que G18 n'avait pas de mur blanc. La base où était entreposé un lit pour le sergent Grant était globalement une fourmilière. Le gouvernement avait creusé dans la roche pour en faire une base lourdement protégée. Ainsi, elle n'avait plus qu'à envoyer ses troupes sur les îles de son secteur, le premier cinquième de la voie 2 et les protéger une fois la nuit tombée.

Enfin... ça c'est quand tu avais une eternal pose. Ce que Ben avait. Chez lui. À la base. Or il se trouvait pas à la base. Une voix déclara que c'était vachement ballot. Une autre que c'était juste trop con. Les aléas du direct malheureusement. Il ne manquait plus qu'un jeu à l'escargotélé et une vachette. Il faut dire que la marine n'était pas ce qu'elle était. Pour preuve le nombre de base abandonnée sur Grande Line. Si le G18 gardait une partie de la voie 2 ce n'était que parce que ses effectifs ne lui permettaient pas de faire plus. Certes, il n'avait pas vraiment besoin de recharger de log pose ou pouvait traverser Calm Belt mais quand on était si peu nombreux, il était dur de vraiment maintenir une autorité sur les mers. Pourtant, on se permettait d'envoyer la petite troupe de Ben, William et Arkhein en mission. Pour chercher de la confiture d’oreilles aux gingembres qui plus est. Le plat favori du vice-amiral Gosuke. Plat qui ne se trouvait que sur Alhambra, bien connu pour ses troupes cannibales.

-Sérieusement, il ne pouvait pas se les faire livrer? Nan, mieux, pourquoi il y a encore des gens qui en bouffent d'autres de nos jours? J'dis pas que ce n'est pas bon mais ça fait tache quand même.

Ben haussa la voix pour parler à ses deux compères. Ce n'était quand même pas de chance d'avoir été choisi pour cette mission. Vraiment, vraiment pas de chance. Disons qu'on n'était pas vraiment sûrs de les voir revenir. Une voix suggéra que c'était ça la vraie raison mais le sergent ne l’écouta pas. C'était impossible à imaginer ! Il restait tout de même perturbé qu'on n'avait pas placé un avant-poste ici. C'était tout de même l'une des premières îles de Grand Line comme il l'avait évoqué plus tôt. Non. Mieux. Pourquoi personne ne mettait une base au Cap des jumeaux? Tous les pirates et autres hors-la-loi venaient par-là non? Autant demander au vice-amiral une bonne fois pour toutes !

-Allo ? Allooooooooooooooo ? Moshi Moshi ? Ce truc ne marche pas.

Ben détacha la limace violette de son visage. L'animal laissa une traînée de marques De sucions allant de la tempe gauche à la veine sur le coup du jeune homme. La chose résista bien un moment mais les deux doigts du marin eurent raison d'elle, l’écartant de son buffet humain qu'elle pensait avoir trouvé. Négligemment, le soldat de la mouette la jeta sur le côté. Assit sur le canon central du navire, « L'ENORME CANON » gueula même une voix dans sa tête, il avait les jambes dans le vide, regardant la forêt s’étendre jusqu'à perte de vue. La bestiole lui était tombé sur les cheveux cinq minutes plus tôt, juste après que le navire de l’équipage, Barracuda pour ne pas le nommer, avait pénétré à l’intérieur des terres sur une bonne centaine de mètres.

-Fallait le dire Boss qu'il y avait un recul, je suis pas artificier moi.

Dans leurs malheurs, les Judge & Jury avaient évité les bords de l'île, là où se concentrait toute la population. L’inconvénient était qu'ils étaient au milieu des arbres. Peut-être que Arkhein pouvait allumer ses yeux de bouddha pour faire des lampes qui sait?


Dernière édition par Ben Grant le Dim 5 Avr - 14:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 78
Fonction : Ghost
MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  Dim 5 Avr - 13:19

Les doigts qui viennent masser la tempe, tête baissée, quelques grognements qui s'échappent de ma gorge. La bateau qui tangue, tangue, tout cela en direction d'Alambra. Non, ce n'est pas le mal de mer mesdames et messieurs, juste de l'appréhension. De l'appréhension à l'idée de partager le navire avec ces deux types. Je jette mon megot à la mer, puis me retourne, le centre du pont devant moi. Des planches agencées de manière différentes dans cette zone, comme si de récentes réparations avaient étés entreprises. à cette vision, je lance un regard à Arkein, me remémorant son entrée sur le navire. Voyons le bon côté des choses, les dégâts furent moins importants que ce que j'avais cru sur le coup. Toujours est-il que j'avais touché l'gros lot avec ces deux-là. à croire que Gosuke m'en voulait. Une épreuve ? Une punition ? Une erreur ? C'est quoi l'idée, foutre sous mon commandement les plus grosses têtes brulées d'la Marine ? Remarque, ça m'étonnerai pas.

Enfin, z'ont beau être du genre instable, ces deux-là sauront se rendre utile en temps voulu. J'me suis renseigné un minimum sur leurs états de services, et si on met de côté leurs divers bourdes, ils sont du genre prometteurs. Un peu comme moi, quoi. Juste que moi, ni je ne pèse presque le demi quintal, ni je n'ai d'énorme pet au casque. DONC FORCÉMENT, CE GENRE DE DONNÉES PEUVENT INFLUER. Mais d'une certaine manière, c'est pas comme si j'avais vraiment vraiment le choix. Cette promotion, c'est un cadeau empoisonné, du genre de ceux que tu peux pas refuser d'un geste poli de la main. Tout simplement parce que le type qui m'a offert ce cadeau s'appelle Togoro Gosuke, et que j'ai pas intérêt à me retrouver sur sa liste noire. Donc autant tenir bon, et, par la même occasion, laisser sa chance à cet équipage. J'ai envie d'y croire, de me dire que se rassemblement de siphonés peut donner quelque chose de bon, d'efficace. Que ça peut donner un nom qui sera craint par l'ensemble de la piraterie. Que bientôt, notre drapeau sera synonyme de désespoire pour les plus grand noms du crime. Que bientôt, prononcer à voix haute "Judge & Jury" suffise à se faire pisser dessus la plupart des gros bonnets. Que bientôt, la seule vision de notre navire à travers les brumes de l'horizon suffise à faire décamper des flottes entières de pirates.

Mais sur le plus court terme, j'espère surtout que bientôt, Ben finisse par arrêter d'enchainer conneries sur conneries.

Putain mais j'ai pas dit "Confiture d'oreilles au gingembre", j'ai dit "Conflit  sur l'oseille aux Gin-Shandres ".

Les Gin-Shandres, un secteur connu de la marine sur l'île d'Alambra pour avoir plusieur fois servi de planque aux contrebandiers de cette portion de Grandline. Si on est assez débrouillard pour survivre à la faune flore, ou même à la population de l'île, l'endroit est parfait pour planquer sa marchandise, ou pour se cacher des forces de la Marine. Vrai que les incursions des notres dans un lieu aussi sauvages sont assez rares, et pour cause, mis à part des sauvages et des animaux sauvages plus grands et dangereux les uns que les autres, y a pas grand chose par ici. Pas grand chose, sauf ces fameux contrebandiers.

Et par je ne sais quelle informateur, rumeur ou autre, les grandes huoles ont fini par entendre parler d'un conflit entre associés, qui se seraient scindés entre deux groupes disctincts, et se feraient une véritable petite guerre dans la jungle d'Alambra. L'habituelle discrétion dont ils faisaient preuve étant révolue, d'autres protagonistes se sont vite invités dans le conflit : la faune, les habitants du coin, et maintenant nous.

Et du coup, notre objectif dans l'histoire, c'est de-... Hey Ben, tu fous quoi sur le can-.

Putain de. Saloperie de bordel de. BEN PUTAIN TU. Raaaaaaaaaaaaaaaaaah. Les jurons qui fusent dans ma tête pendant que le navire est propulsé par le recul du canon. ÉVIDEMMENT, SI TU ACTIVES PAS LES ANCRES AVANT DE L'UTILISER, BAH Y A DU RECUL. Qu'est-ce que ce rafiot a fait pour mériter un si mauvais traitement sérieux ? Va vite falloir qu'on se dégote un charpentier, parce que les réparations de fortune qu'on opère ici et là, ça va un temps, mais ça va finir par pas suffire. Enfin, c'est pas le plus important pour l'instant.

Le plus important, c'est qu'on est au beau milieu des arbres, comme des cons, sans trop savoir où on est exactement. Et pendant que je dialogue intérieurement avec ma bonne et ma mauvaise conscience, j'entends la voix de Ben en fond sonore. J'ai ma bonne conscience qui me dit de laisser passer, de poursuivre la mission, et le tout avec le sourire. Sa voix est faible. De l'autre côté, j'ai ma mauvaise conscience qui me hurle de lui faire un trou entre les deux yeux et de péter un bon câble une bonne fois pour toute, pour bien décompresser. C'est comme foutre un coup de poing dans le canapé le mur pour se calmer un coup. Sur le coup, ça fait du bien, puis après, tu te rends compte que t'as mal, très mal à la main. Ou que t'as ton mur, au choix. Du coup j'inspire, puis expire longuement. Là, calme.

'Chier. Bon, ou est où là ? ... Merde merde merde, on a une carte de l'île ? Ouais, on en a une, là. Bon... Bon. On est ici. Et on doit aller là | Mon doigt qui pointe sur le coin opposé de la carte, parce que ce serait trop simple si on était tout prés | Autant dire qu'on va sûrement devoir se taper les gorilles géants, les mangeurs d'hommes et tout l'tintouin.

