AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Oriana [DC Lucas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Exclue
avatarExclue
Oriana


Messages : 46
Fonction : Vigie
Localisation : Grand Line
MessageSujet: Oriana [DC Lucas]  Lun 12 Jan - 14:47

NOM DU PERSONNAGE


Nom : Elle ne le dit pas
Prénom : Oriana
Âge : 19
Lieu de naissance : San Faldo
Race : Humain
Faction / Grade :  Civil pour commencer. Puis Révolutionnaire ou Marine en fonction de son évolution.  
Métier/Rôle sur un navire : Vigie
But : Révolutionner le marinisme ou le détruire. Retrouver ses parents.
Surnom : Sorcière Noire
Mer de départ : Grande Line

Capacité : Bari Bari no mie : fruit des barrières.


Description Physique :

De taille plutôt moyenne, Oriana est une jeune femme qui compte aujourd’hui son 19ème printemps. Si son physique est d’une beauté banale, il ne tient qu’à nous de chercher ce petit plus, ce ou ces petits détails si j’ose dire, qui feront d’elle une personne unique. Quelque chose qui en fera une rose splendide dans ce jardin de lavande. Sa morphologie lui donne une allure d’athlète bien qu’elle n’ait jamais rien fait pour dans sa jeunesse qui l’expliquerait, seules ses récentes activités peuvent donner une légitimité à son apparence fluette. Autre particularité dû à son héritage biologique, Oriana à une chevelure rosée, si bien que l’on ne sait pas si cela est une coloration ou si c’est bien naturel. A la décharge des rares curieux qui se poseraient la question, son style vestimentaire un peu pop rock n’aide pas bien à se faire une idée.

S’il y a bien une qualité qui se dégagerait de son apparence ce serait son charme. Il émane effectivement une chose de cette jeune fille. Je ne parle pas là de sa beauté naturellement acquise, mais bien d’un ensemble de choses qui sont spontané chez elle comme son sourire avec la tête légèrement penchée sur le côté, le regard pétillant de vie et débordant de malice, ou encore ses pupilles d’un bleu reflétant une mer azurée par beau temps. C’est en effet son sourire et les quelques expressions de son faciès qui font d’elle une belle personne, physiquement j’entends. Bien sûr inutile de vous prévenir de ne pas la juger que sur son apparence et ainsi de ne pas la sous-estimer. Le combattant aguerrie et alerte que vous êtes n’auras sûrement pas laissé échapper le détail suivant : son absence de cicatrice alors qu’elle a déjà quelques combats à son actif.

Concernant son style vestimentaire actuelle Oriana aime s’inspirer de l’excentricité de certains concepteurs de mode résidant à Water Seven. Profitant du carnaval pour justifier leur créativité, un peu osé parfois, Oriana s’approche un peu du style pop rock. Un peu gothique en ce qui concerne le corsait et la jupe, on retrouve un peu de fantaisie avec les motifs rouge cousus sur ces vêtements comme les cerises ou encore les cœurs. Mais le plus amusant, bizarre selon les personnes, se trouve être son veston à capuche qui a pour particularité d’avoir intégré des oreilles de chats en guise de décoration. Sur les manches on retrouve toujours le côté gotique avec quatre bandeaux de cuire avec des piques à pointes arrondie sur chacune d’entre elles. C’est sa période rebelle. En effet, son ancien style vestimentaire, que vous vous ferez une joie d’imaginer en lisant son histoire, est légèrement plus… coincé.

Cependant, avant de jauger cette demoiselle et de la ranger dans une case, je vous invite volontiers à lire sa description psychologique.

Description Psychologique :

Oriana est une jeune femme qui semble aux premiers abords être une femme pleine de vie. Souriante, amusante et charmante, toujours un sourire pour illuminer son visage. Elle est aussi spontanée que vive, aucun temps mort avec elle. Excentrique, elle aime se distinguer que cela soit par les vêtements ou par un comportement souvent inappropriée. Elle n’aime pas les faux semblant et donc, même si consciente de l’effet qu’elle peut avoir, ne joue que très rarement avec les sentiments des gens ainsi que de ses charmes. Elle reste très naturelle.

