AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Who you gonna call? Krow's buster! [PV Wesson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sergent
avatarSergent
Ben Grant


Messages : 84
Fonction : Navigateur
MessageSujet: Who you gonna call? Krow's buster! [PV Wesson]  Sam 28 Fév - 10:15

L'asocial. Smith et Wesson. Chapeau. Tant de surnoms pour un seul homme. Beaucoup de rumeurs couraient sur son compte, à commencer par son passé de chasseur de primes. On le disait violent au point qu'il avait exterminé des villages entiers de pirate. On le disait épicé au point qu'un piment mexicain allait se réfugier dans l'eau. On le disait toujours armé d'un pistolet mais qu'il ne savait pas tirer sur un éléphant dans un couloir. Les voix explosèrent de rire dans l'esprit de Ben ce qui entraîna un petit sourire sur le visage du jeune homme. Son papier d'admission à la main, il traversait les corridors l'amenant à la crique du G18. Voilà quelques jours, à peine plus d'une semaine qu'il était arrivé ici et on l'avait enfin ajouté à une unité. Les Judge & Jury précisément. Un nom qui en envoyait du bois. Un nom qui annonçait le sang et la répression violente. Un nom qui collait avec la réputation de son capitaine William Wesson.

-Pas Bill le bottier. Lui c'est un pirate homme-poisson. Paraît qu'il fait partie de l’équipage de Croustibat, l'homme-poisson pas né. Ou alors, il est dans les caraïbes. Je sais pas.

Le jeune continua à discourir sur la grande histoire de certains pirates tous plus bizarre les uns que les autres. On aurait presque pu imaginer ces personnes inventées sur l'instant mais quiconque s'y connaissait un petit peu aurait su mieux. C'est qu'il avait passé du temps dans diverses bases avant d'être enfin envoyé en mission par ses supérieurs. Voilà quatre semaines qu'il était arrivé sur Grand Line. La route de tous les périls, le cimetière des pirates. Alors logiquement, il avait fait le tour des cadavres du coin pour savoir qui était qui. Surtout que l'homme, probablement contrairement à son futur capitaine n'avait rien de particulier contre les hors-la-loi et divers forbans. Non, sa justice était plus globale, plus divine. Il était dans ce monde pour ramener l'être humain à Éden, au bout du nouveau Monde. Qu'était-ce qu'un violeur et tueur en série à côté du salut de l'humanité?

-Rien. Nada. Niet. No. Paupière. Choux, cailloux, genoux.

L'homme qui le guidait leva les yeux une énième fois vers le ciel, exaspéré au possible par son compagnon de quelques minutes. Il n'arrivait toujours pas à réaliser qu'il devait faire le guide pour ce genre de personne. Avait-on peur que le sergent Grant se perde dans les couloirs malgré son temps déjà passé ici? Possible. Sûrement. Il poussa une dernière porte, permettant au jeune homme aux cheveux argentés de pénétrer dans la large crique intérieure, s'en débarrassant enfin.

-Salut !

La main levé, Ben ne reçut que le claquement de la porte d'acier comme réponse de son ami de dix minutes. Tant pis. Une voix s'effondra en sanglots, soutenue par quelques autres tandis que leur propriétaire se retournait. Le port de la base G18 se trouvait dans une énorme caverne. La roche était d'un sombre marron, presque noir. Coupé du vent et de l’extérieur par deux énormes portes affichant le symbole de la marine et le numéro de la station, c'était le parfait endroit pou laisser reposer la flotte lors des énormes tempêtes ayant lieu non loin. Et parmi tous les navires, reposait le Barracuda. Il ne faiblissait pas en rapport à sa réputation. Comme son capitaine, il annonçait un temps d'action. Ses nombreux canons et... ses encore plus nombreux autres canons étaient autant de dents prêtent à déchirer la chaire des ennemis du capitaine Wesson. Un capitaine canonnier qui plus est.

-Logique.

De toutes les personnes sur la base, Ben serait celui qui manipulerait le bijou. Lui. L’homme aux voix, en serait le navigateur. Il en salivait d'avance. De fait, il passa un bout de sa manche sur ses lèvres pour en enlever le trait de bave qui venait de s'y loger. Pourquoi lui? On ne manquait pas de navigateur à la base et qui plus est quand ils avaient passé plus de temps sur Grand Line que lui. La réponse reposait probablement dans les voix. La réputation de l'homme allumette ne devait pas attirer énormément de candidats. Ou alors c'était une punition. Ou alors...

-Ou alors, il aime les licornes qui font des cacas paillettes.

Oui ! Oui ! Tout ceci prenait beaucoup plus de sens maintenant. Tout s'expliquait ! Ben éclata de rire, rassuré et c'est d'un pas léger qu'il partit vers le navire qu'il devrait guider à travers les tempêtes calmes et les pluies de grêles inversées. Un pas léger quasi-littéralement vu qu'il sauta par-dessus la balustrade pour atterrir sur le pont du Barracuda plusieurs centaines de mètres plus bas.

-SAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAALUT !

Le bois cria sa douleur mais ne se brisa pas. Le bateau chavira quelque peu mais finit également par revenir à un état plus stable. Le tout fit de nouveau rigoler le sergent Grant qui dévorait des yeux son nouveau jouet. Tout juste avant d'en retirer une écharde et de la goutter. La plupart des voix s'offusqua mais certaines acquiescèrent à une telle manœuvre. Il valait mieux connaître le navire de fond en comble avant de l'utiliser. Simple procédure de sécurité.

-Hoooo, du bois de cerisier. Sympa. Bon, ça ne sent toujours pas la cerise mais ça peut s'arranger. Je connais un cuistot au mess qui fait des super soupes de bois. Ça pique un peu à cause des échardes, vous comprenez mais bon, c'est comme si on l'avait épicé. Sergent Ben Grant. J'viens réquisitionner ce bâtiment. Ou juste le conduire. Ce qui est marqué là-dessus.