Donc, comme je disais avant qu'on se retrouve ici, l'objectif, ça va être de saisir la marchandise des contrebandier, et si possible de les chopper. Dans l'idée faut pas s'occuper des habitants de l'île, mais s'ils font interférence, z'avez carte blanche.Puis bon, s'il y a moyen de se débarraser de deux ou trois cannibales, on va pas s'plaindre non plus, hein !


Un rire qui vient ponctuer ma phrase, et en réponse, un bruissement suspect dans les arbres. Un premier, puis un deuxième, de l'autre côté. Bien vite, une véritable symphonie de mouvements qui se fait entendre. Bien vite, ces mouvements sont suivis de murmures, du peu que j'entends, je pige que dalle. Dialecte inconnu, Translation failed.

Quelque chose me dit qu'on va pouvoir en dézinguer plus de deux ou trois, curieusement...


Dernière édition par William Wesson le Lun 6 Avr - 20:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sergent
avatarSergent
Ben Grant


Messages : 84
Fonction : Navigateur
MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  Dim 5 Avr - 15:06

Tous les arbres se mirent à bouger autour du navire. C'était presque comme si une pelouse magnifique se décidait à attraper le pied d'un Gulliver de bois et de métal. Une voix déclara que la forêt reconnaissait son équivalent mort et qu'elle n'était pas contente. Elle n'avait pas forcément tort. Perché sur son canon, Ben regarda les choses se dérouler en bas. La petite troupe de Marine, la quinzaine de soldats dont il n'avait pas retenu le nom était autour du Boss. Ce dernier parlait de contrebandier, de massacrer des indigènes et... de trucs que le sergent Grant n'avait pas entendus, trop occupé à se curer le nez.

L'hygiène, c'est important ! Les voix étaient d'accord. Ce fut les bruissements, les milliers de pieds appartenant au vent alors qu'il traverse la nature verte autour d'eux qui ramena son attention sur la zone.
Arkein se pencha par-dessus le bastingage, intrigué à son tour ou peut-être juste ennuyé. Que faisait-il encore sur le navire ? Ben n'en savait rien. Peut-être qu'il s'astiquait son gourdin avant de mettre le pied-à-terre. Peut-être ses deux gourdins. Il faut dire que de drôle de bruit sortait de sa cabine le soir. L'homme aux cheveux argentés ne voulait pas savoir alors il sauta au sol. La terre fraîche amortit plutôt bien son corps, s'enfonçant de quelques centimètres sous son poids.

-Ha c'est sûr que ce n'est pas comme l'autre rafiot !

Du pouce, Ben montra le navire dans son dos, éclatant de rire au souvenir de sa première rencontre avec William et Ark. On était loin des entretiens individuels dans le bureau du supérieur. Cela collait avec l'assemblage de bras cassés qu'étaient les Judge & Jury. Pourquoi faire fin quand on peut faire bourriné? Malheureusement, il n'eut pas le temps de demander à son supérieur direct, un truc noir et mou sortit des plantes pour aller s’écraser sur le navire. La chose était passé à quelques centimètres à peine du visage du marine qui, malgré ses réflexes n'avait pu esquisser un geste.

-Hum?

Pendant que les voix lui expliquant en long, en large et surtout de travers quel noob il était, le jeune homme se retourna observer la chose. William avait raison, quelque chose indiquait qu'il y allait y avoir du dézingage. Ce petit quelque chose était un mélange de plume et d'un liquide ressemblant à de la mélasse. Le jeune homme toucha le truc du doigt avant de le porter à sa bouche. Une grimace de dégout se fit sur son visage au goût d'un tel aliment... si s'en était un.

-Ha ! Pff ! Blergh !

Le soldat continua à tousser et s'exprimer en mot qui n'existait pas pour exprimer son dégoût. Une larme à l’œil, il se retourna vers le chef au chapeau pour lui expliquer la situation. Un œil fermé sous le choc, il put tout de même voir que les sauvages étaient sorti des longues herbes et de la forêt luxuriante. Ce n'était pas des sauvages. Ou plutôt... pas des sauvages humains.

-Hoooo... ils sont vachement grands ces poulets.

De poulet, ils n'en avaient pas vraiment la forme, tout au plus des pigeons rondouillards mais musclé, haut de cinq mètres de haut. À l'entente du mot poulet, l'un des plus petits, tout emplumée de blanc se gargarisa la gorge avant de cracher la nouvelle boule de plumes. Surprit, Ben s’accroupit au sol de justesse, la mélasse qui était en réalité de la salive de poulet Kot-Kot fusa à nouveau vers le navire, y faisant un petit trou. C'était le boss qui allait être content ! Surtout que le reste de la petite troupe se mit à cracher des trucs similaires, transformant les alentours du navire en un champ de guerre, le bateau finissant par avoir nombre de trou sur le pourtour de sa coque.

Quelqu'un cria « BORDEL PAS LE BATEAU » mais le sergent Grant ne put voir qui c'était ou identifier la voix, trop occupé à éviter les balles-salives. Des "balives" proposa une voix. Des balive qui visiblement pouvait perforer l'acier d'un navire de la marine ! De nouveau, quelqu'un cria quelque chose. Les voix firent remarquer que tout le monde criait quelque chose, certains prononçaient justes plus de mot que d'autres. Ben pour sa part, ne perdit pas de temps à rester sur place comme un épouvantail ne faisant pas son boulot.

-ALLONS TUER LE BATMAN ! Heu... non, FUYONS !

Et ainsi, le soldat se mit à fuir, jouant des contorsionnistes pour éviter les assauts des poulets Kot-Kot. Certains tentèrent bien d'abattre les assaillants mais face à la masse, ils entouraient tout de même le navire, l'entreprise était vaine. Ben pour sa part, n’essaya même pas. Il aurait pu, il n'était pas le plus mauvais du groupe, loin de là mais toutes les voix le pressaient pour fuir cette exécution qu'était devenus leur emplacement. Ses pieds prirent appui sur la terre, ses muscles se contractèrent. Son regard se fixa sur un point derrière la ligne d'oiseau et... BOOM !

D'un bruit surnaturel que n'aurait pas refusé un sayen en train de se téléporter selon les voix, le marine utilisa le soru pour fuser en ligne droite et se mettre hors de danger. Rapidement dans son dos, des bruits de baston se firent entendre, des poulets crièrent et certains grillèrent. William ne devait pas être loin. Quelques flammes plus tard, le sergent suivant son supérieur à travers la jungle luxuriante. Après tout, l'homme au chapeau avait déjà mis le pied sur l'île. Ou tout du moins c'était ce que les voix disaient. Une bonne idée pour déléguer toute responsabilité quant à l'arrivée au milieu d'un nid de Kot Kot et s'il n'avait jamais été sur l'île... ça revenait au même. Quand t'es le chef, t'as tous les emmerdes, point. Excepté avec les poulets, là c'est tout le monde qui trinque. De lourds pas enlevant la terre dans le dos de l’homme aux cheveux argentés lui indiquèrent qu'Arkhein ne devait pas être loin derrière. Nul doute que vu la masse du bonhomme, il avait créé un joli trou dans le cercle d'oiseau cracheur de salive.

-Ha... Ha. bonne idée boss ! S'échapper pour... qu'ils laissent... le navire... tranquille....

Ben eut tout le mal du monde à parler, son cœur manquant de rompre et son souffle ayant décidé de se barrer autre part. De fait, l'effort fourni l'amena à oublier le décor l'entourant, se contentant de courir en ligne droite derrière le feu-follet. Logiquement, quand celui-ci manqua de tomber par-dessus un piton rocheux, bien dissimulé par les arbres, le sergent Grant le percuta. Les deux hommes freinèrent autant que possible pour éviter la chute de plusieurs centaines de mètres dans le lac plus bas. Enfin, toujours aussi logiquement, lorsque le mastodonte avec sa masse vint les percuter à son tour, les trois firent propulser dans les airs.

-HA BAH BRAVO !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 87
Fonction : Cuisinier de l'Extrême.
Localisation : Grand Line - Alambra.
MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  Dim 5 Avr - 18:06

Quatre ans qu'il opérait sur Grand Line et désormais, il partagerait son quotidien avec une brochette des soldats tous plus irrécupérables les uns que les autres. La hiérarchie et les officiers la composant se révélait être sacrément ingénieuse, l'idée de regrouper tous les éléments récalcitrants en seul et même équipage, afin d'en disposer comme bon leur semblait, était du génie. Ainsi pouvaient-ils envoyer ceux qui incarnaient les Judge and Jury sur les opérations les plus désastreuses, avec l'assurance que quoi qu'il arrive, la situation ne pouvait pas empirer. Et si jamais cette unité de chiens fous se retrouvait décimée en mission, alors tant pis, leur perte ne serait pas à déplorer. Tout simplement brillant comme initiative, mais pas très correct au niveau de l'éthique. Une chose dont tous ici devaient bien se foutre royalement, que la morale, du moment que la justice était appliquée. Pour Arkein, se retrouvait à bord du Barracuda en compagnie de types de son envergure ne pouvait pas être mieux que ce qu'il aurait espéré.

