AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Let's go darling ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 57
Localisation : Cap des Jumeaux
MessageSujet: Let's go darling ~  Dim 15 Fév - 13:36


Une goutte d’humidité tomba du plafond, elle entreprit sa vertigineuse descente encouragée par les cris incessants de la foule. Elle allait toucher le sol lorsqu’un poing la réduisit à néant. Le coup d’une puissance inattendue déstabilisa la cible. L’homme eut un mouvement de recul, du sang coulait le long de son menton, il posa un genou à terre ce qui eut pour effet de mettre la foule  en émoi. Certains criaient des encouragements désespérés alors que d’autres applaudissaient à s’en arracher la peau des mains. Un nuage de sable se forma alors que le premier attaquant tentait de frapper de son pied celui qui était à terre. Mais profitant de sa position ce dernier se releva se projetant en avant  et agrippa la jambe de son adversaire. Les rôles s’inversèrent en l’espace de quelques secondes.

Je poussai un cri de joie lorsque l’arbitre arrêta le match, désignant  Harry comme étant le vainqueur. Fury se releva en essuyant son nez en sang, il semblait mal en point et lorsqu’il fit quelques pas il boita. Après avoir récupéré mon argent je le rejoignis. Il leva les yeux sur moi, un air dépité et légèrement perdu sur le visage. Fury était le jeune frère de John, c’était un bibliothécaire plutôt beau gosse qui se transformait en combattant pendant les soirées des paris. Les paris se déroulaient dans l’arrière boutique d’une petite épicerie de Luveneel. Bien sure ils étaient interdits mais cela n’empêchait pas leur réalisation ni la présence de certains membres de l’armée du roi. Lorsque j’arrivai devant Fury, il baissa son visage en rougissant et dit :

« Je… j’ai perdu. Je suis désolé… Je sais que tu avais besoin de cet argent, je trouverai le moyen de te rembourser… »

Je le regardai un petit sourire aux lèvres et passait son bras sur mes épaules pour l’aider à rester debout.

« Ne t’en fais pas, je n’avais pas parié sur toi. »

Il s’arrêta et me regarda éberlué.

« Tu… mais tu m’encourageais pendant les combats non ? »

« En effet car tu es mon ami. Mais je savais que tu n’allais pas faire le poids. Je suis quand même surprise que tu ais résisté aussi longtemps ! »

« Ahah… »

Il reprit sa marche, je sentis les muscles de son épaule se contracter. Il était énervé et il avait toutes les raisons de l’être. J’eus un petit sourire amusé et plongea ma main de libre dans ma besace pour en sortir un croissant. Lorsque Fury le vit son visage s’illumina et oublia toute contrariété.

J’avais dorénavant l’argent nécessaire pour acheter mon embarcation. Ce que je fis sans plus tarder, je m’étais déjà arrangé avec le propriétaire de toute façon. Il s’agissait d’un petit bateau à voile nommé « L’Odelä », comportant une petite soute avec à peine la place pour dormir et stocker de la nourriture pour deux personnes. Il me restait cependant un détail à régler. Je n’avais plus qu’à kidnapper Zenikkuro.

Zen était un jeune garçon que j’avais rencontré peu de temps après mon arrivée sur l’île. Son père tenait un petit restaurant dans le centre ville qui tentait de survivre comme il le pouvait sur une île dévastée par la dictature. Je ne savais rien au sujet de sa mère. Zen travaillait d’arrache pied au restaurant et il se rendait chez les charpentiers lors de ses temps libres pour y apprendre le métier. Il était de nature joyeuse et serviable mais je n’oublierai jamais le regard qu’il avait lorsque je l’ai vu la première fois. J’étais partie explorer l’île, ou peut être voulais-je juste m’éloigner de ces rues pleines de misère et de gens plus bruyants les uns que les autres. Dans tous les cas je me retrouvais seule au milieu d’une immensité d’herbe adjacent le vide d’une falaise escarpée donnant sur l’océan. Je respirais lentement laissant l’air entrer dans mes poumons. Je perçus une voix dans le vent. Une voix de jeune garçon, il ne chantait pas vraiment bien mais la tristesse, le voyage et l’espoir étaient transportés dans sa mélodie. Je me rapprochai de son émission et aperçu le chanteur. C’était un jeune homme d’une quinzaine d’année, peut être un peu plus. Ses cheveux blonds semi longs voletaient dans le vent et son regard était perdu dans l’horizon. Lorsque sa voix s’arrêta, le temps semblait s’être arrêté, il ne bougea pas, rien ne bougea. Quelques claquements cassèrent le silence lorsque mes mains se trouvèrent. Le garçon se retourna vers moi, le regard surpris.

