AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ichi Jatro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lieutenant
avatarLieutenant
Ichi Jatro


Messages : 194
Fonction : Médecin
Localisation : Whiskey Peak
MessageSujet: Ichi Jatro  Ven 21 Nov - 17:55

ICHI JATRO


Nom : JATRO
Prénom : Ichi
Âge : 20
Lieu de naissance : West Blue - Île des Gorgones
Race : Humain
Faction / Grade : Marine / Sergent
Métier/Rôle sur un navire : Médecin
But : Trouver les assassins de sa famille
Surnom : Aucun
Mer de départ : Grand Line

Capacité :

Ichi maîtrise l'art de la médecine par les plantes et l’acupuncture, il s'en sert donc autant pour aider, assister ses compagnons que face au danger et au combat. Il est habile pour le contrôle et la maîtrise des infections et poisons. Sa spécialité en fait également un expert dans le maniement des aiguilles et fines lames.
Il découvrira lors de son aventure le Chi Chi No Mi qui lui permettra de maîtriser le sang.

Description Physique :

Ichi est de taille moyenne, environ 1m70. Il est de nature svelte, au premier abord, il n'impressionne personne, pas le genre d'homme dont on a peur. Il a tout de même un physique atypique, avec ses cheveux raides et blancs malgré son jeune âge, ses yeux fins surplombant un sourire sans lèvres et ses yeux bleus azur. D'ailleurs son sourire omniprésent cache forcément quelque chose. La plupart du temps, il aime se balader le col relevé et les cheveux dans les yeux, comme pour cacher la finesse de son visage. Son teint pâle le rend presque livide. Il cache sous ses vêtements les marques de son passé, des cicatrices, brûlures et autres traces infligées par son père pendant son enfance qu'il n'assume pas, pourtant cela contribue à ce qu'il est devenu aujourd'hui. Il ne découvre donc aucune partie de son corps. Il tient de manière obsessionnelle une aiguille au bord de ses lèvres, tel le brin de paille d'un cow-boy, il paraîtrait qu'elle est spéciale, en tout cas à ses yeux.

Description Psychologique :

Calme et réservé, voilà ce qui caractérise le mieux Ichi. Lors d'une première rencontre, il donne l'impression d'être timide. Il aime rester au second plan afin de mieux analyser les situations et d'être efficace et incisif le moment venu. Cependant, il aime tout maîtriser, calcule chacune de ses actions, analyse celles des autres. Afin d'en tirer profit le jour où cela devient nécessaire.

En société, il n'a pas l'âme d'un leader ni même l'esprit d'équipe. Son vécu dans la Marine l'a pourtant poussé à se sociabiliser. D'après ses compagnons : "On sait qu'on peut compter sur lui, par contre pour se marrer, tu l'oublies !". Il aime peu la compagnie, a l'âme d'un solitaire même s'il sait au fond de lui que seul il n'est rien. Il est très gêné lorsqu'une relation ou un événement devient trop "physiquement" proche ou trop fraternel. Il n'est pas un bon compagnon de beuverie.

En combat, il reste le même, il n'est pas du genre à engager les hostilités. Mais ses compagnons et ennemis le savent, il ne faut pas le prendre à la légère, c'est un adversaire rapide et efficace. Il ne laisse jamais la place au hasard. Chacun de ses gestes est calculer pour faire mal. S'il se retrouve en difficulté lors d'un combat, il essaiera de prendre du recul pour trouver la faille chez l'adversaire pour inverser le cours du combat. Il n'est pas le genre d'homme à tuer pour le plaisir, sauf peut-être ceux qu'il cherche.

Histoire :

Sur l’ile des Gorgones, l’égalité des Hommes est une notion oubliée. Ichi grandit ainsi, dans l’ombre et la pauvreté. Ses parents ne méritaient pas ce titre. Son père, feignant de naissance, passait ses journées à boire et à chaque litre finit, pratiquait son activité préférée, battre son fils et sa femme. Cette dernière fuyait le « cocon » familial dès qu’elle le pouvait, dès que son déchet de mari s’endormait. Mais pour Ichi, tout ça lui paraissait normal, il ne connaissait que ça.