Aussi ne lui avait-il pas fallut bien longtemps avant de se sentir à son aise, de se considérer chez lui. Alors si en plus, on ne tardait pas à les envoyer en mission suicide, que demander de plus ? Alambra, l'île des cannibales et des contrebandiers, telle était leur destination. L'objectif ? Selon le cinglé répondant au nom de Ben Grant, il s'agissait d'un caprice du Contre-Amiral Gosuke, raffolant de confiture d'oreilles au gingembre. Comme à son habitude, il était à côté de la plaque, du genre à des milliers de kilomètres. Et si Arkein s'en amusa, leur Capitaine parut dépité. Le malheureux n'était pas au bout de ses peines avec la quinzaine d'hommes qu'il dirigeait désormais, en plus des deux autres Sergent. Conflit sur l'oseille aux Gin-Shandres donc. Un nom qui aurait parfaitement collé à une pièce de théâtre dont le héros de la pièce aurait été un grand homme musclé, noir de peau, mafieux et amoureux de ses énormes pectoraux. Il trierait les liasses de billets de berrys grâce à eux, jouerait et réglerait les conflits.

BAOUUUUUUUUUUUUM !

Hm. Joli tir de canon Grisouille ! Boudah-dah-dah-dah !

A peine fut-il secoué par la propulsion démentielle offerte par le tir opéré par le Grant, qui comme il le soulignait si bien, n'avait pas les compétences requises pour le maniement d'engin si gros. C'est qu'avoir entre les mains du gros calibre, il n'avait pas l'habitude, le sien étant ridiculement tout petit. Tandis que le cow-boy refoulait sa colère, le colosse poilu détaillait l'environnement dans lequel ils avaient forcé le passage. D'une certaine manière, cette entrée en matière leur correspondait bien mieux. Rien dans la finesse, tous dans le spectaculaire. Où est-ce qu'ils étaient que demander le Capitaine, au beau milieu de la jungle, en terrain tout ce qu'il y avait de plus hostile. Un cadre sympathique quoi. Déjà, l'étouffante chaleur de l'île les assaillait, et ils n'étaient là que depuis quelques minutes. Pour un homme comme le mastodonte à forte pilosité, la sueur ne tarda pas à se manifester. Certains diront qu'il devrait être naturellement habitué aux fortes chaleurs, d'autres rétorqueront que ces gens ne sont que des racistes...

Les cannibales... il paraît qu'ils font d'excellents plats à base de pieds confits... Ce serait bien qu'ils m'apprennent la recette, ou au moins, qu'ils me laissent y goûter !

Sur Alambra, il semblait suffire de demander pour que le souhait soit exaucé. A peine avait-il eu le temps de terminer sa phrase que tout autour d'eux, il y avait de l'agitation. Les fameux aborigènes du coin ? Curieux, il s’avança jusqu'au bastingage, s'y penchant par-dessus, plissant des yeux, attentifs aux remous des feuillages droit devant lui. Déjà en bas, Grisouille fut soudainement pris pour cible par un drôle de projectile, probablement spécialité locale. Le rire bruyant du gaillard à la masse se répercuta aux alentours alors qu'il observait son partenaire déguster cette spécialité. Il ouvrit la bouche pour lui en demander quel saveur cela avait, mais l'apparition d'énormes poulets lui cloua le bec. Ce qu'il pouvait chérir Grand Line pour sa faune exceptionnelle ! Salive dégoulinant de ses lèvres, les yeux pétillants, l'âme du cuisinier qui sommeillait en lui se manifesta avec virulence. Ce soir, il y aurait du poulet Kot Kot au menu, le tout sur un coulis de bave de limace. Un délice.

Les membres frémissants sous l'excitation, il sauta à terre, une secousse ébranlant le sol à sa réception. Il s'avérait que ces bestioles à plumes étaient à l'origine du tir de balive précédent. Or, ils étaient plusieurs. Plusieurs à canarder le Barracuda et ses membres à bord, sans préférence. Arkein lui, se jeta sur le premier poulet à portée, indifférent aux balles de salive le visant. L'un des avantages à pouvoir changer son corps en un énorme bouddha géant doré, était le fait que ce qui tuerait un humain lambda ne le tuerait pas lui. La première balive ricocha sur son torse, y laissant une marque et une faible douleur. La seconde fut renvoyée à son lanceur par un tir de sa masse, qui l'atteignit plein face et le fit chavirer en arrière. Il le tenait. Tout sourire, il ouvrit grand les bras, se préparant à exécuter le plus gros plaquage de sa carrière. C'était sans compter sur une rafale de ces projectiles gluants qui le fauchèrent en plein élan. Cette fois, aussi résistant que fut son corps sous sa forme zoan, il n'empêcha pas la blessure et l'ancien champion de valdinguer quelques mètres sur le côté.

Quelques tonneaux secouant la terre et un ou deux volatiles de fauchés dans sa trajectoire plus tard, il s'arrêta face contre terre, la tête dans la poussière et cette dernière plein la bouche. Son épaule et sa hanche droite était douloureuse à l'endroit où il avait été touché. Il grimaça en se relevant, grognant d'avoir manqué sa capture. Trop tard pour songer à se remplir la panse, la retraite stratégique semblait avoir été sonnée. Bien malgré lui et surtout après une flopée de hurlements lui rappelant qu'il ne réussirait à rien cuisiner une fois mort, il accepta de prendre la fuite. Ses lourds pas écrasaient la variété de plantes poussant sur Alambra, sa respiration saccadée et sonore lui martelaient le crâne, ses yeux peinaient à accrocher une image stable du décors qu'il traversait à vive allure. Et si il y a bien une vérité qui ne changera jamais concernant les bulldozers, c'est qu'une fois lancée, ils ne s'arrêtent pas avant d'avoir rencontré un obstacle suffisamment solide qu'ils ne puissent traverser.

Aussi, lorsque ses deux compagnons eurent la riche idée de s'arrêter admirer le paysage au beau milieu de sa trajectoire, il leur rentra dans le lard comme une boule de bowling dans un amas de quilles. Le trio fut donc projeté dans le vide, avec pour seule vue, quelques centaines de mètres plus bas, une tache d'eau...

Eh merde...

_______________________________

#243261


Dernière édition par Arkein Halton le Mar 5 Mai - 12:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t128-arkein-halton

Messages : 78
Fonction : Ghost
MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  Lun 6 Avr - 21:30

Tu te fous de ma gueule, là.

Tu sais, on pouvait pas juste tomber sur des cannibales, hein. nooooooooooooooooooooon, c'aurait été BIEN TROP SIMPLE pour ce putain de monde de tarés. Non, il a fallu qu'on tombe SUR DES SALOPERIES DE POULETS GÉANTS. BAH OUAIS. Et puis, quitte à ce qu'ils soient géants, autant qu'il balance de la salive. De la salive assez puissante pour faire des trous dans un navire de la marine. NORMAL. J'pousse la gueulante, me lamentant encore des dégâts que ce rafiot a à subir. Mais pas le temps, les poulets, en plus d'être grands, sont nombreux. assez pour pousser à une retraite tactique. S'agit d'éviter que le navire rende l'âme une bonne fois pour toute.

Sur cette pensée, j'plie les jambes, une colonne de flammes de forme sous mes groles, j'décolle. j'décolle, pour mieux retomber poings fermés sur l'uns des volatiles, lui laissant une jolie marque de poing cramée au milieu du bide. Dans mon dos, un autre, qui se prend une volée de balles de feu. les projectiles perforent, et brûlent la chair du mastodonte, pour finalement le faire tomber au sol. Sur ma droite, des bruits de pas, rapides, qui se rapprochent. à peine le temps de tourner le tête que je me retrouve nez à nez avec le bide d'un des gros oiseaux, qui vient me percuter de plein fouet. projetté au loin, je me stabilise en vol à l'aide d'une nouvelle poussée de flammes en dessous de mes pieds pour finalement foncer tête la première dans le bide d'un enième emplumé. La bête perd l'équilibre, tombe, pour ne pas réussir à se relever sous la difficulté à soulever son propre poids. J'entreprends de cuir la viande tant qu'elle se débat, mais v'la qu'un quatuor de Steak Charal nous rejoint, suivi d'une véritable armée de ceux-là un peu en arrière. Ils viennent aider l'autre poulet, et sont trop nombreux. Stop au massacre, j'me tire. Nouvelle propulsion, j'viens rejoindre Ben, qui lui avait déjà prit l'initiative de la fuite. J'passe devant, puis fraye un chemin à travers la jungle et les gros oiseau à grands coup de lance-flamme. Une trainée d'arbre en feu sur mon sillage, quelques poulets en train de se débattre dans les flammes, en face, toujours plus d'arbres. C'qui est pas mal quand tu fuis, c'est de savoir où tu vas, ce qui n'est pas du tout mon cas. Et ces animaux sont trop nombreux, j'ai réussi à en cramer quelques-uns, mais ça durera pas. J'ai dû esquiver les gros groupes, changer de chemin à la vue d'une énorme masse jaune parmis les feuilles nombre de fois maintenant. Mais là, au loin, je vois une lumière, aveuglante, comme la sortie du tunnel. J'augmente la cadence, espérant enfin sortir du territoire des Kot-Kot.

Et m-.