Plutôt grande gueule, elle ne prend rien ni personne au sérieux, que ça soit les marines, les révolutionnaires de tous les bords ou encore les pirates, elle affiche une confiance en elle assez forte qui peut aisément être pris pour de l'arrogance. Elle s'amuse très souvent à provoquer les gens, d'ailleurs elle ne fait que ça pratiquement. Elle estime qu'elle ne doit rien à personne... Avec un caractère pareil vous imaginez bien qu'elle doit en faire voir des vertes et des pas mûres à son entourage.

Derrières ses aires de dure se cachent malgré tout une fillette au coeur sensible. Elle éprouve beaucoup de compassion pour des personnes qui, comme elle, ont tout perdu. Elle n'aime pas faire le mal pour faire le mal, mais quand elle le fait c'est souvent par caprice, comme pour exprimer ce qu'elle ressent sur le moment. Malgré l'impression de légèreté qu'elle dégage quotidiennement, Oriana est une jeune fille cultivée, elle a appris à connaître les gens et le monde. Ce qui des fois lui donne un air mystérieux, surtout quand celle-ci lâche des phrases à moitié philosophique sortie de nul pars.

Cependant, derrière ce masque d'énergie pour le moins explosif, Oriana cache une personnalité désabusée, triste et abattu. Si elle est rebelle, ce n'est qu'à cause d'un concours de circonstance qui a fait qu'elle s'est retrouvée seule et sans aucun repère. Elle est désormais obligée d'occuper sa pensée de quelque façon que ce soit sinon elle devient mélancolique. Elle n'est donc pas foncièrement méchante, mais est devenue très maladroite dans ses relations avec les gens. Elle ne vous apprendra que très rarement des éléments sur sa vie passée qu'elle a vécu comme un traumatisme. De plus elle ne fait plus confiance aux gens, ce qui fait que la plupart de ses relations avec autrui sont assez limités.

Elle ne le dit pas non plus, mais Oriana est resté malgré tout très croyante mais se le cachera avec un côté cynique et un humour sarcastique. Qui dit croyante, dit aussi dotée d’une forme de morale. Finalement elle a bien intégré certaines conventions sociales même si elle s’en défendra parfois. La jeune fille se cherche encore.

Une chose reste cependant immuable dans sa vie, quelque chose qu'elle aime plus que tout : L'océan. La mer est pour elle à l'image de la vie : changeante. Tantôt elle est calme et paisible, tantôt elle s'agite pour que s'abatte sa colère aveugle, dure et sans discernement. Elle en tire sans arrêts des leçons.

Histoire :

Oriana est née et a grandi sur l'île de San Faldo, une île connue pour son carnaval semblable à celui de Water Seven et grâce à son tourisme foisonnant. Mais cette île est aussi connue pour autre chose, d'un peu moins joyeux pour certain et très important pour d'autres : son temple. Un temple dédié à l'une des plus puissantes divinités du monde : Econa. Il s'agit d'une religion en expansion depuis plus d'un demi-millénaire et beaucoup de personnes sur cette île sont de grands pratiquants. Ce qui fait sa particularité, en plus de vénérée la mer, est sa conception du monde expliquant que les fruits de démons seraient le mal absolu, puisque créer par le dieu du ciel Diyeuz. Ceux qui en mangent seraient alors maudits par Econa et leurs utilisateurs bannis de ses temples.

La famille de la jeune fille font partie de ses pratiquants, ils ne manquent aucune célébration et sont très traditionaliste. Oriana tenait même son nom d'une des divinités d'Econa, Orian le dieu gardien des fonds marins. La jeune fille était quant à elle très croyante et pratiquante, elle ne jurait que par ça. Elle était promise à un avenir de prêtresse et faisait tout pour abonder dans ce sens. Voeux de célibat, voeux de chasteté... elle était déterminée.

L'année de ses 17 ans, Oriana était désormais sous la coupe du temple, elle y vivait pour y étudier ce qu'elle devait savoir et confirmer sa foi. Un jour on lui faisait s'occuper de recevoir les visiteurs pour répondre à leurs questions, une initiative très importante au sein de leur religion. Ce jour-là quelque chose lui marqua l'esprit, une rencontre inattendu avec un jeune garçon répondant au nom de Samuel. Ce dernier n'y connaissait rien au marinisme et il voulait en savoir plus, posant plein de questions, échangeant quelques critiques teinté d'un humour fort ravageur. Il était charmant, curieux, intéressant et le courant passa très vite entre eux. Elle sortait régulièrement du temple pour le voir. Malgré tout, Samuel semblait n'être que de passage. En effet son père était un grand voyageur et ils vivaient de ses trocs. Il échangeait des objets rares ou des trésors qu'il trouvait pour vivre, bien sûr cela n'était des fois pas très légales. Ce qui plut d'abord à Oriana c'était ses nombreuses histoires, ce qu'elle connaissait du monde elle l'avait lu et du coup cela lui apportait bon nombre de rêverie.