Le fou tendit son bout de papier chiffonné à l'homme qui se tenait devant lui. Un grand barbu avec un chapeau. Encore que barbu soit un grand mot. Disons qu'il avait dû oublier deux trois règles sur la tenue d'un marine. Peut-être qu'il ne faisait pas son lit non plus. Han ! Scandale !

-Et toi t'es qui?

Probablement un gars qui devait admirer ses pectoraux pendant des heures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 78
Fonction : Ghost
MessageSujet: Re: Who you gonna call? Krow's buster! [PV Wesson]  Ven 6 Mar - 14:06

Les choses s'étaient fait très, trop vite.

Convocation dans le bureau du Vice-Amiral Gosuke, j'demande le motif, on me répond d'un haussement d'épaule. Bizarre. Inhabituel. Quand il me demande de me pointer, c'est souvent soit pour me confier une mission particulière, soit pour me remonter les bretelles après que j'y aie été un peu trop fort sur le terrain. Mais jamais encore il ne m'avait convoqué en gardant le motif de la rencontre secret. Mais là, si, il avait juste demandé au messager de faire passer le mot, sans donner de détail. J'ai tout de suite su qu'il serait question de quelque chose de nouveau, d'une demande, d'une nouvelle qui diffère de ce que j'ai l'habitude de recevoir de sa part. Et j'avais vu juste. Mais si j'avais en effet vu juste, je n'aurais jamais pu me douter qu'il serait question de "ça". J'arrive de le bureau, salue le grand homme, m'assied devant lui. L'ancien est un vétéran, il a fait tous les champs de bataille de GrandLine, l'est pas du genre à tourner autour du pot, et c'est bien quelque chose que j'apprécie chez lui. Du coup ça a été rapide.

En l'espace de quelques secondes d'entretien, me voilà propulsé de Sergent Wesson, Soldat de la Marine sollicité à Sergent Wesson, capitaine de navire de la Marine, disposant de ses propres hommes, son propre navire, sa propre autorité. Si j'étais toujours en un sens affilié à la flotte de Gosuke, j'étais désormais "libre" de mes mouvements. Plus besoin de suivre l'itinéraire du navire, je pouvais choisir mes destinations, en fonction d'où on a le plus besoin de moi selon mes critères. Et ce "moi" allait devoir se transformer en "nous". Car jusqu'à preuve du contraire, capitaine de navire, ça comprend l'idée d'avoir un équipage, des "compagnons". Ou en tout cas des subordonnés. Subordonné, voilà ce que seront ces types. En tout cas pour le moment. J'apprends rien à personne en énonçant ce fait : J'me laisse pas approcher facilement. Alors pour que du stade de simple subordonnés, ils passent à ce que les gens aiment appeler des "Nakama" à mes yeux, z'allaient devoir faire leurs preuves. Mais ces "eux", je savais pas encore de qui il s'agissait. On m'a juste expliqué que "des personnes choisies à l'avance" ont étés placées sous mon commandement, sans me demander au préalable mon avis, ou même me filer un dossier sur les types qui allaient d'ici peu naviguer avec moi sur les mers. Cool. J'ai pas du tout l'impression qu'on se fout de ma gueule. Enfin bref, j'étais là, GrandLine, base du G18, entrée des quais. On m'avait demandé quels étaient mes critères vis-à-vis du bateau, sachant qu'on ne disposait pas d'un budget franchement mirobolant. S'agissait pas de s'offrir un cuirassé grand comme une île armé de 25 rangés de canon. Non non. Mais il s'agissait quand même d'avoir un truc qui en impose. Ainsi, à la question "voulez-vous quelque chose de particulier pour votre navire ?", j'avais répondu "Des canons. Beaucoup de canons. Autant de canons de possibles. Les plus gros que vous pouvez me fournir dans le plus grand nombre possible. Vous me foutez l'intégralité du budget là-dedans, le reste, on improvisera".

Et je suis bien content de voir que j'ai été entendu.

Je pousse la porte d'acier devant moi, et tombe juste devant la bête. Le barracuda. Un navire qui ne diffère en rien des autres présents sur les quais, à ceci prés d'un nombre de canons largement supérieur, et d'un éperon à la tête du navire. ça, c'était le petit plus. J'allais très clairement m'la jouer gros bourrin avec ce joujou, alors autant qu'il soit solide. J'zieute un peu les alentours. Une grande, très grande caverne, quelques navires, quelques ingénieurs, quelques marines, Mon regard se recentre sur le Barracuda, plus particulièrement sur son pont. Personne. L'est temps de baptiser ce rafiot.

J'avance, pose mon pied sur le plancher. J'répète l'opération plusieurs fois, histoire de tester la solidité. ça a l'air pas mal. J'me balade un peu sur le pont, m'enfonce plus en bas de la navire, l'inspecte de fond en comble. Quelque peu rustique, mais solide et fiable, comme voulu. J'reviens sur le pont, ferme la porte derrière moi, puis jette un coup d'oeil au mur planché sur le pont, à côté de la porte que je venais d'emprunter. Visible par tous, ce bout de bois était le lieu parfait pour marquer le coup. Je sors un énorme couteau de ma poche, commence à taillader le bois. Quelques coup à gauche, d'autres à droite, certains vers le bas, d'autres vers le haut. Une poignée de minutes comme ça, pour finalement reculer, et contempler le résultat. "Judge & Jury" gravé grossièrement sur le bois. Une entaille sur le navire, la première des nombreuses cicatrices qui viendront l'orner avec le temps. Mais l'heure n'est pas à ce genre de pensées. J'me pose sur la rambarde,accoudé, clope au bec. Un petit temps comme ça, j'balance le mégot à la flotte, puis vient taper un coup sur le bois.

Ils pourront dire d'ce rafiot qu'c'est pas la quintessence du glamour, mais c'qu'ils pourront pas dire, c'est qu'c'est pas du solid-...