FREINAGE D'URGEEEEEEEEEEEEEEEENCE. Là, stop. Putain de. Vide de merde. Fallait que je tombe sur le rebord d'une falaise. En contrebas, un lac, genre, très en contrebas. Genre, pas moyen de sauter là-dedans. Genre faut pas faire le c-" BEN ATTENTION PUTAIN ! " La boulette. Le v'la qui me percute, j'menace de tomber, l'attrape par le col, espérant me stabiliser. Soit tu aides, soit j't'emporte dans ma chute. Finalement, à force d'acrobaties, on arrive à reprendre équilibre. Je me fécilicite intérieurement, m'apprêtant à prendre la parole, tandis que derrière moi, j'entends des pas, rapides, lourds. Kot-Kot ? Ah, non. NON. ça c'est pas un Kot-Kot. ça, c'est un Arkein Halton sauvage lancé à pleine vitesse dans une course qu'il ne parviendra pas à freiner. Et y a moi et Ben sur la route. Le semi-remorque s'arrête pas au feu rouge, fauche les types au passage piéton, et emporte tout le monde dans sa chute. Longue chute, pendant laquelle j'aurais eu tout le loisir de gueuler à la mort, regardant le  lac en contrebas. Vite, putain, vite, réagis Will', t'as quelques secondes chute pour réfléchir, et un lac dans lequel tu veux pas tomber plus bas. Tu meurs un peu dans l'idée, autrement.
Hum... Bon bah, On va pas changer une équipe qui gagne, hein !

Une nouvelle et dernière fois, une colonne de flammes se forme sous mes bottes, tandis que je me stabilise dans les airs. Vu comment ces deux-là tombent, ça va être coton re repêcher les deux. Arkein est aussi un utilisateur de fruit du démon, j'peux pas le laisser aller à la flotte, surtout que vu la masse, ce serait coton de le repêcher par la suite. J'me propulse bien à droite des deux types en train de tomber. Une vingtaine de mètres qui nous sépare en vol. D'un coup, j'fonce vers Arkein, plein gaz, à la plus haute vitesse dont je sois capable. Impact, j'lui fonce dans l'lard à vitesse grand V, le dévie largement de sa trajectoire pour ensuite me placer dans son dos, pieds en direction du sol. Me voilà réduit au rang de Jetpack personnel de monsieur Halton. Tentant de ralentir notre chute comme je peux, je le porte aussi longtemps que je peux, pour le lâcher à 2 mètres du sol, et cesser de produire des flammes sur le coup de la fatigue. Un gros boum : Arkein qui tombe au sol. Un petit boing : Moi qui lui atterri sur le bide. Un énorme plouf, suivi de plusieurs petit plocs : Ben qui tombe à la flotte, en même temps qu'une pluie torrentielle qui commence à s'abattre sur la jungle.

Et surtout, Ben qui a intérêt à savoir nager, car personne n'est capable de le faire pour lui sur ce coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sergent
avatarSergent
Ben Grant


Messages : 84
Fonction : Navigateur
MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  Mar 7 Avr - 1:37

Grâce à Arkein, les trois marines se mirent à patauger dans les airs. L'espace d'un instant, Ben se demanda ce qui se passait. Ses pieds continuaient de marteler le sol mais ce dernier n'était plus palpable. Un sol bien bizarre, probablement un sol égyptien des îles célestes. Il paraissait que des gars vivaient dans les nuages. Le sergent les voyait toujours tout nu avec des petites ailes et armés d'arc et de flèche. La rumeur disait qu'ils rendaient les gens qu'ils touchaient, amoureux. Pas de chance si c'était un homme et une table. Toujours est-il que le boss décida qu'il n'était pas l'heure de tomber amoureux d'un poulet Kot-Kot. Ses pieds se mirent à cracher des flammes avec une classe folle, faisant briller les pupilles du jeune homme aux cheveux argentés. Uniquement que pour mieux fuser sur l'autre phacochère. Le sergent Grant supposa une querelle d'amoureux.

-Alalala, ces tables... quelles chauffeuses. tout ça pour une petite permission sur cul de pidon, c'est moche.

Ce qui était encore plus affreux cependant était le lac arrivant à une vitesse assez folle vers le seul du trio qu'on n'avait pas pris la peine de sauver. SYMPA. Alors certes, il n'en avait pas besoin mais c'était l'intention qui compte ! Ho moins il savait à qui il n'offrirait pas de chocolat sexy à la saint-valentin. Une des voix proposa que, quitte à tomber, autant tomber en beauté. Après tout, Ark' avait fait de même le premier jour sur le navire et, si Ben avait apprécié, il en avait aussi été un peu jaloux. Alors, souriant de toutes ses dents, il frappa plusieurs fois l'air de ses pieds. Juste assez pour se mettre à flotter quelques secondes puis, alors que la gravité refaisait son rôle, il utilisa à nouveau le Geppo mais pour plonger encore plus vite vers le sceau d'eau douce.

Une fois assez de vitesse prise, l'affaire de quelques secondes, il se mit à effectuer les poses telles que le Michael Jackson, la tour Shabondy, le quadruplé déposé et pour finir, l'hérisson avec tous ses cheveux faisant office de piquants. L'impact fut lourd et sonore. Le soldat ne mit pas de temps à atteindre le sol du lac et à se faire entourer de nombreux poissons étonné. Des gros trucs oranges avec une tête surprise. L'humain leur fit un petit coucou de la main avant que le choc de son arrivée dans le lac ne commence à propulser le contenant liquide dans les airs, les poissons avec. Une voix dans sa tête se prenant pour un barbu avec deux tablettes écrites par Dieu lui conseilla de séparer toute cette eau en deux. Une idée de génie ! Déjà, ça permettrait à Ben de respirer mais surtout... surtout, ça donnerait encore plus de style à son plongeon. Nul doute que le cuisinier demi-géant soit forcément envieux.


-Roooookushi-shi-shi-shi !

Armant sa jambe, le Grant donna un coup de pied à peine ralenti par l'eau environnante. Un éclair bleu s'en échappa, séparant le lac en deux entités. L'une partit se percuter sur la roche menant au piton surélevé, plusieurs mètres plus haut et l'autre effectuer une crue dans la jungle environnante. Il ne restait plus que l'ombre grandissante et grondante qui se mit à recouvrir le fou. Une des voix lui signala qu'une ombre ne grondait pas, le forçant à lever les yeux sur la chose.

-Hum?

Spoiler:
 

Le soldat ne put pas analyser très longtemps la chose vivant dans le lac cependant car un bruit assourdissant retentissait un peu partout. Un bruit qui était dû aux innombrables poissons retombant au sol accompagné d'une sacrée dose de goutte d'eau. Si un n'était pas si durs, et encore, une bonne centaine rien que sur les premières secondes... c'était là une autre affaire. Le marine se fit marteler au sol, ne pouvant rien faire qu'endurer la vengeance inconsciente des animaux à branchies. Une voix ne put s’empêcher de demander s'il faisait trempette. Ce n'était pas très efficace. En réalité la chute de bestioles était plus chiante que douloureuse. De plus, le temps passé « sous la pluie » fut juste ce dont eut besoin le plus gros truc toujours identifié pour finir de s’énerver. Dans un feulement très félin, allez savoir pourquoi, il fonça tête la première sur le sergent Grant, l’écrasant de tout son poids. Ce dernier eut beau appliquer le tekkai par réflexe, il sentit son corps s'enfoncer de plusieurs mètres dans le sol meuble de ce qui fût un lac.

Mais on la lui faisait pas. Peu importe si c'était sa guerre. Peu importait s'il serait de retour. Peu importe si Yeepeeka yeah pav'con. Rambo, Scharzy et Bruce Willis, trois voix dans l'arsenal chaotique de Ben s'en donnaient donnait à cœur joie. C'était leurs moments de montrer les muscles. De montrer les heures passer à la muscu. De montrer qu'ils n'étaient pas des stars de Den Den Movie pour rien. Aussi crièrent-ils à leurs propriétaires que le Tekkai avait été son premier franchissement des limites humaines. Il avait et serait toujours de la chaire à canon. Ce n'était pas un serpent d'eau douce qui allait le mettre au tapis si facilement. Attrapant le visage de la bête Il la repoussa de quelques centimètres. Juste assez pour déplacer sa jambe. Juste assez pour contre-attaquer.

-RANKYAKU MOTHAFUCKA !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 87
Fonction : Cuisinier de l'Extrême.
Localisation : Grand Line - Alambra.
MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  Ven 10 Avr - 20:59

Tomber dans le vide, vide. C'est que cela aurait pu faire un carton comme titre de chanson. Chantée par une jeune fille aux allures d'adolescentes, fringuée comme un sac et à la voix désagréable. Il y avait là tous les ingrédients pour réaliser le tube de l'été. Un problème de taille se posait au trio, inévitablement attiré par le sol, ils chutaient avec comme point d'impact, une masse d'eau. Or, si contact il y avait avec ce lac, le Halton et son Capitaine couleraient comme des enclumes au fond, et perdraient ainsi la vie. Perspective peu enthousiasmante qui fit grimacer Arkein, qui réfléchissait à comment se tirer de ce mauvais pas. Faute qu'il rejetait au manque d'espace sur cette île, non sur lui. Il était impensable de reconnaître qu'il avait manqué d'attention en percutant ses camarades dans sa fuite. Toute ses pensées furent bientôt concentrées à incriminer le monde entier pour leur possible mort, et non à trouver le moyen d'y échapper. Heureusement pour lui, le cow-boy, détenteur du logia du feu, eut l'intelligence de s'en servir.

Enfin, intelligence... Une lueur seulement, très faible. A moins que foncer dans le lard du colosse soit considéré comme finement pensé, alors il ne comprenait définitivement rien à la stratégie. Le fait qu'il fasse l'effort de ralentir sa chute fut balayé par la façon dont il le laissa retomber comme un gros steak au sol. Le bruit que produisit son corps en rencontrant la terre fut significatif de la dureté de l'impact. De quoi suffire à lui couper le souffle, réceptionner William dans la foulée étant minime à côté de ce qu'il venait d'endurer. Finalement, des trois mouettes, une seule eut le droit au grand plongeon. Ben. Le génie de l'équipe. S'il n'était pas déboussolé, le poilu de trois cent kilos en aurait rigolé, si seulement. Pour finir en apothéose, cette pluie grotesque de poissons orange, véritable déluges martelant son corps sans que ce ne soit douloureux. La différence du type n'était pas en leur faveur... Le Sergent à la peau brune accorda un regard au Wesson, intrigué de voir comment il réagirait au type eau. Il s'en désintéressa bien vite lorsqu'il comprit ce qu'avait réalisé Grisouille...