Nous avions beaucoup parlé, ce jour là et les suivants nous nous retrouvions loin de la ville et je lui racontais mes aventures. Je découvris en Zen un garçon honnête et plein d’amour. Un jour, il me demanda de lui apprendre à se battre. Il voulait tuer le roi. Je lui avais souris, lui disant qu’il n’était pas un criminel et qu'aussi fort qu'il puisse devenir il n'avait aucune chance. Sa vie n’était pas simple, surtout depuis que l’usurpateur était monté sur le trône en tuant son prédécesseur. Il ne supportait pas la violence et essayait tant bien que mal de faire le bien autour de lui. Je m’étais attachée à lui et j’allai le kidnapper.



Arrivée devant son restaurant j’ouvris la porte. Zen était en train de ranger, ils avaient tout juste fermé les portes. Il m’offrit un grand sourire en me voyant entrer :

« Bonsoir chère cliente, il nous reste un peu de nouilles sautés au porc ! »

« Merci Zen mais je viens pour autre chose. Je peux parler à ton père ? »

Zen acquiesça, une once d’interrogation dans le regard, il me montra la cuisine de la tête et reprit son lavage de table. J’entrai dans la cuisine, son père était en train de faire la vaisselle. Il leva la tête de son ouvrage lorsque j’entrai.

« Je me disais bien avoir entendu une insupportable voix de fillette ! Que veux-tu donc Lili ? »

Une petite moue vexée sur le visage je lui offris une petite tapette sur le dos de la tête avant de me diriger vers la casserole et de me servir une assiette de nouille.

« C’est comme ça qu’on accueil des clients ici ? Je ne m’étonne plus de votre misère, entre l’aspect miteux de votre salle et votre adorable caractère ! Bon il faut quand même avouer que ce que tu fais et plutôt bon. » Ajoutai je en piquant une petite bouchée. « Je pars demain, je compte prendre ton fils avec moi. »

Il ne tiqua pas. Il poussa juste un soupir, posa son éponge, se retourna pour s’adosser au lavabo et me jeta un regard remplit de fatigue.

« Tu comptes réellement enlever le seul ange de cette île pourrie ? »

Il ferma les yeux et passa ses doigts dessus en s’affaissant.

« Tu lui en as parlé ? »

Comme je fis un geste négatif de la tête il continua.

« Fais attention à lui. Je veux de tout cœur avoir confiance en toi, mais tu restes une garce impulsive et violente, cependant rien ne peut être pire pour son bien être que cette île. Emmène le Alisa, donne lui ce que je n’ai jamais pu lui donner. »

Je savais que Zen avait tout entendu. Il était juste derrière le mur, je ne savais ce qu’il en pensait et lorsque je sortis de la cuisine un cours laps de temps après, il n’était plus là. Son père m’avait suivit. Je posais ma main sur son épaule en lui tendant une bourse de l’autre.

« Je vais le traiter comme mon propre fils. Tiens, c’est ce qu’il me reste, je te souhaite de vivre encore longtemps grand père. N’hésite pas à rendre visite à John et Nina, ils pourront t’aider. Je pars demain matin, mon embarcation est devant Le Furyvore.»

Nous ne dimes rien d’autre. Il prit une pièce d’or dans la bourse mais laissa le reste dans ma main. Nous échangeâmes un dernier regard puis je partis.

Je me rendis chez John, mon hôte depuis mon arrivée sur l’île. Ce fut Nina qui m’accueillit, un sourire aux  lèvres et du désinfectant dans les mains. Elle était en train de s’occuper des blessures de son beau frère Fury, John n’était pas encore là. Je me dirigeais vers la cage aux oiseaux pour nourrir Piu.