Et là Bam, l’apocalypse. Le bateau qui se met à tanguer violemment, le bruit du bois qui craquelle doucement. Un bruit sourd, puissant, qui vient se conjuguer avec celui de l'eau soulevée par les mouvements du navire. J'perds l'équilibre, en vient presque à tomber, pour finalement me rattraper à la rambarde. Le calme revient, et je me retourne. Devant moi, un p'tit bonhomme l'air louche, grands cheveux blancs, sapes de marine agrémentées de quelques retouches, et... Et bordel, tu parles trop vite gamin. De base, c'est qui ce gland ? La question aussi vite posée dans mon esprit qu'il y répond, me tendant au passage un bout de papelard que je mets un temps à choper, trop largué par la situation. J'commence à feuilleter le document, puis bien vite, je comprends de quoi il est question.

Oh putain.

Ils se foutent de ma gueule. Me dites pas que je vais me taper cet énergumène quotidiennement pendant des mois à des mois. Me dites pas que je vais devoir confier ce navire, et par extension, ma vie, à ce type. Me dites pas que je vais devoir compter sur lui en combat. Bordel. Vingt secondes qu'il est là, et j'ai déjà envie de lui foutre une balle entre les deux yeux. Non mais sérieux, c'est quoi cette entrée, là ? Le type pop de je n'sais où, me retourne le navire, débite un nombre affolant de conneries à un rythme trop rapide pour que j'assimile tout. Et là, il me balance un " t'es qui ". Patience William. Fais preuve de patience. De calme. De compréhension. De

Putain c'est pas possible, doit y avoir une erreur, ils se sont trompé de gars.

William Wesson, Capitaine de ce navire, et apparemment le type supposé de conten- te commander. Et avant qu'on progresse plus loin dans n'importe quoi d'autre, on va mettre les choses au clair dès maintenant : Tu me refais le coup de l'entrée brise-pont, j'te balance à la mer, au milieu de Calm-Belt. Pigé ? Pigé. Ce point-ci étant désormais réglé, on va passer à la suite, à savoir, les question d'usages.

Donne-moi les raisons qui font que tu mérites ta place sur ce bateau.

Tes capacités en terme de combat. Fruit, expérience, maîtrise d'un art martial particulier, tout.

C'est quoi pour toi, la Marine ? Notre rôle, les moyens qu'on doit/peut utiliser pour le remplir, nos limites.

à toi.


Ce genre d'entretien qui aurait fait bien mieux dans un bureau. Mais j'suis pas à ça prés, du coup, c'est assis sur la rambarde du navire que j'mène l'interrogatoire. Vu le peu que j'ai vu du bonhomme, ça risque d'être assez Funky.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sergent
avatarSergent
Ben Grant


Messages : 84
Fonction : Navigateur
MessageSujet: Re: Who you gonna call? Krow's buster! [PV Wesson]  Mer 1 Avr - 23:22

-T'es contente de me commander . Ho comme c'est gentil ! ♥  

Ben fit un clin d’œil à la jeune femme au chapeau. Cela ne pouvait être qu'une femme vu qu'elle venait de se présenter au féminin. Il était sûr qu'avec ses longs cheveux gris, il devait être particulièrement charmeur pour sa nouvelle commandante. Une commandante vachement poilue quand même. Peut-être une féministe qui voulait tuer tous les mâles du monde pour s'inséminer avec des graines de banane. C'était une théorie d'une des voix et le Grant avait tendance à être d'accord. Cela ferait beaucoup de hommes-banane. Quoi de plus géniale? À part un Dieu Saumon bien sûr.

Un tel être serait surpuissant. Aussi fort sur terre que sur mer. Il lui faudrait une couronne particulière. Le genre rond... et en or. Une couronne pour les gouverner tous. Excepté les gamins qui se baladent dans la pampa avec un gnome moche et méchant. Enfin bon, sûrement qu'un tel Dieu mettrait des gardes devant la seule montagne pouvant briser son pouvoir. Ce serait un peu con sinon. Une des voix coupa cependant court aux pensées du jeune homme, lui rappelant qu'il avait un, nouveau supérieure directe. Commandante Wesson. Williame de son prénom. Probablement un raccourci pour Willianette. L'espace d'un instant, le marine se demanda si sa nouvelle chef avait déjà été échoué sur une île. Peut-être qu'elle s'était lié d'amitié avec un ballon de volley appelé Tom Hanks. Tout en discourant avec les voix sur les chances de fuir une île sans autre appareil qu'un bout de caoutchouc, Ben se détourna légèrement de sa boss pour regarder le navire.

-C'est sympa ici. Je ne suis pas très lourd mais je reconnais un bon navire lorsque je pose les pieds dessus.


Et s'il se trouvait qu'il devait poser les deux pieds après une chute de plusieurs dizaines de mètres... eh bien, cela devait arriver tous les jours dans le monde. Pas de soucis. Le membre de l'armée de la mouette se retourna vers la femme au chapeau. Même à cet instant, il avait parfois du mal à croire que ce n'était pas un homme. Quelles superbes qualités de camouflage ! Le genre a passé incognito dans un champ d'orange alors qu'il était une poire. Ou un homme-banane. Peut-être que le futur était déjà là en fait.

-Je suis un fervent défenseur des droits des hommes-banane ! Après tout, ce sont des hommes comme les autres.

Il allait pas passez pour un macho rétrograde devant sa tout nouvelle supérieure. Quitte à mentir un petit peu. Après tout, il n'avait pas encore rencontré d'homme-banane alors il ne pouvait réellement donner son avis.

-Je suis un utilisateur du Rokushiki M 'mam ! Bon, plus le Yonshiki, je n'ai pas encore réussi à me plier n'importe comment! Hahahaha

Le marine passa sa main sur sa nuque, légèrement gêné. Il avait bien lu que ses prouesses au combat étaient une évolution naturelle pour tout combattant au corps-à-corps, ce n'était pas aussi facile qu'on le disait. De fait, maîtrisés quatre arts sur six était déjà assez fabuleux considéré son jeune âge. De nombreux haut gradé de la marine n'en maîtrisait qu'un ou deux. Surtout que lui-même n'y avait jamais mis plus de pensée que ça. La plupart de ses capacités surhumaines s'étaient développé au fur-et-à mesure. Peut-être qu'était là son problème d'ailleurs. Dépassé le naturel et se forcer à aller plus loin. Il n'avait pas vraiment envie de tester à se rompre le dos toutefois.