Peu après son dixième anniversaire, un énième excès de violence du père, la mère d’Ichi partit par le premier bateau commerçant qu’elle trouva, laissant son fils à son tragique destin. Le père, à son réveil, devint fou de rage lorsqu’il se rendit compte de la trahison dont il se sentait victime. Il roua de coup son fils qui tentait tant bien que mal de se protéger, sans un mot. Le silence était devenu son refuge. Ichi ferma les yeux une nouvelles fois. Il avait compris depuis longtemps qu’il s’agissait d’un mauvais moment à passer, et qu’il ne pouvait rien faire pour changer ça. C’était son quotidien, supporter les coups, encaisser les douleurs, attendre. Dans un dernier moment de folie, un mélange d’ivresse et de chagrin, son père le jeta dans la rue, en l’injuriant et comme un misérable. Ichi était le fruit de leur couple, et ça, apparemment, c’était du passé.

Ichi resta ainsi plusieurs minutes, recroquevillé sur lui même, serrant les dents. La pluie glaciale le ramena à la réalité. Il fallait qu’il se lève, qu’il se mette à l’abri avant la nuit. Retourner chez lui ? Non, il n’en avait plus. Mais quoi faire ? Il avança sans but dans cette rue sans vie, la seule qu’il connaissait, car il n’avait que rarement eu l’occasion de sortir de cette bicoque où il vivait. La pluie battante inondait la chaussée, ses pieds étaient gelés, ses côtes le lançait, il sentait le goût du sang dans sa bouche. Ses forces l’abandonnaient, il s’écroula d’épuisement sous le porche d’une maison, il voulait arrêter d’avoir mal, chaque goutte de pluie le faisait souffrir. Son esprit s’absenta.

A son réveil, des sensations inconnues. La douceur, la chaleur, le confort, il rêvait forcément. Ichi ouvra difficilement les yeux. La lumière d’une bougie dansait au plafond, des odeurs d’épices et de cuisine l’enrobaient. Il releva douloureusement la tête pour tenter de percevoir ce qui l’entourait. Il était allongé dans un lit, recouvert d’épaisses couvertures en fourrures. Une bougie placée sur une table proche de lui, des tableaux ornaient les murs, une commode qui devait faire trois fois sa taille trônait en face de lui. Des odeurs fruitées et des bruits sourds pénétraient dans la pièce depuis une porte entrebâillée. Il tenta de se redresser d’avantage, mais son thorax le rappela à l’ordre, il lâcha un gémissement de douleur.

« O tu es réveillé, bonne nouvelle. Dit un homme en pénétrant dans la chambre, tendit qu’Ichi le regardait fixement sans pouvoir répondre. N’est pas de crainte, je t’ai trouvé allongé dans la rue, près d’ici, tu étais mal en point. Repose-toi, je vais demander à Akane de t’amener un peu de soupe. »

L’homme se leva et sortit de la chambre en chantonnant. C’était un homme de taille normale, ni fort, ni faible, les cheveux blancs, comme tous les habitants des Gorgones. A moment de passer la porte, il se retourna :

« Au fait, je m’appelle Bunjiro Jatro, mais appelle moi Bunji, je préfère. » Il referma la porte d’un geste lent.

Ichi resta dans ce lit plusieurs jours durant, sous l’œil protecteur et affectueux de Bunji et Akane. Il se remit assez rapidement de ses blessures, mais ce qu’il vivait était une expérience inédite pour lui, jamais il n’avait connu ce confort physique et affectif. Inconsciemment il voulait en profiter, que cela dure encore un peu plus. Mais il savait que cela ne serait pas éternel, son père devait être à sa recherche, il fallait bien qu’il passe ses nerfs sur quelqu’un. Il fallait bien que la vie reprenne son cours normal. C’était ainsi.

Au matin du septième jour de sa convalescence, Bunji vint le voir comme à l’accoutumée.

« Bonjour Ichi, comment vas-tu ce matin ? Bien dormi ?
- Oui, répondit Ichi d’une voix encore bredouillante.
- Je vois que tes blessures se sont quasiment résorbées, il est tant que tu te lèves pour te dégourdir les jambes, qu’en penses-tu ?
- Oui, je veux bien.
- Alors c’est parti, tu prends ton petit déjeuner avec nous ?
Ichi acquiesça d’un signe de tête. »

En sortant de la chambre dans laquelle il était terré depuis une semaine, Ichi découvrit une pièce de belle taille dans laquelle trônait une table en bois massif, recouverte d’un tissu rouge sombre brodé de vert. Un four en pierre dégageait une odeur de pain chaud qu’Akane venait apparemment de finir de préparer. Bunji invita Ichi à s’installer à table, tandis qu’Akane l’accueillait avec un grand sourire.