« Je pars demain. »

Ils s’en doutaient et ils ne répondirent pas de suite. Nina partie dans l’arrière chambre et revint avec une boite dans une main et une bouteille dans l’autre. Fury avait déjà mit quatre verres sur la tables. Nina nous servit en rétorquant :

« C’est une cuvée datant de 21 ans, tu  nous en diras des nouvelles »

« On attend pas John ? »

« Ne t’en fais pas, il ne va pas tarder maintenant que nous avons ouvert la bouteille. A ta santé Alisa ! »

Nous bûmes. John arriva peu de temps après et nous bûmes encore.

Je ne dormis pas de la nuit. Nina et John m’avaient tenu éveillé en me baratinant de conseils et d’histoires sur leurs connaissances qui se trouvaient sur Grand Line. Ils m’avaient aussi donné une boite contenant un Log Pose. J’en avais vaguement entendu parler mais je savais que j’en aurais besoins sur Grand Line. Le soleil pointait vers l’horizon lorsque je me levai, je pris mon sac, posai Piu sur mon épaule en lui demandant de rester discret et jetai un regard sur le couple endormi sur la table. Je leur laissai un papier blanc sur la table. Y écrire merci n’aurait pas suffit. Alors que j’allai poser ma main sur la poignée de la porte, John entrouvrit les yeux et soupira :

« Bonne chance »

Une fois arrivée au port, je vis une silhouette devant mon petit bateau. Il était venu, son regard était triste mais ambitieux. Nous partîmes.

Le voyage était long mais Zen était de bonne compagnie. En plus de faire de bons repas, il était aussi doué de ses mains pour tricoter que pour réparer un bateau. En faite c’était un jeune homme si curieux qu’il avait déjà touché à tout dans la vie, ce qui était bien pratique pour une bonne à rien comme moi.
Je ne vais pas m’attarder sur le voyage car ce serait long pour peu de choses intéressantes au final.

Nous arrivâmes sans encombre devant reverse mountain et nous fîmes aussi vite demi tour qu’un faucon quand il plonge sur sa proie. J’avais entendu parler de ce passage mais le voir en vrai est autre chose. Nous allions mourir…. Le bateau sur lequel nous étions était bien trop petit et trop peu maniable !

Mais j’eus un plan des plus ingénieux. Nous postâmes notre embarcation en plein milieu du passage, suffisamment loin pour ne pas être prit par les courants. Nous n’eûmes pas longtemps à attendre pour mettre mon plan à exécution. Un  bateau passa et ne manqua pas de nous voir.  Lorsqu’il passa à notre niveau je leur fis de grand gestes des mains ce qui eut pour effet de les intriguer encore plus. Ils nous firent monter à bord et je leur fis part de notre petit problème ce qui eut pour effet de faire éclater de rire l’équipage au complet.

« Ahahaha !!! Vous…. Vous voulez aller sur Grand line ? Un brin de femme comme vous et un petit bouchou à peine sortit du ventre de sa mère ? »

Piu poussa un petit piaillement mécontent devant l’omission du capitaine. J’observai les lieux. J’étais sans aucun doute sur un navire pirate bien qu’aucun drapeau ne soit à bord, ils essayaient surement de se la jouer furtif.

« En effet, et en plus d’aller sur Grand Line je vais m’y rendre sur votre bateau. J’aimerai aussi qu’on amène d’une quelconque manière l’Odelä avec nous. »

Le capitaine sourcilla ne sachant comment prendre ma phrase. Il m’observa attentivement, s’attarda sur ma poitrine et sur les redoutables armes que je portais sur moi. Décidant de faire confiance à ce que mon apparence dégageait il me tendit la main.

« Avec plaisir Ma petite dame, et vous voulez un maquereau en supplément ? »

Nos regards s’affrontèrent alors que je mis ma main dans la sienne, un sourire sadique sur les lèvres. Dix bonnes secondes passèrent avant que sa main blanchis ne lâcha la mienne, il se tourna vers l’un de ses hommes.

« Trouve donc un moyen d’atteler le carrosse de notre nouvelle recrue »

L’équipage surprit commença à s’affairer. Après quelques temps mon bateau était attaché du plus solidement que nous avions pu au navire pirate. Nous étions prêts pour entamer notre descente en enfer.

