AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Flashback] Le Bulldozer et le Caribou [Pv : Carl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 87
Fonction : Cuisinier de l'Extrême.
Localisation : Grand Line - Alambra.
MessageSujet: [Flashback] Le Bulldozer et le Caribou [Pv : Carl]  Jeu 12 Fév - 23:04

Nous remontons d'une année dans le temps, en l'an 1599. Arkein Halton, présent sur la mer de tous les périls depuis trois années maintenant, commençait à ressentir le besoin de voir plus grand. Après son passage de Reverse Mountain avec son ancien équipage, ils furent immédiatement pris entre les mâchoires de la piraterie. Criminalité et violence sont les seules maîtres en ces flots où le Gouvernement peine encore à regagner son influence et son autorité. Le Colosse au teint basané et ses hommes, dont les cœurs brûlés d'une furieuse envie d'anéantir toute trace de la racaille polluant les eaux, se lançèrent dans cette mission sans fin qui guidait leurs pas. Malheureusement, s'ils triomphèrent durant un certain temps, ils finirent par se heurter à nettement plus puissants qu'eux.

Les pertes furent lourdes, tant humaines que matériel, tout autant que les répercussions qu'elles eurent sur la carrière du basané. Immédiatement convoqué à la base la plus proche, le supérieur qui l'accueillit se montra froid et direct. On lui retirait ses hommes, du moins ce qu'il en restait. Jugé trop imprévisible, manquant de sang-froid et ne se préoccupant pas de la sécurité de ses troupes, il n'en commanderait plus. Si une colère noire déchira le faciès de l'homme-bouddha, il ne discuta point les ordres. Il continuerait sa lutte contre le crime en solitaire, dépourvu de responsabilité. Dans un sens, cela lui convenait mieux ainsi. Et l'une de ses premières missions fut la suivante, intervenir au milieu d'un conflit entre commerçants qui dégénérait de trop. Transporté par navire de guerre, il ne lui fallut qu'une dizaine de jours pour atteindre l'île.

Sansepolcro, ce vaste morceau de terre forme ce qui s'apparente à une large assiette carrée. Une ville d'une superficie équivalente à celle de Loguetown y prospère depuis plus de soixante-dix ans. Elle doit cette longévité au succès amassé par les éternels commerces culinaires qui se sont construits et développés avec le temps. Ceux-ci attirent des marées de touristes désireux de s'émerveiller les pareilles guitares par le biais des somptueux plats locaux. Pour autant, malgré sa prospérité et sa renommée, Sansepolcro est déchirée par les luttes intestines dont elle souffre. En effet, la concurrence entre les différents commerçants est devenue telle, que les familles respectives toutes entières s'en sont mêlées. Parmis l'une d'entre elles, la famille Buitoni, dirigée par Marchisio Buitoni, comptant comme l'une des plus influentes de l'île, détient un pastificio, un commerce de pâtes. Lui et sa production artisanale se heurtent à la concurrence avec hostilité, d'où le besoin d'une figure d'autorité sur les lieux, afin d'apaiser les conflits.

Le Sergent Bulldozer arrivait justement sur les lieux. Mine renfrognée, dardant les habitations se dressant sous ses yeux d'un regard dédaigne. Sa masse en acier en appuis sur son épaule musclée, il laisse échapper un grognement avant d'envisager de pénétrer au sein de la ville de Nouye...

_______________________________

#243261


Dernière édition par Arkein Halton le Mer 6 Mai - 6:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t128-arkein-halton

Messages : 182
Fonction : Capitaine/Roi
Localisation : Grandline
MessageSujet: Re: [Flashback] Le Bulldozer et le Caribou [Pv : Carl]  Lun 16 Fév - 2:31

Le premier endroit où notre jeune Roi fraichement destitué avait cru bon d'aller chercher de l'aide était l'île marchande de Sansepolcro, un endroit merdique, plat et qui tourne en rond, mais dont certaines des familles avaient souvent fait affaire avec les Fantasias. Les Gamberos, grande famille marchand de l'île qui avait toujours brillé par son commerce de crevettes et autres fruits de mers avaient eu le plus grand nombre de contacts avec l'île sauvage. Incapable de produire ce genre d'aliments elle-même, Caribou Island faisait affaire avec cette famille de l'île voisine (Enfin, voisine pour Grand Line...) qui s'occupait de transférer ces denrées rares directement au palace des Fantasias. Le jeune Roi savait parfaitement que cette famille appréciait l'argent et qu'il ne avait suffisamment pour leur faire tourner la tête vers le triste sort de l'île du Grand Caribou, maintenant sous le joug cruel de la révolution et de leurs désirs démocratiques.

