AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Saren Goto "le diable des mers"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pirate
avatarPirate
Saren Goto


Messages : 46
Fonction : Second
Localisation : Grand Line
MessageSujet: Saren Goto "le diable des mers"  Ven 23 Jan - 22:43

SAREN GOTO


Nom : GOTO
Prénom : Saren
Âge : 35 ans
Lieu de naissance : L'ile des Hommes Poissons
Race : Homme Poisson - Race des raies manta
Faction / Grade : Pirate
Métier/Rôle sur un navire : Bras armé
But : Détruire le Monde et asseoir la supériorité des HP
Surnom : Le diable des Mers
Mer de départ : Grand Line

Capacité : Gyojin Karaté


Anatomie :

Le physique d’un Homme Poisson est tout aussi unique que particulier. Et Saren ne déroge pas à la règle. De la race des raies Manta, il possède une peau bleu lisse et toujours humide. Plutôt qu’une peau, il s’agit en fait d’un cartilage souple, beaucoup plus résistant que l’épiderme des Hommes. Cette épaisseur permet aussi de résister à la pression des fonds sous marins. Le fait qu’elle soit lisse lui permet aussi de glisser de manière naturelle dans l’eau, n’opposant plus aucune résistance aux frottements.

Plusieurs parties de son anatomie sont recouvertes de Chitine grise, matière très solide qui compose la carapace de la plupart des crustacés. Ces plaques de protections sont présentes sur son crâne, son torse, le bas de son corps ainsi que ses avants bras. La Chitine est résistante à une grande quantité de matériaux, il est l’équivalent, en termes de densité et de dureté, à du métal. Cette particularité a le même objectif que celle d’une armure pour un chevalier.

Concernant sa tête, il faut noter que son visage est plutôt plat et sans cavité nasale. Seule une bouche fine sans lèvre vient découper l’uniformité. Il possède deux yeux jaunes sous la Chitine qui compose son crâne. D’ailleurs on peut remarquer la forme original de cette dernière, possédant deux cornes céphalliques de chaque côté. Singularité qui lui a valu le nom de Diable des Mers. Ces cornes n’ont aucune utilité encore prouvée à leur actuelle, mais peuvent être très dangereuse, car extrêmement résistante et pointue.

Autre particularité, Saren possède une queue de 2 mètres, équivalente aux deux tiers de sa taille. Ce membre supplémentaire n’est pas recouvert de Chitine, car son utilité primaire est de facilité la mobilité aquatique, autant pour l’accélération que pour la direction. Elle permet à Saren, grâce aux muscles puissants qui la composent, de se propulser à grande vitesse, ainsi que de pouvoir prendre des virages rapides et serrés. Selon certains, cette queue aurait une utilité également défensive comme offensive. Pouvant frapper les ennemis comme parer un coup.

D'après Ouiquipaid'Ya - Encyclopédie Universelle
Comportement :

Saren n’est pas compliqué à cerner. Il est violent, déteste le gouvernement et la race humaine.

Il n’aime pas particulièrement la vie en communauté. De par le passé, la seule expérience qu’il en a eue c’est fini en drame. Ne voulant plus revivre ça, il a choisi la solitude. Il pourra, si le besoin s’en faire sentir, s’allier à quelqu’un mais si leurs buts divergent, il tracera son chemin pour continuer seul ses objectifs. C’est un être associable, froid et sans pitié. Pourtant il a déjà été vu par le passé sympathiser et rire. Cependant il semble ne donner de l’estime qu’aux gens de son espèce, et surtout aux personnes puissantes. Il n’a aucune estime des faibles, ne les considère pas et s’il faut tuer, il tuera. Si quelqu’un gagne sa confiance, il devra tout de même se méfier de lui, il trahira s’il juge que son « ami » du moment ne mérite plus son estime.

Lors d’un combat, il sera le type de guerrier à entrer dans une rage folle, un état second, durant lequel, il ne contrôle plus ses émotions, il détruira, brulera, tuera tout ce qui est entre lui et son adversaire. Civil, Marine, femme ou enfant, peu lui importe. Sa haine fait de lui quelqu’un d’imprévisible, voir même fou. Il rentre très vite dans un état incontrôlable à la vue d’un quelconque symbole du gouvernement. Cet Homme Poisson est instable.

Vous ne le verrez jamais dans une taverne ou se promener tranquillement. Cet être est animé par sa soif de vengeance, il passe sa vie dans le but de détruire tous les symboles de sa souffrance. Oubliant ce qui est bon ou mauvais. La plupart des gens l’éviteront d’ailleurs.