Ce fut incroyable. J’ai toujours aimé la vitesse. Mais une descente avec la vitesse, plus le risque, plus l’eau, plus la peur qui empoignait certains membres était un véritable délice. Les marins étaient doués et heureusement pour nous car même malgré ça nous avons frôlé des rochers. Mais nous nous en sortions sans grand problème mise à part le fait que l’Odelä avait perdu son mat et que Piu était absolument traumatisé. Lorsque nous arrivâmes au bout de notre infernale descente, l’équipage était trempé mais avait le sourire aux lèvres. Le capitaine amena une barrique de rhum et commença à entamer un chant que je supposais être leur hymne. Je me joignis à eux accompagnée de Zen qui malgré un petit moment de stress dans la descente était ragaillardi. Le fameux phare du cap des jumeaux était en vue et le capitaine avait dit que nous allions y faire une petite pause pour refaire le point.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sergent
avatarSergent
Ben Grant


Messages : 84
Fonction : Navigateur
MessageSujet: Re: Let's go darling ~  Mer 25 Fév - 4:42

Tom entendit un cri. Peut-être de joie, peut-être de peur. Peut-être de plaisir et peut-être des trois. Une des voix dans sa tête suggéra que quelqu'un devait faire une représentation théâtrale basée sur ce best-seller 50 couches de gris. C'était l'histoire d'un dauphin qui avait plusieurs couches de peau, allant du blanc au noir. Puis il violait tous les animaux de la mer. Pas un super bouquin en fait. Ni le sergent, ni les voix ne savaient pourquoi tant de personnes l'avaient acheté, encore moins pourquoi quelqu'un en ferait une pièce de théâtre. Peut-être pour en faire une campagne contre le viol? Peut-être qu'ils utiliseraient un den den mushi pour faire un « Bougeant ». Ces tout nouveau produits de consommation étaient plutôt fun, ils captaient les images en mouvement et on pouvait choisir quelles images étaient renvoyés par le petit den den associé. Du coup, au lieu de retransmettre les news, ils racontaient des histoires. Logiquement, cela avait vite été prit par les diverses dictatures du monde entier pour en faire leurs propagandes.

L'homme aux cheveux de gris continua sa route, discutant dans sa tête avec les voix sur quels films méritaient les Bernards, ces petites statuettes plaquées or qui récompensaient les meilleurs Bougeants de l'année. Ceux de l'année dernière avaient fait scandale avec le triomphe de La Mouette, une histoire pro-marine. On avait accusé le gouvernement de manipuler l'opinion pour forcer les gens à s'engager.

-Comme s'ils avaient besoin de ça ! BAAAAAAHAHAHAHAHA !

Le marine éclata de rire alors qu'il arrivait près du phare. Il était depuis peu sur Grand Line. Enfin disaient certaines voix. Il avait passé près d'un an en station sur West Blue et ses exploits, les bons comme les mauvais, oui, étrangement, cela arrivait, avait finit par arriver aux oreilles de dirigeants plus expérimentés. Résultat, on l'avait attribué au G18 qui se trouvait à quelques encablures du cap des jumeaux. C'était la porte d'entrée à la route de tous les périls pour tous ceux ne faisant pas partie du gouvernement. C'est-à-dire les pirates, les révolutionnaires, les pauvres, les dingues et les paumés. Une voix précisa que Ben faisait partie des trois dernières catégories mais son propriétaire préféra l'ignorer. Il avait un passe, un cheat code. Un Action Replay qui lui permettait de passer par Calm Belt : la marine. On était un membre de l'armée de la mouette ou on ne l'était pas.

-Et moi je le suis.  Et pas grâce au Bougeant, non, non, je suis un original.

Dans tous les cas, il se retrouvait là. Au phare des jumeaux. Ce qui était un peu bizarre comme nom. Si, à la limite, il y avait deux phares...mais non ! Nonononononon ! Il y en avait qu'un seul et en ruine qui plus est ! Si ça se trouvait, il y en avait un en sous-sol, ce qui traduisait la dualité du nom mais cela aurait été bizarre. De fait, personne n'aurait pu voir le second phare, ni celui-ci éclairer les navires passants au loin.