-Sinon, depuis quelques semaines sur Grand Line, 1 an sur West Blue auparavant, au G34
.
Ben se tut. Hésitant sur la marche à suivre. Il aimait bien sa chef mais même lui le schizophrène savait que certaines choses ne plaisaient pas parmi ses collègues. Il n'était pas comme les autres, clairement et en plus il poussait le bouchon un peu trop loin Maurice. Maurice était la voix qui lui criait d'être franc avec tout le monde. Pas sa meilleure alliée.

-Qu'est-ce que la marine ? En voilà une question bizarre HAHAHAHAHA ! J'ai deux heures et un crayon ou pas?

Il ne se rappelait plus trop de ses cours de philosophie à Waterpillar, sa base de formation. À vrai dire, il avait déjà une idée assez conçue de la vie due à sa religion. À partir de là tout devenaient des détails. Et personne ne s'intéressait aux détails. À part le diable vu que le diable est dans les détails. Du coup, personne ne faisait attention au diable ce qui était, il est vrai, assez dangereux. Pourquoi personne n'en parlait dans les journaux? Que faisait le goéland? Probablement un complot du FBI, le cercle des fruits bi Iémon. Des faux-fruits du démon qui n'avaient qu'un but, la suprématie des hommes-orange, les salauds ! Alors bien sûrs, les hommes-bananent n'étaient pas content, des rumeurs disaient qu'ils allaient s'allier avec les hommes-poireaux dans le GRANPOTOFEU. L'apocalypse légumineuse en somme.

-Je recherche Éden, l'arbre légendaire au bout du Nouveau Monde, créateur des fruits du démon et gardé par Lilith. C'est seulement quand on pourra retourner se plaire dans son ombre que la race humaine pourra être sauvée.

Le regard du soldat c'était plus vague, glissant sur le fond de la caverne sans jamais s’arrêter sur un élément particulier. Une étrange sensation le sortit de sa transe cependant. Un légers froids dans la nuque, des poils se redressant sur les bras et les pointes de ses cheveux défiant la gravité, se tortillant pour remonter eux aussi.

-Il pleut aujourd’hui, non? J'ai l'impression qu'il pleut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 87
Fonction : Cuisinier de l'Extrême.
Localisation : Grand Line - Alambra.
MessageSujet: Re: Who you gonna call? Krow's buster! [PV Wesson]  Sam 4 Avr - 23:40

Enfin, ils se décidaient à lui révéler la raison de sa récente affectation à la base du G-18. Située sur Grand Line, mer de tous les périls que le colosse poilu fréquentait depuis un petit nombre d'années, jusqu'alors il était utilisé comme un pion solitaire. Propulsé partout où on avait besoin de lui, même s'il n'avait fait qu'intervenir sur des missions moindres, il n'empêche que les renforts étaient rares. Une collaboration avec un collègue, parfois, si ses supérieurs le jugeait nécessaire. Autrement, le Halton opérait seul, le commandement de troupes lui étant refusé provisoirement depuis son échec avec son équipage aujourd'hui dissous. Funeste destin qu'avait connu les Dark Dogs, pourtant bien lancé sur les blues et prometteurs à leurs débuts sur Grand Line. Une affaire affectant psychologiquement le mastodonte à la peau mate plus qu'il ne le laisse entendre. Une vengeance contre cet équipage pirate les ayant défait était envisagée, mais pas pour l'heure. En plus d'avoir perdu leurs traces il y a longtemps, il n'avait pas les moyens nécessaires pour lancer la traque de sa vie.

Alors en attendant, il se maintenait en forme sur le reste de la racaille qu'il croisait. Tout cela avait été chamboulé après la lettre reçue il y a des semaines, le renseignant sur sa nouvelle affectation. G-18. Pas d'informations supplémentaires à ce sujet, seulement qu'il devait se hâter de s'y rendre. Ce qu'il fit, quelque peu indifférent de l'endroit où il atterrissait, tant qu'on n'avait pas en tête de le clouer derrière un bureau et l'éloigner du terrain. Finalement, aujourd'hui, un petit bleu comme il les appelait était venu le trouver, avec un bout de papier en mains. Qu'il venait d'être ajouté à une unité spéciale, que c'était inscrit dessus noir sur blanc. Un équipage, sous les ordres d'un certain William Wesson. Oh. Cet homme, tiens donc. Un rictus lui fendit le visage à l'idée de servir sous le commandement du cow-boy, une vieille connaissance des blues. Judge and Jury hein ? Ce nom avait de la gueule, suffisamment pour que le Sergent originaire de Karaté Island, éprouve de la curiosité à l'idée de découvrir le navire qui l'abriterait.

Il devait être imposant, robuste, brutal. Le Barracuda. Direction le port de la base, implanté au sein d'une grotte. Il lui fallut guère plus qu'une dizaine de minutes pour localiser ce qu'il cherchait. Visuellement seulement, puisqu'il se trouvait quelques centaines de mètres plus bas de sa position. Le torse penché par-dessus la balustrade, il observa d'un œil ennuyé le sentier tracé à même la roche menant aux abords des quais. Là-bas, alignait aux côtés d'autres bâtiments de guerre, reposait le Barracuda. Première réaction chez Arkein, c'était loin. Trop loin. Beaucoup trop loin. Il prendrait donc un raccourci. Seconde réaction, vue d'ici, il restait le plus impressionnant de tous à observer, et un frisson le parcouru en l'imaginant sur les flots, au milieu d'une bataille navale, crachant la mort par ses innombrables canons. Cette chose transpirait la destruction, la mort et le chaos flottait autour de sa silhouette. Il était parfait. Visiblement, il n'était pas le premier arrivé. Il plissa les yeux pour essayer de distinguer plus nettement les deux carrures se faisant face sur le pont du bateau.