Sur un bateau, il sera comme absent. Ne comptez pas sur lui pour mettre de l’ambiance et chanter. Il sera le principal de son temps sur le pont à scruter l’océan tout en ressassant ses souvenirs, ou imaginer ses futurs carnages. N’oubliez pas, c’est un personnage froid et dangereux, si vous pouvez éviter de le déranger, cela ne sera que mieux pour votre avenir.

Histoire :

District des Hommes Poissons, quelques décennies avant notre ère. Un équipage est sur le départ. Navire chargé de provisions et d'armes, les futurs voyageurs partent à l'aventure du monde extérieur. Pas de simples touristes ou marchands, mais bien un équipage pirate. Toutes ces personnes étaient nées et avaient vécues dans le district. Le lieu le plus malfamé de l'île, lieu où survivaient les pauvres et les malfrats, loin des sourires et de la richesse de Beverly Fish.

Ils n'avaient plus rien ici, aucun avenir, aucun espoir. Ils vivaient tous désormais avec le projet d'une vie meilleure, ailleurs. Tous réunis pour quitter le lieu qui les avait construits puis détruit. Ce groupe aurait un destin hors du commun, notamment deux d’entre eux prendront une ampleur inattendue. Un couple, uni depuis de longues années, prenait un virage dans leur existence.

père de Saren:
 

Lui était de la race des poissons Betta, il avait connu toute sa vie le dénigrement dû à ses basses origines, la pauvreté et la violence. Il était devenu un malfrat avec les années, volant pour son bien, combattant pour protéger ses rares biens. Elle, race des méduses, n’avait pas grandi dans la bonne famille. Son paternel n’était qu’un pauvre type dont la principale occupation était de battre sa femme et sa fille. Elle avait donc rapidement fuit le foyer pour errer dans les rues du district. Ils s’étaient tous les deux rencontrés lorsqu’ils étaient devenus de jeunes adultes, et s’étaient perdus dans la spirale de la délinquance.

Mais en ce jour de départ, ils avaient pris une résolution, changer de vie, mener une existence meilleure, sans délits. Cette décision n’était pas anodine, elle portait leur enfant, ils ne voulaient pas qu’il connaissance la même existence. Ainsi ils partirent en tout illégalité vers Grand Line, à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil, d’un lieu où ils pourraient reconstruire une vie sans souffrance.

Les premières semaines furent remplies d’enthousiasme dans l’équipage. La femme Méduse mit l’enfant au monde dès les premiers jours sur Grand Line. L’évènement fut accueilli par tous comme le symbole d’un renouveau, porteur d’espoir. Mais les évènements qui suivirent ne se passèrent pas comme ils l’espéraient.

Ils accostèrent sur une île pour se ravitailler en provisions, et pourquoi pas, trouver un coin où ils pourraient s’installer un certain temps. Les hommes débarquèrent, mais revinrent rapidement, chassés par les humains qui ne voulaient pas d’eux sur leurs terres. L’histoire mit un coup au moral de tous, mais ils gardèrent espoir, l’optimisme était encore au beau fixe, mais pour combien de temps ?

L’enfant n’était alors qu’un nourrisson. Saren, ainsi ses parents l’avaient baptisé. Il était de la race des raies Manta. Ses parents faisaient leur possible pour le nourrir et qu’il ne manque de rien malgré les multiples refus qu’ils essuyèrent par la suite sur les différentes îles. La tension commençait à monter sur le navire. Leurs vécus de reclus commençaient à ressurgir. Certains suggéraient de prendre les armes et de se servir sur la prochaine île. Ils n’allaient pas mourir de fin après tout ce voyage.

Malgré leurs bonnes intentions lors du début de leur voyage, le groupe n’eut d’autre choix que de se résoudre à voler lors de leurs différentes étapes. D’abord furtivement, et juste pour leurs besoins de nourritures et autres. Mais ils franchirent au bout de quelques temps les limites qu’ils s’étaient fixées. Lors d’une halte sur une île prospère, ils tombèrent sur une milice alertée par des habitants. L’affrontement fut sanglant, faisant chuter plusieurs membres dans les deux camps. Le reste du groupe réussit néanmoins à prendre la fuite avec leur magot. La haine envers les gens grandissait au sein des hommes poissons. Le père de Saren avait pris la tête de l’équipage. Ses camarades avaient été sauvagement tués pour de la nourriture. C’était impardonnable.