Boudah-dah-dah-dah-dah ! Et il sépara la mer bleue, tel son ancêtre mosaiquien avant lui l'avait fait avec la mer rouge !  Son nom, Grisouille le Gris ! Boudah-dah-dah-dah-dah !

C'est qu'il n'était jamais contre une raillerie, le gros barbu. En plus, se moquer des autres lui creusait l'estomac et il se trouvait que de la bouffe, ils n'en manquaient pas ici. Aussi n'avait-il qu'à se pencher pour se servir dans la multitude de poissons qui se débattait dans l'herbe. Vint alors le gros serpent bleu. Décidément, Grand Line se spécialisait dans les espèces animales les plus grosses qu'il n'avait jamais vu. Des proportions démesurées et des apparences hideuses, en témoignait celle du serpent géant. Moche, mais imposant. C'était quoi son nom à ce bestiau ? AquaSnake ? Peu importait. Il arracha la tête de son repas de fortune d'une seule bouchée, engouffrant le tout dans sa bouche, mâchant tranquillement, tandis qu'il ne décrochait pas des yeux le prédateur. C'est qu'il paraissait vachement rageur comme animal... Mais oui, il se souvenait maintenant ! Le Roi des serpents, le maître colère, six mètres de cinq de colère, deux cent trente-cinq kilos de haine pure, qu'il déverse sur ses proies. Les légendes racontent que ce serpent est capable de détruire des villages entiers dans un accès de rage.

Son nom lui revenait à présent qu'il l'observait, le...

LE MAKRAGE !

Venait-il de hurler entre deux bouchées du poiscaille désormais aux trois-quarts terminé. Le goût était à ce propos terriblement infect, rendant cette espèce animale vraiment inutile sur tous les plans. Et s'il y avait bien une chose qu'il ne supportait pas, c'était bien de manger quelque chose d'infect. Maintenant qu'il percutait, il recracha d'un air dégoûté ce qu'il lui restait de nourriture en bouche, et daigna imaginer l’hypothèse de se mesurer au concentré de rage. Ben s'en donnait déjà à cœur joie, l'homme-flammes devait probablement être en train de hurler pour lui-même à quel point la situation était ingérable. Ou alors était-ce le fait d'avoir reçu un aussi important volume d'eau sur la tronche qui l'avait rendu inefficace. Gardant à l'esprit la faiblesse du type eau face au plante, il s'en alla décrocher un des énormes troncs de l'île à grands coups de masse. Une fois fait, il retourna se placer au bord du lac et de la bête, pour lui balancer le tronc dans la face. Ce qu'il n'avait pas anticipé, c'était que le Makrage soit capable de briser son projectile en deux, d'un seul coup de mâchoires.

Hm. A notre retour à la base, faites-moi penser d'aller causer à Sasha, il s'est bien foutu de ma gueule sur les types...

Qu'il déclara, ennuyé, alors que l'énorme queue de la bête venait le faucher au flanc, le propulsant comme un vulgaire cafard à travers la forêt. Vulgaire blatte assez lourde et propulsée avec suffisamment de violence pour arracher toute trace de végétation dans son élan...

_______________________________

#243261


Dernière édition par Arkein Halton le Mar 5 Mai - 12:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t128-arkein-halton

Messages : 78
Fonction : Ghost
MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  Mer 15 Avr - 11:18

Mais qu'est-ce que...

Pourquoi il shoote dans le lac, ce gland ? V'la qu'il se la joue Lorma Naudou, à tenter de plonger avec classe. Sauf que, quand tu utilises une technique telle que le Rankyaku à une telle vitesse sur une telle étendue d'eau, bah tu te retrouve avec une grande, très, trop grande projection d'eau. D'eau, et pas que apparemment. Entre deux gouttes d'eau sur la tronche, on avait le droit au supplément poisson dans la gueule. Du bon gros poisson rouge bien puant, avec une bonne grosse tête de con qui donne bien envie de leur taper sur la tronche. Le truc, c'est qu'ils étaient assez nombreux dans ce lac. Étaient. Maintenant, ils sont nombreux dans les airs, à nous retomber sur la gueule. Tir d'artillerie Poissonier, si on m'avait dit que je me ferait tirer dessus avec ce genre de munition un jour... Reste que du poisson pas frais dans la gueule, ça va, je gère, c'est pas que j'apprécie, mais ça passe. L'eau, elle, m'emmerde déjà un peu plus. Pas qu'elle m'empêche carrément d'activer mon pouvoir, mais ça rend les choses plus compliqués. Puis si ça s'arrêtait là, ce serait trop simple. On est sur Alambra, quoi, nous faut bien une touche exotique pour compléter le tableau. La voici la touche exotique. Un putain de serpent de mer (de lac, plutôt) géant. Alors. Comment dire.

Ce truc.
Est moche.
Vraiment.

Ah mais dans la catégorie monstre de mer, qui se veut de base pas haut placée dans l'échelle de la beauté, lui, il se pose là, hein. Sommet, podium, top 1, indétrônable le bordel. Puis généralement, quand c'est moche et gros, ça tape fort. Non, je ne ferais pas de parallèle avec un quelconque membre de l'équipage, je vous laisse y penser très fort à ma place.

Et en effet, ça tapait fort, la preuve en est avec Ben, Tekkai déployé, qui se retrouve tout de même enfoncé dans le sol. Contre attaque, Rankyaku, et pour se conjuguer à l'assaut, Arkein lui fout un coup de... de tronc d'arbre. Un équipage normal. N'empêche, avec un si gros machin, ça devrait être plutôt effic-. Ah non. Non. Ce truc est vraiment un putain de monstre de puissance en fait. Et vas-y que j'encaisse le Rankyaku sans broncher, et vas-y que je croque le tronc d'arbre comme si l'on parlait d'un simple cure dent... Hum. Et cette pluie qui n'en finit pas. Parce que oui, comme si l'eau soulevée plus tôt suffisait pas, l'a fallu qu'on se retrouve avec une authentique pluie, qui descend belle et bien des nuages. Tss... L'allait falloir apporter sa pierre à l'édifice de la destruction du Serpent de Mer. J'me d'mendais quel goût pouvait avoir ce truc. Faudra emporter un morceau, tiens. Quitte à être chiant à abattre, espérons que la bestiole vaut les efforts déployés. J'vais pour proposer à Arkein de tenter de nous cuisiner ça, mais trop tard, le v'la qui s'prend un coup dans la tronche et file à toute vitesse dans la forêt, en mode Bulldozer. La nouvelle Amazonie ce bled avec nous dans les parages. L'était temps de contribuer à la déforestation de l'endroit, même si l'objectif de la manoeuvre qui allait suivre était tout autre.

à nous deux, l'horreur.

Sur ces mots, de petits filets de flammes qui commencent à s'échapper de mon corps. Peu à peu, ces filets se transforme en une aura de flamme. Lourde, étouffante, infernale. Le paysage qui change autour de moi, tandis que je marche vers la bestiole. Sur mon sillage, une parodie des enfers qui se dessine, et devant moi, un gros serpent pas content. Pour seule réponse à mon approche, le voilà qui tape de son énorme queue dans l'eau, soulevant une grande vague d'eau qui se dirigait à présent vers moi. Immobile, je laisse arriver le raz-de-marée. La vague arrive, et s'heurte à mes flammes. Un bras de fer élémental se joue quelques secondes, et finalement, l'eau finit par s'évaporer au contact de l'epaisse couche de flammes. My turn. Mais sur la ceinture, je rapproche lentement ma paluche droite du Holster, prêt à dégainer. Un petit temps avant d'agir, pendant lequel une fumée de plus en plus noire s'échappe du canon du revolver. Finalement, je dégaine, vise, et tire.

A COUVERT !

Projetté en arrière par le recul, ce n'est pas une simple balle qui fut expulsée du canon, mais un concentré de flammes compact, sous forme d'une petite bille explosive. Quand ce truc aura atteint sa cible, ça va faire un gros boum, genre, un très très gros boum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sergent
avatarSergent
Ben Grant


Messages : 84
Fonction : Navigateur
MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  Jeu 16 Avr - 15:20

Une des voix se demanda si le Makrage n'était pas plutôt un singe assez colossal. Un colosse... singe. Pourquoi pas avec des gants de boxe pour frapper tous ceux qui l’énervaient et... il y en avait beaucoup. Énormément même ! C'étaient de la simple physique, comment un poisson, même si grand pouvait rager contre des gens qui ne venaient même pas ici? À moins que... que... justement, il se sentait seul, entouré de congénères inutiles, même pas bon à manger et coincé dans un petit lac qui plus est. Dans ces conditions, n'importe qui aurait pété son câble. Quelqu'un d'un peu intelligent aurait essayé de rejoindre la mer mais si c'était un poisson d'eau douce, il était définitivement emprisonné en cet endroit. Une autre voix qui s'appelait Mac Lesguy préféra lever la question sur comment ce lac s'était-il rempli. Ou même comment les poissons étaient-ils arrivés ici? Après tout, ils n'y avaient aucun fleuve amenant le courant... Sauf que ni Ben, ni les voix ne purent élucider ce mystère. Une grosse explosion se déclencha tout autour du corps du marine. Un petit enfer de flamme perso, cadeau du capitaine.