Sans succès. Contrarié, il coupa court la contemplation et entreprit de les rejoindre. Par la voie rapide, forcément. Ce qui équivalait à s'appuyer de sa large main droite sur la rambarde de sécurité, de basculer dans un saut par-dessus celle-ci, pour sauter dans le vide et se laisser retomber de toute sa masse en bas. D'après la justesse de ses calculs, il retomberait au beau milieu du pont du Barracuda. D'après son estimation de sa résistance à la douleur, cela ne ferait que lui chatouiller les jambes. D'après ses compétences inexistantes en charpenterie et fabrication de navire, les planches seraient suffisamment solides pour le réceptionner sans céder sous son poids. C'est donc sereinement qu'il passa les quelques secondes de chute libre... avant de heurter dans un fracas assourdissant le pont, enveloppant auparavant les deux individus de sa gigantesque ombre. Première révélation, cela fut aussi agréable que de foncer tête baissée contre une muraille en acier, aussi fut-il plus que déboussolé à l'impact. Au moins avait-il bien ajusté son saut...

Seconde révélation, un trou béant fut formé à l'endroit de l'impact avec le bois du pont, les trois cent kilos du basané le traversant comme du beurre. Une apparition aussi brève que brusque, qui se termina en fond de cale, dans un choc qui ébranla toute la structure du navire de guerre. Par chance, il n'alla pas jusqu'à trouer la charpente axiale du bateau, épargnant la destruction du petit bijoux du Capitaine avant même son premier jour en mer. C'est certainement aux capacités offertes par son fruit du démon de type zoan qui lui permirent de se relever si rapidement après la rudesse de la chute. L'image est floue, bascule de droite à gauche, puis l'inverse, peine à se stabiliser. Il parvient tout de même à localiser le trou qu'il a lui-même créé et à y glisser sa tête, le nez ensanglanté, la mâchoire douloureuse, la tête martelée par la douleur. Il croise tour à tour le regard du type à la chevelure grise, puis du cow-boy. Et d'exploser d'un rire tonitruant...

BOUDAH-AH-AH-AH-AH-AH-AH !

_______________________________

#243261


Dernière édition par Arkein Halton le Mer 15 Avr - 18:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t128-arkein-halton

Messages : 78
Fonction : Ghost
MessageSujet: Re: Who you gonna call? Krow's buster! [PV Wesson]  Lun 6 Avr - 20:26

Bon, j'lirais le dossier, laisse tomber.

J'commence à en avoir marre d'avoir à disocier les conneries des trucs vrais dans c'que c'taré raconte. Il passe du coq à l'âne, occulte des questions tout en répondant parfaitement à d'autres, tout en abordant des sujets complètement différents entre-deux. Bon, au moins, l'a l'air d'avoir une certaine expérience du terrain, c'est déjà ça. MAis il m'a prouvé par son entrée qu'il était aussi imprévisible dans ses mots que dans ses actes. Une force comme une faiblesse. Dans notre cas, plus une force, parce que même si je sens que je vais en chier sévère avec celui-là, reste que s'il est capable d'entrer dans une place forte pirate comme il est rentré sur ce bateau, ça promet de jolies opérations pour l'avenir.

Apparemment, un potentiel à exploiter, donc. Un gosse surdoué hyperactif à canaliser. Et quelques petites précisions à apporter, parce qu'autant je veux bien ignorer les âneries qu'il balance deux minutes, autant y a des trucs que j'peux pas laisser passer.

Heu, ouais, sinon, t'es gentil t'enlèves le paquet de merde que t'as devant les yeux, quand je suis de bonne humeur, je suis "content", pas "contente". Et quand je pisse, c'est debout, pas assis sur le trône. Bref, t'as compris l'idée, hein ?

Quelque chose me dit que non, et que j'aurais dû poser de manière très claire et explicite "je suis un mec", parce qu'il serait capable de faire une autre interprétation de ma dernière phrase. M'enfin, j'prends le risque, rien que pour constater à quel point ce type peut être à côté de la plaque en certaines circonstances.

Genre là. Il pleut. Non, il pleut pas coco, on est dans une putain de grotte. Comment veut-tu qu'il pl-...

Non.

Putain non.

NON !

Je me disais bien que ça s'était assombri d'un coup. Je lève les yeux, et nulle goûte d'eau dans le ciel, juste un énorme type qui descend vitesse grand V vers le centre du navire, à savoir, quelques mètres devant moi. Un fraction de seconde. Une fraction pendant laquelle je tente d'estimer les dégâts qu'allaient subir ce rafiot, sachant que l'aut' maigrichon avait réussi à le faire tanguer bien comme il faut du haut de ses grand max 75 kilos, et que le truc qui fonçait sur nous faisait bien quatre fois ce poids, si ce n'est plus.

La fraction de seconde suivante : Impact. Là où tout à l'heure, la navire avait juste tangué un coup, ici, il a quasi-menacé de couler sous la puissance de la chute. Projeté au sol, tête qui tourne, trempé de partout, j'ai l'impression d'être au coeur d'une tempête. J'visualise presque l'horizon, irrégulier, des vagues grandes comme des monstres marins, la mer déchainée, les Typhons qui entourent la carcasse pourrissante du navire, qui peu à peu s'enfonce dans l'eau, lui et ceux qui y résident. La vision se retrouve brisée par un rire gras. CE rire gras. Je sais à qui il appartient. Arkein Halton. On m'avait parlé de deux hommes sous mon commandement. Le deuxième, ce serait donc lui ? Lui qui se gausse comme une baleine, fier de sa connerie, tête qui dépasse du trou béant qu'il vient de causer dans la coque ?

Calme Will. Calme.