-Après, c'est Grand Line, Bizarre est la norme ici...

Son barda sur l'épaule, le sergent longeait la côte pour arriver à l'emplacement abandonné. Un navire de la marine devait passer le chercher d'ici quelques heures. Tout du moins, il l’espérait car le navire l'ayant pris à West Blue et devant l'amené au G18 l'avait déposé sur la basse-côte de Red Line.

- « Une mission extraordinaire ! Trouvé des champignons rouges ! Très toxique quand ingéré avec de l'eau de mer ! »

Il en avait entendu parler. Des champignons de cinq centimètres de hauteur, rouge à point carmin...donc globalement rouge qui ne poussaient que sur la terre rocheuse de Red Line. S'ils ne tuaient pas ceux qui s'en servaient de soupe, ils les rendaient malades pendant des jours et des jours. Probablement qu'on devait en faire un vaccin quelque part dans la division scientifique de la marine et on avait donc besoin de spécimen.

-C'est sûr, on ne va pas envoyer un amiral pour récolter des champignons !

Une des voix suggéra bien qu'on l'avait abandonné ici à cause de ses facultés extra sensorielles... l’écoute des voix justement mais le jeune homme balaya cet argument d'un revers de la main imaginaire. Impossiburu ! Ce rapprochant, le marine finit par apercevoir un petit groupe autour d'un feu. Parfait ! Il pourrait manger un bout en attendant l'arrivée de sa compagnie.

-Olaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !

Criant à distance, Ben agita vivement sa main au-dessus de sa tête pour signaler sa présence. Ne faudrait pas qu'il leur fasse peur, on sait jamais, c'était Grand Line après tout, bizarre était toujours la normalité, cela n'avait pas changé depuis deux minutes. Le fils Grant n’hésita pas un instant et laissa tomber sa toile de tissus attachés à son bâton lui servant de sac à champignon au milieu du cercle d'inconnu.

[color:e1cf=#darkblue]-Salut les gens ! Moi c'est Ben Grant ! J'ai récupéré plein de champignons et vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 57
Localisation : Cap des Jumeaux
MessageSujet: Re: Let's go darling ~  Sam 28 Fév - 19:57

Nous arrivâmes rapidement sur le rivage, ou l'équipage commença à s'affairer pour monter un camp puisque la nuit pointait à l'horizon. Je m'étais occupée de L'Ödela avec Zen mais les corde qui le tenaient attaché s'étaient emmêlées et en nous voyant galérer, un homme de l'équipage approcha une scie à la main. Il souleva une partie du mat ce qui nous permit de dégager sans mal les restent de débris. Certaines planches avaient bougées et Zen mit un certain temps à faire l'inventaire des dégâts. J'aidai l'homme à aller poser le mat plus loin. Une fois cela fait il s'épousseta les mains avant de m'en tendre une sourire aux lèvres:

« Enchanté jeune fille, nous n'avons guère eu le temps de nous présenter encore. Je suis Danny le Second de l'équipage.»

Je mis ma main dans la sienne, la serrant énergétiquement.

« Je m'appelle Alisa et le gamin c'est Zen. Merci de votre aide.»

Il balaya mon remerciement de la main et me demanda ce que nous comptions faire sur Grand Line. Je restai évasive, nous décrivant comme des aventuriers en quête de découvertes et de savoir. Nous continuâmes à parler pendant un certain temps. Cet homme était charmant et ses épais muscles me faisaient baver. De plus la cicatrice qui dépassait du col de sa chemise le rendait au plus haut point attirant. C'était un vrai homme, de plus il dégageait l'aura d'un bon combattant. Les autres hommes d'équipages avaient commencés à faire un feu de camp et certains s'étaient posés avec des verres de bières. Je laissais Danny les rejoindre pour retrouver Zen qui venait de finir son inventaire. Selon lui nous aurions quelques jours de travaux pour remettre le bateau en état avant de repartir. Je lui ébouriffai les cheveux en le remerciant. Le capitaine nous fis signe de la main de nous rapprocher de leur groupe. Deux hommes étaient en train de mettre une carcasse de mouton sur le feu. Nous nous assîmes dans le cercle et je pris avec plaisir un verre de bière qu'on me tendit. La soirée s’annonçait calme. Le phare semblait abandonné et nous n'avions vu personne aux alentours. L'équipage était animé et les blagues fusaient. Zen était discret mais je participai sans mal à leur discussion.