Bientôt ce qu'elle ressentait comme étant de l'amitié ce changea vite en sentiment amoureux, première fois qu'elle éprouvait un sentiment aussi fort. Elle eut peur, mais très vite rationalisa pour tout garder pour elle. Elle avait fait voeux de célibat et elle avait bien l'intention de s'y tenir, car sa foi restait très forte. Quand le jeune garçon lui avoua qu'il avait lui aussi des sentiments, elle n'eut d'autre choix que de le repousser. Samuel était attristé de voir qu'elle ne romprait pas ses voeux pour lui, puis parti sans échanger un mot.

Cela faisait quelques jours qu'elle n'avait pas eu de nouvelle, elle s'en voulait terriblement de lui avoir fait subir cela, mais elle était jeune et encore pure. Elle ne savait pas l'importance des gestes qu'elle pouvait poser. Cependant, elle savait qu'elle devait avoir une posture à tenir pour quand elle devait voir les gens. Le jour elle était digne et joyeuse, la nuit elle était en pleure et solitaire. Un matin elle reçut une lettre de Samuel qui disait qu'il allait bientôt quitter l'île définitivement, qu'il voulait qu'ils se quittent en bon terme et l'invita à dîner chez lui. Ravie de cette nouvelle et de cette initiative, elle alla vite se préparer pour le soir.

Il avait tout préparé, les deux jeunes se regardaient un peu gênés, puis Samuel prit la parole en tremblotant:

« C'est moi qui ai cuisiné, j'espère que tu apprécieras quand même. »

L'entrée était très bonne, c'était une sorte de salade verte. Pour le plat principal Samuel s'était fait plaisirs, un bon gros rôti qui avait baignés dans sa sauce. C'était gras, mais ils s'en fichaient, ils étaient jeunes. Oriana était aux anges, elle s'était beaucoup amusée. Puis vint le dessert, c'était un fruit coupé en tranche, présenté comme un ananas.

« C'est un dessert spécial, » avertit Samuel, « j'espère que tu aimeras ».

Sans se faire prier elle en prit une bouchée. Elle avait une mine horrible, son sourire angélique se changea en sourire gêné.

-« C'est... C'est spécial » Répondit-elle pour ne pas le vexer. Le jeune garçon changea son expression par un léger sourire.

-« C'est normal que ça soit mauvais en fait, on raconte que les fruits du démon ne sont jamais très bon... J'ai été obligé de le voler à mon père, il le gardait pour le vendre à très bon prix, mais le jeu en vaut la chandelle, non ? »

Oriana se crispa, son cœur se glaça et commença à se faire vomir. Elle n'en revenait pas. Elle venait de goûter un fruit interdit, le mal absolue. Pourtant, il savait très bien que dans sa religion elle ne pouvait pas, qu'avait-il fait ?!

« Je suis navré d’en être venu à de telles extrémités, mais il le fallait. Je me suis renseigné, si une personne au sein des marinistes consomme un fruit il sera excommunié » . Expliqua calmement Samuel en observant Oriana s'affoler. La pauvre ne comprenait pas.

Le jeune homme continua :

« Tu ne t'es même pas rendu compte de ce que tu m'as fait au nom de ta prétendue foi. Après que tu m'aies repoussé je suis repassé au temple pour te voir et tu souriais comme si de rien n'était. Tu t'es juste foutu de moi. En plus tes dieux des océans, mais quelle connerie. Le monde réel n'est pas comme ça. Tu devrais me remercier. »

Elle s'apprêtait à partir encourant les larmes aux yeux. Un flot de sentiments lui passaient à travers l'esprit.

« Je vais maintenant avertir tes amis, ta famille, les autres prêtres... Tout le monde sera au courant et te rejettera. Tout comme tu l'as fait avec moi. » Fini d'expliquer Samuel, qui avait désormais un visage décoré du sourire du diable.