-HA BAH MERCI !

Les vêtements du soldat de la mouette ne font... pas long feu. Le sergent Grant ne peut s’empêcher de rigoler alors que les cendres s’éparpillent dans le vent, laissant son corps brûler sur plusieurs endroits. Heureusement pour lui, son tekkai toujours en place avait amoindri le tir « ami ». c'était douloureux mais pas dangereux. Malheureusement, le serpent géant était un peu beaucoup d'accord. Un cri rageur, de quoi faire trembler toutes les flaques d'eau restant dans le coin se fit entendre. Manquait plus qu'un gros lézard pour faire trembler cette même eau dans un gobelet... dans une voiture. Qu'était-ce qu'une voiture? Un attelage tiré par des chevaux évidemment ! Les voix posaient parfois des questions vraiment idiotes.

N'en déplaise au schizophrène, l'autre monstre était toujours là. Non pas Ark qui était probablement parti astiquer son gourdin dans la forêt mais la chose d'une dizaine de mètres de haut. Sa gigantesque ombre ne tarda pas à recouvrir le fou, le capitaine tout feu tout flamme et une bonne rangée des arbres qui entouraient le lac précédemment. Si Ben ne pouvait pas le voir, le poisson avait des yeux totalement rouge, sans pupille et une lueur orangée sortait de sa gorge. Un sourcil de l'homme aux cheveux gris brulé s'éleva sur son front. Ce même sourcil avait quasiment disparu, plus une ligne qu'autre chose.

-Hum ? Ho.

Oui. Non. Ça n'annonçait rien de bon. En plus il n'avait pas envie d'être envoyé astiqué son gourdin comme Arkein. Certes il semblait un poil oublié mais il n'était pas à l'abri d'un... coup de queue. Aussi le schizophrène souffla lourdement en fermant les yeux. S'habituer à la douleur. Elle est aussi inchangeable que la pluie ou le soleil. Juste un élément de plus. Le regard plus assuré, le sergent releva la tête puis partit en flèche vers le museau du monstre. Le poing bien levé comme un super héros au slip rouge par-dessus son collant bleu, il vint frapper un uppercut en dessous de la gueule du poisson. Un uppercut boosté au geppo.

-Puissance MAAAAAAAAAAAAAAAAAAAX !

Évidemment, l'assaut fit refermer la bouche du serpent avant qu'il ne puisse cracher Dieu savait quoi. Un cri de douleur étouffé se fit entendre suivit d'un nouveau grondement rageur. Des larmes vinrent même perler aux coins des yeux rouges mais Ben ne put l'observer très longtemps. Un nouveau coup de tête magistrale vint le balayer en plein l'air, l'envoyant rejoindre son capitaine tout feu tout flamme au sol. Cette fois-ci, il n'avait plus de tekkai et c'est tout le corps endolori qu'il se retourna dans la boue en gémissant. Toujours au milieu du lac, le Makrage recommençait ça manœuvre et une nouvelle lumière orangée sortait de ses mâchoires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 87
Fonction : Cuisinier de l'Extrême.
Localisation : Grand Line - Alambra.
MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  Sam 18 Avr - 0:32

Se relever, le souffle court, et avoir la désagréable sensation qu'un bélier géant vous a percuté de plein fouet... D'observer autour de lui la zone totalement saccagée, des troncs pliés, l'herbe aplatie, les branches pliées, et pas une seule petite bestiole osant s'approcher de trop près. De constater que le sang coule du coin de ses lèvres, et que son corps l'assaille de douleur par vagues successives. D'alors comprendre qu'il aurait été judicieux d'éviter le coup par le serpent géant fou de rage. D'estimer pour autant qu'il est encore en état de se battre, qu'il n'a rien de grave, sans doute qu'un gros bleu marquera bientôt sa peau. Le genre plus jaune que bleu, en fait. Arkein cherche son arme des yeux un instant, avant que l'écran ne soit submergé par une énorme déflagration. Quelqu'un jouait dans la finesse pas très loin d'ici. Inutile d'être aux premières loges pour deviner de qui il s'agissait.

Trouvé.

Il ramasse son gros gourdin, comme un certain dégénéré possédant un millier de voix dans la tête appelait sa masse, et entreprit de rejoindre ses camarades. Sa surprises déforma les traits de son faciès boudiné en constatant que le Makrage n'était pas totalement cramé, et hors d'état de nuire. C'est qu'elle était sacrément résistante la bestiole. Et visiblement si furieuse qu'elle en déclenchait son attaque ultime, droit sur les deux Sergents, sous le regard amusé de l'ancien champion de catch. Cette fameuse lueur orangée qui s'échappait de sa gueule, cela ne présageait rien de bon. Et la curiosité du cuisinier de l'extrême le poussa à ne pas intervenir pour découvrir de quoi il s'agissait. Le fameux Sasha qu'il avait mentionné avant d'être éjecte temporairement des hostilités, l'expert en types, s'y connaissait également en poquaimones, ces bestioles rares, improbables et sauvages.

Il lui avait parlé une fois de la légende de l'ultralaser, connu pour certains sous le nom de dragon laser. Une attaque que seules les plus puissants poquaimones maîtrisaient, et qui, disait-on, prenait la forme d'un rayon d'énergie orange. L'attaque serait si puissante que son lanceur en ressentirait une fatigue extrême après son utilisation, et serait contraint de se reposer. Ce que ce serpent s'apprêtait à tirer, le barbu espérait de tout son être pour que ce soit l'ultralaser de la légende. Un rayon fut expulsé d'entre les mâchoires du monstre, projeté si violemment qu'il en détruirait la coque d'un navire. Dommage que le Barracuda n'était pas dans les parages, l'expérience aurait été amusante. Néanmoins, l’œil expert de cuistot d'Arkein lui permit d'identifier la source du rayon, qui n'était autre que les restes de ces horribles poissons orange que l’estomac de la bête aquatique semblait très mal digéré.

Je suis déçu...

Aussi dégueulasse que dangereux. Le rire du colosse se déploya dans la zone de combat tandis qu'il admirait la beauté de cet assaut.  Si ce n'était pas ce dont il rêvait, cela n'enlevait rien à ce petit bijou que venait de sortir le monstre. Réussir à se faire vomir dessus par un serpent de mer géant trouvé au fond d'un lac d'eau douce, c'était quand même pas de chance. Et très amusant. Pour autant, il restait que cette bête aux proportions dignes de Grand Line leur tenait tête depuis trop longtemps maintenant. Le moment était venu de la renvoyer au fond de son étendue d'eau de laquelle elle n'aurait jamais dû sortir. Visage fermé, le pas lourd, le mastodonte à la peau sombre vint une seconde fois se planter devant le Makrage. Celui-ci, encore pris dans sa frénésie, ouvra grand sa gueule et allongea son cou pour lui arracher la tête des épaules.

Cette fois, il se heurta à un Arkein sous forme hybride, soit un bouddha géant doré, et son énorme poing qu'il lui fracassa dessus avec nonchalance. A la puissance physique de l'utilisateur de l'Hito Hito no Mi s'ajouta une onde de choc, l'ensemble repoussa dans une secousse le corps écailleux du monstre qui retomba en arrière dans un déluge d'eau.

Hm.

_______________________________

#243261


Dernière édition par Arkein Halton le Mar 5 Mai - 12:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t128-arkein-halton

Messages : 78
Fonction : Ghost
MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  Sam 18 Avr - 21:45

Alors là, on va pas s'entendre l'horreur.

C'est pas que j'ai envie de me faire rayer d'la surface du globe mais un peu quand même. J'y connais ps grand chose en Poquétruc, mais ce rayon orangé qui commence à se former, ça annonce tout sauf du bon. ça annonce de la grosse explosion, de la chair répandue sur les arbres et des arbres déracinés du sol. Cela dit, j'avais réussi à l'amocher, v'la la bonne nouvelle. Mais du coup, tout colère qu'il était le gros poisson, yeux rouges, cris de rage et toute la panoplie de l'énorme monstre pas content à l'appui. et en supplément, le gros rayon d'la mort, donc. Encore au sol suite à ma dernière attaque, j'étais pas en état d'esquiver. Heureusement pour moi, Ben avait réussi à atteindre l'affreux d'un joli uppercut. C'est dans ces moments que je me rassure, que je me dit "bah tu vois qu'il sait se rendre utile". à peine le temps de me faire cette remarque intérieurement que le Marine aux longs cheveux se retrouve projeté à mes côtés d'un coup de tête de la part du Serpent.

Serpent qui décida de recommencer avec son laser orange. Cette fois-ci, rien pour le stopper, et le voilà qui tire son las-. Heu... c'est pas un laser ça. C'est... Non... Non... NON PUTAIN STOP LES TRUCS DEGUEULASSES ! Du vomit merde, ce machin nous attaque avec du putain de vomit. La viande en décomposition de ces poissons oranges prise à haute vitesse, ça en vient à faire mal. et à puer. ça pue, mais ça pue... ! J'en ai partout sur mes vêtements, heureusement, la face aura été épargnée, chapeau oblige. Mais putain qu'c'est crade. J'm'apprête à me lever quand un tremblement me fait retomber au sol. Arkein, revenu de sa séance de déforestation, cette fois-ci sous la forme d'un Bouddah géant couleur or. Là, tu sais que ça va faire mal. Là, tu sais que le gros poisson va en prendre plein la gueule. Et tu souris. Parce que quand ledit serpent vient de te vomir son p'tit dej' à la gueule, le voir prendre cher par la suite, ben ça fait plaisir. Et éclatage de gueule il y eu, en la forme d'un lent mais ô combien puissant coup de poing qui vint s'abattre sur la trogne du Makrage, repoussé en arrière par tant de force.