« Mange, lui dit Bunji, remplis ton ventre pour être en forme.
- Oui, merci, répondit Ichi avec respect.
- Ichi, il faut que l’on parle, lança Akane de sa voix douce.
- D’accord. »

Ichi savait que maintenant qu’il était rétabli, il allait devoir s’en aller, quitter ce lieu et ces gens auxquels il s’est attaché.

« Ecoute Ichi, reprit Bunji, maintenant que tu vas mieux, je dois te dire quelque chose. Pendant ta convalescence, j’ai recherché d’où tu venais. Après deux jours, j’ai retrouvé ton père. Malheureusement il a eu quelques soucis avec la milice. Un silence. Il aurait quelque peu dérapé dans un quartier commerçant, cassé l’étalage d’un brasseur et essayé de le tuer. Ils n’ont pas voulu m’en dire plus. Je ne sais même pas à l’heure actuelle où il se trouve. Est-ce que tu as de la famille ici ?
- Euh non, Ichi était stupéfait, enfin à moitié, il savait ce dont son père était capable.
- Du coup, tu vas devoir rester encore quelques temps avec nous.
- D’accord, » dit Ichi, il cachait sa joie, c’était tout ce dont il rêvait, mais préférait se protéger.

Une nouvelle vie s’offrait à lui. Pour la première fois il avait l’espoir que tout s’arrange pour lui. Mais combien de temps cela allait-il durer ?
Les mois passèrent, Ichi grandissait et commençait à oublier les malheurs de sa vie passée. Il apprit à connaitre Akane et Bunji. Akane était une femme douce et tendre, elle aimait s’occuper de son foyer, excellente cuisinière, et très protectrice avec les gens qui l’entouraient. Ichi apprit que Bunji était un homme respecté de la communauté, il avait fait des études, c’était un homme cultivé. Il avait de nombreuses connaissances sur les plantes et l’art de l’acuponcture. Au fil des mois et années qui passèrent, Bunji transmis avec beaucoup de patience et pédagogie son savoir à Ichi. Sans nouvelles de son père, Ichi profitait de sa nouvelle existence.

Ichi allait fêter ses 14 ans. Après ces années, Akane et Bunji considéraient Ichi comme leur fils, et c’était réciproque. Ichi devenait un homme, ces années à leur côté l’avait transformé. Il avait appris à lire et à écrire, à parler aux adultes et à soigner les gens par la douceur, l’art de l’acuponcture et de la médecine par les lames, l’anatomie et les soins de l’esprit. Il n’était encore qu’un apprenti, mais le chemin qu’il avait pris le rendait heureux et épanoui.

Un matin d’automne, Ichi fut réveillé par le vacarme de quelqu’un qui frappait à la porte. Il entendit Bunji ouvrir, il sauta de son lit pour voir ce qu’il se passait. C’était un homme de la milice qui parlait à Bunji, il avait l’air paniqué. Le visage de Bunji se transforma, il acquiesça et parti en courant vers sa chambre. Il ressortit avec Akane et cria :

« Ichi ! Ichi ! Sors vite, nous devons partir !

Ichi pris une veste qui trainait aux pieds de son lit et courra pour retrouver à l’entrée ses parents adoptifs.

- Que se passe-t-il ? lança-t-il
- Des gens sont en train de mettre la ville à sac et de tout bruler sur leur passage. La milice essaye de nous protéger, mais ils nous demandent d’évacuer. Il faut fuir vers le port ! » répliqua Bunji.

Au pas de course ils se mirent en route, en laissant tout derrière eux. Leur vie était plus importante que tout se qu’ils pouvaient posséder. Au lieu derrière eux, les cris de peur et de souffrance se faisaient de plus en plus pressants. Les feux de la ville basse se reflétaient dans les nuages de la nuit, éclairant la ville comme en plein jour. Bunji semblait préoccupé. Akane avançait en tête afin d’imposer le rythme, son côté protecteur prenant le dessus sur l’environnement. Alors qu’ils arrivaient au port, Bunji s’arrêta net.