Cependant, Carls avait un léger problème qui bloquait son plan si brillant... Il n'avait jamais eu la chance de rencontrer ces marchands, quels qu'ils soient, étant confiné à sa chambre durant ce genre d'évènements pourtant plutôt important. Ainsi, notre blondinet pourchassait un homme sans trop connaître qui il était et devait donc s'abaisser à discuter avec les locaux pour demander l'emplacement du quartier général des Gamberos. Bien-sûr, il aurait probablement été beaucoup plus facile de simplement chercher le magasin de crevettes le plus près et d'y entrer, demandant de voir le patron. Malheureusement, Carls n'était pas le genre de personne à demander à quelqu'un de venir le voir, il allait plutôt voir directement celui qu'il cherchait, ne s'offrant pas la liberté de prendre un rendez-vous ou de s'annoncer, comme s'ils pouvaient lui refuser une rencontre de toute façon. Souriant alors que notre grand homme arrivât face à un petit magasin de pattes surnommé : "Chez Mario Buitoni, pastificio", notre jeune homme sentit le besoin d'ingérer une bonne quantité de nourriture. Il faut dire qu'il s'agissait là de son premier repas depuis qu'il avait quitté son île à la course avec la peu d'or qu'il avait réussit à ramasser avant que la révolution le trouve. Souriant, Carls fit son entrée dans le magasins et commandât tout ce qu'il y avait sur le menu, engouffrant le tout en posant quelques questions à la jolie serveuse possédant un drôle d'accent.

- Dites moi ma jolie, savez-vous où se trouve le quartier principal des Gamberos?

- Oh! Ne me parlez pas des Gamberos! Ces hommes sans compassion qui détruisent nos petits restaurants un par un en leur retirant tout profit possible!

- Heum...Où puis-je les trouver?

- Ils trouvent notre porte-monnaie je peux vous le promettre! Ces fils de poulpe nous volent depuis des mois, ouvrant des magasins devant chez-nous et vendant nos propres pâtes au gens à moitiés prix! Nous ne pouvons pas nous battre contre eux!

- Ouai... Non, je m'en fou... Où puis-je les trouver? S'Il-Vous-Plait.

- Ils ont d'ailleurs ouvert une boutique l'autre côté de la rue et ils vendent tout au tiers de notre prix! Mais comme ils ont une autre source de revenu alors...

Malheureusement, la serveuse et son historie à faire pleurer les plus sensibles avait perdu l'attention du Roi, celui-ci s'étant plutôt retourner de l'autre côté pour voir ce fameux magasin. Tout était en effet au tiers du prix, c'était même écrit en gros au dessus de la boutique "Tout au tiers du prix d'en face!", apparemment ses futurs alliés avaient un drôle de sens de l'humour... Carls appréciait cela et lorsqu'il aurait terminé son assiette, il irait s'occuper de ses affaires de l'autre côté de la rue.

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t228-fiche-technique-de-carls

Messages : 87
Fonction : Cuisinier de l'Extrême.
Localisation : Grand Line - Alambra.
MessageSujet: Re: [Flashback] Le Bulldozer et le Caribou [Pv : Carl]  Sam 21 Mar - 23:29