C'est ma chance.

Criant sa douleur à gorge déployée, la bête semblait hors de contrôle. D'un coup, son corps commençait à se fracasser un peu partout autour du lac. Il se projettait ici et là, espérant toucher quelqu'un par je n'sais quel miracle. Je me relève, et me propulse à l'aide d'une poussée de flammes vers le bestiau. à mon approche, il arrête son massacre de terrain, puis me fixe un moment, la face enflée et ensanglantée. Ce qui ne fait que le rendre encore plus moche qu'il ne l'est déjà. Et ça, faut l'faire. D'un coup, il me hurle sa haine d'un cri puissant et rageur, et moi, je fonce plein pot vers sa bouche. J'entre et m'engouffre, et la bouche du monstre se ferme en une expression surprise, les yeux exorbités. J'étais déjà plein de ce vomit visqueux, alors quelques intestins en plus, un ou deux litres de sang supplémentaireà transporter sur les vêtements, on va dire que c'est pas dramatique. J'ai aucune idée de l'anatomie d'un Serpent de mer, et c'est pas comme s'il y avait beaucoup de lumière là-dedans. Conclusion : J'vais frapper contre la parois la plus proche de moi jusqu'à ce que ce truc crêve. Une nouvelle aura de flammes vient m'entourer, plus intense et plus brûlante au niveau de mes poings, tandis que ceux-ci s'abattent frénétiquement sur la parois de chair en face de moi. Des cris se font entendre, le corps tremble et tangue, les fluides vitaux coulent et fusent. D'un dernier coup, coup dans lequel je mets toute ma patate, je perce l'abdomen, pour retrouver la lumière du jour. Manquant de tomber dans l'eau, je saute jusqu'à la terre ferme quelques mètres plus loin ,puis regarde le Serpent dans mon dos, les yeux retournés, en train de tournoyer. Finalement, son long corps s'échoue à gauche du lac, la langue tirée et les yeux vides de la moindre lueur de vie. J'regarde autour de moi, repère Ben et Arkein. J'm'approche du cuisto, enlève mon manteau rougie par le sang de la créature pour apparaître en gilet / Chemise à manche retroussées.

Dis, tu penses que ça s'mange ce truc ? C'est qu'y'en a pour pas mal de jours de viande, là...

Tout est bon à prendre chez les Judge And Jury.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sergent
avatarSergent
Ben Grant


Messages : 84
Fonction : Navigateur
MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  Mer 29 Avr - 3:24

-Y avait pas un truc avec des contrebandiers à la base?

Ben se relevait, regardant avec dégoût la texture orange qui le recouvrait. Non, il n'était pas super content. Pas content du tout le ben. Pas content ! Pas content ! Les voix avaient beau partager son point de vue, cela ne changeait pas grand-chose malheureusement. À la limite il pouvait essayer de se venger sur la lanterne vivante qu'était devenu Arkein mais cela aurait été contre-productif. C'est toujours utile une lanterne, même dans la forêt.

-Il va bientôt faire nuit d'ailleurs. Il fait nuit à midi ici.

Le sergent s'imaginait déjà quelqu'un crier « il va faire noire » et un autre répondre « ta gueule ». Bien sûr dans ce cas, la réponse est l'option polie, la seule chose à faire. Le premier aurait de quoi se vexer si on lui répondait pas. Ben avait lu ça dans un bouquin décrivant la civilisation cannibale de l'île. Ou était-ce l’île de Rrrrrrr? Il n'était plus sûr. Ce dont il était sûr c'était que l'autre gros lumineux avait bien regardé le poisson vomir ses repas de la semaine sur lui et William. Encore le sergent... pourquoi pas. Ça pouvait se comprendre, face à une moustache si dégueulasse, le Makrage avait eu une réaction gastrique et voilà. Mais lui? LUI?!

-MOI?!

Seulement, la lumière qui n'en était pas vraiment une était également un utilisateur de fruit du démon. Le sergent Grant avait bien entendu des bruits bizarres venant de la cabine du premier durant la nuit mais jamais il n'aurait pensé à ça. Parce qu'on ne la lui faisait pas à lui. Un gros qui se transforme en un encore plus gros et tout jaune... si ce n'est pas magique, c'est démoniaque.

-Alors comme ça Ark' a mangé un fruit du démon. Un des élus pour nous mener à Éden. Cool. Cool, cool, cool.

Une voix s'appelant Abed dans sa tête hocha la tête en compréhension. Cela faisait un très intéressant retournement de situation. Un Cliffhanger pour l'épisode final quand le héros revient du monde des morts pour sauver la princesse.

-C'est William la princesse.

Plus tard ça sera pupuce mais ça, personne ne le savait encore. Même les voix, c'était dire l'importance du secret. En attendant, le chef de l’équipage partit façon Ariane, son nom secret de princesse, et alla se faire bouffer par la bête. C'est une façon de se venger se dit l'argenté. Une fois un gros trou effectué à la moitié du corps serpentin de la bête, le plan paraissait bien plus efficace que ce que Ben avait compris. Toujours aussi peu pratique et dangereux cependant. Une voix laissa entendre que si Wesson était un tacticien reconnu, il ne serait pas à la tête des Judge & Jury. L'idée de se faire dévorer était probablement le mieux que le cocktail molotov pouvait trouver.

-Bravo Boss !

L'argenté applaudit, jetant du vomi un peu plus loin et notamment aux pieds du boudha. Une voix se demanda s'il utilisait les ondes de choc, stylé au passage, pour ses massages perso le soir dans sa cabine. Ça et le gourdin, ça devait faire un combo particulièrement... prenant. L'idée fit grandement sourire le jeune homme qui regarda Arkein avec un sourire tordu. L'arrivée de William sans manche en guise de mini strip-tease surprise lui confirma sa pensée. Tous des nymphos dans cet équipage. Pourquoi pas un matelot ayant le fruit du démon de l'escargot et qui auraient des orgasmes féminins et masculins en même temps?

-Marcello. Il s’appellerait Marcello.


Ben imita son supérieur en se délaissant de son manteau de cuir et alla même plus loin en abandonnant son pantalon. C'est en slip blanc et -shirt plus orangé qu'il entendit la remarque sur le fait de bouffer le Makrage. Empli d'une confiance en son apparence qu'il n'aurait pas dû avoir, il prit à nouveau la parole. L'avait-il jamais délaissé?

-Moi je suis contre. Je sens qu'il va y avoir que des écailles là-dedans. Je préfère encore manger le plat du contre-amiral. Vous savez, la confiture de je sais pas quoi là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 87
Fonction : Cuisinier de l'Extrême.
Localisation : Grand Line - Alambra.
MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  Mar 5 Mai - 14:16

Tout se mange, Capitaine. Et tu n'as pas ton mot à dire concernant la nourriture, Grisouille, c'est mon domaine. Occupe-toi de la navigation du navire, c'est déjà beaucoup pour toi et suffisant pour nous. Boudah-dah-dah.

Arkein n'avait aucune confiance en les compétences de navigateur du Sergent Grant, qu'il estimait que ce dernier avait déniché dans une pochette surprise lors de son dernier anniversaire. Ce n'était tout bonnement pas possible qu'un énergumène pareil soit capable de quoi que ce soit autre que raconter n'importe quoi, et castagner lorsque que cela s'avérait nécessaire. Ce qui eux yeux du Bulldozer suffisait amplement à apprécier sa compagnie, au moins était-il amusant. Et ils partageaient cette compétence rare qui était d'aggraver la situation partout où ils mettaient les pieds. Dans un magasin de porcelaine, l'un comme l'autre retournerait l'endroit au bout de quelques secondes. Un court instant, le Halton savoura la vision de deux marines couvert de vomi du serpent géant, avant de se souvenir de leur mission. La tendance de l'équipage étant de rapidement oublié pourquoi ils étaient sur une île à la base, et de ne s'en souvenir que brièvement entre deux conneries.

Hm. On viendra chercher la dépouille du serpent plus tard, il vaudrait mieux continuer et éviter de servir de repas pour une autre de ces foutues bestioles.

Oui, il n'était pas Capitaine. Non, il n'avait pas d'ordres à donner à celui qui l'était. Si, c'était nécessaire qu'il le fasse pour que le trio avance. Le hasard de l'ordre de post, que dirait un certain Nara Teur. Un grand homme, célèbre pour la narration d'aventures ouvert au public. Il va d'île en île, narrant aux populations d'épiques histoires comportant un ou plusieurs personnages, tous divers et variés, évoluant dans des univers fictifs. Lui seul décidait des mouvements des héros, et de l'ordre dans lequel ils se mouvaient, ce qui entraînait quelques problèmes par moment. Comme par exemple le fait de faire prendre temporairement le leadership d'un groupe, à un personnage n'étant pas le chef de groupe, afin de continuer leur progression dans l'histoire. Le dit chef de groupe n'intervenant pas avant, Nara Teur n'allait pas bêtement faire du remplissage avec le premier en attendant que ce soit au tour du chef. Pour Arkein et ses deux camarades, c'était le même principe.

Et puis tout le monde sait qui est le vrai Capitaine ici...