La jeune fille partie, elle s'enfuit. Ne voulant pas croire ce qu'elle entendait elle retourna instinctivement chez elle. Oriana ne put fermer l'oeil de la nuit, trop inquiète de ce qui allait se passer. Finalement, le jour arriva assez vite, elle s'était endormie assez tard et le réveil était dur. Elle sortit pour aller au temple, un brin parano elle pensait que tout le monde la dévisageait... Et c'était peut-être le cas. Tout le monde l'attendait au temple, avec des visages graves. Elle joua la comédie, comme si elle ne savait pas ce qu'il se passait. Quand son père pris la parole.

« On nous a rapporté une fâcheuse nouvelle. Tu aurais mangé l'un de ces infâmes fruits du démon. Tu es ma fille et tu as pour mission de devenir une des prêtresses. Tu te rends compte que cela est grave. »

-« Mais enfin ! J'ai juste mangé un fruit avarié, rien de plus. C'est Samuel qui raconte n'importe quoi ! »

-« Sûrement, cependant nous allons quand même vérifier. Simple mesure pour dissiper tout malentendu. Tu vas soulever cette pierre en granit marin. Un enfant de 10 ans peut le soulever comme tu le sais, mais un possesseur de fruit non. A son contact sa force est sapée. »

Elle avança tremblotante vers la pierre. Cependant, elle voulait être sûre aussi que ce n'était pas là une mauvaise blague cruelle de Samuel. Elle prit la pierre rapidement dans ses mains avant de s'écraser sur le sol. Impossible de bouger. Elle n'avait plus de force. Elle s'éloignait de la pierre pour se relever, les larmes aux bords des yeux. Ses parents lui tournèrent le dos :

« Va-t'en. » Dit son père en pleure.

Choquée, elle regarda autour d'elle et les gens affichaient tous un regard d'effroi. Comme si Oriana s'était changé en monstre.

« Mais papa ! Je... »

Un caillou jeté en pleine figure arrêta net la jeune fille, c'était l'un des enfants dont elle avait l'habitude de s'occuper qui le lui avait lancé. Puis d'autres se mirent aussi à lui en décocher, la poussant à s'enfuir. Quand elle fut seule, sans personne derrière elle, elle explosa littéralement en sanglot, désespérée, ne pouvant pas croire à ce qui lui était arrivée, Oriana s'approcha dangereusement du littorale. Si elle ne faisait ne serait-ce qu'un pas de plus la jeune fille se retrouverait probablement éclatée sur les rochers. Se voyant elle-même comme un monstre et sans doute dans un élan de folie, elle tenta de franchir le cap. *Mais que ?!* se dit-elle alors qu'elle venait d'avancer. Impossible de sauter, quelque chose l'en empêchait. Un mur invisible, légèrement transparent se tenait entre elle et le vide. Impossible de le franchir. Elle recula, surprise de cela, avant de comprendre que c’était elle qui venait de faire ça, inconsciemment. Puis se rendit compte de ce qu'elle s'apprêtait à faire. L'adolescente allait sauter alors qu'elle n'avait aucune envie de mourir. Oriana resta là, sans bouger et sans penser pendant des heures. Elle observa juste la mer en écoutant le bruit des vagues s'éclatant contre la falaise.

*Mes dieux m'ont tourné le dos, de même que mes parents ainsi que tout ce que je connaissais et aimais. Que suis-je désormais ?*

Elle se leva et marcha longuement, comme si elle cherchait la réponse à sa question. Sans s'en apercevoir elle rejoignait le port de San Faldo. Elle croisa Samuel qui se préparait à partir définitivement avec son père, mais ne le reconnu pas, la pauvre fille était perdu dans ses pensées. Le jeune homme quant à lui ne put résister et lui adressa la parole :

« Alors ? Ça fait quoi de se sentir rejeté ? Hahahahaha »

Il n'eut pas le temps de rire bien longtemps. Instinctivement Oriana leva le bras dans sa direction et une barrière apparut, projetant le jeune garçon dans l'eau. Quand ce dernier essaya de remonter à la surface, il sentit qu'une force l'en empêchait. La barrière faisait désormais obstacle entre Samuel et la surface, l’air commençait à lui manquer. Oriana était dans un état second, en apparence très calme, on arrivait quand même à sentir toute la rage qui l’a prenait au ventre. Les témoins de la scène sautèrent soit à la mer pour tenter de secourir le jeune garçon, soit foncèrent sur Oriana pour tenter de la maîtriser. La barrière se déplaça pour empêcher le moindre contact entre elle et les villageois.