Cette ville n'inspirait pas confiance au colosse, dès lors qu'il y avait mis les pieds, il reniflait une certaine odeur de malhonnêteté dérangeante. Il le savait, il n'était pas ici pour intervenir sur une embrouille conjugale, cependant il avait comme un mauvais pressentiment. Celui de s'embarquer dans quelque chose de plus gros que ce qui n'était prévu. Simple désaccord entre commerçants qui va trop loin ? Si il ne s'agissait que de cela... Tandis qu'il évoluait dans les rues bondées de la ville de Nouye, il ne pouvait s'empêcher de se sentir observé, surveillé. Sans jamais parvenir à coincer qui que ce soit, ce qui était sans doute le plus frustrant dans l'histoire. Facilement reconnaissable en tant que représentant des forces de l'ordre, il représentait une proie facile au milieu d'une telle foule. Parfaitement conscient de ce fait, il ne pressa pas pour autant le pas. Si l'ennemi pouvait lui tomber dessus à tout moment, il n'en ressentait aucune crainte ou appréhension. Sa masse accueillerait n'importe lequel des criminels souhaitant le terrasser avec le même enthousiasme, sans aucune distinction de race.

Ce qu'il ne savait pas, c'était qu'il n'avait pas totalement tort. Trois hommes sombrement vêtus, longues capes et capuches rabattues sur leurs visages, n'avaient eu de cesse de l'espionner dès son arrivée sur l'île. Les hommes de mains des Gamberos, la seconde famille de commerçants prises dans la guerre incessante pour le contrôle de Nouye. Finalement, ce fut sans encombre que le Halton arrivait devant le restaurant culinaire appartenant à la famille Gamberos. Ceux-la même qui posaient problèmes à la famille Buitoni. Contrairement à ce que sa morphologie pourrait le laisser croire, le Sergent au teint basané ne venait pas ici pour consommer de la nourriture, mais bien pour exécuter la justice. Sans trop de ménagement, sa main gauche s'empara de la poignée de la porte d'entrée, afin de basculer le tout vers l'intérieur et pénétrer dans le bâtiment. Deux problèmes s’offrirent à cette initiative tout à fait banale chez un humain lambda, bien moins chez un mastodonte de trois mètres de haut.

La première, sa force musculaire qu'il ne contrôla pas, en résultat une porte d'entrée décrochée du reste de l'enseigne, le tout lui restant dans la main. En second vient le manque d'espace réservé à l'encadrement de la porte, bien trop étroit pour un gabarit comme celui d'Arkein. Loin de se démonter, c'est une partie de la façade qui s'écroula lorsque ce dernier força le passage. Tout en subtilité le barbu. Sous la surprise générale de la clientèle et les exclamations du gérant, il ne s'attarda pas sur les dommages causés, absorbé qu'il l'était par sa mission. D'un geste de l'épaule, il replaça sa masse en acier, balayant du regard la pièce, à la recherche de toute personne correspondant à un Gamberos. Encore fallait-il avoir ne serait-ce qu'une toute petite description physique de l'un d'entre eux. En parade, l'ancien champion d'arène opposé une stratégie simpliste. Le premier qui viendrait lui hurler dessus à quel point il était fou et désastreux, exigerait de lui qu'il paie les réparations et pointe sur lui un doigt accusateur serait un membre de la famille des crevettes.

VOUS ! ESPÈCE DE MACAQUE DÉGÉNÉRÉ ! HIJO DE PUTA ! MON RESTAURANT !

Tiens, en voilà un de bonhomme remonté. Aussi large de corpulence qu'un tonneau de rhum, la peau rouge écrevisse sous l'effet de la colère, fringué d'un costume hors de prix, affublé de moustaches ridicule dont le bout terminaient comme la queue d'une crevette. Tous les éléments semblaient concordaient quant à l'appartenance à la famille propriétaire des lieux. L'homme eut à peine le temps de le rejoindre que l'épaisse main du surnommé Bulldozer s'écraser avec violence sur le haut de son crâne, rabattant son menton sur le plancher avec fracas. Ainsi maîtrisait-on les condamnés ici. Ou du moins dans le cas de celui-ci, les futurs condamnés. Car en effet, il avait fait le déplacement jusqu'ici pour conduire un représentant des Gamberos devant le tribunal, où ces derniers avaient à se défendre des accusations pesant contre eux. Parmi une liste longue comme le bras de chefs d'accusations, compétition déloyale, sabotages culinaire, publicité choquante et violence sur autrui. Si ce monsieur n'était au courant de rien, il le serait très prochainement.