Petite réflexion personnelle qui mériterait qu'on se penche sérieusement sur la question, un jour. En attendant, ils s'enfoncèrent davantage dans la forêt. Marchant à une allure de croisière cette fois, cherchant à atteindre le secteur des Gin-Shandres, leur objectif principal. Courir comme des aveugles dans une direction choisis au hasard n'amenait rien de bon comme en témoignait l'expérience précédente. Mine de rien, entre les poulets géants et le serpent de mer, le gros barbu avait ramassé. Sur Grand Line, les défis n'avaient rien à voir avec les blues. Ici, le moindre coup encaissé avait suffisamment d'impact pour briser un homme lambda en deux. Si le colosse aux piercings n'était pas banal, et sa résistance bien au-dessus de la moyenne, il n'était pas insensible pour autant à la douleur. Il continuerait la mission, comme si de rien n'était, pour ne pas afficher de faiblesses devant les autres. Au bout d'un certain temps, des coups de feu retentirent, suivi de hurlements, superposés à quelques cris guerriers.

Hm.

Manifestation sonore de sa curiosité, Arkein se dirigea sans trop se presser vers le grabuge, pliant les hautes herbes sur son passage, et arrachant les branches les plus maigres sans s'en rendre compte. Lentement, et s'en prêter attention à jeune femme se démenant au milieu de ce milieu hostile pour progresser jusqu'à un angle dégagé où elle pourrait observer toute la scène. Grande, fine silhouette, une longue chevelure brune coiffée de sorte à ce que ses cheveux ne la gêne pas, armé d'un appareil étrange entre les mains. Une sorte de coquille d'escargot selon notre Sergent à la barbe hirsute. En réalité, il s'agissait d'un audio-dial, un objet fantastique pour qui voulait enregistrer des informations par la voix. Ce ne fut qu'en retard que le Haltion remarqua la présence d'un véritable escargot sur l'épaule de la femme. Long à la détente, assez ignorant dans le domaine de la technologie, il n'avait aucune idée de ce dont il s'agissait. Ni plus ni moins qu'un escargophone image enregistreur, permettant d'enregistrer les images que l'animal voit, pour ensuite les retransmettre sur un écran.

Spoiler:
 

Les yeux de l'escargot braqué sur l'escarmouche venant d'éclater entre deux camps opposés, le doigt appuyé sur l'orifice du dial enregistreur, la femme commença à parler toute seule.

Mesdames, messieurs, bonjour. Ici Nely Bllie, en direct de l'île d'Alambra, journaliste pour le journal du Goéland Indépendant, l'unique journal qui ne vous cache rien. J'ai bravé les dangers de cette île afin que vous, citoyens du monde, puissiez avoir toute la vérité sur les actes de contrebande sévissant depuis des années depuis ce lieu horriblement hostile qui donne tant de mal à la Marine. J'attire votre attention sur ce qu'il se passe en ce moment même sous mes yeux, des criminels et les autochtones de l'île sont en train de s’entre-tuer pour une raison qui m'échappe. Le combat est violent, sanglant, et nombreuses sont les pertes déjà...

_______________________________

#243261
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t128-arkein-halton

Messages : 78
Fonction : Ghost
MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  Ven 15 Mai - 23:19

C'est le bordeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeel.

Entre Ben qui s'la joue nudiste, Arkein qui ouvre la marche, lui pourtant habitué à traîner des pieds, j'ai de quoi ne plus savoir où donner de la tête. Mais ici, Arkein qui ouvre, ça m'arrange. J'suis très franchement crevé par toute cette merde, et devoir s'adapter au rythme de marche du bulldozer ne pouvait que me faire le plus grand bien. Manteau sur les épaules, je progresse aux côtés de deux autres, tout en notant qu'il faudra récupérer l'poisson. Arkein a dit que ça se mange, donc ça se mange. Je ne devrais pas lui faire aussi confiance, mais on est arrivé à un stade où faire la fine bouche, c'est pas trop dans le stock des choses qu'on peut se permettre. La viande, ça pousse pas sur les arbres, et aussi dégueulasse pouvait être celle de ce poisson géant, si elle était comestible, c'était tout bon.

Hein ?

Qu'est-ce qui raconte Bouboule ? Le vrai capitaine ? Gaffe, fais déjà chaud dans c'bled, serait dommage que ça s'réchauffe d'un coup, genre sévère. Puis si Arkein se met à balancer des phrases à la random comme le fait Ben par moment, j'suis pas sorti de l'auberge.

Clair que ça ferait vraiment chier.

Bah tiens, v'la que je m'y met. C'est contagieux cette merde ou quoi ? Pas envie de passer pour un détraquos, moi, j'ai déjà les deux loustics qui m'entourent pour refléter cette image sur moi. 'Fin bref, pas le temps de penser à ce genre de conneries, ça pète. Coups de feu, beuglements, ordres gueulés d'une voix forte, mais incompréhensibles à cause de la distance. Et ça, ça bouge pas plus Arkein que ça, qui se contente de garder son rythme de base.

Hésite pas à ralentir un coup, hein, j'trouve qu'on va trop vite, là.

Sans doute habitués à ce genre de remarque depuis, les deux. Ils y ont le droit quotidiennement. Après tout, bien le droit de les chambrer un peu de temps à autre vu ce qu'ils me font de leur côté. Finalement, on arrive sur place. Contrebandiers et autochtones qui s’entre-tuent en une formidable boucherie. Je regarde la scène, puis tourne mes yeux vers le cuisto.Je le vois zieuter quelque chose un peu plus loin, du coup je suis son regard, et je tombe sur une nana équipé de divers objets plus insolites et rares les uns des autres. Dials, Escargophone vidéo... J'sais pas ce qu'elle fout ici, mais elle devrait fortement envisager l'idée de se barrer, et ça dans les plus brefs délais. J'irais lui signaler en temps voulu, pour le moment, j'ai d'autres priorités.

Pour le moment, j'ai une bande de contrebandiers à cramer.

Les gars, vous savez c'que vous avez à faire. Pas de prisonnier chez les contrebandiers, assaut sur les mangeurs d'hommes qu'en cas de nécessité. On y va !

Et c'est ainsi que commença notre marche vers le champ de bataille. Une aura de flammes qui se déploie autour de moi, La masse d'Arkein qui vient lentement tomber de son épaule pour s'écraser au sol. Et ben qui est en slip. à défaut d'avoir 4 cavaliers de l'apocalypse, vous en aurez trois.

***
Les yeux de l'escargophone sont tout droit dirigés sur le conflit, et bientôt, trois nouveaux protagonistes viennent entrer dans le champ de vision de l'objet. Un homme habillée tel un habitant du Farouaiste, entouré d'un Halo de flammes. Un colosse à la peau d'ébène, barbe hirsute, faciès dédaigneux, bedaine opulente, massue en main. Et pour dénoter avec ces deux hommes dont la brutalité transpire de partout, un troisième et dernier homme. T-shirt orange, slip blanc, longs cheveux gris, mince et élancé. Un total contraste avec ses deux compères, et pourtant, une unité déconcertante une fois arrivé sur le champ de bataille. Plus dangereux que pourrait le laisser penser son apparence, il saura faire son office ici. Et ça commençait dès maintenant.

Tout commença avec un coup de Massue. Et un corps qui s'envole au loin à la suite de ce coup. Plusieurs regards suivent le vol plané du malheureux, pour finalement revenir vers l'auteur de cet Home-Run. Le Demi-géant, statique, stoïque, inamovible. Ils approchent, ils frappent, et ils volent à leur tour. Le cuisto encaisse, mais ne semble pas souffrir. Il répond à chaque coup, et bientôt, se retrouve encerclé par un joli petit groupe de Contrebandiers. D'un coup, une fusée passe, et emporte un homme avec elle. Elle passe encore, et en emporte un deuxième. Rapide, trop pour les yeux de ces pirates, l'homme-feu faisait le ménage dans le rang de ces criminels. Finalement, il se poste aux côtés du colosse, puis commence à tirer de petits projectiles de feu du bout de ses doigts. Ménage qui aurait pu se poursuivre longtemps encore si cet homme n'avait pas chargé vers lui, cri guerrier et sabre en main à l'appui. Sans même s'en soucier réellement, le Cowboy se contenta de le regarder arriver. Puis de le regarder se faire cueillir en pleine course par une lame d'air venue de nulle part. Elle l'emporte lui, puis cinq autres de ses collègues dans sa course. L'auteur de cet assaut se propulse aux côtés de ses deux acolytes dans un pas à la rapidité surhumaine. Dos à dos, les trois compères étaient encerclés par un bon gros tas de contrebandiers. Et alors que l'assaut allait être lancé sur le trio, un hurlement tout droit venu d'un autre monde vint interrompre la scène. Puissant, aïgue et strident, il venait de l'ouest, et dans cette direction, on pouvait voir une série d'arbres trembler, parfois tomber, entendre des bruits de pas lourds, ainsi qu'une respiration forte et inquiétante.

Contrebandiers et indigènes se battaient jusqu'ici. Désormais, ils sont rejoints par un trio aussi haut en couleur que puissant. Et maintenant, pour couronner le tout, la faune semble vouloir s'en mêler. Et quelle faune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Disco Inferno [PV J&J]  

Revenir en haut Aller en bas
 

Disco Inferno [PV J&J]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Disco Inferno [PV J&J]
» DISCO GRIFFON POILS LONGS M 6 ANS REFUGE DE MOREE
» Le monde à ses défauts, pas moi ! ✟ « Dante's Inferno » {OK}
» I write sins not tragedies [Panic! At the disco]
» LA FOLLE HISTOIRE DU DISCO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece New Order :: Zone RP :: Grand Line :: Voie n°2 :: Alambra-