« Regardez ! Les bateaux de la Marine sont là ! Vous devez absolument monter à bord, ils sauront vous protéger ! cria Bunji.
- Comment ça vous ? répliqua Akane.
- Je ne peux pas partir sans rien faire, je dois aller les aider. Les blessés auront besoin de soins ! Akane emmène Ichi avec toi et partez !
- Non, tu ne peux pas nous laisser ! hurla Ichi.
- Aller viens. Dit Akane en attrapant Ichi par le bras. Reviens nous entier ! » lança-t-elle à son mari les yeux remplit de larmes.

Akane portait un regard noir et déterminé qu’Ichi ne lui connaissait pas. Il regarda en arrière pour voir partir Bunji, il savait qu’il ne le reverrait probablement plus. Bunji disparu bientôt du champ de vision d’Ichi.

« Pars ici ! Dépêchez-vous ! »

Un officier de la Marine faisait de grands gestes pour interpeller les civils qui essayaient de fuir.

« Cours ! dit Akane à Ichi. Cours et ne te retournes pas ! Pars avec la Marine, il faut te mettre en sécurité ! Le vacarme des évènements les obligeant à crier.
- Quoi ? Et toi ? Viens avec moi !
- Non Ichi, je ne peux pas laisser Bunji, je dois aller le chercher !
- Alors je viens avec toi !
- Non, nous t’avons aimé toutes ces années, tu dois vivre. Pars avec la Marine, nous nous en sortirons.
- Non, ne me laisse pas !

Akane embrassa Ichi avec tout l’amour qu’elle avait en elle. Ichi sentit ses yeux devenirs brulants. Akane lui souri, probablement pour la dernière fois et partie en courant. Ichi était perdu, comme cette nuit là sous la pluie. Il resta figé, jusqu’à ce qu’Akane disparaisse au loin. A ce moment là, il sentit une main se saisir de son  épaule.

« Viens là petit. Il faut embarquer, on va vous mettre en sécurité. «

C’était un homme de la Marine, grand et fort, il portait un long manteau blanc avec des épaulières dorées et des médailles sur le torse. Ce n’était pas un simple Marine. Son charisme écrasa Ichi qui n’eu d’autre choix que de lui obéir.

Alors qu’Ichi montait à bord avec tous les rescapés présents, le feu et les cris se faisaient de plus en plus forts. Le feu se propageant à une vitesse impressionnante, un brasier alimenté par le bois des maisons et le vent du large. Les flammes danseraient bientôt avec les vagues.

Le gradé de la Marine donna à son équipage l’ordre de s’éloigner du port. Tous les matelots se dispersèrent en un clin d’œil. Lorsqu’Ichi compris qu’il ne pouvait plus quitter le bateau, il sauta sur le premier marine qu’il croisa.

« Non ! Ne faites pas ça ! Laissez-moi descendre ! Je dois aider mes parents !
Le Marine le repoussa fermement.
- Pousse-toi gamin. C’est trop dangereux.»

Ichi se sentait tellement impuissant, tellement incapable, inutile. Le bateau prit le large. Au fur et à mesure, l’île des Gorgones ne devenait qu’un point lumineux sur l’océan, comme une étoile dans le ciel. Le soleil se leva pour la faire disparaître du regard d’Ichi, c’était fini. Qu’étaient devenu Akane et Bunji ? Qui étaient les hommes qui ont attaqués l’île ? Qu’allait-il devenir ? Pourquoi ? Autant de question qui tournaient en boucle dans sa tête.

Ichi fut débarqué avec les autres déportés sur Igaku Island, l’ile sanitaire de la Marine. Ici, selon la Marine, ils seraient soignés et en sécurité dans l’attente de nouvelles. Ichi fut rapidement mis à contribution. Les équipes médicales de la Marine avaient toujours besoin de nouveau personnel, les meilleurs d’entre eux partant en mission ou dans les coins sensibles du monde, et souvent ne revenaient jamais. Au bout de quelques semaines, des nouvelles de l’île des Gorgones arrivèrent, elles étaient mauvaises. « Aucun survivant » titrait le journal apporté par le Martin Facteur. Ichi pris l’information très mal, de nature silencieuse, cette dernière l’enferma un peu plus dans la froideur. Mais les blessés et malades qui arrivaient chaque jour sur l’île l’obligeaient à rester actif, sans quoi, il aurait fini par sombrer.