Les années qui suivirent ne furent que pillages et massacres. L’équipage fut baptisé les Fish of Hell, et sa renommée commença à inquiéter la Marine. Saren grandissait, et était bercé par les discours de haine et de violence de ses ainés. Ainsi il grandit avec cette rage envers le monde qui les rejetait. Ses parents, aveuglés par la douleur, l’élevèrent ainsi. Propagande antihumain, anti-gouvernemental. Pourquoi n’avaient-ils pas le droit à une place sur cette mer ? Pourquoi étaient-ils rejetés par tous ? Ils se feraient leur place, cette mer serait à eux un jour, aux Hommes Poissons. Et tous ces gens paieraient pour leur égoïsme et leur cupidité.

Saren, entrainé par ses pères aux différents arts du Gyojin, devint un combattant rapide et puissant dès son adolescence, participant aux actes de vandalismes, et y prenant un malin plaisir. Il en faisait même un jeu. Ces maudits humains ne méritaient que ça. Il était de la race supérieure, aussi habile sous l’eau que sur terre, une puissance naturelle et un moral d’acier. Les primes tombaient sur la tête des membres de l’équipage, et la violence agissait sur la folie. Chaque augmentation de prime était célébré comme une victoire par les pirates des Fish of Hell, clamant leur supériorité à tout va et menaçant à voix haute la race des Hommes.

Mais de grosses têtes primées ne restent pas tranquilles longtemps. La Marine se mit en chasse de l’équipage. La vie des membres jonglait désormais entre vols, massacres et fuites. Mais il en était assez pour le père de Saren. Il était temps d’afficher leur puissance face à au gouvernement. Ainsi alors qu’ils voguaient en pleine mer, ils furent attaqués par un bateau de la Marine. Le combat fut terrible, les canons des navires se harcelaient, tandis que les Hommes Poissons se jetaient à l’eau pour aborder ces sales militaires. En quelques minutes, plus aucun Marine ne respirait, mais quelques HP avaient tout de même été blessés. Cet affrontement ne resterait pas sans suite. Ca Saren le savait, mais il en était de leur honneur.

Le père de Saren devenait fou, il projetait de s’attaquer à une base de la Marine, sa femme essayant de l’en dissuader. Saren était subjugué par son paternel et le soutenait dans son projet. Il fallait les faire payer. L’assaut était planifié, une petite base isolée. L’équipage attaquerait de nuit depuis la mer. Les canaux leur permettraient de s’introduire dans le cœur de la base sans être repérés. Une fois à l’intérieur ils n’auraient qu’à massacrer tout ce qui bouge. Saren était prêt, il suivrait son père dans son combat jusqu’à sa mort.

Mais cela ne se passa pas comme ils l’avaient prévu. Le vice Amiral Kasuga Kagami, actuel Amiral en chef, était sur place cette nuit là, accompagné de ses meilleurs hommes. L’assaut des Fish of Hell fut un carnage. Une fois l’effet de surprise passé et après de nombreux morts du côté de la Marine, la bataille s’inversa. Le vice Amiral entra dans le combat, blessant ou tuant de nombreux pirates. Les survivants furent ligotés à même le sol.

Saren en faisait parti. Il était là, allongé face contre terre à chercher ses parents du regard, immobilisé par les chaines qui lui cerclaient le corps. Il aperçut son père et modèle, une plaie béante en travers du torse, vautré dos au mur. Etait-il encore vivant ? En tout cas sa mère, elle, l’était bien, encore debout à en découdre avec ces sales humains, criant à Saren de s’enfuir. Mais il ne pouvait pas, impossible de faire un geste, ou de se libérer. Sa mère brisa la nuque de son opposant et se précipita vers son fils. Mais une lame l’arrêta en pleine course, lui traversant la poitrine. Une gerbe de sang s’échappa de sa bouche, son regard fixait notre jeune combattant. Saren ne put retenir un cri de rage qui résonna dans toute la base. La femme méduse s’écroula tandis que le Marine tenant l’épée avait orné son visage d’un sourire satisfait. Une haine sans précédent submergea Saren qui réussit partiellement à se libérer de ses liens. Parvenant se mettre  debout, il s’apprêtait à se jeter sur l’assassin de sa mère, mais une main puissante l’arrêta, celle du Vice Amiral lui même.

« Bouge plus gamin. Cela m’ennuierai de devoir tuer encore. »

L’aura de l’homme glaça le sang de notre jeune pirate, qui s’écroula. Lui, ainsi que tous les survivants furent emmenés, les jours suivants, vers la prison sous-marine réservée aux HP.