Indifférent aux employés tentant de l'en empêcher, le marine déposa le corps endormi de l'accusé sur son épaule libre, et fit volte-face. Direction l’hôtel de ville, édifice majeur de la ville où se déroulerait le procès de la famille Gamberos.

_______________________________

#243261


Dernière édition par Arkein Halton le Mer 6 Mai - 6:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t128-arkein-halton

Messages : 182
Fonction : Capitaine/Roi
Localisation : Grandline
MessageSujet: Re: [Flashback] Le Bulldozer et le Caribou [Pv : Carl]  Mar 21 Avr - 2:16

Notre grandiose personnage royal s'était rendu tranquillement de l'autre côté de la rue, ignorant complétement le plainte du gérant de l'autre côté qui se plaignait du comportement royal de notre personnage ainsi que du fait qu'il serait très dure pour lui de se faire changer une pièce d'or pure pour payer ses factures et que, considérant le courant de l'or ces temps-ci, il n'était pas sur que la quantité extrême de pâte que le blondinet avait bouffé seraient payés. Cependant, Carls n'avait rien à faire de ces conneries, ses objectifs étaient bien plus grand que le courant de l'or sur le marché international, lui avait pour objectif de financer une armée suffisamment puissante pour reconquérir ses terres des hommes de la révolution. Il devrait payer quelques fanatiques pour s'assurer une force de frappe suffisante pour rivaliser avec les fou de démocratie et de révolution, mais ses fonds actuels et ceux de ses alliés familiaux devraient suffit. Souriant alors qu'il traversa la rue bondée de monde qui faisaient leurs emplettes avec l'autre côté comme objectif. Les Gamberos faisaient des affaires en or si on se fiait à la file de monde à l’extérieure de la boutique, en bousculant quelques une de sa taille impressionnante, il s'infiltrât dans le boutique pour se diriger vers le maître des lieux qui souriait à ses clients.

- Mon ami! Je suis Carls D. Fantasia, l'ancien maître de Caribou Island, on me dit que les affaires avec mes terres étaient plutôt fructueuses, j'aimerais bien discuter affaire avec vous, en mémoire du...

Soudainement, le gérant du magasin qui avait haussé un sourcil à la mention de Caribou Island tournât la tête vers l'entrée de son magasin qui avait été explosée par un mastodonte lus grand que notre blondinet qui avait quand même plusieurs têtes de plus que la majorité des gens. Notre Roi se retournât contre l’ingrat qui avait osé ainsi déranger sa discussion avec le maître des lieux pour être prit de vitesse par celui-ci qui attrapât son interlocuteur pour ensuite s'enfuir avec celui-ci sur l'épaule vers la sortie qu'il avait détruit en y passant. Cet homme était clairement un criminel qui en voulait à la richesse et au succès du marchand de crevettes au vue de ses méthodes, ayant mit en un seul coup le Gamberos dans les pommes. Fronçant les sourcil, notre blondinet croisât les bras et suivit de près l'homme qui sorti dans la rue avant de s'installer devant lui, lui bloquant le chemin de sa taille malgré tout imposante.

- Hey ho, on se calme la masse de muscles. Tu vas me faire le plaisir de replacer ton prisonnier où tu l'a trouvé et d'aller te livrer à la marine pour le crime que tu viens de commettre, sans quoi tu recevra le châtiment d'un homme bien plus important que toi.

Carls en avait rien à foutre de la justice de cette île, il n'avait fait son petit discours que pour éviter les émeutes qu'il avait déjà causé sur une autre îles pour avoir ainsi ignoré les règles de l'île où il se trouvait. Une triste histoire, plusieurs pauvres morts et des marines mécontents... Il avait depuis décidé de faire attention aux lois locales si ceux-ci faisaient du sens, sans quoi il pouvait risquer lui-même d'être ignoré par quelques marines qui se croyaient plus important qu'un roi de ce monde. Faire de la prison n'était pas pour lui, son petit postérieur royal ne pourrait pas survivre la simple idée de s'asseoir là où une pourriture criminelle s'est assises avant lui. Il se doutait que le basané devant lui n'allait sûrement pas obéir du premier coup alors notre blondinet se décidât de lui donner une petite tape dans le dos pour le lancer. Frappant ses mains ensembles avec un air condescendant, il fit signe au gros que c'était le temps de se bouger.