Les mois et années passèrent, Ichi avait maintenant 17 ans. Il avait pris une place non négligeable dans l’organisation médicale de l’île. Les médecins en seraient presque venus aux mains pour être assistés de lui lors de leurs soins. Ses connaissances, sa dextérité et son efficacité avait séduit tout le monde. Il avait intégré la Marine depuis une année déjà, en tant qu’infirmier, avait suivi un entrainement physique et développé son sens du combat. Même s’il n’avait pas eu besoin d’en faire usage. Et ça n’était pas pour lui déplaire. Son passé, Akane et Bunji, était gravé en lui, le remord le rongeait. Chaque nuit, les flammes brûlaient ses cauchemars. Mais il avait compris que son rôle, pour le moment était d’aider ces innocents. Son quotidien était remplit de civils à soigner, de Marines à amputer. Le sang et la douleur était son quotidien, mais étonnement, il arrivait à prendre beaucoup de distances par rapport à la souffrance. Il eu rapidement fait ses preuves par ses prouesses en acupuncture et saignées. Il devenait évident pour ses supérieurs de le nommer médecin, mais procédures obligent, il devait effectuer 2 années en mer. La mer, pourquoi pas, peut-être l’occasion d’en apprendre plus sur ce qu’il s’était passé cette nuit là.

C’est à l’aube de ses 18 ans qu’Ichi embarqua sur un navire de la Marine. Apparemment leur précédent médecin serait mort lors d’une attaque de pirates sur Grand Line, pas très rassurant, mais Ichi savait qu’il avait choisi une voie dangereuse, aussi une belle occasion, l’occasion de trouver des réponses. Le capitaine du bateau était autre que Gulb, un contre-Amiral, un peu rustre mais proche de son équipage. Un homme d’un âge avancé mais qui avait fait ses preuves, un marin à l’ancienne qui fonctionnait à l’instinct. Les premiers temps de son voyage, Ichi n’eu pas l’autorisation de participer aux missions, il était cantonné à ses tâches de futur médecin, panser les plaies et soigner les maux divers et variés de ses compagnons. L’intégration fut difficile, n’étant pas très sociable et extraverti, les marins ne lui prêtaient pas grande attention.

Après quelques semaines sur West blue, Gulb annonça à l’équipage qu’ils devaient retourner sur Grand Line, pour une « livraison spéciale ». Petit détour vers le quartier général de la Marine sur West Blue puis direction Marineford.
L’accueil au QG surpris énormément Ichi, des navires militaires surveillaient de part et d’autre le chenal menant aux quais. Pourtant l’escale fut brève, juste le temps de vider les cales, faire le plein de provisions en tout genre, et pour Ichi de réapprovisionner son stock en bandages, aiguilles et autres consommables de médecine. La suite du voyage fut très calme, l’océan était clément, et pas le moindre pirate en vue. Tant mieux, d’après Gulb, leur mission était prioritaire. Même l’arrivée et la traversée de Riverse Moutain se déroula sans événement notable. L’équipage arriva sur Grand Line de nuit, le ciel était clair, mais tout le monde savait à quel point cela pouvait rapidement dégénérer. Marineford n’était plus qu’à quelques jours de navigation.

« PIRATE A TRIBORD ! » hurla la vigie alors que tout l’équipage s’activait à la tâche. Gulb sorti de sa cabine en trombe.
- QUI ? Cria-t-il
- UN CRANE AVEC DES CORNES CHEF !
- #ù%§$ !?! répliqua Gulb. TOUS A VOS POSTES MATELOTS !