Les conditions de détention y étaient horribles. La prison était surpeuplée, les cellules minuscules, la bouffe infâme et le traitement des détenus inqualifiable. Le père de Saren était enfermé ici également mais dans un bloc différent. Sa prime étant élevée, il avait été placé sous haute surveillance. Saren vécu une première année difficile mais de par sa force et sa détermination, il s’imposa vite comme un personnage dangereux et les autres pensionnaires des lieux le fuyait comme la peste, peur de faire quelque chose qui le pouvait le contrarier. Mais son seul objectif était de rejoindre son paternel, pour cela il lui faudrait augmenter la menace qu’il représente. A l’occasion d’un de ses rares temps libre, il attaqua donc un groupe de surveillants, non pas pour s’enfuir mais bien pour être affecté dans le quartier de haute sécurité.

Malgré ses chaines, notre Homme Poisson parvint à envoyer à l’hôpital neuf gardes armés. Mais cela lui valu de passer par la case punition. Il finit par atterrir dans la cellule voisine de son père. Ici, aucune ballade, aucun contact avec les autres détenus, le seul maître est l’isolement. Saren n’avait pas plus de nouvelles de son père, mais au moins il le savait proche, il pouvait sentir sa présence au travers de ces épais murs.

De nombreuses années s’écoulèrent, et avec le temps, les administrations et les têtes dirigeantes changent. Un quelconque commanditaire avait décidé de la fermeture de la prison sous-marine pour insalubrité, les détenus seraient donc transférés. Les moins dangereux vers des prisons annexes. Tandis que les plus sensibles seraient dirigés par petits groupes vers Impel Down. Saren se préparait donc, il aurait surement l’occasion de voir son père.

Saren était ligoté et gardé par cinq Marines. Le navire devant l’emmener jusqu’à la célèbre prison était à quai. C’était un navire léger, apparemment le gouvernement voulait se la jouer rapide et discret. Notre HP embarqua avec quatre autres détenus, dont faisait parti son paternel. Quelle surprise ! Sous bonne garde, ils étaient tous attachés face au mur, pieds et mains liés. Saren pouvait apercevoir son paternel à quelques mètres de lui, mais ce dernier semblait usé, fatigué, même malade. Qu’avait-il bien pu subir pour être ainsi brisé ?

Sils étaient enfermés à Impel Down ça serait la fin pour eux. L’endroit avait une réputation, et Saren n’avait pas envie qu’ils en fassent les frais. Ce transfert, c’était l’occasion où jamais. Il fallait qu’il se libère et s’enfuit avec ses camarades. Par quel moyen ? Aucune idée, mais il fallait agir, et les plans de bataille c’était pas vraiment son truc.

« Yo toi l’bleu là bas ! File moi à boire j’ai soif !"

« Vous pourrez boire quand on l’aura décidé compris ?! »

« Bordel, j’ai soif ! Tu vas pas me laisser crever là ?! J’crois pas que tes supérieurs apprécieront ! »

« Pffff ! Saloperie de calamar »


Le Marine se saisit d’une bouteille de flotte pour l’apporter à Saren, et lui tendit.

« Bah tu vois pas que je peux pas utiliser mes mains non !? »

« Tsss ! »


Alors que le militaire s’approchait pour le faire boire, Saren entoura sa queue autour du torse du matelot, serrant progressivement pour que ce dernier sente bien la menace et la puissance de l’action, et le décollant du sol.

« Maintenant saleté d’humain, tu vas appeler tes p’tits copains, et leur dire de nous libérer. »

« Ja... jamais enfoiré d’poisson. Plutôt crever... »

« Ok... »


Saren augmenta la pression sur le torse du Marine qui commençait à devenir bleu.

« Tu sens comme ta respiration devient douloureuse ? Tu veux peut être changer d’avis ? »

« A..aaa...arrête.... A ...l’aiiide ! »

« Voiiiilà quand tu veux ! »


En quelques secondes, toute une tripotée de moussaillons débarqua dans la cale où nous étions enfermés. Saren leur expliqua brièvement la situation, menaçant de tuer leur collègue s’ils ne les libéraient pas rapidement. Après quelques secondes d’hésitations, les Hommes Poissons furent détachés. Saren tenait toujours son otage sous la pression de sa queue.

Mais une fois sur le pont tout s’inversa. Une trentaine de soldats les attendaient, cela ne serait pas si simple de se faire la malle. Cinq contre trente, déséquilibré mais pas impossible.