- Allez! j'ai pas toute la journée.

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t228-fiche-technique-de-carls

Messages : 87
Fonction : Cuisinier de l'Extrême.
Localisation : Grand Line - Alambra.
MessageSujet: Re: [Flashback] Le Bulldozer et le Caribou [Pv : Carl]  Ven 24 Avr - 12:03

Colis sur le dos, indifférent à toute forme de réclamation pouvant survenir des employés, le Halton marchait d'un pas atonique en direction de l’hôtel de ville. Véritable force de la nature capable de plier un corps en deux sans trop d'effort, son manque de vigueur semblait parfaitement coller au personnage. Aussi faisait-il les choses à son rythme, sans se presser, mais avec une efficacité et une brutalité rare. La question de savoir si cet homme, qui devait comparaître en justice serait bien conduit devant le tribunal de l'île, n'était pas à poser. Ce qu'il était plus pertinent de se demander, c'était à quel moment. Et dans quelles conditions, accessoirement. Ce dernier point pouvant être imaginé à la vue de l'étrange personnage osant se mettre en travers de la route du Sergent. Individu que le barbu aux poils d'ébène mis quelques dizaines de secondes à remarquer, et le double de temps à comprendre quelles étaient ses intentions. Un homme bien plus important que lui ? Qu'est-ce qui pouvait être au-dessus de la justice ?

Hm.

Qu'il émit dans un grognement, posant un regard dédaigneux sur l'énergumène, ne cachant pas toute la méprise qu'il avait pour lui. Et si le blondinet pouvait se targuer de mesurer facilement les deux mètres et demi, il restait inférieur au colosse. Qu'il tente de prendre de haut Arkein était donc voué à l'échec, et ne lui apporterait que le ridicule et davantage de mépris. Détail amusant qui arracha un sourire moqueur au mastodonte au teint halé, fut la présence de vernis à ongle sur ceux de son vis-à-vis. Comme c'était mignon, le petit être efféminé clamé haut et fort son orientation sexuel jusqu'au bout de ses doigts. Définitivement, les deux êtres n'étaient pas du même monde. Et ce rigolo le menaçait de châtiment s'il n'obéissait pas à ses exigences ? Cette fois, il en éclata de son rire singulier, tandis qu'il abaissait son imposante masse en acier sur le sol qui se craquela sous le poids. C'était décidé, il écraserait cet insecte et poursuivrait son chemin une fois son compté réglé. Mais avant, petite précision.

Je suis de la Marine, idiot. Et je n'ai commis aucun crime, j'amène simplement cet insecte devant la justice qui tranchera sur son sort et la punition qu'il mérite pour ses actes. Toi, en revanche, tu t'es rendu coupable d'entrave à la justice et de menace envers un représentant des forces de l'ordre. Tu seras conduit en prison où tu y croupiras quelques mois, imbécile.

Sur ces mots, il laissa s'écraser à terre le corps inconscient du Gamberos, et se rua de sa lenteur légendaire sur sa cible. Peu avant d'être à sa hauteur, il leva haut son arme pour tenter de l'abattre avec fureur sur le crâne de son adversaire. Suivant si l'adepte du vernis à ongle était plus ou moins résistant, ce coup suffirait à conclure l'affrontement.