Après avoir été cherché un autre tonneau Danny s'assit à côté de moi. Je rougis sans le vouloir et mes membres se crispèrent alors que mon souffle se fit court. Ce mec était vraiment trop sexy et j'en perdais mes moyens. Il sentit mon gène et me demanda si je n'avais pas trop chaud. J'eus un mouvement de recul et lui mit un coup de poing dans le nez. Le coup était partie tout seul... et fort. Danny ouvrit de grands yeux surpris et du sang commença a couler de son nez. Il bougea ses lèvres comme un poisson, bouche bée alors qu'un étrange silence pesa autour du feu. Puis il y eut un grand éclat de rire et ce fut le fou rire général. Un sourire fendit mes lèvres, rien ne valait le bon coup de poing peseur. Je savais maintenant que Danny n'avait aucun réflexe et malgré sa carrure il n'était pas un si bon combattant que ça. Je cessai sur le moment à m’intéresser à lui. Lui ne comprenait pas ce qu'il venait de se passer et se demandait en quoi il avait dépasser les bornes. Je m'excusai en lui disant que j'étais atteinte d'une maladie de nervosité aigue qui faisait que mes membres agissaient parfois tout seuls~

Le mouton commençai à sentir sacrément bon et nous allions commencer à le dépecer. Je me levai pour remplir mon verre de bière quand je vis des mouvements plus loin sur la plage. Un homme nous faisait de grands signes en nous interpellant. Il se rapprocha d'un pas nonchalant et d'une allure étrange. Il faisait sombre mais je pouvais voir ses couleurs: blanc et bleu. C'était un marine. Il possédait des cheveux longs argentés, et portai un sac en baluchon sur un bâton. Lorsqu'il arriva à notre hauteur, il posa son sac en disant insouciamment:

«Salut les gens ! Moi c'est Ben Grant ! J'ai récupéré plein de champignons et vous?»

Je sentis l'équipage se tendre devant ce marine. Rien ne montrait qu'ils étaient des pirates (mise à part l'allure de rat d'égouts de certains) mais la tension se voyait sur certain de leur visage. Je pris un verre qui trainait, le remplit de bière ainsi que le mien et m'approchai de l'inconnu. Je lui tendis le verre.

« Enchanté, moi c'est Alisa. Vous aimez la bière? Ces champignons me semblent suspects par contre on vient tout juste d'entamer le mouton et ça c'est une valeur s... »

Je ne finis pas ma phrase. Un poignard venait de surgir sur ma gauche lancé en direction de Ben. Je l’interceptai sans mal de ma main droite pour le renvoyer dans l'épaule de son expéditeur mon visage affichant une expression sadique derrière un regard outré.  


« C'est comme ça que vous accueillez un invité vous? »

L'homme qui avait lâchement envoyé le poignard poussa un cri de douleur alors que ses voisins se rapprochaient de lui pour l'aider, le regard furieux. Cependant, le capitaine se rapprochant une expression chaleureuse sur le visage mais le regard glacial:

« Bien sure vous êtes le bienvenue Ben.»

Sa voix avait du mal a cacher sa haine.

_______________________________
La révolution, c'est toujours la même chose, on choisit de couper la tête à un roi qui n'en avait pas
Henri Jeanson


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sergent
avatarSergent
Ben Grant


Messages : 84
Fonction : Navigateur
MessageSujet: Re: Let's go darling ~  Sam 4 Avr - 15:04

-Ho comme c'est gentil ! Vous êtes bien gentil vous !