« Bien... si vous voulez jouer alors on va jouer ! »

Le regard de Saren s’assombrit et resserra l’emprise du Marine qu’il tenait, le faisant éclater. Son corps retomba au sol en deux moitiés inertes, tel deux énormes steaks. Saren entra dans une rage folle.

« Aaaaaaahhhh ! Vous allez payer pour tous les autres ! Bande de chiens ! »

Le combat fut terrible. Les Marines se jetèrent sur les détenus, mais la réponse de ces derniers ne se fit pas attendre. Saren tua froidement et sans retenue de nombreux Hommes, mais son père était en difficulté, épuisé, il prit un violent coup avant de se voir transpercer par une rafale de balles, pour finalement chuter de tout son poids. Saren se précipita pour l’aider, brisant la nuque de ceux qui se plaçaient sur son chemin. Il prit son père dans les bras, le priant de ne pas l’abandonner. Mais c’était trop tard, ce dernier quitta son fils dans un dernier soupir. S’en était trop pour notre HP, un cri de rage mêlé à de la détresse retentit sur le pont. Après quelques minutes d’un combat à sens unique, Saren était le dernier survivant, blessé et à bout de force, il embrassa son père pour lui dire adieu et mis le feu au navire.

Saren se jeta à l’eau, avide de vengeance. Il aura la peau de tous ces humains et du gouvernement
.



_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t368-votre-mort-viendra-du-diab
Pirate
avatarPirate
Saren Goto


Messages : 46
Fonction : Second
Localisation : Grand Line
MessageSujet: Re: Saren Goto "le diable des mers"  Sam 24 Jan - 17:07

Un up pour signaler que ma préz est terminée ^^

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t368-votre-mort-viendra-du-diab

Messages : 340
Fonction : Médecin
Localisation : Whyskey Peak
MessageSujet: Re: Saren Goto "le diable des mers"  Sam 24 Jan - 18:08

Hello !

Alors je trouve ta fiche bien, attention tout de même aux fautes d'orthographe. Il y a un petit manque de relecture je pense. Sinon personnage original puisque c'est un homme poisson. Le caractère et l'histoire correspond avec ce style de personnage je trouve. Une histoire peut-être un peu commune en revanche. Je trouve qu'il aurait été plus intéressant et plus original de faire en sorte à ce que son père ne meurt pas ! ^^ Mais au final, son père n'aurait pas pu fuir et vivrait le restant de ces jours à impel down. Ton personnage aurait pu avoir pour but de le libérer du coup et serait arrivé trop tard. Ca aurait donner cette petite touche d'originalité qui me manque. Attention aussi à ne pas trop écrire sur l'histoire de ses parents, sauf si c'est vraiment nécessaire. Après c'est un avis personnel concernant ce dernier point bien entendu. Je note tout de même une petite présence du background.

Pour ma part ce sera alors 165 PA avec le surnom que tu t'es donné : Le diable des mers. Il te va très bien vu les cornes. Ca donne l'impression que c'est une nouvelle race de poisson. Concernant la prime, je dirai 5.000.000 parce qu'il a été dans un équipage de pirate assez longtemps et qu'il a tué plusieurs marines et du coup a fuit la prison (avant d'y être réellement).

Voilou voilou, en attente d'une seconde validation maintenant.

_______________________________

322D9775-6EAB-4A25-B51A-D2E21416789E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t214-hayley-schwartz

Messages : 123
Fonction : Médecin
MessageSujet: Re: Saren Goto "le diable des mers"  Sam 24 Jan - 18:33

Bonsoir Smile

Oh, chouette, un homme poisson Very Happy première fois que j'en vois un - si si, c'possible ♪

Bref, je ne vais pas revenir sur les commentaires de Hayley ^^ juste je préciserai que c'est une bonne fiche, malgré quelques fautes que tu aurais pu éviter, mais dans l'ensemble rien à redire ^^

Je valide donc ta fiche avec 170 PA, ce qui te fait avec ce que t'as accordé Hay 167 PA, le surnom est accordé et de même pour la prime ^^

Ala tout est dit ♪

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t223-fiche-technique-de-l-alchi
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Saren Goto "le diable des mers"  

Revenir en haut Aller en bas
 

Saren Goto "le diable des mers"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Saren Goto "le diable des mers"
» Votre mort viendra du diable des mers
» Corne du Diable = Psycopathe
» L'ENFER EST SUR LA TERRE MAIS LE DIABLE EST EN AFRIQUE DU SUD !
» SI ARISTIDE EST UN DIABLE ,DUVALIER EST-IL UN DIEU ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece New Order :: Administratif :: Espace Joueurs :: Présentations :: Présentations Validées-