Spoiler:
 

_______________________________

#243261


Dernière édition par Arkein Halton le Mer 6 Mai - 6:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t128-arkein-halton

Messages : 182
Fonction : Capitaine/Roi
Localisation : Grandline
MessageSujet: Re: [Flashback] Le Bulldozer et le Caribou [Pv : Carl]  Mar 5 Mai - 0:57

Carls avait que très rarement, voir jamais, affaire à bien plus grand que lui... Mais dans la situation particulière, il fallait dire que même si notre blondinet tentais de le regarder de haut, il n'en serait jamais capable tellement son interlocuteur avait une tête de plus que lui. Mais cela ne donnait pas pour autant un sentiment d'infériorité au Roi, non... Peu importe la taille de celui qu'il souhaitait écraser, il l'écraserait et rien ne pourrait se mettre dans son chemin. Cependant, ce "marine" comme il disait être avait un certain manque de respect flagrant pour notre royale personnage, lui offrant un regard dédaigneux avant d'ouvrir sa bouche puante et de déplacer son corps lent et balourd pour tenter d'attaquer notre héros. C'était plutôt étrange, est-ce que cet homme ne connaissait pas la noblesse mondiale? Savait-il que le crime qu'il allait commettre d'ici quelque secondes lui vaudrait bien plus que les petits mois qu'il venait de promettre à Carls? Notre blondinet en doutait fortement et, pour cette raison, il se devait de lui faire comprendre les plus importantes lois royales qu'il avait à suivre avant d'enlever ainsi un homme qui devait rencontrer un personnage de la hauteur de Carls. Faisant doucement un pas vers le côté, l'homme ne bronchât même pas devant la force du coup, créant quelques buches pour bloquer les débris qui allait en sa direction et replaçant sa coiffure pleine de poussière en reprenant sa place, les bras croisés. La lenteur du colosse aidait beaucoup à éviter ces attaques.

- Qui selon-vous écrit vos lois? Qui vous donnes vos ordre selon-vous? La justice c'est moi et mes semblables. En tant que noble de ce monde et Roi, j'ai autorité sur votre petite personne et votre vie, vous croyez vraiment pouvoir m'envoyer en prison? Votre tête sera retirée de votre corps bien avant que j'ai franchit une porte de prison pour l'outrage que vous auriez osé faire en m'arrêtant ainsi.

Affichant un petit sourire au visage, il avait l'habitude que ce genre de discours fasse taire les petits marines qui se croyaient suffisamment important pour pouvoir douter de sa supériorité royale. Il y en avait beaucoup depuis un certain temps, il y avait un étrange corrélation entre sa distance de Caribou Island et l'inconscience générale des marines tant qu'a l'importance de sa personne. Enfin, il fallait les excuser, Carls savait parfaitement que son île était une terre reculée et perdue au centre de Grand Line, son royaume avait longtemps resté dans l'ombre et avec la révolution qui occupait temporairement ses terres, il était normal que les marines ne connaissent pas tous son importance. Ainsi, il donnât une petite tape sur l'arme du colosse avant de se diriger vers son marchand, il devait encore discuter affaire avec cet homme et le ramener à sa boutique serait la première chose à faire.

- Mais ne vous inquiétez pas, je comprendre que vos stupidité naturelle puisse avoir causé une telle ignorance de mon titre. Prenez ceci comme un avertissement, je ne vous ferez pas tuer, cette fois. Maintenant, ramenez-moi cet homme chez-lui, j'ai affaire avec lui.

Il réfléchit un instant, il serait plus simple de discuter avec lui sous la sécurité de la marine, on ne sait jamais ce que les habitants de cette île pouvaient faire.

-En fait, amenez le plutôt directement à votre quartier général, je témoignerai pour lui et ainsi je pourrait discuter avec lui plus tranquillement. Ma simple parole devrait être suffisante pour le sortir des quelconques allégation injustes dont il est accusé.

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t228-fiche-technique-de-carls

Messages : 87
Fonction : Cuisinier de l'Extrême.
Localisation : Grand Line - Alambra.
MessageSujet: Re: [Flashback] Le Bulldozer et le Caribou [Pv : Carl]  Mar 12 Mai - 15:40

Hm.