Ben jeta un regard chaleureux sur la petite assemblée il y avait un feu, un mouton (pauvre bête), des gens en cercle autour du feu... ce fut le moment où tout se fit clair dans l'esprit du marine. C'était des habitants de Woodstock Island ! Le sergent Grant connaissait un peu, cette île était de West Blue, tout comme lui. Des gens très bien les « Woody ». légèrement bizarre cela dit. Un peu étrange aux étrangers, non pas qu'ils ne les aimaient pas mais ils avaient un mode de pensée  bien précis. Ce qui expliquait le couteau lancé et le fait que la jeune rousse l'avait renvoyé à l’expéditeur.

-Quel jeu sympa vous avez là. J'ai un jour vu un mec jongler avec des épées enflammées, je suppose que c'est le niveau suivant du vôtre? C'était impressionnant....

Il s'appelait Koumbaya. Un attriste de cirque très sympa. Il allumait même les calumets et autres bongs, objet cultuel indispensable aux Woody. Une voix se haussa au-dessus des autres dans la tête du soldat de la mouette pour demander si les gens de Woodstock étaient tous faits en bois. Une question légitime, Ben le reconnaissait mais il put lui répondre que ce n'était pas le cas. Comme venait de le prouver l'homme au couteau, ils saignaient du sang carmin comme tout le monde. Une autre voix rétorqua tout de même qu'ils pouvaient être des hommes-arbres et qu'au lieu de sève, ils avaient du sang. Ce qui était tout à fait logique.

-Vous chanter avec les oiseaux aussi? Après tout c'est normal si vous êtes des hommes-arbres. Tout s'explique....

Le souci était qu'ils allaient logiquement ne pas manger des champignons. Ce serait comme manger son neveu ou sa nièce. Fun mais légèrement gênant aux réunions familiales. Si c'était des champignons de Haut bites, là c'était différent. Voire des Haut-Bites tout court, vu leurs tailles... courte. Ces petits êtres du nouveau Monde était réputé pour ne pas que quelques centimètres de haut et d'avoir les pieds très poilus. Ils aimaient jeter des anneaux dorés dans la lave aussi mais on ne savait pas trop pourquoi. Probablement qu'ils n'aimaient pas les gens mariés. Le jeune homme aux cheveux argentés n'en avait jamais rencontré, logique il venait à peine de mettre les pieds sur Grand Line.

-Et encore, techniquement je suis toujours avant Grand Line. Sur ce gros caillou rouge. Mission top sécrète vous comprenez.

Il n'allait pas révéler la mission, bien entendu, pas bête le Ben ! De plus il fallait le code pour être sûrs qu'ils étaient dans le cou. Peut-être les arbres l'avaient-ils, peut-être pas. Toujours est-il qu'il n'allait pas tomber dans le panneau et dire son code en premier.

-Je dois récupérer des champignons très toxiques qui ne poussent qu'ici pour en faire un antidote.

Merde.

Toutes les voix gueulèrent sur leurs propriétaires, l'insultant de tous les noms et même de quelques non. Malheureusement, ce qui était dit, était dit, il ne pouvait rien y faire. Autant tenter de faire passer ça dans un amas de parole pour que les passants oublient ce qu'il venait de révéler.

-Et sinon, vous ne devez pas avoir un banjo normalement? Ou un tam tam? Ho ! Vous l'avez perdu dans le voyage? Mes pauvres enfants, je suis désolé...

Le fait qu'il était probablement le plus jeune du groupe, excepté le vrai gamin un peu plus loin, ne sembla pas déranger outre mesure. Non, face à la perte d'un frère instrument de musique, comment pourrait-il s'attacher à des éléments si triviaux? Il n'était pas un monstre quand même ! Une des voix suggéra que cela était tout de même une bonne chose. La rumeur disait que les Woody faisaient de grandes orgies autour des feux à coups d'assaut musicaux. Plus il faisait leurs chants et plus ils se reproduisaient.

-Comme de la mauvaise herbe. Pas celle que vous fumez mais l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Let's go darling ~  

Revenir en haut Aller en bas
 

Let's go darling ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Roses are red, the sky is blue, oh my darling.. I love you... | Nausicaa.
» Carnet de Wendy Darling
» cuz darling I'm a nightmare dressed like a day dream ☆ (astrid)
» Défis Pour Jane Darling
» DARLING petit bichon facile à vivre (78) ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece New Order :: Zone RP :: Grand Line :: Cap des Jumeaux-