Trois navires, c’était bien trois navires pirates qui approchaient à vive allure de nous. Tout le monde s’activait pour tenter de distancer nos poursuivants, l’affrontement était à éviter. A chaque minute qui passait, nos regards se portaient sur les trois drapeaux qui nous suivaient, et à chaque minute, ils étaient plus proches. Jusqu’à l’abordage. L’un d’eux nous percuta par la poupe, faisant chuter nombre d’entre nous, le choc étant très violent. Les deux autres nous abordèrent par les flancs, en quelques secondes des dizaines de pirates étaient sur le pont du navire, armes en tout genre déployées et criants, hurlants. Ichi n’avait plus de choix, il était temps d’appliquer ce qu’il avait appris. C’était sauver les siens ou périr. Il sortit sa lame, une dague  à double tranchant, au manche noire et garde argentée. Et malgré sa réticence se lança dans le combat. Il eu d’abord quelques gestes hésitants, mais voyant ses compagnons tomber un par un, eu cette fameuse montée d’adrénaline. Il attrapa un pirate lui tournant le dos pour lui sectionner le cou, avant de se retourner pour planter sa lame dans l’abdomen d’un autre lui arrivant sur les talons. L’affrontement était violent, les hommes tombaient des deux côtés. Ichi fut blessé comme beaucoup d’hommes, mais après plusieurs heures de combat, l’océan retrouva son calme. Ichi était allongé là, épuisé, blessé. Il tenta de regarder autour de lui, un seul était encore debout, sa tenue couverte de sang, Gulb. Ichi se releva tant bien que mal. Il se devait de récupérer, soigner ses compagnons. Lorsqu’il réussit à s’approcher de son capitaine, Gulb s’écroula :

« Ichi.... c’est la fin...
- Je peux vous soigner contre-amiral...
- Non, il y a trop de blessés, et tu ... dois finir la mission...
- Dites moi quoi faire.
- Prends le colis dans la soute, tu dois le mettre en lieu sûr.
- Le colis... mais vos vies sont plus importantes !
- Non Ichi, c'est un fruit du démon puissant, il manipule le sang et peut sauver des vies... il ne doit pas tomber entre les mains de ces satanés pirates !
- Ma... manipule le sang ? ... Sauver des vies...

Ce que venait de dire Gulb ne fit qu'un tour dans la tête d'Ichi.

Sauver... sauver... je... je peux les sauver...

Ichi se redressa et descendit à la soute; Le choc avec les pirates avait tout retourné. Ichi observa le lieu d regard. Le fruit, il était là, au sol, le coffre où il était enfermé gisait brisé non loin. Le jeune médecin s'approcha, mit genou au sol, pris l'étrangeté dans ses mains. C'était la première fois qu'il touchait, même voyait un de ces fruits. Il eu une seconde d'hésitation, mais les gémissements qu'il entendait au dessus le rappelèrent à lui. Il croqua à pleine dent dans le Chi chi No Mi... pouah ! Quel goût abominable ! Mais rien, il ne se passait rien. Ichi resta là, sans bouger. Ses blessures étaient sérieuses, ils allaient tous y rester si il ne trouvait de solution. Une plaie béante lui traversait la cuisse, il pressa sa main dessus pour tenter d'arrêter l'hémorragie. La douleur s'estompa, les nerfs devaient être touchés, perdre sa sensibilité. Il retira sa main... la plaie, elle s'est cicatrisée... mais comment? Le fruit bien sûr ! Ichi se releva et se précipita sur le pont.

"Je vais vous sauver !" cria-t-il

Il s'approcha de Gulb, pressa ses mains sur ses plaies. En quelques minutes, il ne saignait plus. Ichi fit le tour du pont pour aider tous ses camarades. Lorsque tous ses compagnons encore vivants furent mis hors de danger, et l'euphorie retombant, il perdit connaissance.

"Salut Ichi ! Content que tu sois réveillé !
- Quoi? Ou je suis?"

Lorsqu'Ichi reprit ses esprits, il était allongé, dans un lit, ses compagnons autour de lui.

" On est à Marineford l'ami ! Tu nous as sauvé la vie !
- Comment c'est possible ?
- Cherche pas t'es notre héros ! Le contre-amiral à quelque chose à t'annoncer.
- Laissez-nous seuls. Intervint Gulb. Ichi, je sais que tu viens tout juste de te réveiller, mais on doit parler avant que les enquêteurs viennent te voir.
- Hum d'accord...
- Tu nous as sauvé ce jour là, mais tu as mangé le fruit du démon...
- Pardon chef... je ne pouvais pas vous laisser...
- Ichi, j'ai dit que le fruit avait été pris par les pirates, que tu nous avais sauvé.
- Pourquoi ? Pourquoi leurs avoir menti ?
- T'en fais pas, je te devais bien ça. Sans toi on serait tous au fond du trou. Et des vies contre quelques blâmes de mes supérieurs, y'a pas photo, hein? Maintenant le sujet est clos, ok?
- Oui contre-amiral... merci.