Commentaire ô combien démonstrative de la surprise qui gagnait le colosse en constatant qu'il n'avait pas touché au but. Décidément, ce rat était tenace. Et horriblement gênant, ce qui commençait à sérieusement l'agacer. Non content d'éviter le coup d'une manière peu appréciable, il se permettait de la ramener, se plaçant dans une position qu'il ne pouvait pas se permettre. Et si ce n'était pas l'envie qui manquait au Bulldozer de répliquer, celui-ci prit son temps car une chose le tracassait davantage encore. Ces morceaux de bois que l'individu avait fait apparaître pour se protéger des débris que son assaut avait soulevé. Il n'avait jamais vu quelqu'un utiliser le bois comme défense, et encore moins en le sortant de nulle part, comme un magicien brandissant un lapin-garou de son chapeau. Intense moment de réflexion donc, afin de déterminer l'origine exact du pouvoir du travesti. Immobile, silencieux, semblant comme déconnecté de la réalité, Arkein réfléchissait fort, très fort.

Toi, tu es bûcheron ?

Oui, une longue minute à se retourner le cerveau dans tous les sens pour parvenir à la conclusion que son adversaire était un bûcheron. L'explication lui paraissait soudainement plus logique, probablement que l'amoureux des bijoux et des virils câlins cachait de nombreuses bûches dans ses amples vêtements, ce qui expliquait pourquoi il en avait sorti instantanément. Fier de sa déduction et d'avoir percé à jour le secret de ce petit prétentieux, il gonfla un peu plus le torse, et daigna prêter attention aux mots de son vis-à-vis. Roi ? Cet homme se disait Roi ? De qui, de quoi ? Une vaste forêt, des animaux y vivant ? Avec peut-être des nains des forêts, êtres bien plus coriaces que les nains des villes, soit dit en passant. Il se sentait tout puissant face à la loi ? Se pensait au-dessus ? Lui, un minable de son envergure ? N'y avait-il pas de lois dans son royaume forestier ? Une seconde fois, le Halton se plongea dans cette sorte d'état de transe, mettant ses méninges à rude épreuve.

Alors, tu es le Roi des bûcherons, j'ai raison ?

Cette fois, il pensait bien ne pas se tromper sur le titre auquel cet homme attachait tant d'importance. Roi des bûcherons. Il farfouilla un instant dans sa mémoire, à la recherche d'une île sous l'autorité d'un tel souverain, en vain. Il y avait bien la princesse que l'on disait Blanche comme la neige, vivant au milieu d'une famille d'ours avec son prince, le chasseur, mais rien d'autre. Il abandonna bien rapidement, haussant les épaules, et reportant son attention sur la situation présente. Bien mal lui en fasse. Son faciès se déforma dans une moue contrariée, le ton et les propos de l'hybride homme-femme l'abaissant au rang de larbin, être pathétique destiné à servir les exigences d'une personne. Jamais. Il représentait la Marine, le Gouvernement Mondial par extension, il était le bras armé de la justice, jamais un simple civil ne lui ordonnerait quoi que ce soit. Résolu pour le moment à ne pas lui taper dessus, il estima préférable de tenter d'expliquer à cet imbécile combien sa position était insignifiante en ce monde.

C'est un étranger, il ne fallait pas lui en vouloir, ils ont plus de mal que les autres à s'adapter au changement, voilà tout.

Tu n'es rien, Roi des bûcherons. Tout juste le souverain d'un royaume risible et inutile, à peine capable de communiquer avec l'extérieur, mais cela s'arrête à cela. Je peux te briser comme la hache fend la bûche, c'est toujours plus simple de se faire comprendre en communiquant dans leur langage, et éparpiller tes os dans la nature comme les copeaux de bois soufflé par le vent. Alors dégage d'ici et renonce à ce qui t'attaches à ce criminel. Il doit comparaître devant un tribunal et il le fera.

Sur ce, il ramassa le Gamberos, le chargea sur son épaule, et reprit son chemin.

_______________________________

#243261
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t128-arkein-halton
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Flashback] Le Bulldozer et le Caribou [Pv : Carl]  

Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Le Bulldozer et le Caribou [Pv : Carl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Flashback] Le Bulldozer et le Caribou [Pv : Carl]
» Carl Brouard: le protocole du buveur
» Aprés Michaelle Jean à Ottawa voila Carl-Alex Ridoré à Friboug
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece New Order :: Zone RP :: Grand Line :: Autres Iles-