Ouais, calme, plus facile à dire qu'à faire. Je sens cette sale sensation qui vient me compresser le crâne. Ces espèces d'ondes qui viennent taper contre ma cervelle, tandis que mes poings se serrent. Sale journée. Mauvais réveil, mauvais p'tit dej', mauvaises nouvelles sur mauvaises nouvelles. La journée semble s'éclaircir avec ce poste et ce navire flambant neuf, et en à peine deux / trois minutes, la situation revient au statut quo. Cette moutarde qui me monte au nez, cette mâchoire qui se serre. Ces dents qui viennent claquer les unes contre les autres, et ce feu qui s'échappe doucement de ma silhouette, pour se propager sur le bois du nav'.
Wait.

... PUTAIN MAIS QUEL GLAND.

J'ai cette sale habitude de me mettre à relâcher des flammes quand je suis sur les nerfs. C'est que je maîtrise pas encore très bien ce logia, et qu'il à tendance à être pas mal lié à mes émotions. Là , une aura de flamme qui commence à m'entourer, et hop, de petites gerbes de feu éparpillées autour de moi. J'panique, enlève mon manteau, fous des coups sur les flammes avec. à raison de quelques moulinets, j'finis par étouffer les flammes, en une dizaine de secondes, sous le regard des deux marines. à se demander qui est le plus con des trois sur ce bout d'boit flottant. Mon regard qui revient se poser sur Arkein, l'air dépité en prime.

Les gars, y a moyen que vous réitériez ce genre de manoeuvre, mais en fait, SUR LES NAVIRES ENNEMIS ? Parce que, DANS L'IDÉE HEIN, J'VEUX PAS DIRE, mais il faudrait plutôt essayer de le garder en BON ÉTAT, CE RAFIOT. HEIN. Ou quitte à l'esquinter, autant que ce soit UTILE. Genre, pour éperonner un autre navire, J'SAIS PAS. Mais merde, Elle est invisible, cette putain de route qui mène ici ou je suis le seul à pouvoir l'empruinter, c'est quoi l'idée, HEIN ? HEIN ? !

Calme, calme, va pas nous faire un second feu de camp Will'.

Breeeef. Arkein, sors de ton trou qu'on puisse réparer vos conneries. Pas envie de prendre le large avec un trou aussi imposant sur le pont. Et Ben... Ben ?

J'm'arrête un coup, puis le fixe. Depuis tout à l'heure, il me regarde, l'air admiratif, à un point que ça en devient presque flippant. Depuis que j'ai éteint ce feu, en fait.

... Qu'est-ce qu'il y a encore ?


Dernière édition par William Wesson le Mar 7 Avr - 0:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sergent
avatarSergent
Ben Grant


Messages : 84
Fonction : Navigateur
MessageSujet: Re: Who you gonna call? Krow's buster! [PV Wesson]  Mar 7 Avr - 0:20

-Rooooooooooooookushi-shi-shi-shi !

Ben éclata d'un grand rire quand la chose vint percuter le navire. Les voix applaudissaient le plongeon. Retourné acrobatique, posture du cochon qui vole, de la puce en tutu pour enfin une bombe humaine. 10/10 ! le sergent se mit même à applaudir à son tour à grand renfort de « bravo ! Bravo ! » que lui seul était capable d'entendre dans le bordel qu'était son espace crânien. Ce n'était pas tous les jours que les gens sautaient de cent mètres de haut sur un navire... et aujourd’hui ça en faisait deux ! Pour être totalement franc, il n'était même pas énervé du plagiat, il était impressionné. Une voix proposa d'en faire un meme. Le Grant ne savait pas que c'était mais il était tout à fait d'accord. Il le mettrait sur la naïne gague, ce journal de blague qui tournait dans les bases de l'armée de la mouette. De plus c'était quand même un très gros trou alors quand l’inconnu ressortit sa tête ensanglantée, le marine ne que redoubler son rire un tant soit peu ridicule. Chaque plagiat l'autre, c'est de bonne guerre.

-Bouuuuuuuuuda-da-da-da !

Puissance de saut OVER NINE THOUSAND ! Nine ! Nine ! Nine ! Mais où était Hitler quand on avait besoin de lui? Hitler était une voix peu aimée des autres, il voulait tout le temps transporter les gens, allez savoir pourquoi. Son grand pote, Goodwin lui donnait alors des points à chaque fois qu'on disait son nom. Ce qui faisait déjà deux points là. Le poids du bonhomme venant de tomber manqua de faire couler le bateau. La dame qui se disait un monsieur, personne ne juge la sexualité des gens ici tomba par terre tandis que Ben fut secoué dans tout son corps, ressemblant plus à un métronome qu'à un humain l'espace de longues secondes mais il resta debout. La chance d'avoir un corps d’athlète. Logiquement, le cap' n'est pas content. Alors ça s’énerve, alors ça devient tout rouge, alors ça s'enflamme. Littéralement en fait.

Pour le démoniste qu'est le sergent Grant, c'est beau. C'est magnifique. C'est un lever de soleil dans une nuit de brouillard. Wesson est un utilisateur de fruit du démon. Un logia. Parmi les rares élues qui vont guider la race humaine jusqu'à Éden, il est l'un des rares à invoquer les éléments de la nature. Certes, ce n'est pas le logia du bois sacré mais ça s'en rapproche diablement ! La mâchoire du fou tombe de plusieurs centimètres, sa bave d'encore plus pour toucher le bois du navire. Le gros qui venait de tomber est toujours dans le trou et on s'en fout. Alors Ben pleure. Il ne peut pas supporter plus. Il sent l'Histoire s’écrire et se dérouler devant ses yeux. Un peu plus et il embrasserait Williamette ! La voix-secrétaire lui rappela les paroles de ce premier. Le regard un peu ahuri, le jeune homme aux cheveux argentés revient à la réalité.

-Moi je n'ai pas fait de trou... Boss ! J'ai atterri nickel chrome. Alors oui... ok, le bois ce n'est pas du chrome mais, nickel quand même ! Pas une égratignure ! Même pas mal aux jambes.

Le sergent avala sa salive, affichant un grand sourire à sa nouvelle patronne. C'était trop beau pour être vrai. Des voix étaient d’ailleurs d'accord. Hitler proposa de l'utiliser pour brûler les gens dans les trains, aller savoir pourquoi. Goodwin lui donna un troisième point tandis que Ben tira un Berry de sa veste de Marine. Levant la main, il la jeta sur son boss. Ses derniers doutes s'échappèrent contre le bout de ferraille passa au travers comme si de rien n'était avant d’atterrir sur le crâne du gros derrière.