_______________________________
"Chaque Homme dans sa vie s'avance vers sa Lumière" Victor Hugo

F15BF7DF-3518-4DF0-BE95-E398FF7267FE


Dernière édition par Ichi Jatro le Lun 24 Nov - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t167-ichi-jatro-fiche-technique
Capitaine
avatarCapitaine
Daryl Drake


Messages : 735
Fonction : Capitaine
Localisation : Sparthienna
MessageSujet: Re: Ichi Jatro  Dim 23 Nov - 9:53

Bienvenue!

(désolé, pas vu qu'elle était terminée)

Quelques fautes d’inattention ou d'accord entachent un peu ton récit, je te conseillerai de relire ou d'utiliser un correcteur d'orthographe. L'histoire commence bien, le personnage est sympathique, l’histoire du fruit caché sur un navire est une chose que l'on commence à voir peut être trop souvent, dommage.

Pour t'encourager, je te donnes quand même 170 PA, validation du fruit et du poste de Sergent. On te surnomme simplement le Doc pour le moment.

_______________________________
Quand on veut défendre les libertés, on est bien obligé de constater que l’on va à contre-courant de l’histoire.


0D6EED2A-CD50-436E-8963-C30A0F5090E2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t121-daryl-drake#384
Lieutenant
avatarLieutenant
Ichi Jatro


Messages : 194
Fonction : Médecin
Localisation : Whiskey Peak
MessageSujet: Re: Ichi Jatro  Lun 24 Nov - 11:14

Merci pour les conseils, je tâcherai d'être plus vigilant.

En attente d'une deuxième validation...

_______________________________
"Chaque Homme dans sa vie s'avance vers sa Lumière" Victor Hugo

F15BF7DF-3518-4DF0-BE95-E398FF7267FE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t167-ichi-jatro-fiche-technique

Messages : 182
Fonction : Capitaine/Roi
Localisation : Grandline
MessageSujet: Re: Ichi Jatro  Lun 24 Nov - 17:19

Bonjour!

Donc, j'ai trouvé la description physique un peu courte et le récit en général contiens un peu de fautes, rien de trop agaçant comme le précise mon collègue, mais une relecture aurait aidé. Tu obtiens ton fruit de manière assez... Directe disons. Je doute que j'aurais mangé un fruit à l'allure louche sur mon lit de mort, mais bon Razz

De mon côté je te donne un note de 160 PA, avec le bonus de 5 PA et la moyenne de nos deux notes, tu commence à 170 PA avec le surnom de Doc.

Bon jeu!

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t228-fiche-technique-de-carls
Lieutenant
avatarLieutenant
Ichi Jatro


Messages : 194
Fonction : Médecin
Localisation : Whiskey Peak
MessageSujet: Re: Ichi Jatro  Lun 24 Nov - 17:46

Merci à toi.

Pour "justifier" ma décision, l'acte de manger le fruit a été poussée par sa peur de perdre à nouveau les personnes qui l'entourent, il a l'occasion de pouvoir les sauver, et c'est le choix qu'il fait malgré les conséquences potentielles.

Pour les fautes, manque de relecture de ma part. Je vais tâcher d'y remédier !

Bon RP à vous !

_______________________________
"Chaque Homme dans sa vie s'avance vers sa Lumière" Victor Hugo

F15BF7DF-3518-4DF0-BE95-E398FF7267FE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opneworder.forumactif.org/t167-ichi-jatro-fiche-technique
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ichi Jatro  

Revenir en haut Aller en bas
 

Ichi Jatro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Yambara [DC Ichi]
» New pet!!??
» Itchi
» Présentation de Ichi Dolrius [Validée]
» Kinda Ichi Shônen no Jikenbo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece New Order :: Administratif :: Espace Joueurs :: Présentations :: Présentations Validées-