« Espèce de Monstre ! » « Sorcière ! » « C'est une sorcière elle a des pouvoirs ! »

Autant d'insultes et de mépris venant d'autant de gens. Les marinistes présents ainsi qu'un prêtre reconnurent la jeune fille.

« Oriana cela suffit ! Si tu blesses d'autres gens tu seras pourchassé !»

Oriana repris ses esprits après cette phrase. *Mais qu'est-ce que je suis en train de faire ?! Tout est confus dans ma tête !*

-« Maintenant nous allons te laisser la cabane loin de la ville, nous t'y fournirons en vivre de sorte que tu n'aies pas à revenir par ici. De ton côté tâche de prier pour le salut de ton âme. Nous ferons de même. » Fini par ajouter l'un des vieux prêtres.

Oriana passa des mois sans sortir de la cabane, la pauvre venait de perdre tous ses repères. Qui croire, que croire, qu'allait-elle devenir... Autant de questions qui restaient sans réponse. Ce n'est qu'après un certain temps qu'elle remit la tête dehors, profiter de l'air frais d'un printemps qui se faisait encore timide. Elle recommença à parler avec des visiteurs de passage qui se baladaient non loin pour avoir un peu de contact humain. Les discussions au départ étaient innocentes et sans grands intérêts. Puis au fur et à mesure qu'elle reprenait confiance en elle, devenait de plus en plus direct. Elle se surprit par moment à raconter son histoire à de parfaits inconnus juste pour savoir ce qu'il fallait qu'elle fasse. Mais personne ne pouvait lui répondre. Des fois c'était des enfants qui venaient la voir de temps en temps pour se moquer d'elle et l'appeler : « Sorcière Noire » à cause de ses vêtements. A force de raconter son histoire aux gens dont elle se fichait royalement, son caractère avait changé. Elle était devenue cynique, ironique, provocatrice et agressive. Elle n'avait plus besoin de raconter sa vie, elle voulait passer à autre chose. Mais sa cicatrice ne se refermera sans doute jamais.

La jeune fille avait désormais 18 ans, soit un an après le fameux incident. Elle s'amusait à revenir en ville le soir ou lors de grands évènements comme le carnaval pour faire peur aux gens. C'était une sorte de vengeance mesquine, mais elle en avait besoin. Même si on l'insultait, elle se sentait au moins exister. Elle critiquait publiquement le marinisme, ce qui lui attira toujours plus de méchanceté. Bref sa côte de popularité ne pouvait pas être plus basse. Un certain quotidien se traça, mais Oriana avait désormais envie de partir, cette île l’a pourrissait de l'intérieur. C'était devenu un environnement toxique. Elle guettait de loin l'embarcation qui faisait la correspondance entre San Faldo et Water Seven, mais elle coûtait trop cher. Il ne lui restait plus qu'une solution : voler cet argent, heureusement elle avait un plan.

La nuit tombée elle attendait que tout le monde assiste à la célébration en l'honneur d'Ecola, elle profita d’un moment de prière pour entrer discrètement, alluma un feu avec les torches en brûlant des tapis et fresques, renversa de l’alcool et attendis à l'extérieur. Les gens commençaient à s'affoler et à vouloir sortir en panique, sauf qu'ils ne le pouvaient pas. Une chose les en empêchait. C'était Oriana qui avait créé une barrière.

« Laisses-nous sortir sorcière ! » « C’est la Sorcière Noire ! Elle nous a enfermés ! » Crièrent les pauvres gens.