-Fallait le dire tout de suite que vous étiez un logis boss ! C'est tellement beau, tellement magnifique... tellement que je n'ai plus de mot.

Juste des yeux prenant une forme étrange, inhumaine presque.

♥_♥ 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 87
Fonction : Cuisinier de l'Extrême.
Localisation : Grand Line - Alambra.
MessageSujet: Re: Who you gonna call? Krow's buster! [PV Wesson]  Mer 15 Avr - 22:32

Résultat du grand saut, les avis sont partagés. Il y a le Ben qui rit aux éclats, allant de son petit rire singulier dans un premier temps, avant de voler celui du colosse. Si ce dernier n'était pas encore groggy de son plongeon suicide comme ils appelaient cela dans son ancien profession, il aurait fait cesser immédiatement ce vol inqualifiable. On ne copie pas le grand bouddha. Même si lui ne s'en prive évidemment pas, puisqu'il pouvait de toute manière se le permettre. Son naturel condescendant faisant de lui un être d'un rang supérieur aux autres, qu'importe qui ils soient. Son opinion pouvait changer, certainement serait-ce le cas un jour avec ces futurs compagnons, mais pour l'instant, il les traitait comme n'importe lequel des insectes. Quoi qu'il en soit, il semblerait que son entrée en matière ne soit pas du goût du cow-boy, qui manifestait son agacement en faisant tout cramer autour de lui. Pas le meilleur moyen de maintenir en bon état ce majestueux navire de guerre qui venait de lui être confié...

Cela faisait longtemps, la Torche !

Constatation qui resta sans réponse, le Wesson partait dans une de ces grosses déclarations qu'il aimait à faire, appuyant certains mots en hurlant pour leur donner plus de poids. La méthode des faibles, selon Arkein, qui ne haussait que rarement le ton pour se faire entendre. C'est qu'il était colère qu'on abîme son bateau, le feu furieux. Une chose était certaine, il n'avait rien perdu de son tempérament enflammé depuis toute ces années qu'ils ne s'étaient pas vu. D'après ce qu'il comprenait de la gueulante, le gars à la chevelure de vieux avait déboulé sur le Barracuda de manière au moins aussi fine que lui, ce qui le fit beaucoup rire. Ce gamin était un bon, à n'en point douter. Et tandis que le Grant s'extasier sur la puissance et la beauté incommensurable du logia, l'homme-bouddha entreprit de sortir de son trou. La position n'était franchement pas confortable, et il avait hâte de visiter le reste du navire. Mais avant, il y avait une chose à rectifier, simplement pour la forme.

Je ne sais pas vous, mais pour moi, il m'est difficile d'empruinter une route... Pour tout dire, il est même impossible d'empruinter quoi que ce soit ! Boudah-dah-dah-dah ! En revanche, je suis capable d'EMPRUNTER une route oui. Boudah-dah-dah-dah !

Oh il se moquait, mais qu'est-ce que c'était bon. Durant un instant, il contempla de plus près la beauté du Barracuda. Un véritable bestiau, suintant la brutalité et la puissance de feu. Solide, qui plus est. Exactement comme il l'avait imaginé en le contemplant plus en hauteur, il y a peu. Il n'était donc pas déçu. Pour ce qui était de ses nouveaux nakamas en revanche, cela restait à voir. Spécifiquement le petit dont il ne savait encore rien, si ce n'est une possible absence de réflexion, semblable à la sienne. Portant son attention sur le concerné, il le dévisagea d'un air hautain, avant d'émettre un son rauque et de lui adresser la parole.

Je ne sais pas qui tu es, mais j'espère que tu ne seras pas une bouche à nourrir inutilement. Ouais, je suis le cuisinier de cet équipage. Autant prévenir, mangerons ceux qui sauront se rendre efficace, les boulets iront se chercher à bouffer par eux-même. Aussi, je serai en charge des réserves de nourritures et d'alcools que contiendra ce navire, quiconque viendra se servir sans mon autorisation connaîtra la définition du mot concasser. Pigé, Grisouille ?

C'est toujours plus sain de partir sur des bases solides lorsqu'on se lance dans une aventure qui risque de durer des années.

_______________________________

#243261
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t128-arkein-halton

Messages : 78
Fonction : Ghost
MessageSujet: Re: Who you gonna call? Krow's buster! [PV Wesson]  Mer 15 Avr - 23:06

Merci BonPatron.

Va pas venir s'la jouer grammar nazi de l'oral non plus, hein. Enfin, les présentations étaient désormais faites, peut-être pas l'entrée en matière la plus posée, mais au moins, entrée en matière il y eu. ça donne une idée du tempérament des types avec lesquels tu vas naviguer, déjà. Je sens que j'allait souvent avoir l'occasion de gueuler, moi. aaah... Remarque, j'préfère ça à une bande de lavettes amorphes incapables de la moindre prise de décision, toujours dans mes bottes à me coller. Pour l'avoir rencontré par le passé, je connais la force d'Arkein, et le jeune lui avait apparemment une force de frappe des plus respectables si l'on met "le reste" de côté (par le reste, j'entends par exemple le regard chelou auquel j'ai eu le droit quand il a capté que j'étais un Logia. Je sais pas c'est quoi le délire, mais ça m'parait suspect tout ça). Et j'en demande pas plus de mes hommes. ça, et le minimum syndical d'écoute. J'aurais p'tet du mal à obtenir d'eux la seconde donnée, mais ça viendra avec le temps. C'est un sacré Challenge que me propose Gosuke, là, j'espère qu'il sait ce qu'il fait. Y a p'tet une idée derrière cet équipage, quelque chose de plus poussé que "vl'a le rassemblement de bras cassés", même si j'ai du mal à voir autre chose pour le moment.