-« Fermez là et écoutez-moi les gueux ! Je ne vous laisserais sortir qu'à condition que vous déposiez tout votre argent dans la corbeille devant vous. Vous en faites pas, après je me casse d'ici définitivement, mais avant j'aimerais bien  parler avec un des prêtres pour savoir où sont passés mes parents ? » Annonça-t-elle avec un ton à la fois méprisant et provocateur. L'un des prêtres s'avança devant les autres :

-« Nous allons t'obéir, je ne parlerais de tes parents qu'après que tout le monde soit sorti et quand l'incendie sera éteint ! »

-« Soit. » Répondit-elle sèchement. « Grouillez-vous avant de vous faire cramer vos culs. »

Les gens apeurés s'exécutaient, des centaines, puis des milliers de berrys s'amassaient devant Oriana qui faisait mine de jouer avec un bout de bois. Une fois que tous eurent donnés, elle changea la forme de sa barrière pour récupérer facilement la corbeille avant de partir en courant. Les gens se préoccupèrent alors d'éteindre l'incendie qui ne s'était beaucoup propagé. Une fois que les choses s'étaient calmées, Oriana entra dans la chambre du prêtre par la fenêtre en utilisant son pouvoir comme appui. L'homme était éveillé et regardait la jeune fille avec beaucoup de mépris.

« Tu es devenu ce que tu as mangé. Le Démon t'a bien changé. »

-« Hihihi ! Vous ne savez même pas de quoi vous parlez vieux fou. Maintenant dites-moi où son mes parents, ça fait trop longtemps qu'on ne les voit plus au village, je suis retournée chez moi et la maison était vide. Que s'est-il passé ? »

-« T'es parents sont partis le mois après ton acte satanique. Ils voulaient faire bonne figure au début, mais ils ne pouvaient pas supporter ce que tu étais devenu. Ils ont alors pris le large sans donner d'information supplémentaire. En même temps tu les avais trahis, tu nous as tous trahis. » Envoya nonchalamment le vieil homme. Cette parole fit tilt dans la tête d'Oriana.

-« Trahit ? Trahit ?! » Répondit Oriana en colère. « Où est la trahison quand on se fait piéger par l'être que l'on aimait ? Où est la trahison quand je mange ce qu'il semble être un fruit semblable à tout autre et que personne ne vous a prévenu de ce que c'était ? Où est la trahison quand personne ne m'a laissé le loisir de m'expliquer ? Alors que j'ai toujours vécu ma vie pieusement ? C'est vous qui m'avez tous trahit, vous m'avez tous abandonné tel des gens imbus de leur personne qui ne jugent que par le statut. J'ai mangé un fruit oui, c'est le mal selon vous. Auparavant je pensais pareil mais j'ai bien remarqué que rien n'avais changé. Mais ça vous vous en fichez, rats que vous êtes ! Vous avez fait de ma vie un enfer ! »

Oriana laissa couler quelques larmes de colère, elle venait de livrer ce qu'elle avait sur le cœur depuis l'instant où elle avait mangé le fruit. C'était la première fois qu'elle s'exprimait dessus. Le prêtre écoutait, impassible. Il prit un temps de réflexion avant de déclarer ce qui allait sans doute être la phrase la plus douloureuse de sa vie :

« Mon enfant, tu as tort. Tout a changé depuis que tu as mangé ce fruit. Tes rires d'avant, semblables à celui des anges, sont maintenant des ricanements de diablotins. Tes mots et tout ton être sont comparables à un poison. Tes actes sont maléfiques et ce que tu as fait ce soir en est la preuve. Que tu le veuilles ou non, ton pouvoir t'a changé. Tu ne peux redevenir celle que tu étais. Tu nous prends pour des monstres alors que nous t'avons gardé parmi nous. Tes parents sont partis car ils ne pouvaient supporter ce que tu étais, mais malgré cela ils t'aiment encore. Ce sont eux qui vivent un enfer, par ta faute. »

Elle était estomaquée par ce qu'elle venait d'entendre. *Comment peut-on être à ce point enfermé dans ses idées ? Il ne m'écoute même pas. Il ne voit en moi qu'une personne mauvaise, je...* Pensa-t-elle avant d'être coupée par le vieil homme.

« Tu nous as attaqué ce soir. Tu as mis le feu à notre lieu de culte. Tu nous as volés et menacés. Tu ferais mieux de partir dès ce soir comme tu l'avais prévu, sinon je peux t'assurer, avec regrets, que tu ne passeras pas la matinée. Va-t’en et ne reviens pas Oriana. » Annonça-t-il toujours sereinement.