Bon, faudra aller chercher deux trois charpentiers pour votre compet' de saut en hauteur, puis on prendra le large dès que ça sera réparé et certifié sans risque. Première destination : Alambra. Jungle, cannibales, animaux chelous - et géants, histoire d'en rajouter un couche - puis sûrement quelques autres surprises en tout genre. J'vous détaillerai l'tout plus tard. Faites c'que vous voulez en attendant le départ, du moment que vous êtes sur le pont quand on met les voiles, ça me va.

Sur ces paroles, j'm'en vais retourner dans ma cabine, carte, documents et ordres de mission sur la table. Déjà plusieurs requêtes et autres missives du gouvernement, on nous laisse pas le temps de se mettre en place que déjà on est demandé à droite à gauche. On allait avoir du pain sur la planche, et ça, c'était une bonne nouvelle. C'est c'qui va lier cet équipage, les épreuves partagées, l'union face à l'adversité et toutes les conneries mielleuses du genre auxquels on sera confronté sur le terrain. J'sais pas si on en arrivera à finir copains comme cochons en quelques mois, mais j'compte quand même sur une l'installation progressive d'une confiance mutuelle. Et c'est moi, alias l'un des types les plus méfiants du monde qui balance ça. C'est dire.Un dernier regard sur la table inondée de documents, un autre vers l'horloge. Boh, le temps qu'ils complètent, j'ai bien le temps de faire un p'tit somme, moi.
Bougie éteinte, fenêtre fermée, j'm'allonge, puis ferme les yeux.

Demain allait être une longue, très longue journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sergent
avatarSergent
Ben Grant


Messages : 84
Fonction : Navigateur
MessageSujet: Re: Who you gonna call? Krow's buster! [PV Wesson]  Jeu 16 Avr - 0:16

-Il m'aime, il m'aime un peu, il m'aime beaucoup, ...

Ben était en train d'enlever les pétales d'une marguerite à un rythme régulier. D'où avait-il sorti sa fleur, nulle le savait. Une des voix proposa bien une réponse mais c'était un humour gras et en dessous de la ceinture. Un peu comme Arkhein en fait. Le marine aux longs cheveux s'était donc détourné des deux bonshommes qui allaient partager son quotidien pour protéger son précieeeeeeeeeeeeeeeeeux des flammes mal contrôlées du Krowpitaine. Qu'est-ce qu'était qu'un Krowpitaine? L'une des voix se prenant pour un dieu de la mort, proposa un gros noir regardant tout le temps ses pectoraux et faisant partie du Kux Klux Kland. Qu'était-ce que c'était que le KKK alors?

Tant de question, la voix se prenant pour une sorcière amoureuse d'un rouquin était folle de joie. Entouré d'une bibliothèque aussi réelle que le cirque dans l'esprit du sergent Grant, elle pouvait sauter d'une étagère à l'autre, surfé sur des livres qui volait tout pour aller se ranger tout seul et à coup de Wingardium Leviosa tout remettre en place. Le fait est que le KKK était un groupe d'hommes blanc, habillé de longue robes et de chapeau pointu. Un équipage pirate de sorcières travesti, tout à fait. Leur leader, Anne Doux était connu comme une sacrée veuve noire avec plus de 195 mariages à son actif et autant de morts dans les deux semaines qui ont suivi. On pourrait croire qu'au bout d'un moment les gens arrêteraient de l'épouser mais quand on a le choix entre elle et la pâture aux requins-corbeau, ... le choix était vite fait. Certains choisissaient toutefois les poissons. On racontait même de temps en temps d'histoire d'un nageur criant ses orgasmes les nuits de pleine lune sur un îlot au milieu de Grand Line alors qu'il pratiquait quelques actes bucco-sexuel avec sa partenaire marinière.

- Ça doit être comme ça que naissent les hommes-poissons. Il m'aime passionnément, il m'aime à la folie, il m'aime pas du tout...

Malheureusement, on ne laissa pas Ben élucider ce grand mystère de la vie que le gros doré venait de lui adresser la parole. « Venait de porter une ombre gigantesque sur le petit bonhomme » serait plus adéquat mais le sergent avait trop de fierté pour ça. Oui, il avait de la fierté. Cela apparaissait de temps en temps comme les fleurs. On ne savait pas trop comment mais c'était là. Aussi, le marine accroupit près de la rambarde releva la tête et découvrit la vérité. Le futur équipier était un homme cochon. Cela expliquait le gros trou et le gros tout court. Cela expliquait qu'il soit en charge de la garde de la nourriture également. Nul doute qu'il veuille pas qu'on lui pique les victuailles. Une voix se demanda si le cuistot se roulait dans la boue. Peut-être était-il adepte des massages bizarres et des saunas à base de déjection. Cela expliquait autre chose comme... l'odeur. Mais c'était peut-être juste la transpiration.

-Ce n'est pas moi qui ai fait le gros trou hein. Quand je saute je sais atterrir.

Le Grant effectua un grand sourire au phacochère en se disant qu'il devait donner du très bon saucisson. Pourquoi pas sur l'île avec les animaux géants qu'évoqua le capitaine quelques instants plus tard. De fait, le tableau qui se dessina dans l'esprit du schizophrène lui mit l'eau à la bouche, quasi-littéralement. Se relevant d'un coup, il frappa plusieurs fois le sol à une vitesse quasi invisible pour l'oeil nu, le geppo le projetant quelques mètres dans les airs, juste de quoi répéter la manœuvre et se projeter près de la roue en bois. S'installant sur la haute chaise qui avait été placé derrière, il posa ses jambes sur son outil de manœuvre.

-Sinon moi c'est le Navi'.

Sa manière à lui de faire pipi partout pour dire que c'était son territoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Who you gonna call? Krow's buster! [PV Wesson]  

Revenir en haut Aller en bas
 

Who you gonna call? Krow's buster! [PV Wesson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]
» Buster ♂ Guerrier
» La base oubliée
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Call of Chtulhu LCG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece New Order :: Zone RP :: Grand Line :: Autres Iles-