-« Oh oui je vais partir, non pas parce que ma vie est en danger comme vous semblez me le faire comprendre, mais parce que je tiens à évoluer. Je me rends compte maintenant que votre vision des choses est fausse. Vous vous enfermez dans un monde fantaisiste pour mieux l'appréhender et tenter de le comprendre. Mais en faisant cela vous vous enfermez dans une vision du monde passéiste et terriblement hostile envers l'inconnu. »

Elle ne faisait que répéter mots pour mots ce qu'elle avait entendu lors de débats, mais savait parfaitement que l'homme ne l'écoutait pas. Elle ne le disait que pour se libérer d'un poids.
Elle ressortit en direction du port, l'argent dans ses poches elle paya le capitaine de l'embarcation afin de partir au plus vite. Direction : Water Seven.

Aujourd'hui Oriana a désormais 19 ans. Elle ne parle plus de son passé et passe le plus claire de son temps à voyager, vivre sa vie, rencontrer des gens et parfois à se battre. L'avenir ne se dessinait pas encore pour elle, mais une chose était sûre. Elle allait prendre sa revanche sur le monde en vivant sa vie intensément.


_______________________________


Dernière édition par Oriana le Mer 21 Jan - 16:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t331-fiche-techniques-d-oriana

Messages : 123
Fonction : Médecin
MessageSujet: Re: Oriana [DC Lucas]  Lun 12 Jan - 15:04

Bonjour ♫

Excellente fiche, y a juste deux, trois pitites fautes de rien du tout qui t'ont échappées, mais rien de grave Smile

Je t'accorde 170 PA et le surnom de Black Witch (ça en jette plus que "Sorcière noire" non ?), un collègue passera derrière moi pour confirmer ^^


_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t223-fiche-technique-de-l-alchi

Messages : 340
Fonction : Médecin
Localisation : Whyskey Peak
MessageSujet: Re: Oriana [DC Lucas]  Lun 12 Jan - 17:50

Hello !

Je trouve également que c'est une bonne fiche. Finalement, le background de nos personnages ne sont pas si similaires que ça ! ^^ Puis ta fiche est mieux parce que plus développée. J'ai bien aimé l'idée du piège de Samuel. Bien qu'au final, ses raisons sont assez minimes, c'est un gros psychopathe je dirai. Finalement, cet homme n'est pas si équilibré que ça mais ça rend ce PNJ assez intéressant. On ressentait quand même dans ta narration qu'il allait lui faire manger ce fruit. Sinon bah bonne fiche, un personnage féminin très féminin, un peu cliché, mais qui mérite également pour ma part 170 PA, ce qui est suffisant pour avoir ce fruit du démon. Tu utilises le background du forum et c'est bien.

Le surnom que tu as choisi est très bien. Je préfère en revanche le nom français de mon côté. Sorcière donne un côté plus péjoratif en français et haineux que witch. Au final, son surnom est dû à un surplus de haine. Maintenant, c'est surtout toi qui voit à ce niveau-là. Si tu préfères en français ou en anglais.

_______________________________

322D9775-6EAB-4A25-B51A-D2E21416789E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t214-hayley-schwartz
Exclue
avatarExclue
Oriana


Messages : 46
Fonction : Vigie
Localisation : Grand Line
MessageSujet: Re: Oriana [DC Lucas]  Lun 12 Jan - 20:55

Hello, tout d'abord merci pour la validation Smile

Samuel est psychopathe en un sens. C'est sûr que sa réaction est complètement démesurée. Mais il faut comprendre qu'il est jeune et qu'il n'a pas encore conscience de certaines chose. A aucun moment Oriana ne lui faisait comprendre qu'il n'avait aucune chance et ce n'est "que" à cause de sa religion et de ses choix de vie qu'elle refuse ses avances. Lui ne comprend pas et réagis de façon puéril.

Enfin ça c'est du détails. Et pour le surnom je préfère aussi celui de "Sorcière Noire" pour des raisons qui ont déjà été évoquée par Hayley. Il est plus naturel de le dire en français quand on le dit par pur méchanceté ou par peur. En anglais cela fait certes plus classe mais ce n'est pas le but Smile

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t331-fiche-techniques-d-oriana
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Oriana [DC Lucas]  

Revenir en haut Aller en bas
 

Oriana [DC Lucas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oriana [DC Lucas]
» STANLEY LUCAS, POUR QUI SE PREND IL?
» STANLEY LUCAS CONTRE-ATTAQUE
» a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS
» LUCAS a menti au sujet de fevry.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece New Order :: Administratif :: Espace Joueurs :: Présentations :: Présentations Validées-